AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marie-Françoise Husson (Traducteur)
EAN : 9782869306233
171 pages
Éditeur : Payot et Rivages (01/02/1993)

Note moyenne : 3.12/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Quelqu'un, quelque chose était derrière elle, quelque part ! Elle se retourna brusquement. L'entrée du parc avait la même apparence qu'auparavant, bien que maintenant la brume eût épaissi. Puis soudain, comme si elle avait toujours su où porter exactement son regard, elle tourna lentement la tête vers la gauche. Elle ne vit pas apparaître cette chose imaginaire, épouvantable, contre laquelle sa raison se débattait : ce n'était pas le Comte Dracula aux longues dents,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
encoredunoir
  02 août 2016
« Il existe ainsi, à Bedford-Stuyvesant, aux marges de Black ou Spanish Harlem, des quartiers entiers de ces bâtiments sinistres, parfois des kilomètres de ces rues ravagées. Vues de loin, une nuit de pleine lune par exemple, ils ont la beauté lugubre et spectrale de Berlin, ou de Dresde après l'apocalypse.
Plus loin dans le haut de la rue, les immeubles ont des portes, et même des vitres à presque toutes les fenêtres ; sinon de vraies vitres, au moins des panneaux de plastique, de contreplaqué ou de carton – tous les matériaux imaginables pourvu que ces protections de fortune empêchent la pluie d'entrer.
C'est que des gens sont venus habiter là. Des fractions d'êtres pour commencer – à demi vivants, à demi morts, aux deux tiers d'un autre monde. […]
Bizarrement, c'est l'état de la tuyauterie qui fait la différence. Que la chasse d'eau fonctionne, qu'on puisse remplir un verre ou une bassine au robinet, et on a un chez-soi. À tout le moins, quelque part où mourir. »
C'est dans ce New York ravagé des années 1970 qu'un soir d'été une femme se fait agresser et littéralement dévorer dans Central Park par une bande de préadolescents. Et c'est l'occasion pour Richard Lortz de plonger le lecteur dans le monde de ces enfants, un quartier aux marges de Manhattan où semble s'entasser toute la misère du monde. Ou plutôt un lieu où on l'a reléguée. Ainsi chacun des chapitres centraux du roman est centré sur l'un de ces enfants tueurs, sur son monde, sa famille, et surtout sa solitude dans un monde où l'autre, voisin, père, mère, frère, représente un danger potentiel.
À travers ce portrait âpre et violent d'un lumpenprolétariat qui s'entredéchire et que l'on contient à l'écart du reste de la société, Lortz, en utilisant quelques ressorts du fantastique pour mieux filer sa métaphore, montre comment on fabrique des monstres et comment on ne les découvre que lorsqu'ils se décident à sortir de la réserve dans laquelle on les pensait parqués.
D'ailleurs, si leurs actes ne font que s'ajouter à la violence du quartier, à partir du moment où ils vont déborder sur les territoires où ils ne devraient pas se trouver, les autorités useront des moyens les plus expéditifs possibles.
Puissant roman de critique sociale, Les enfants de Dracula est aussi une magnifique oeuvre littéraire violente et poétique, crue et empathique qui profite d'une très belle traduction de Marie-Françoise Husson. Autant dire qu'il s'agit là d'un classique qu'il convient de (re)découvrir.

Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Ubikson
  04 février 2018
C'est au coeur de Central Park qu'une femme va se voir agressée et dévorée par une bande d'enfants redevenus à moitié sauvages...
L'intérêt du roman de Richard Lortz n'est pas vraiment dans sa part fantastique, car il faut bien avouer que le récit est plutôt faible de ce côté_là.
Non, la force de ce livre est de décrire une facette réelle de ce monde, de la misère humaine qui pourrait éventuellement pousser certains êtres à libérer leur part animale dans le seul but de survivre.
Une oeuvre à part, atypique, dérangeante pour le fond, malgré une forme assez faible.
Commenter  J’apprécie          21


autres livres classés : sadismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Richard Lortz (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1895 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre