AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782330024437
156 pages
Actes Sud (02/10/2013)
3.98/5   26 notes
Résumé :
De l’Europe humaniste de la Renaissance à la Chine de la Révolution culturelle, en passant par l’époque des utopies communautaires des XVIIIe et XIXe siècles, Alberto Manguel propose une méditation plus que jamais nécessaire sur la notion de citoyen-lecteur et l’importance de la lecture en tant qu’indispensable instrument de déchiffrement d’un monde chaotique et toujours plus “inédit”.
Que lire après Le Voyageur et la Tour : Le lecteur comme métaphoreVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Un matériau pétri de rêves et de savoirs en construction

Retiré dans sa tour d'ivoire ou voyageur du monde et des mots, le lecteur, réduit au masculin et à l'occidental, est saisi par Alberto Manguel comme métaphore, comme arpenteur de « pages à venir », comme fasciné-éclairé par les lueurs de l'horizon, les possibilités d'un rappel, d'un revenir, d'une nouvelle exploration ou errance.

Si l'auteur plonge dans l'histoire des livres, en tant que lecteur je privilégie les temps les plus proches, les auteur-e-s peu ou pas reconnu-e-s, les ruptures stylistiques. Je ne suis pas sûr que le lecteur/lectrice d'hier éclaire celle/celui d'aujourd'hui. Mais qu'importe, il s'agit de la place des livres dans la vie, des mots, des rêves, des réflexions, du pouvoir penser et formuler.

L'auteur indique, entre autres, « le texte a créé le paysage à parcourir et annulé les distances réelles entre les lieux ainsi que les peines correspondantes du voyage matériel ». La lecture participe bien de l'existence « dans ce monde aux allures de rêves, de la distance et de la proximité, du passé, du présent et de l'avenir ».

Réalités, intuitions, perceptions, effronteries, promesses, analyses, etc., les livres sont des ouvertures nécessaires à notre être débout, des freins à la vitesse et à la brièveté.

J'ai été notamment intéressé par les critiques sur la lecture du livre électronique, cette matérialité évanescente qui « proclame les possibilités d'une navigation illimitée » alors qu'elle est souvent « en réalité beaucoup plus restreinte et contrôlée » que d'autres formes de lectures.

Un livre saisissant aussi l'entourage des lecteurs et des lectrices : « Tout lecteur, passé et présent, a entendu un jour l'injonction : « Arrête de lire ! Sors, vis ! » – comme si lire et vivre constituaient deux modes d'existences distincts, comme si celui qui la prononce craignait que le lecteur devienne incapable de faire la différence entre ce qui est chair réelle et ce qui ne l'est pas ». Injonctions contre les livres et aussi contre les savoirs et les remises en cause des réalités construites.

Une invitation à « réapprendre à lire lentement, en profondeur, complètement, que ce soit sur papier ou sur écran ». Mais d'autres lectures sont possibles.

Je souligne aussi la qualité des illustrations.
Lien : https://entreleslignesentrel..
Commenter  J’apprécie          100
Comment parler des livres de Manguel qui ne cessent de nous plonger dans les livres, tous les livres et surtout ceux qui nous serons à jamais inaccessibles?
Les métaphores du lecteur qu'il met ici en valeur raisonnent profondément en moi. Je suis entrée, en ouvrant ce livre, dans un labyrinthe dont les murs sont recouverts de miroirs et tous ces reflets se réfléchissent eux-mêmes. le labyrinthe est bien sûr une étonnante bibliothèque d'où surgissent, pour moi, tous les livres et les dessins de Bruno Schulz...
En lisant Alberto Manguel, j'ai le sentiment de trouver des clefs pour mes lectures passées et futures. Elles étaient restées pour moi inaccessibles malgré mon entêtement et ma persévérance n'ayant pas les références religieuses nécessaires.
Quel plaisir de comprendre tous ces liens culturels, linguistiques, religieux qui font que le labyrinthe des livres tisse progressivement une toile de sens, d'impressions et de ressentis.
Commenter  J’apprécie          00
Dans le cadre de la littérature argentine, notre bibliothécaire nous a proposé ce livre : " le Voyageur et la Tour : le lecteur comme métaphore - Alberto MANGUEL

Un agréable voyage au pays de l'écrit.
Alberto Manguel, passionné de livres, nous invite à une admirable réflexion sur la relation entre l'homme et les livres. Les nombreuses métaphores illustrent ses propos qu'il s'agisse de manuscrits anciens ou de la tablette du XXIeme siècle. Un essai qui se lit comme un roman.

Citation :
"réapprendre à lire lentement, en profondeur, complètement, que ce soit sur papier ou sur écran"
Commenter  J’apprécie          10
Une suite de courts essais sur la lecture et le lecteur .Vagabondage à travers les siècles ,appuyé sur une érudition extraordinaire mais toujours aimable . Une source d'idées de nouvelles lectures ou de « revenez-y » . Merci Alberto grand prêtre des bibliothèques …
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Lexpress
23 décembre 2013
Un vibrant plaidoyer qui redonne tout son sens à la fameuse injonction de Flaubert : "Lisez pour vivre!"
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Le livre est bien des choses. Lieu où repose la mémoire, moyen de surmonter les contraintes de temps et d’espace, site de réflexion et de créativité, archives de notre expérience personnelle et de celle d’autrui, source d’illumination, de bonheur et, parfois, de consolation, chronique d’événements passés, présents et à venir, miroir, compagnon, enseignant, évocateur des morts ou simple amusement, le livre en ses multiples incarnations, des tablettes de glaise à la page électronique, fait depuis longtemps office de métaphore pour nos concepts et travaux essentiels.
Commenter  J’apprécie          140
La fiction en ce sens est exemplaire et si le nombre apparemment infini des intrigues ne vient pas à bout des possibilités de nos relations au monde, certains éléments, un épisode ou un personnage donnés, un détail particulier dans une histoire éclaireront peut-être pour nous un instant décisif dans notre vie. Chesterton affirme que “quelque part, dans n’importe quel livre, sont enchâssés cinq ou six mots pour lesquels tout le reste aura été écrit” ; c’est à travers ces cinq ou six mots que les lecteurs cherchent, consciemment ou inconsciemment, à comprendre quelque chose de leur propre existence.
Commenter  J’apprécie          40
Nous sommes des créatures qui lisons, nous ingérons des mots, nous sommes faits de mots, nous savons que les mots sont notre mode d'existence en ce monde, c'est par les mots que nous identifions notre réalité et au moyen des mots qu'à notre tour nous sommes identifiés.
Commenter  J’apprécie          60
" Les personnages littéraires sont des sables mouvants ", a écrit le critique américain Blakey Vermeule dans un essai fascinant. " Ce sont des télescopes. [...] Ils nous offrent des perspectives. "

LIRE POUR VIVRE
Commenter  J’apprécie          50
Nous progressons dans un texte comme nous progressons dans le monde, passant de la première page à la dernière au travers du paysage qui se déploie, commençant parfois au milieu d'un chapitre, ne parvenant pas toujours à la fin. L'expérience intellectuelle consistant à parcourir les pages en lisant devient une expérience physique faisant appel au corps entier : les mains qui tournent les pages ou les doigts qui déroulent le texte, les jambes prêtant leur soutien au corps attentif, les yeux en quête de signification, les oreilles accordées à la résonance des mots dans notre tête. Les pages à venir promettent un point d'arrivée, une lueur à l'horizon; les pages déjà lues offrent la possibilité d'un rappel. Et, dans le présent du texte, nous existons en suspens dans un instant sans cesse changeant, une île de temps miroitant entre ce que nous connaissons du texte et ce que nous avons devant nous. Tout lecteur est un Robinson en chambre.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Alberto Manguel (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alberto Manguel
A l'occasion de la soirée de lancement Lettres du Monde, rencontre avec Javier Cercas "Le château de Barbe Bleue" et Alberto Manguel "La cuisine des contrés imaginaires" aux éditions Actes Sud. Entretien avec Caroline Broué.
Retrouvez les livres : https://www.mollat.com/livres/2727711/javier-cercas-terra-alta-vol-3-le-chateau-de-barbe-bleue https://www.mollat.com/livres/2947559/alberto-manguel-la-cuisine-des-contrees-imaginaires
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : histoire du livreVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (62) Voir plus



Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
370 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..