AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Danièle Bondil (Traducteur)Pierre Bondil (Traducteur)
EAN : 9782869303959
269 pages
Éditeur : Payot et Rivages (01/09/1990)
3.97/5   112 notes
Résumé :
Les porteurs-de-peau sont les sorciers, les loups navajo qui décident d'apporter le mal à leurs congénères. Ils rôdent dans les ténèbres de la grande réserve, parfois couverts d'une fourrure d'animal, et possèdent des pouvoirs surnaturels. Trois meurtres sont commis, peut-être quatre. Une nuit, Jim Chee, le policier navajo traditionaliste, est tiré de son sommeil et plongé dans l'angoisse. Alors commence une enquête qui lui fera côtoyer le lieutenant Joe Leaphorn et... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Neneve
  09 novembre 2019
Ouah... une plongée directe dans l'univers des Navajos, mais surtout, dans les paysages somptueux du Nouveau-Mexique !!! Les grands espaces, la chaleur, l'air pur, le ciel bleu... Un voyage que j'ai adoré. C'est le premier Hillerman que je lis, et j'ai vraiment adhéré à sa plume, à ses personnages, à son histoire. Ici, trois meurtres sont commis sur une réserve. Joe Leaphorne sera mandaté pour en connaître le pourquoi du comment. La quête aux indices commence, et le lieutenant refuse de croire que les meurtres ont un lien avec la sorcellerie. Mais cette magie cachera un mal encore pire qu'il ne l'imagine. Un univers fascinant. Une très bonne lecture.
Commenter  J’apprécie          211
belette2911
  20 septembre 2020
Jim Chee, policier Navajo, doit la vie à une chatte abandonnée…
Il ne l'a pas vraiment recueillie, puisque pour lui, un animal doit savoir se suffire à lui-même et ne pas compter sur les humains car un chat domestique n'a aucune chance de survie dans ce monde sauvage.
Mais c'est tout de même grâce à la chatière installée qu'il a échappé au tireur.
Trois meurtres ont eu lieu sur la réserve, plus une tentative en ce qui concerne Jim Chee et la police tribale Navajo est au point mort.
On a bien arrêté un homme qui a tiré sur une des victimes, mais le problème est que cette victime a été tuée à coups de couteau…
Ce roman est le premier qui rassemble le policier Jim Chee et l'enquêter Joe Leaphorn. Puisque j'avais commencé à l'envers, je me devais de revenir aux sources et ce par quoi tout a commencé.
Tony Hillerman nous immerge dans la société Navajo, dans leurs rites, leurs croyances, leur mode de vie, de pensées. Utilisant des mots de leur langue (glossaire en fin de volume), il rend ce récit encore plus réaliste.
Ne vous attendez pas à de grandes démonstrations, le Navajo se doit d'être modéré en tout chose et il ne courra pas en hurlant « YOUPIE », lui. Nos deux enquêteurs policiers sont aux antipodes l'un de l'autre. Chee est mince, Leaphorn est plus épais, Chee croit aux fantômes, Leaphorn non. Ils n'étaient pas faits pour se rencontrer, et pourtant.
On ne se plonge pas dans un Hillerman comme dans un autre roman policier. Ici, pas de page-turner, de suspense à couper au couteau. L'auteur prend son temps, développant ses personnages, leur environnement, leur mode de vie.
Pour l'auteur, ce sont les personnages qui sont les plus importants, l'enquête passe au second plan, elle est juste le moyen de nous faire découvrir une autre civilisation qui est toujours attachée à ses rites, à certaines croyances et qui vit en marge du reste du monde.
Lire les enquêtes de Jim Chee et Joe Leaphorn est quelque chose que l'on doit savourer, un bonbon qui fondra lentement sur la langue, un bonbon qu'on ne sait pas croquer pour faire fondre plus vite. Alors, il faut lui accorder le temps qu'il mérite et ne pas vouloir aller plus vite que le temps.
Observez bien, ne ratez aucun indice car ils seront peu nombreux. L'enquête sera ardue et les mobiles pas aussi clair que Joe Leaphorn le voudrait, lui qui ne croit pas aux porteurs-de-peau
Et n'oubliez pas, comme les Navajos, restez modéré en toute chose et n'abandonnez pas vos animaux à la campagne car ils ne sont pas adaptés à la vie sauvage.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          123
Sharon
  17 juillet 2018
Jim Chee adopte un chat, ou presque. Depuis quelque temps, une chatte domestique erre près de la caravane de Jim et tend à retourner à la vie sauvage. Elle a maigri, elle a des balafres, bien qu'elle chasse assez régulièrement. Jim Chee, traditionaliste, veut rendre cet animal domestique à la vie sauvage. Dans un tout autre roman, nous aurions une fin différente, que je vous laisse imaginer, selon que l'auteur ait voulu tendre vers le conte ou la fable moralisatrice. Ici, nous avons un récit réaliste, logique : Jim Chee renonce, parce qu'à long terme, un animal domestique n'a aucune chance dans le monde sauvage. A méditer par tout ceux qui abandonnent leur chat en se disant qu'il se débrouillera très bien.
Oui, je me recentre sur Jim Chee : tout a très mal commencé pour lui puisqu'on lui a tiré dessus alors qu'il aurait dû dormir dans sa caravane. « Aurait dû » parce que le chat l'avait réveillé et que, du coup, il n'était pas dans le lit de sa caravane standard. Qui peut lui en vouloir ? Certains ont leur petite idée, qui est simple, pour ne pas dire simpliste : un policier sait forcément qui lui a tiré dessus, il lui suffit d'examiner sa conscience. Et bien non, Jim Chee n'a pas commis de bavure. Quelqu'un (ou plutôt quelqu'une) lui a bien dit sa façon de penser récemment, mais cette personne a été assassinée. Elle aussi. Parce que deux autres meurtres ont été commis. Sont-ils liés entre eux ? Oui? Non ? Pas facile. Joe Leaphorn, le légendaire enquêteur est sur le coup.
Sa vie personnelle n'est pas sereine, puisque sa femme Emma, que je ne crains pas de qualifier d'amour de sa vie, présente les premiers signes de la maladie d'Ahlzeimer. Il mènera son enquête consciencieusement – on peut enquêter et souffrir en même temps, sans que jamais l'oeuvre ne sombre dans le pathos. Il n'apprécie pas vraiment Jim Chee parce qu'il n'apprécie pas la sorcellerie et que Jim est un apprenti chaman. Travailler avec lui ? Oui, mais parce qu'il n'a pas le choix. Il reconnaît cependant les qualités du jeune homme, notamment son sens de l'observation. Combien d'indices sont laissés de côté par ceux qui ne savent pas voir ? D'un autre côté, être observateur peut aussi vous causer des ennuis. Oui, je finis mon avis quasiment à la normande.
J'ai beaucoup aimé ce livre, j'aime beaucoup l'oeuvre de Tony Hillerman. Si vous ne connaissez pas cet auteur, n'hésitez pas à vous laissez tenter.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
FrancoisK
  23 septembre 2012
Je ne critiquerai pas ici un livre d'Hillerman en particulier. Ils sont tous des chefs d'oeuvre de littérature policière. Une recommandation, les prendre dans l'ordre d'écriture. En effet, les héros Joe Leaphorn et Jim Chee ont une histoire, évoluent au fil des enquêtes. Ainsi entre les "la voie de l'ennemi" où le lieutenant Leaphorn trouve le coupable grâce à une cérémonie de purification et "le chagrin entre les fils" où le retraité Lepahorn entreprend de résoudre un mystère rencontrée dans sa jeunesse avec l'aide de celui qu'il a formé, le "presque" chamane Jim Chee, toute une carrière s'est déroulée. Avec en toile de fond les Four Corners, la plus grande réserve indienne des Etats Unis et surtout la culture et les coutumes Navajos. Une oeuvre attachante par la qualité de l'écriture, l'épaisseur des personnages, la subtilité des intrigues et l'ouverture qu'elle nous offre sur une culture pour qui richesse rime avec tristesse.
Commenter  J’apprécie          50
carnet-de-voyage
  24 janvier 2021
Sincèrement, je crois que, en France, peu de gens connaissent les moeurs et coutumes des Navajos.
La petite note des traducteurs au début du livre nous signale que les lecteurs américains sont aussi ignorants que nous...
Ce qui, reconnaissons-le, n'est pas un gage d'intelligence et de tolérance...
Tony Hillerman a le mérite de nous enseigner sur un peuple, qui a sa propre police, ses routes, son tribunal ; bref, un tout petit état dans un Etat fédéral...
Les fameux "porteurs de peau" sont des sorciers navajos... Une vieille culture ancrée dans la mémoire des gens.. ou sont-ils réels ?
Des meurtres ont lieu dans la réserve, et on y retrouve un certain détail qui démontre que les porteurs de peau semblent être de la partie..
Jim Chee y croit... Joe Leaphorn absolument pas.. le plus difficile c'est de dénouer ce sac de noeuds, de délier les langues et de rester digne...
Mais tous deux savent que plus on en dit aux gens, plus les gens vous en disent. Personne, surtout un Navajo, ne veut être à la traîne quand il s'agit de raconter des choses.
Pierre Dac, avec son humour légendaire, disait : " Vivre hors du monde tout en restant dans le temps n'est pas à la portée de tout le monde"...
Hillerman, lui en est capable...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   02 juillet 2016
Il avait donc fini son café et, dans l’aube, il s’était rendu à pied au bâtiment de la police tribale, laissant derrière lui sa vaine inquiétude pour sa femme pour se tourner vers un problème qu’il pensait pouvoir résoudre. Il allait avoir un moment de tranquillité avant que le téléphone ne commence à sonner, et déterminer, une bonne fois pour toutes, s’il avait affaire à une coïncidence de plusieurs meurtres. Il y en avait trois. Apparemment il n’y avait aucun rapport entre eux si ce n’était le taux de frustration subtil qu’ils imposaient à Joe Leaphorn. Tout dans son sang de navajo, dans ses os, dans son esprit et dans son conditionnement lui enseignait à se montrer sceptique à l’égard des coïncidences. Et pourtant, cela faisait des jours entiers qu’il n’arrivait pas à se débarrasser de celle-là ; un problème si insoluble et déroutant qu’en s’y plongeant il parvenait à échapper à ses pensées concernant Emma. Ce matin il avait l’intention de franchir une première étape vers la solution de ce puzzle. Il allait laisser le téléphone décroché, scruter la série d’épingles disposées sur sa carte de la Grande Réserve et contraindre ses pensées à s’organiser suivant une séquence raisonnée. Avec de la tranquillité et un peu de temps, le cerveau de Leaphorn était très, très fort pour ce genre d’exercice qui consistait à découvrir des causes logiques derrière des effets apparemment illogiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
caryatidecaryatide   03 mai 2014
Le message "policier touché" provoque une réaction particulière qui affecte chacune des forces de police. A la sous-agence de Shiprock de la police Tribale Navajo, sous les ordres du capitaine A.D.Largo, elle produisit un coup de téléphone immédiat à Largo lui-même qui était chez lui où il regardait la télévision, et des appels radio presque simultanés à toutes les unités de la Police Navajo en mission dans la région, à la Police de l'Etat du Nouveau Mexique et au bureau du Shérif du Comté de San Juan. Ensuite, puisque les monts Chuska couvrent la frontière du Nouveau Mexique pour aller jusqu'en Arizona, et puisque Sanostree ne se trouve qu'à une vingtaine de kilomètres de la limite de l'Etat et que ni le responsable des transmissions de Shiprock ni personne d'autre n'était très sûr de l'Etat dans lequel tout cela se passait, l'appel fut également lancé à la Police des Routes d'Arizona et, plus ou moins par courtoisie, au Bureau du Shérif du Comté Apache qui pouvait légalement avoir le pouvoir d'agir même s'il se trouvait à St John, à cent cinquante kilomètres au sud.
L'antenne de Farmington du FBI qui avait pouvoir suprême quand un crime des première importance tel que celui-là était commis sur une réserve indienne, apprit la nouvelle un peu plus tard par l'intermédiaire du téléphone.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   02 juillet 2016
Des yeux, Chee fit le tour de la pièce. Bien trop noir pour savoir où la chatte était allée. Il repoussa le drap, posa les pieds sur le sol. Par la fenêtre protégée par un grillage, à côté de son lit, il remarqua que la lune était basse dans le ciel. À part au loin, vers le nord-ouest, où demeuraient les restes d’un orage, des étoiles étincelaient. Il bâilla, s’étira, alla jusqu’à l’évier et but dans sa main un peu d’eau chaude du robinet. L’air sentait la poussière, comme c’était le cas depuis des semaines. L’orage s’était levé au-dessus des Chuskas vers la fin de l’après-midi mais il avait dérivé vers le nord, avait franchi la frontière de l’Utah puis pénétré dans le Colorado et rien dans la région de Shiprock n’avait reçu l’aide la plus infime. Chee fit couler encore un peu d’eau, s’en aspergea le visage. La chatte, se dit-il, devait se tenir derrière la boîte à ordures, juste à côté de ses pieds. Il bâilla à nouveau. Qu’est-ce qui l’avait poussée à entrer ? Plusieurs jours auparavant, il avait vu les traces du coyote le long de la rivière mais il faudrait qu’il ait terriblement faim pour chasser aussi près de la maison mobile. Pas de chiens cette nuit, en tout cas il n’en avait pas entendu. Et les chiens, contrairement aux coyotes, étaient assez faciles à entendre. Mais probablement s’agissait-il des chiens, ou du coyote. Probablement d’un coyote. Qu’est-ce que ça pouvait être d’autre ?
