AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Bernard Blanc (Traducteur)
EAN : 9782070395897
496 pages
Éditeur : Gallimard (21/01/2010)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 55 notes)
Résumé :
Dans les années 1930, en pleine Dépression, la petite ville de Tyler, dans l’est du Texas, survit grâce à la scierie de camp Rapture. Fils de la principale actionnaire de l’entreprise, Pete Jones est aussi le shérif de la ville. La surprise est donc générale lorsque sa femme Sunset, violentée une fois de trop par ce mari brutal, l’abat d’une balle dans la tête. Malgré son acquittement pour légitime défense, les commentaires vont bon train : comment une femme peut-el... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  22 juin 2020
Cette fois aura été celle de trop... Alors que son mari, Pete, lui assène des coups et tente de la violer, Sunset s'empare de son .38 et lui colle une balle dans la tempe. Une fois remise par tant d'émotions, la jeune femme se rend, grâce à oncle Riley croisé sur la route, chez ses beaux-parents. Évidemment, la nouvelle de la mort de leur fils les met hors d'eux, notamment Jones. Mais, étonnamment, sa belle-mère, Marylin, finit par l'enlacer, comprenant son geste. Elle va même, contre l'avis de certains, proposer sa belle-fille au poste de constable, laissé de par le fait vacant depuis la mort de Pete. Un poste que la jeune femme accepte malgré les réticents. Épaulé par Clyde et Hillbilly, un jeune vagabond chanteur, elle va très vite devoir faire ses preuves avec la découverte d'un cadavre d'enfant, enterré dans le champ d'un propriétaire noir...
Joe R. Lansdale nous emmène à Tyler, dans l'East Texas, durant les années 30. Bien qu'elle ait assassiné son mari, par trop de fois violent, Sunset n'est ni inquiétée et encore moins jugée. Bien au contraire puisqu'elle se voit confier le poste de constable, grâce à sa belle-mère qui a un rôle très important dans la plus grande scierie du coin. Mais occuper un tel poste lorsqu'on est une femme n'est pas une mince affaire. D'autant que la découverte d'un premier puis d'un second cadavre va faire resurgir de vils secrets et magouilles. Outre ces enquêtes menées de main de maître et l'ambiance sombre (années noires de la Grande Dépression, population rustre, ségrégation raciale), ce roman brosse le portrait d'une femme rebelle, insoumise et courageuse. Les personnages secondaires ne sont pas en reste, notamment Marylin, qui ose enfin s'affirmer, Hillbilly, qui cache bien son jeu, un croquemitaine effrayant ou encore Bull, le géant noir. Un roman dur, captivant et plus profond qu'il n'y paraît...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          592
Crossroads
  25 novembre 2015
Sunset Jones, un jour, a dit stop.
Stop aux tromperies et aux coups de son shérif de mari qu'elle trucide lors d'une ultime scène de ménage.
Contre toute attente, acquittée et nommée en lieu et place de sa défunte moitié, cette femme fraîchement émancipée devra rapidement s'affirmer tout en s'évertuant à résoudre sa première enquête. En effet, la découverte d'un cadavre de femme enceinte aux abords des champs de l'un des plus prolifiques propriétaires terriens du coin, noir de surcroît, ne lassera pas de la confronter à des intérêts individuels qui la dépassent de très loin.
Elle est désormais la femme à abattre.
Lire Lansdale, c'est l'assurance quasi acquise de s'éclater sur quelques centaines de pages.
Une verve hors du commun.
Une faculté d'immersion en un environnement naturel et humain hostile généralement dépeint au cordeau.
Un récit habilement construit qui se tient de la première à la dernière ligne.
Difficile de prendre le bonhomme en défaut au vu du niveau d'écriture et de créativité très largement supérieur à la moyenne.
Du Sang Dans La Sciure n'est pas qu'un énième thriller social. Il est bien plus que cela.
Le portrait d'une femme qui a brisé ses chaînes pour donner libre cours à sa nature profonde.
Un être d'une force insoupçonnable capable d'affronter l'âpreté de ce monde tout en composant avec les démons qui la rongent.
Au-delà de ça, Lansdale, comme d'hab', s'est ingénié à dresser une galerie de portraits pas piquée des canetons.
Des êtres faillibles que l'on se plaira à aimer ou détester, c'est selon , mais tous pleinement légitimés par une histoire originale et racée.
Le mieux, pour se faire une idée, c'est encore de tenter l'aventure Lansdale car l'essayer, c'est définitivement l'adopter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4412
Crazynath
  06 janvier 2020
Joe R. Lansdale est un auteur que j'ai vraiment découvert grâce à Babelio. Je ne suis cependant pas encore allée très loin dans la lecture de son oeuvre car « du sang dans la sciure » n'est que son troisième livre que j'ai entre mes petites mains.
Ce livre ne fait pas partie de la série mettant en scène les deux inoubliables potes Hap et Leonard.
Nous sommes au Texas dans les années 30, et cette fois ci, le personnage principal de cette histoire est une femme.
Sunset, qui doit son surnom à sa chevelure rousse de chez rousse vient d'abattre son mari. Il venait de la battre et essayer de la violer une énième fois. Et cette fois ci, c'était la fois de trop.
Finalement, grâce à sa belle-mère, elle ne va pas se retrouver en prison, mais avec un boulot : celui de constable vu que la place était à prendre suite au décès de son mari qui était le dernier constable en titre…
Apres des débuts en fanfare, Sunset va essayer de résoudre le mystère lié à la découverte d'un corps de nouveau-né ainsi que celui d'une femme… les deux victimes ont été enterrées dans un champ… Peut-être dans un objectif d'impliquer son propriétaire qui est noir… L'histoire va évidemment se compliquer car beaucoup d'intérêts personnels sont en jeu, et la corruption règne partout.
Un très beau livre ou l'auteur a su restituer le climat social de l'époque dans une région qui n'est de plus pas épargnée par les catastrophes naturelles…
Ce livre est aussi une dénonciation de la place de la femme à cette époque où il est bien clair pour la plupart des gens que les femmes sont justes bonnes à tenir une maison, faire la cuisine et des enfants ( et pas forcément dans cet ordre ). Et bien entendu, le terme violences conjugales n'est pas encore d'actualité…Sunset en essayant de sortir de ce moule bien figé que la société a créé, est encore plus forte et courageuse qu'elle ne semble le réaliser. C'est un personnage terriblement attachant.
J'adore le style inimitable de Lansdale, à la fois profond et caustique. Il sait appuyer là où ça fait mal, et quelle fluidité dans son écriture !
Une très belle lecture, qui me conforte dans le fait que je dois absolument tout lire de cet auteur !

Challenge Mauvais Genres 2020
Challenge A travers l'Histoire 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3624
Woland
  25 juin 2012
Sunset & Sawdust
Traduction : Bernard Blanc
Avec "Les Marécages" et "Sur la Ligne Noire", "Du Sang Dans La Sciure" est en général considéré comme l'un des romans majeurs de Joe Lansdale. C'est là encore un "polar social" dans lequel l'intrigue policière se double d'une analyse critique de la condition des minorités - et donc de la condition de la Femme - dans le Texas oriental des années trente. Mais ici, pas de narrateur masculin revenant sur sa jeunesse, pas de discours nostalgique : rien qu'une violence et une misère intellectuelle brutes de décoffrage. C'est le Sud des "pauv' Blancs", sur lequel n'arrête pas de déferler l'énorme tempête de sable des années trente, avant que l'entrée des Etats-Unis dans la Seconde guerre mondiale ne donne un coup d'accélérateur au développement économique de l'Amérique profonde - et arriérée.
Sunset Jones, l'héroïne de ce roman écrit intégralement à la troisième personne, compte pourtant parmi les "notables" de la petite ville texane qui sert de décor à l'action. Elle a épousé Peter Jones, le constable du coin - la ville est trop petite pour avoir un sherif - par ailleurs fils unique des propriétaires de la scierie qui assure l'essentiel de l'emploi dans la région. Seulement voilà, Pete est un homme violent, qui boit comme une éponge rescapée du Sahara, court la gueuse avec la frénésie d'un futur vérolé et trouve encore le moyen de cogner et de violer sa femme dès qu'il rentre au logis. Avec ça, s'il y en a qui s'étonnent de voir un jour Sunset craquer et abattre son mari, c'est qu'ils ont une drôle de conception de l'existence.
Tel est le point de départ d'une histoire bourrée jusqu'à la table des chapitres de rebondissements dont certains - selon qu'on est ou pas un inconditionnel de Lansdale - et notamment le retour du père de Sunset, paraîtront tirés par les cheveux ou, à tout le moins, relever du roman-feuilleton du XIXème siècle. Mais deux points restent très intéressants dans ce livre : 1) la chute qui fait son boulot et surprend pas mal, 2) et la description de l'East Texas et de ses us et coutumes, description beaucoup plus réaliste, plus abrupte, plus brutale que d'habitude.
"Du Sang Dans La Sciure" est un roman dur qui ne fait pas de quartier. Lansdale y montre une humanité que l'ignorance, les idées reçues et la misère cantonnent dans une espèce de no man's land dont ses membres n'ont pas même conscience. Ils sont fiers de leur crasse intellectuelle, de leur morale dégénérée, de leur grossièreté, de cette supériorité que, selon eux, leur confèrent soit le sexe, soit la couleur de la peau. Ils sont même si fiers de ce qu'ils tiennent sincèrement pour des valeurs saines qu'ils ne se rendent pas compte qu'elles les mènent droit à la déshumanisation absolue.
Un livre à lire, certainement. Un polar ? Je n'en suis pas sûre. Un roman noir, oui et non car la fin est mitigée. Mais un excellent roman sur le Sud des Etats-Unis au temps de la Grande dépression, c'est certain. ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
trust_me
  17 octobre 2011
Texas, années 30. Sunset explose la cervelle de son mari à coup de calibre 38 pendant qu'il essaie une fois de plus de la violer. Femme battue et trompée, elle ne supportait plus une situation devenue invivable. le problème, c'est que ce mari est aussi le shérif du coin et le fils des propriétaires de la plus grande scierie de la région.
En apprenant la nouvelle sa belle mère, d'abord effondrée et vindicative, finit par excuser son geste. Elle-même doit subir la violence quasi quotidienne de son époux. Comprenant qu'elle est quelque part responsable de la situation puisqu'elle a laissé son fils grandir avec l'impression que battre une femme est un comportement naturel pour un homme, elle chasse son propre mari qui se suicidera quelques jours plus tard.
Sunset tente quand à elle de se remettre tant bien que mal du meurtre qu'elle a commis. Nommée shérif à la place de celui qu'elle a tuée, elle éprouve les pires difficultés à se faire respecter dans cette région de l'East Texas machiste où le Ku Klux Klan règne en maître. C'est en enquêtant sur un double meurtre particulièrement atroce qu'elle va mettre à l'épreuve ses convictions et le peu d'amour propre qui lui reste.
Du sang dans la sciure, c'est avant tout le combat d'une femme dans un monde d'hommes qui ne lui reconnaissent aucune légitimité. Mais c'est aussi une plongée ultra réaliste dans l'Amérique profonde de la grande dépression. On y croise des hobos, des saisonniers qui vivent au jour le jour dans une misère totale et des noirs qui ont bien du mal à croire à la fin de l'esclavage.
Décidément, Joe R. Lansdale est un sacré bon écrivain de polars. Certes, du sang dans la sciure n'est pas son meilleur roman. Juillet de sang, Un froid d'enfer ou Les marécages restent ses productions les plus abouties. Il n'empêche. Il est dans la lignée du très grand Pelecanos. Rajoutez Ed Mc Bain et Chester Himes et vous aurez mon quatuor majeur de la littérature policière version US.
Une dernière recommandation : ce roman n'est pas destiné aux lecteurs qui ont les oreilles chastes. On est dans le Texas profond, chez les rednecks les plus rustres et la prose reflète bien l'ambiance générale. C'est vulgaire, bien gras et sans fioriture. Personnellement, j'avoue que j'adore ça !

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   22 juin 2020
Moi aussi j'ai mal agi une ou deux fois dans ma vie, mon trésor. Des trucs dont je ne parle même pas. Parfois, on est pris d'une espèce de fièvre, et ça arrive, c'est tout. Toutes sortes de choses peuvent se produire, et ensuite on vit avec des regrets. Et c'est plus facile de vivre avec certains qu'avec d'autres.
Commenter  J’apprécie          190
marina53marina53   23 juin 2020
La lune n'était pas pleine, mais elle était assez lumineuse et l'air était clair et un peu frais. La nuit débordait de lucioles. On aurait dit que toutes les étoiles étaient tombées sur la terre et rebondissaient de-ci de-là.
Commenter  J’apprécie          192
WolandWoland   25 juin 2012
[...] - "Tu crois que [Sunset] va marcher ? Accepter cette transaction ?" demanda Henry.

- Pas elle. Et en fait, j'espère que non. Elle et moi, on a besoin de devenir intimes, et j'aime bien avoir une raison d'être en colère.

- Je pense qu'elle acceptera," insista Henry. "Elle roule des mécaniques, là, mais elle y réfléchira. Elle acceptera.

- Non, elle passera."

Henry leva les yeux, étudia Two.

- "T'avais vraiment besoin d'amener ce cireur de pompes avec toi ? Ici ?

- Il fait ce qu'il veut.

- Je ne comprends pas. Je t'ai engagé, et t'es venu avec ce type.

- Ca t'a coûté un billet de train. Remets-toi. Il a dû voyager à l'arrière, avec les gens de couleur. Ca n'a pas été drôle pour lui.

- C'est un nègre.

- Two n'a pas la même manière de penser que ceux d'ici.

- Qu'est-ce que ça signifie ?

- Ca signifie qu'il ne cire aucune chaussure.

- Pourquoi reste-t-il planté là comme ça, dans l'ombre ? Il me fout la trouille.

- Il aime la pénombre", répondit McBride avec un grand sourire. "Il croit qu'il est lui-même une sorte d'ombre. ..." [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
marina53marina53   22 juin 2020
Il n'était pas impressionné par leurs draps, lui aussi il en avait, mais il était assez intelligent pour savoir qu'ils allaient sur son lit, pas sur sa tête.
Commenter  J’apprécie          170
marina53marina53   22 juin 2020
C'est pareil pour tout le monde, Clyde. Beaucoup de gens croient qu'ils sont généreux, qu'ils font passer les autres avant eux, mais ce n'est pas vrai. Pas exactement.
Commenter  J’apprécie          150

Videos de Joe R. Lansdale (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joe R. Lansdale
Cold in July (2014) - Bande-annonce VF
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Titres de la série 'Hap Collins & Leonard Pine' de Joe R. Lansdale

le 1e, Savage Season (1990), est paru en France en 2014 sous le titre :

Les Mécanos de la Lune
Les Mécanos de Vénus
Les Mécanos d'Uranus
Les Mécanos de la Terre

8 questions
21 lecteurs ont répondu
Thème : Joe R. LansdaleCréer un quiz sur ce livre