AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782221028391
Éditeur : Robert Laffont (21/02/1992)

Note moyenne : 3.52/5 (sur 28 notes)
Résumé :
Madeleine marchait vers son destin en n'ayant pas l'air de trop y croire. Elle venait avec moi dans une petite ville minière où elle ne connaissait personne et cela lui plaisait parce que l'inconnu la trouvait toujours disponible.

Récemment installé à Macklin, Alain Dubois voit son épouse Madeleine le tromper au vu et au su de tous. Refusant de condamner les agissements de sa femme, il sera progressivement mis au ban d’une société aussi poussiéreuse q... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Iboo
  17 mars 2015
Toujours dans le cadre du Challenge 2015, il me fallait lire un livre paru l'année de ma naissance. Après quelques petites recherches, je me suis arrêtée sur "Poussière sur la Ville" d'André Langevin - Prix du Cercle du Livre de France 1953, choisi par le Grand Jury des Lettres comme étant le meilleur roman publié au Canada depuis la guerre.
André Langevin nous fait pénétrer dans l'univers oppressant d'une ville minière Québécoise où la laideur, la médiocrité, la rudesse, l'ignorance et la misère se côtoient et se nourrissent les unes des autres.
J'ai rarement été aussi réceptive à l'ambiance d'un roman. Peut-être parce que, en raison de la grisaille de cette fin d'hiver ou de quelques préoccupations personnelles, j'étais plus encline à la mélancolie. Et, sans nul doute, parce que l'écriture de Langevin ne se perd pas dans des descriptions romanesques mais reste collée à la réalité par des phrases concises et des mots simples et justes.
L'attitude de ce jeune médecin, en réaction à sa vie qui part en déconfiture m'a déconcertée. Etait-ce de la sagesse ? de la faiblesse ? de la résignation ? de l'inconscience ? de la passion ? Ou bien, comme le disent les habitants de Macklin, de la lâcheté ?
Que penser de ce médecin de 27 ans à l'avenir prometteur qui raisonne et se comporte comme un homme en fin de vie dont le poids de l'expérience annihile toute spontanéité ?
"Poussière sur la Ville" m'a embarquée dans un vieux film en noir et blanc des années 50 et la cité de Macklin dans le crépuscule d'une toile de Bob Barker avec ses fumées, ses rues et ses maisons grises.
Excellent bouquin !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160


critiques presse (1)
LaPresse   18 août 2014
Poussière sur la ville n'a [...] rien perdu de sa pertinence. Écrit au «je» dans une langue belle, juste et précise. Certains diraient classique. D'autres, intellectuelle.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
IbooIboo   27 février 2015
Je n'ai jamais trouvé vulgaire ce goût qu'a Madeleine pour la romance. Je ne comprends pas que ce goût soit si vif, comme je ne comprends pas son exaltation au cinéma. Mais elle y met une telle spontanéité que je crois que cela correspond à quelque chose d'intérieur chez elle.
Ce n'est pas de la sentimentalité. Elle ne goûte pas tellement la chanson elle-même, ou le film, que l'état de disponibilité où ils la mettent, un peu comme le ferait l'alcool. Cela appartient à cette part de son être que je n'atteins pas. Ce goût n'est pas vulgaire mais il a besoin d'un autre milieu que le mien pour s'épanouir.
Madeleine vit plus intensément dans un restaurant comme celui de Kouri, ou dans la rue, parmi les mineurs, qu'à la maison. Elle a conservé de son milieu ouvrier un étonnant instinct d'imprudence, la liberté de jouer son va-tout à l'instant, parce que possédant peu ou rien. C'est un terrain où je ne peux la suivre avec naturel. D'une famille de petits bourgeois, je n'ai pas d'inclination pour les départs subits, les mains vides, et sans but. Le risque, pour moi, n'est pas nécessairement total. J'ai le sens de la mesure, une qualité qui ne séduit aucunement Madeleine, qui lui apparaît un peu comme de l'avarice.
L'animal en liberté n'amasse pas, ne tient à rien qu'à sa nourriture du moment. Madeleine de même. Pour employer un mot qui amènerait un sourire dédaigneux sur ses lèvres, elle sera toujours prolétaire. C'est à l'instant même qu'il lui importe d'être satisfaite, non pas dans un avenir problématique. Je l'ai aimée à cause de cela surtout, dangereusement peut-être. Elle était pour moi tout l'exotisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
IbooIboo   13 mars 2015
- Le travail dure depuis longtemps ?
- Douze heures.
Une famille de la campagne. On a le temps d'y compter les heures en hiver. En ville on en mettrait plus pour me faire lever. A la campagne, le chiffre est exact parce qu'ils attendent toujours à la dernière minute. L'accouchement ne leur tire pas d'émotion. Un phénomène naturel. Et ils en voient de ces phénomènes-là dans la même année.
- Un premier enfant ?
- Oui
- Alors, ne vous inquiétez pas. Cela peut durer quelques heures encore.
- Les eaux sont crevées. Les douleurs viennent toutes les cinq minutes depuis deux heures.
Observations froides. A la fois une remontrance et une atteinte à ma dignité de médecin. Elle veut signifier qu'on ne m'a pas appelé inutilement et qu'on connait aussi bien que moi les étapes de la gésine.
- Elle perd du sang.
La bonne femme a gardé pour la fin ce mot rouge qui éclaire tout d'un jour différent. Elle eût préféré que je répète que ce n'était pas grave avant de me l'asséner. Mais j'ai les réflexes lents et parler me demande un considérable effort. Je demande où elle demeure et je promets de m'y rendre. C'est à trois milles de la ville, derrière l'hôpital où ils ne consentiraient à conduire la parturiente qu'à demi morte.
Pour eux, l'hôpital, avec son équipement moderne, les blouses et les masques blancs, est le vestibule du cimetière. Ils craignent plus les instruments et les tampons stérilisés que les linges à peine trempés dans l'eau bouillie dont il faut nous servir chez eux pour étancher le sang.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
IbooIboo   14 mars 2015
Veille de Noël. Les petites lampes des sapins apparaissent dans le demi-jour comme de médiocres taches de lumière. La gigantesque mise en scène de Noël n'est plus qu'un décor troué et lacéré sur une scène abandonnée. Cela fait lendemain de fête, avec un peu d'amertume et la tristesse de sentir que les choses sont si peu éternelles. Pourtant, les promeneurs sont nombreux des deux côtés de la rue Green, les bras embarrassés de colis, les visages fatigués, nerveux. Pendant une nuit, ils se tiendront éveillés à penser qu'il leur faut être heureux et le sommeil viendra avant le bonheur. Les enfants eux-mêmes ne croiront pas longtemps à l'illusion. Le petit cheval aura déjà perdu une patte demain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

autres livres classés : minesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
168 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre