AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2748387147
Éditeur : Société des écrivains (12/07/2012)

Note moyenne : 4/5 (sur 2 notes)
Résumé :
"Élise aime Jules jusqu'à la suffocation et est prête à tout sauf à le partager, jusque dans les excès d'une alcôve échangiste. Mais l'amour, le passionnel, le seul véritable, passe bien par l'assouvissement des corps. Les tourments de son âme pourtant ne sont pas apaisés et l'amour côtoie la haine jusqu'à plus soif...
Jules, Yannick, Nedélia et puis Isabelle et puis Lou... L'étourdissement des corps à corps pour oublier celui du coeur est décrypté, fouillé e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
Erzuli_CapoteErzuli_Capote   02 août 2012
"M'avaler de larmes contre ta peau, le velours de tes yeux sur moi, ce qui me transperce et me brûle jusqu'à couler au fond de ma gorge, c'est toi tout entier. La soie de tes mains glisse sur mon corps. Je respire, transpire de vagues jusqu'à l'affolement total, et je m'agrippe à toi, car je ressens la sensation d'être perdue sans avoir peur de l'être à jamais, et tu pénètres doucement l'antre de chair, cette chaleur que tu désires. Ma langue aime s'égratigner à la naissance de ta barbe. J'étouffe alors, lorsque tu creuses au plus loin de moi, aussi profondément, aussi vite que tu le peux. Je voudrais mourir lorsque tu grognes entre ma poitrine. Je t'aime mes larmes sur ta langue, les yeux dans ton néant, la folie entres mes reins."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Erzuli_CapoteErzuli_Capote   02 août 2012
"Je me souviens de tout, ça agit comme des flashs inopportuns, un kaléidoscope de souvenirs monstrueux. C'est là que mon corps rugit, l'intérieur de ma gorge semble brûler et l'acide dégouline de ma bouche. En général, j'ai le temps de me retrouver dans les toilettes pour y vomir. D'aussi loin que j'ai commencé à éprouver de la jouissance par moi-même, j'ai eu ces remontées insupportables, comme pour pointer du doigt une faiblesse méprisante. Je regarde avec envie ces visages sur l'écran, surtout les femmes parce qu'elles sont gracieuses et belles, lorsqu'elles jouissent, j'ai toujours la conviction qu'elles vont s'envoler ou mourir ou pleurer. Lorsqu'elles simulent, je supprime la vidéo. Mais cette force qu'elles dégagent, cette puissance du désir dans leurs yeux, au creux de leur rein, dans leur bouche convulsionnée, mon doigt lubrifié par tant de lubricités s'agite sur mon clitoris que je sens gonfler et prêt à exploser. C'est si intense que je ne me retiens plus."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Erzuli_CapoteErzuli_Capote   02 août 2012
"« Elle veut que tu la mordes ! », me prévient-il.
Je fais non de la tête, alors il hausse les épaules et attrape ma captive pour l'attirer à lui. Je sens mon cœur flancher lorsqu'il lui enveloppe les seins de ses mains vigoureuses, la regarde dans les yeux et happe un de ses mamelons, il la mord pour me montrer, mais ça me rend malade. La jeune femme est pour sa part conquise, elle se laisse faire contre lui, ose lui passer la main dans ses cheveux et se pose sur ses genoux en conquérante, elle se pâme devant moi de ses habiles manœuvres pour la goûter.
J'essaye de toutes mes forces de m'accoutumer, de me contenir, de regarder ailleurs, pourtant lorsqu'elle tente de défaire son ceinturon, je ne contrôle plus rien, tout s'arrête et je ne comprends pas mon corps qui se réveille d'une longue léthargie. J'attrape mon verre et je lui assène un coup à la tête, Jules est aussi étonné que l'assistance. Avant qu'il n'ait le temps d'émettre une remarque, je le cogne au visage avec mon poing. C'est précipitamment et sans demander mon reste que je quitte l'endroit. Personne ne m'a retenue, ils étaient affairés à toute autre chose, leur cas personnel semblait plus préoccupant ou plus urgent qu'une femme qui avait laissé son cœur s’éparpiller dans l'une des salles.
Étrange comme tout change d'un coup, je ne pleure pas dans le taxi, un bout de verre dans la paume de ma main m'hypnotise, en cet instant rien ne compte plus que cette blessure au creux de ma pogne. La fissure ruisselle sous les lampadaires et les feux de la ville, j'appuie bien fort pour faire sortir l'éclat puis je serre le poing de toutes mes forces, celui qui a tué mon amour pour lui. Ma tension retombe d'un coup, j'ai une envie furieuse de crier dans la voiture, que le chauffeur me console, que quelqu'un me gifle pour avoir cru si bêtement pouvoir accepter toute cette mascarade. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Erzuli_CapoteErzuli_Capote   02 août 2012
"Karina était apparue dans notre vie, hurlant dans les studios, le rimmel débordant de ses yeux, les guibolles flageolantes, complètement bourrée. Au casting, elle ne tenait pas droite. Stéphane a dû intervenir pour qu’elle n’égorge pas la casteuse qui avait osé critiquer ses frusques.
_ Vous n’avez pas assez de couilles pour ce film, avait-elle éructé, qui a écrit ça ? QUI ? Avait-elle crié en brandissant le synopsis.
Je m’étais avancé vers elle tout fier, un vrai con dans ses sapes de marques. Sylde m’avait considéré avec grand étonnement, comme si j’étais faux et qu’elle essayait de repérer le véritable Ian sous toute cette merde superficielle.
_ Je crois pas qu’un branleur pareil ait pu écrire un rôle aussi beau. Va te faire foutre !
Elle m’avait fracassé sa bouteille de vodka en plein dans la tronche et dans ma folie, à 22 ans, je suis tombé amoureux d’une allumée."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Erzuli_CapoteErzuli_Capote   02 août 2012
"Lorsque j'étais enfant, ma première hallucination avait les cheveux de paille d'un blond éclatant et du bleu ciel qui colorait ses yeux de dévot. Je l'imaginais pourfendre mon agresseur qui me sciait la fente avec ses doigts. Je l'avais prise pour Dieu à l'âge de six ans puisqu'il était là pour m'entendre geindre. Petit à petit son image s'était déformée, il avait grandi avec moi, son regard n'exprimait plus que de la concupiscence, il avait l'air bouffi des chérubins modelés dans un corps d'adulte. L'ange avait cédé la place à quelque chose de plus fort, qui ne se contentait plus d'être présent près de moi mais à l'intérieur de moi. L'ange se branlait sur moi lorsque j'explorais la cavité brisée de mon sexe, il n'avait aucune pulsion bestiale que je ne puisse contrôler et avec l'âge il prit les traits de Jack Wrangler puis enfin de Ian Scott."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
autres livres classés : traumaVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Autres livres de Paracelsia Le Saigné (1) Voir plus


Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
897 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre