AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782505067108
191 pages
Éditeur : Dargaud (29/09/2017)
4.09/5   71 notes
Résumé :
Lorsque Brenda vient au monde, sa mère, Stéphanie, a 15 ans, et son père s'est déjà éclipsé. Négligée, Brenda grandit pourtant vite et apprend à se débrouiller seule. Malgré les brimades et les punitions injustes dont elle est victime, elle souhaite voir sa mère heureuse et s'occupe d'elle du mieux qu'elle le peut, à tel point que les rôles s'en trouvent inversés, Brenda devenant la "petite maman" de sa mère.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
4,09

sur 71 notes
5
13 avis
4
11 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis

marina53
  21 novembre 2017
Stéphanie tombe enceinte à seulement 15 ans. le géniteur, se rendant compte finalement qu'à 17 ans, il n'était pas prêt pour être père, la laisse tomber à 6 mois de grossesse. Alors mère d'une petite Brenda, elle n'a aucune patience, la gronde dès qu'elle pleure ou fait des caprices, la frappe parfois lorsqu'elle est fatiguée. La petite grandit, fait quelques bêtises, parle un peu trop aux yeux de sa mère qui ne manque pas de la pincer très fort, de la bousculer ou encore de l'insulter. le plus souvent gardée par sa grand-mère jusqu'à l'âge de 5 ans, la situation change pour Brenda le jour où elle emménage dans un appartement non loin de cette dernière. Stéphanie, malheureuse et triste la plupart du temps, délaisse sa fille qui grandit seule et trop vite. Tiraillée, surtout entre les coups qu'elle reçoit et l'amour qu'elle lui porte malgré tout...
Halim Mahmoudi s'attaque à un sujet à la fois difficile et bouleversant : la maltraitance envers les enfants, les violences conjugales et la misère sociale. Élevée au sein d'une famille brisée, n'ayant jamais connu son père, Brenda grandit cahin-caha aux côtés d'une maman irresponsable, colérique et violente, et d'un beau-papa tout aussi violent. De la petite fille surnommée Petite maman à la jeune femme qui raconte son histoire devant son psy en passant par l'adolescente mal dans sa peau et introvertie, l'auteur retrace avec franchise, compassion et violence le parcours chaotique de Brenda. Un sujet épineux et douloureux tant Halim Mahmoudi ne mâche pas ses mots ni ne cache les coups et encore moins la douleur, soit-elle physique ou psychologique. Un album dur, sombre, suffocant et bouleversant. Un récit émouvant et poignant accentué par le trait réaliste et les planches en bichromie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          734
Ydamelc
  04 mai 2018
Oh... mais quelle histoire...
Je referme cet album, le coeur meurtri, le ventre en compote...
C'est dur, c'est très dur.
Un récit tellement poignant et bouleversant...
Brenda est arrivée trop vite dans la vie de sa maman.
Encore adolescente, cette dernière s'est retrouvée très rapidement dépassée.
Une trop jeune maman manquant de patience face à son bébé en pleurs.
Une trop jeune maman manquant d'affection, d'amour, mais surtout de soutien et de repères...
Elle délaisse sa fille pour des minables qui ne feront que l'enfoncer dans son désarroi, toujours un peu plus.
Alors, il y a les cris.
Alors, il y a les gestes.
Des mots dans la face, des maux dans le coeur...
Des coups, des bleus.
Des moments de répit, de culpabilité, de tendresse, de maladresse...
Et des silences, des yeux fermés et des signaux d'alerte manqués.
Les dessins d'Halim, en bichromie, retranscrivent toute la violence, la misère et la noirceur suffocante de l'histoire. C'est douloureux, déchirant.
J'ai aimé la façon dont le psy accompagne Brenda, dans son travail de recherche de soi. Dans sa construction, sa reconstruction. C'est illustré, scénarisé, magnifiquement et intelligemment.
Un sujet dur, sombre. Une histoire qui restera ancrée dans ma mémoire.
Je remercie Dargaud et l'opération "explorateurs BD" de lecteurs.com, pour m'avoir permise de découvrir cet album.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
Ziliz
  20 décembre 2017
Esprit de Noël, es-tu là ? Pas trop, non.
Et encore moins après avoir lu cet album triste à hurler.
Une histoire de maltraitance qui m'a bouleversée, plus encore que 'La maladroite' de Alexandre Seurat.
A cause des dessins éloquents ? Dont le trait si joli, si doux, contraste tellement avec le calvaire raconté par cette jeune femme...
Un livre que j'avais acheté pour ma fille de seize ans, que j'ai envie de rapporter en librairie, que je ne conseillerais à personne, là, à chaud.
Le scénario est confus, au moins au début, et comme les faits sont d'une violence inouïe, on préfère ne pas tout piger, sans doute.
J'en ai lu, pourtant, des histoires de parent immature, de mère bipolaire, de spirale infernale, de 'Je t'aime moi non plus', de 'Pardon chéri(e), je t'aime, je ne recommencerai jamais', de cas de maltraitance morale/physique avérée sur plus petit que soi et d'inertie administrative.
Je ne sais pas ce qui bloque ici, ce qui me met si mal à l'aise au point de regretter cette lecture.
Comme chaque mercredi soir, je file me changer les idées avec mon 'Canard', qui met le doigt là où ça fait mal (politique, social, environnement...) avec pertinence et insolence - donc aussi drôle que plombant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          443
choumette
  20 février 2019
Et bien, je reprends mon souffle et me lance à chaud pour livrer mon ressenti....C'est la PREMIÈRE fois de toute ma vie de lectrice que je pleure comme ça, à chaudes larmes avec des sanglots. Wahou quelle claque ... quelle violence, quelle tristesse, cette histoire est tellement dure et émouvante .
Le titre mignonnet est bien trompeur.
Néanmoins, il en faut des personnes comme Halim Mahmoudi pour ouvrir les yeux, faire réfléchir, heurter les consciences et montrer la triste réalité de certaines familles. Certains se diront peut-être en me lisant : "elle vit dans quel monde elle ? Elle a besoin d'une BD pour se rendre compte que la maltraitance existe ?"
Bien sûr que non, mais elle m'a permis à  ce moment là de peut-être sortir de ma zone de confort, de me poser certaines questions, de me dire que j'avais eu la chance d'être bien née et que mes enfants étaient également chanceux (sans prétention).
Cet auteur que je ne connaissais pas, (désolée je ne suis pas une grande spécialiste) a un talent indéniable et mérite d'être connu. (Je vais d'ailleurs aller découvrir, un peu rougissante, ce qu'il a fait d'autre).
Alors oui, à priori, en ouvrant la BD je n'ai aimé ni le dessin ni le style d'écriture, l'ensemble m'était dérangeant, agressif.
C'est en continuant que j'ai alors compris le pourquoi du comment. Tout ceci était utile pour servir au mieux le scénario. On entend des hurlements, des appels au secours, des supplications mais on découvre également des images dures, violentes, choquantes.
Je vais me répèter mais je n'ai jamais ressenti autant d'émotions de toute ma vie de lectrice, BD et roman compris !! Je ne risque pas de l'oublier de si tôt.
Bouleversant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
Vexiana
  18 août 2020
Je ne le cache pas, j'ai la larme facile...J'ai lu le résumé, j'ai bien senti que ça allait être le déluge. Est-ce que j'ai reposé cette BD? Bien sur que non. Est ce que j'ai pleuré? Bien sur que oui.
C'est une histoire de maltraitance...une jeune-fille trop tôt mère, une enfant qui tente d'aimer sa mère malgré elle, malgré ses gestes de rejet et de violence. Petit à petit, les rôles s'inversent...jusqu'à l'arrivée d'un beau-père et d'un demi-frère.
Si la première partie m'a déjà retournée, la seconde partie, où s'installe un terrible huis-clos de violence conjugale et familiale a été vraiment anxiogène et m'a juste donné envie de l'effacer de ma mémoire. Même si il ne faut pas, même si il faut réaliser que ce genre de drame existe et que ce genre de violences sont souvent les reflets de ce que ceux qui les réalisent ont vécu eux-même. le cycle peut se rompre, c'est la note d'espoir de ce livre...
Va me falloir quelque chose de léger à lire maintenant...
Commenter  J’apprécie          140


critiques presse (5)
Auracan   25 octobre 2017
La BD peut être pour certains synonyme de distraction et d'invasion. Halim nous confronte, lui, à un sujet encore souvent tabou, mais il est absolument impossible de rester insensible au destin de Brenda...et de tant d'autres victimes.
Lire la critique sur le site : Auracan
LeMonde   18 octobre 2017
Dans « Petite maman », le dessinateur Halim relate avec tact le destin d’une petite fille violentée par sa mère et son beau-père.
Lire la critique sur le site : LeMonde
BDGest   13 octobre 2017
Pleine d’espoir, cette chronique sociale que l’on souhaiterait n’être que de pure fiction interroge surtout sur notre capacité collective à ne pas vouloir voir, à ne pas savoir oser ou à refuser de s’imaginer un inimaginable qui chaque année fait plus de 98.000 jeunes victimes.
Lire la critique sur le site : BDGest
BoDoi   13 octobre 2017
Petite Maman a le mérite, le grand mérite, d’attirer l’attention sur un sujet trop souvent banalisé et étouffé.
Lire la critique sur le site : BoDoi
LaLibreBelgique   11 octobre 2017
Les drames de la vie quotidienne ont aussi leur place en Bande dessinée. Si le 9e art a, à ses débuts, gagné ses lettres de noblesse en misant sur des héros à gros nez, les choses ont formidablement changé au fil du temps.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   21 novembre 2017
Finalement, les êtres humains ne souffrent pas tant à cause des difficultés de la vie, mais bien à cause de leur croyance en une vie facile. Heureusement les enfants ne pensent pas comme ça...
Commenter  J’apprécie          250
marina53marina53   21 novembre 2017
Les mots seuls ne suffisent pas, vous le savez... ce sont les actes qui donnent un sens à nos vies.
Commenter  J’apprécie          330
marina53marina53   22 novembre 2017
L'enfant est une personne. Il n'est donc la propriété de personne.
Françoise Dolto
Commenter  J’apprécie          300
marina53marina53   21 novembre 2017
- Monde de merde !
- Monde d'hommes !
- C'est pareil !
Commenter  J’apprécie          350
mandrake17mandrake17   14 octobre 2017
Les adultes me parlaient comme si j'avais fait quelque chose de mal... Comme maman quand elle me donnait des coups sur moi. Elle me poussait aussi, et à chaque fois...je tombais, ou bien je me cognais... Et ça faisait des bleus sur mon visage. Mais le plus souvent, elle préférait me pincer, j'aimais pas son regard! Il me faisait vraiment peur... Elle me pinçait en serrant les dents... Comme si elle voulait m'arracher la peau... Quand un bleu apparaît, ça commence par être rouge, il devient bleu et violet ensuite. Et puis jaune. Le pire, c'était quand maman me pinçait au même endroit, là où il avait déjà un bleu... ça me faisait vraiment très mal... et ça ne partait pas avant longtemps! J'avais plein de couches de couleurs différentes sur ma peau, les unes sur les autres... comme un arc-en-ciel gris et vert.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Halim Mahmoudi (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Halim Mahmoudi
Coup de cœur libraires - Librairie Bulle - Petite Maman
autres livres classés : maltraitanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Petite Maman / Halim

Quel est le prénom de la "petite maman" ?

Stéphanie
Brenda
Linda
Cyntia

12 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Petite maman de Halim MahmoudiCréer un quiz sur ce livre