Debout à côté de l’évier contre lequel il s’appuyait, il bâilla encore. Allez, au lit. La journée du lendemain allait être désagréable. Kennedy lui avait dit qu’il serait là à huit heures du matin et l’agent du FBI n’était jamais en retard. Puis viendrait le long trajet à travers les Lukachukais pour trouver l’homme qui s’appelait Roosevelt Bistie et lui demander pourquoi il avait tué un vieil homme appelé Dugai Endocheeney avec un couteau de boucher. Depuis sept ans maintenant (tout de suite après l’obtention de son diplôme de l’Université du Nouveau Mexique), Chee faisait partie de la Police Tribale Navajo et il savait qu’il n’aimerait jamais cette partie de son travail qui consistait à s’occuper d’esprits malades d’une manière qui ne les ramènerait jamais dans l’harmonie. La manière fédérale pour guérir Bistie consisterait à le traîner devant un magistrat fédéral, à l’accuser d’homicide volontaire sur le territoire d’une réserve fédérale et à le mettre derrière les barreaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
caryatidecaryatide   28 avril 2014
...ces foutus Navajos voleraient les les vitres des fenêtres s'ils en avaient besoin.
...Mais seulement s'ils en avaient besoin. Les Blancs, eux, ils volent juste pour le plaisir. J'en ai connu qui volaient quelque chose et qui le jetaient tout de suite après. Vous , les Navajos, c'est pas pareil, si vous volez un de mes sacs de farine, je sais que quelqu'un a faim.Un tournevis qui disparaît, je sais que quelqu'un a perdu le sien et qu'il a une vis qu'a besoin d'être revissée...Je crois que c'est votre grand père qu'a été le premier à m'expliquer ça, quand j'étais nouveau ici.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2Charybde2   02 juillet 2016
Quoi qu’il en soit Leaphorn avait gardé la perle taillée dans l’os.
– Je vais voir ça, avait-il dit. L’envoyer au labo. Savoir si c’est de l’os, et de quel genre d’os il s’agit.
Il avait déchiré une page de son calepin, en avait enveloppé la perle et l’avait rangée dans le compartiment de son portefeuille réservé aux pièces. Puis il avait regardé Chee un moment en silence.
– Une idée de la façon dont c’est arrivé ici ?
– Ça paraît bizarre, avait répondu Chee. Mais vous savez qu’on pourrait parfaitement ôter le fond d’une cartouche de fusil, en retirer la bourre et enfoncer une perle comme ça à l’intérieur avec les plombs.
L’expression de Leaphorn était presque devenue sourire. Était-ce par mépris ?
– Comme un sorcier qui projette l’os dans le corps ? avait-il demandé. Ils sont censés le faire à l’aide d’un petit tube.
Il fit le geste de souffler avec ses lèvres.
Chee avait hoché la tête, rougissant très légèrement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Tony Hillerman (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tony Hillerman

Présentation des trois nouveaux ouvrages de la collection Rivages/Casterman/Noir
Découvrez la séance dédicace des auteurs Romain Renard, Christian de Metter et Will Argunas à l'espace passion BD du magasin Fnac Forum des halles. Leurs nouveaux ouvrages respectifs sont parus dans la collection Rivages/Casterman/Noir, qui s'étoffe de nouvelles perles mois après mois, pour notre plus grand plaisir. L'Homme Squelette de Will Argunas : Les enquêtes de la célèbre police tribale navajo de Tony Hillerman enfin en bande dessinée. Une narration coup-de-poing qui ne laissera aucun lecteur indifférent. Scarface de Christian de Metter : Inspirée en partie par le personnage d'Al Capone, plusieurs fois transposée au cinéma, voici l'histoire de l'une des plus célèbres figures du polar, revisitée avec maîtrise et talent à partir du roman-culte d'Armitage Trail. Un hiver de glace de Romain Renard : Un grand roman américain de Daniel Woodrell mis en images avec une rare intensité. Enregistré le 13 avril 2011.
+ Lire la suite
autres livres classés : indiens d'amériqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Lucky Luke

Je suis le personnage secondaire "réel" le plus présent dans la série et je fais ma première apparition dans l'album "Hors-la-loi". Dès ma deuxième apparition, dans "Lucky Luke contre Joss Jamon", je prends les traits d'un jeune bandit coléreux, petit, nez retroussé, taches de rousseurs et incisives en avant, je suis la parfaite caricature des jeunes adolescents.

Lucky Luke
Jolly Jumper
Rantanplan
Joe Dalton
Billy the Kid
Calamity Jane
Roy Bean
Buffalo Bill
Jesse James
Sarah Bernhardt
Wyatt Earp
Abraham Lincoln
Edwin Drake
Mark Twain
Allan Pinkerton

15 questions
129 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd jeunesse , bande dessinée , bande dessinée humour , western , western humoristique , bd franco-belge , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre