AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2298053820
Éditeur : Québec Loisirs (30/11/-1)

Note moyenne : 3.47/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Nagasaki 1920. Cho-Cho à 15 ans se retrouve orpheline. Pour subvenir à ses besoins son oncle décide de vendre les charmes de la jeune fille. Naïve, cette dernière tombe amoureuse de son premier client, Pinkerton, un jeune marin américain. Quand celui-ci reprend le large, Cho-Cho ignore qu’il ne reviendra sans doute pas.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Witchblade
  11 janvier 2019
Je remercie Neneve pour cette pioche de Novembre. Ce livre est tout récent dans ma PAL, je l'avais acheté pendant l'été sur un groupe Facebook. J'avais trouvé la couverture jolie et poétique ainsi que le résumé intéressant. Par contre, je ne sais plus exactement ce qui m'avait intéressé dans celui-ci.
Le style de l'auteur est agréable à lire, elle prend le temps de détailler les moeurs japonaises. Mais je n'ai pas du tout adhéré à l'histoire. Je dois être féministe, comme dit mon compagnon, car j'ai toujours autant de mal à lire des romans où la femme est exploitée par les hommes et considérée comme un objet. J'ai essayé d'en lire un peu plus mais plus j'avançais et plus j'avais de la peine pour Cho-Cho et son destin. du coup, à partir du moment où elle est sortie de l'histoire, plus rien ne m'intéressait dedans et je voyais d'un mauvais oeil les passages avec Pinkerton et Nancy. J'ai voulu changer de registre par rapport à mes thèmes habituels mais les romans qui parlent du comportement des hommes envers les femmes en les prenant pour des objets, ça me reste en travers de la gorge, vraiment pas ma tasse de thé.
Comme vous l'aurez compris, ce roman a été une grosse déception mais c'est de ma faute et je l'ai donc abandonné à 70p. Je pensais vraiment en apprécier la lecture mais comme d'habitude quand je lis un roman, je ne me souviens plus du résumé. Donc à part, la jolie couverture et le titre, je n'avais aucune idée de ce que j'allais lire. du peu que j'ai lu, il m'a fait penser à Vent d'est, vent d'ouest de Pearl Buck que j'avais abandonné pour les mêmes raisons. Si vous êtes amateurs de ce type de littérature, je vous conseille donc de le découvrir pour vous en faire votre propre avis. Pour ma part, je crois que je vais arrêter d'essayer d'en lire d'autres, au vu de la hauteur de ma PAL, je dois en avoir beaucoup d'autres de bien plus captivant et dans mes goûts.
Sur ce, bonnes lectures à vous :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222
Kittiwake
  06 août 2012
Curieuse impression d'amalgame entre La Troisième Jeunesse de Madame Prune, Une Odeur de Gingembre et Abel et Kane : on y retrouve le Japon de la première moitié du vingtième siècle pour les deux premiers et le thème de l'exil et du métissage avec tout ce que cela implique de racines ambiguës pour le troisième . L'auteur compose une suite imaginaire pour l'opéra de Puccini madame Butterfly, qui conte l'histoire d'une jeune geisha, mère d'un enfant né de son union avec un officier américain. Au début du siècle précédent, il était courant et toléré que les officiers occidentaux louent les services de jeunes filles japonaises, selon les termes d'un contrat de mariage temporaire. La jeune femme attend le retour de son époux, sans imaginer une seconde que celui-ci revienne afin de voler son enfant blond. C'est alors que Lee Langley prend le relais pour construire la fin de l'intrigue, dont l'intensité dramatique se nourrit des bouleversements mondiaux tragiques qui ont marqué le vingtième siècle :

"C'est une histoire d'amour, mais c'est aussi le récit des bouleversements qu'entraînent les tempêtes de la grande Histoire dans la vie des gens ordinaires" note l'auteur dans un article pour Newsbook magazine

Trop américain pour les japonais et trop japonais pour les américains, Joey est condamné à une quête sans issue pour trouver un sens à ses origines mixtes.

L'idée de départ est excellente, et exploitée habilement (jusque dans les détails, puisque la version numérique est proposée avec le fichier audio de l'opéra de Puccini). L'analyse psychologique des personnages est bien menée, et le contraste entre les deux civilisations subtilement étudié, ce qui argumente le dilemme posé au héros.

Coup de griffe appuyé contre les instances politiques et militaires qui, de façon universelle, n'ont aucun état d'âme pour envoyer au casse-pipe la jeunesse de leur peuple, en bafouant toutes les fondements de ce qui définit une civilisation :

"il avait fini par comprendre que les soldats étaient formés pour inverser les lois de l'évolution dans l'oubli de la politesse la plus élémentaire et le retour à une sauvagerie qui caparaçonnait leur esprit".

Et c'est à nouveau l'occasion pour Joey de vivre une dichotomie insoutenable :

"Peu à peu, en s'acclimatant à sa nouvelle fonction, il devint un être hybride : un soldat, une créature de science-fiction, mi-homme, mi-machine. La machine obéissait aux ordres, tuait sans émotion, se battait jusqu'au bout, même amochée. L'homme, en revanche, éprouvait de la peur, du remords, de la douleur. L'homme saignait. Souvent il mourait".


Écriture agréable, bonne traduction qui se laisse oublier, ce qui n'est pas facile dans le cas présent étant donné la présence initiale de deux langues dans la version originale.

Enfin on trouve en fin d'ouvrage, une série de photographies bien choisies, illustrant lieux et faits décrits pour mieux inscrire le récit dans le fond historique qui le constitue

Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
x-livres-passion-x
  22 janvier 2012
Une ombre japonaise m'a principalement attirée par sa magnifique couverture. Je dois féliciter les éditions Fleuve Noir pour cette illustration !
On entre rapidement dans l'histoire de Cho-Cho, une jeune japonaise de quinze ans qui vient de perdre l'un des derniers membres de sa famille : son père, après que celui-ci se soit endetté. Son oncle, un homme qui ne l'apprécie pas, décide de la vendre. Ben Pinkerton, une jeune marin américain choisit alors de se payer du bon temps pendant son séjour, et sera doncle premier « client » de Cho-Cho. Malheureusement, la jeune femme va tomber amoureuse de cet homme qu'elle considère comme son mari. Alors que pour Pinkerton, elle n'est qu'une femme qu'il a loué pour un séjour de courte durée, mais il lui promet tout de même de revenir.
Peu après son départ, Cho-Cho découvre qu'elle est enceinte. Et pendant de longs mois, la jeune femme apprend l'anglais, et face à des problèmes d'argent, tout en attendant le retour de son « mari ». Mais quand le grand jour arrive, il est accompagné de sa fiancée. Et celle-ci décide de ramener Joey (l'enfant) en Amérique. Joey va donc devoir s'habituer à de nouvelles coutumes et à sa nouvelle famille.
Ce livre est plutôt intéressant, on découvre de nombreux personnages, avec des avis très souvent différents. On a une alternance de points de vue, ce qui permet aux lecteurs de comprendre plus facilement l'histoire.
J'ai trouvé Cho-Cho très naïve, elle ne réfléchit pas assez, que ce soit pour son bien ou celui de ses proches (son fils ou Suzuki sa servante, mais surtout son amie). Je n'ai pas toujours été d'accord avec les faits et gestes de Pinkerton, ou sa fiancée qui va prendre une très grande importance dans la suite du roman.
Le roman commence dans les années 20, mais passe par la grande dépression, Pearl Harbor, ou la seconde guerre mondiale. J'ai été très touchée par les conséquences de Pearl Harbor pour les Nippo-américains, et surtout par leurs conditions de vies. Mais on peut s'apercevoir que les japonais se sont adaptés au milieu dans lequel ils se trouvaient, et ont essayé de s'en sortir du mieux qu'ils pouvaient.
J'ai malheureusement trouvé des points négatifs : des descriptions parfois trop longues, inutiles et ennuyeuses. La fin m'a un peu déçue, je ne l'ai pas trouvée assez développée et explicite. J'espérais peut-être une vraie fin heureuse.
Mais ce livre vaut le coup d'être lu ! Alors foncez s'il vous intéresse !
Lien : http://x-livres-passion-x.sk..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Alyenor
  13 octobre 2014
Une très jolie histoire.
La résignation de Cho Cho est impressionnante. Comment attendre pendant des années un homme pour qui on ne compte pas ?... Cela me laisse très songeuse.
J'ai également aimé suivre les changements chez la femme de Ben. On lui impose un enfant qu'elle a (presque) enlevé des mains de sa mère, doit subir le regard des autres, apprendre à aimer ce fils inattendu... Et pourtant, elle reste digne en toute circonstances et garde la tête haute même à la mort de son mari.
De plus, on découvre les coutumes japonaises du début du siècle. Un régal !
Commenter  J’apprécie          40
Sirrah
  21 juin 2017
L'oeuvre s'ouvre sur le final de l'opéra de Puccini, au moment où Mme Butterfly met fin à ses jours dans un souci de mourir avec honneur, laissant de ce fait son fils aux bons soins de son père et de sa belle-mère.
L'histoire aurait pu se contenter de raconter un après, mais quelle agréable surprise de découvrir que L Histoire y trouve, page après page, sa place dans le roman.
Mais bien au-delà de la guerre du Pacifique, ce récit parle de l'adoption, de la difficulté de trouver sa place en tant qu'individu étranger à deux cultures sensées être siennes...
J'ai adoré ce roman et son caractère non manichéen.
Un auteur de talent, un livre digne d'intérêt, il ne m'en fallait pas plus pour dévorer cette oeuvre!
Quant aux éditions Fleuve Noir, un grand bravo pour cette mise en page soignée et d'un goût exquis.
Un grand livre!
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
KittiwakeKittiwake   06 août 2012
Tandis que le convoi reprenait son avancée, la boue gicla sous des roues et arrosa les lavandières. Elles jurèrent tout bas.
Joe aurait voulu demander pardon à ces femmes. Mais il avait fini par comprendre que les soldats étaient formés pour inverser les lois de l'évolution dans l'oubli de la politesse la plus élémentaire et le retour à une sauvagerie qui caparaçonnait leur esprit. La guerre ne vous laissait pas le temps de dire pardon
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
KittiwakeKittiwake   06 août 2012
Peu à peu, en s'acclimatant à sa nouvelle fonction, il devint un être hybride : un soldat, une créature de science-fiction, mi-homme, mi-machine. La machine obéissait aux ordres, tuait sans émotion, se battait jusqu'au bout même amochée. L'homme en revanche éprouvait de la peur, du remords de la douleur. L'homme saignait. Souvent il mourrait.
Commenter  J’apprécie          30
SirrahSirrah   21 juin 2017
La vérité est pareille à l'eau qui prend la forme du vase qui la contient. Elle apparaît sous un jour différent selon le point de vue de chacun. L'eau est source de vie quand on la boit, cause de mort quand on s'y noie.
Commenter  J’apprécie          20
x-livres-passion-xx-livres-passion-x   25 mai 2013
Un jour, disait-elle, un jour, au retour des hirondelles, mon mari reviendra. Il était revenu en effet, mais pas en qualité de mari, et en dépit du soleil, le jour était obscurci par les ténèbres de la trahison.
Commenter  J’apprécie          20
EcureuilbleuEcureuilbleu   01 juillet 2017
La vérité est pareille à l'eau qui prend la forme du vase qui la contient. Elle apparait sous un jour différent selon le point de vue de chacun. L'eau est source de vie quand on la boit, cause de mort quand on s'y noie.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Lee Langley (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lee Langley
Le livre « Une ombre japonaise » nous fait revivre l'Opéra de Puccini Madame Butterfly, avec une fin réinventée par l’auteure. C’est à la tombée du rideau après avoir vu cet opéra que Lee Langley s’est prise à rêver de lui donner une suite, en se demandant ce que pouvaient devenir les personnages.
autres livres classés : japonVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
854 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre