AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 978B0761TXM2X
245 pages
Éditeur : (28/09/2017)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Dans le Bel Âge, infesté par un fléau surgi des mers,
Dans les douze duchés, cernés par la mort et la rouille,
Quatre destins se tissent sur la trame d'un avenir endeuillé.

L'Impatient, paria sans nom, se dirige dans un décor de beauté dévastée vers le cœur de Cendre pour y livrer son mystérieux message.

Adrian, traqueur de mort et creuseur de tombes, conduit ses hommes vers une fin inéluctable.

Alcandre app... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
levri
  03 avril 2020
Un Royaume en recherche d'un roi, le précédent ayant été assassiné, est assailli par des monstres issus de la mer. Combien des douze duchés aux coutumes et peuples si disparates seront-ils éliminés avant qu'on parvienne à stopper l'avance de l'ennemi ?
Quatre personnages vont évoluer à travers intrigues, trahisons et incompréhensions pour tenter de sauver le royaume …

Le début du récit est assez hermétique, nous passons d'un individu et d'un duché à l'autre et découvrons cet univers à travers les personnages, ce qui n'est pas évident vu la diversité des races aux usages particuliers à chaque duché et la multiplication des personnages.
Le procédé d'alternance des récits s'il n'est pas parfaitement maîtrisé a tendance à empêcher l'immersion dans le livre, ce qui est le cas ici, les personnages mettant du temps à prendre une consistance intéressante du fait du fractionnement des données les concernant et du nombre de pages limité empêchant les développements qui seraient nécessaires. Tout du long nous suivons des personnages qui ne semblent rien avoir de commun, je suppose que nous découvrirons ce qui lie leurs actions dans le second tome, mais dans l'état actuel du livre je reste très dubitatif sur l'intérêt de me procurer la suite.

L'écriture est assez fluide mais le fractionnement de l'action empêche l'immersion du lecteur, il y a des idées intéressantes qui auraient mérité d'être approfondies, mais malgré le faible nombre de pages j'ai eu quelques difficultés à me concentrer sur le récit, je ne sais si j'enchaînerai sur la suite …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Melvie77
  17 décembre 2017
Voilà un roman de fantasy dont la mythologie est sublimement écrite, amenée pas à pas et de façon très immersive.
Au début, je ne vous cache pas qu'il va vous falloir un bloc-notes pour tous les noms de personnages et de lieux, mais c'est un peu le jeu, vous dirai-je, quand on lit de la fantasy digne de ce nom^^ Ce ne sont pas les lecteurs de Tolkien, Hobb et Martin qui vont me contredire :)
Nous commençons le roman dans un monde dévasté par de nombreux affrontements, les Duchés du Bel Âge n'ont pas le temps de souffler qu'un nouveau cataclysme leur tombe dessus : d'étranges créatures, les Noyés, s'apprêtent à submerger Sorgue...
De valeureux soldats, nommés les Creuse-tombeaux, hommes ayant perdus leur nom et leur honneur, vont tenter de combattre ce fléau au prix de leur vie. En parallèle, un Impatient, homme sans nom, va se voir confier une mission déterminante pour l'avenir du Bel Âge ...
Olivier Larue manie une plume dynamique, les détails permettent une immersion totale dans cet univers de dark fantasy, beaucoup d'action dans ce roman également rythmé par un humour bienvenu pour apporter de la finesse et de la légèreté dans cet univers. L'auteur est un amoureux des mots et nous partage sa passion avec brio.
Ce premier opus est une très belle découverte, qui nous laisse sur beaucoup de questions, mais qui donne envie de lire la suite.
Je vous conseille vraiment de lire ce roman pour la découverte d'une plume ciselée et rythmée. Une aventure originale narrée par un conteur hors pair, une évasion livresque tout simplement
Lien : https://aufildesevasionslivr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
pgaulon
  18 mai 2019
Le meilleur roman de fantasy que j'ai lu de ces dernières années. Un univers fouillé, des personnages charismatiques, de l'action, et une écriture splendide..
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
levrilevri   03 avril 2020
— Sans rire, vous voulez dire que vous ne savez vraiment pas ce que ça signifie ? »
L’autre fit un petit signe de dénégation. Mais il y avait quelque chose de faux dans son regard. Celui qui n’avait point de nom joua la carte de la naïveté. « Laissez-moi vous faire un bref récapitulatif. Tout en haut, il y a l’ Duc. C’est facile, c’est l’ seul type avec des yeux d’or, enfin, à dire vrai, on dit qu’il y en a deux voire trois par génération. Après vous avez les yeux d’argent. Ça, c’est les Comtes. Puis les yeux de bronze pour les Barons. Les Barons obéissent à leur Comte qui obéit au Duc mais ça j’crois qu’ c’est partout pareil, non ?
— Depuis la Lex Publica, à la fin du Prime Âge.
— Ouais, ça date pas d’hier, quoi. Bon, ça c’est le sommet de la caste noble, après vous avez le reste de la haute. Les guerriers, aux yeux rouges, les artistes, aux yeux bleus, et les courtisans, aux yeux jaunes. Tout ça, ça constitue la noblesse.
— Jusque-là, j’avais suivi. Même si certaines subtilités m’échappent encore.
— Ouais, ça peut paraître embrouillé au début, mais au bout d’un moment ça d’vient naturel. Après ça, vous avez, les artisans, yeux verts, les commerçants, yeux violets et les paysans, yeux orange. Et là déjà, ça s’complique. Parce que les artisans, ils vendent aussi ce qu’ils fabriquent, ce qui explique qu’on croise aussi bien des yeux verts que des yeux violets sur le marché. »
Non sans une certaine malice, son débit allait s’accélérant au fur et à mesure de ses explications. « Reste les yeux marron, continua-t-il, eux, ils servent de domestiques, de serviteurs, tout ce que vous voulez. Certains vivent chez eux, d’autres chez leurs maîtres. Ils sont payés, ils peuvent fonder une famille. Par contre, les yeux gris… Eux, ce sont les parias. »
Le hochepot arriva sur son tranchoir avec un gros morceau de pain en plus. « Voilà messire. »
Le sans nom s’interrompit brièvement et remercia sans façons. « Pour survivre, enchaîna-t-il la plupart se font esclaves. Leurs propriétaires sont alors tenus d’ les nourrir et d’ les loger, c’est tout. La haute noblesse en possède souvent beaucoup pour la guerre, ce sont des soldats qui coûtent moins qu’un quignon d’pain. Plus de la chair à canon en fait. Beaucoup, sont mendiants. »
Le Bruméen écoutait attentivement malgré le débit. « Et les yeux noirs dans tout ça ? demanda-t-il.
— Juste en d’ssous d’ tout c’ beau monde. »
L’étranger leva son unique sourcil. « Que peut-il, y avoir en dessous d’un esclave ?
— Votre vertu, dans le Duché des Brumes, c’est la Connaissance, non ?
— Très juste mais quel rapport ? — Comment sont perçus les ignorants chez vous ? »
Le Bruméen eut un rictus de dégoût. « Nous y voilà ! rugit l’Impatient en tapant de la main sur la table et en attirant de fait le regard furieux des deux Prêtres. C’est exactement ça ! Nous sommes la giclée d’ verjus sur les papilles albâtréennes ! Nous n’ sommes pas insignifiants, non, nous sommes pires que ça. Nous sommes de trop. Voilà ce que sont les Impatients.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
levrilevri   03 avril 2020
Alcandre se reprit en expirant longuement. « Cette fille, dit-il un ton en dessous, était-elle d’accord ? »
Clitidas ouvrit de grands yeux ronds. « Comment cela d’accord ? Elle avait les yeux gris, ne sois pas ridicule. Depuis quand la noblesse doit-elle demander son avis à la roture ? N’est-ce pas un honneur que j’ai fait à cette pécore ? »
Alcandre ne dissimula pas son dégoût. « C’est à cause de personnes telles que toi que notre Duché est malade. Primus a créé les castes dans un dessein précis : les plus hautes doivent protéger les plus faibles. Non pas profiter de leur statut. »
Clitidas eut un bref souffle de mépris. « Et où va-t-on avec ta logique ? Si nous laissons les yeux gris se rebeller et que les autres se mettent à suivre, qu’adviendra-t-il ? Ils sont bien plus nombreux que nous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
levrilevri   03 avril 2020
— Oui, répondit le Duc, glacial. Achevez-le. Il n’est plus d’aucune utilité.
 » L’Impatient étudia un moment le gaillard qui reprenait peu à peu ses esprits, grognant sous la douleur. Il s’arrêta, songeur, sur ses mèches de cheveux blancs qui trempaient dans le sang. Il ramassa le fléau et se mit à le faire tournoyer d’une main. Le grincement de la chaîne fit se retourner le blessé, il écarquilla les yeux en voyant s’approcher la boule chargée de pointes. Ce fut un bruit sourd qui résonna dans toute l’immensité de la pièce. Le Duc avait détourné les yeux avec un dédain plein de superbe. Le sénéchal s’était couvert le visage dans un petit couinement. Alcandre n’avait pas cillé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
levrilevri   03 avril 2020
Adrian était en tête, bouclier dans la main gauche, épée dans la main droite. Il sautait de gravât en gravât vers le cœur amorphe de la mêlée. Un peu plus en avant que les autres, un Noyé semblait l’observer sans le voir, le regard vide et blanc. Sa bouche rouge, énorme, hérissée d’innombrables dents grises, acérées, tordues et dégoulinante de bave glauque, s’ouvrait et se fermait lentement comme celle d’un poisson. On eut dit une sorte de cadavre imbibé d’eau, la peau blanche et suintante, pleine de plis et de recoins. La créature, ainsi que toutes les autres, souffrait par endroit d’une lèpre étrange ; excroissances de métal rouillé à l’extrême qui sortaient de sa peau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
levrilevri   03 avril 2020
Fleurant s’esclaffa joyeusement à la manière d’un enfant. Il n’était pourtant pas si jeune du haut de ses dix-sept printemps. Mais ses traits fins, la blondeur des cheveux qui lui tombaient jusqu’aux épaules, la pâleur de son teint à l’exception des pommettes qu’il avait rouges comme une poupée, tout son physique transpirait une innocence qui faisait oublier qu’il était un homme fait depuis longtemps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : castesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

La littérature indienne : etes-vous intouchable ?

Quel est le nom de l'ancienne propriétaire de la maison qu'occupe le couple dans "Loin de Chandigarh" de Tarun Tejpal ?

Fizz
Karine
Catherine
Angela

10 questions
87 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature indienne , indeCréer un quiz sur ce livre