AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Sorrentino Andrea (Autre)
EAN : 9791026820673
176 pages
Urban Comics Editions (25/02/2022)
3.88/5   17 notes
Résumé :
Cela fait trois ans que Bruce Wayne a endossé le costume de Batman afin de faire de Gotham une ville plus sûre et moins corrompue. À force de sacrifices et de persévérance, il a presque atteint son but. Mais quand un imposteur adopte son déguisement afin d'assassiner d'anciens criminels, c'est toute la police de Gotham qui se met à ses trousses, notamment l'inspectrice Blair Wong, déterminée à découvrir la véritable identité du justicier !
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
JustAWord
  05 mars 2022
Pour accompagner la sortie de The Batman en France, Urban Comics a estampillé plusieurs nouveautés avec la mention « Les albums du film ».
Une tentative comme une autre de faire passer le spectateur au rang de lecteur et qui commence avec Batman Imposter, une mini-série en 3 chapitres publiée depuis octobre 2021 aux USA.
À la tête du projet un certain Mattson Tomlin, co-scénariste (non crédité) du film The Batman de Matt Reeves et scénariste de Project Power sur Netflix.
Pour son premier passage du côté comics, Tomlin est accompagné de deux artistes de taille avec Andrea Sorrentino qui nous en avait déjà mis plein la vue sur Joker : Killer Smile et Lee Bermejo (Joker, Hellblazer…) pour les couvertures. Autant dire qu'il y a du beau monde au balcon et qu'on ouvre ce volume avec des attentes pour le moins élevées…
Dis-moi qui tuer…
Après une énième bagarre, le Batman tombe directement dans l'appartement de Leslie Thompkins, une psychiatre qui s'occupait déjà du petit Bruce Wayne à l'époque alors que celui-ci venait tout juste de perdre ses parents. Découvrant l'identité secrète de l'homme chauve-souris, Leslie passe un pacte avec lui en l'obligeant à se présenter chaque matin à l'aube pour une séance privée de psychothérapie. Et Bruce en a bien besoin car son monde vacille alors qu'un imposteur portant le même costume que lui se met à exécuter froidement et méthodiquement des criminels devant les caméras. Inquiète, la population demande au GCPD de mettre fin aux agissements meurtriers du Batman et l'inspectrice Blair Wong se lance dans la traque du vigilante de Gotham. Avec Batman Imposter, Mattson Tomlin reprend l'une des règles de base du Chevalier Noir pour mieux la transgresser. En liquidant les criminels, l'imposteur franchit la ligne rouge que s'est fixé lui-même Bruce Wayne dans son combat contre le crime. Dès lors, la limite floue entre justice et meurtre est franchie. Une limite qui obsède depuis toujours le Batman.
…et je te dirais qui tu es !
Batman Imposter a l'excellente idée de semer le trouble dans l'esprit du lecteur en le faisant s'interroger (encore) sur la santé psychologique du vigilante. Est-ce vraiment un imposteur qui commet ces crimes ou le Batman lui-même qui déraille et devient carrément schizophrène ? Grâce au découpage génial et audacieux d'Andrea Sorrentino, l'album se transforme en une plongée en apnée dans un esprit blessé qui n'en finit pas de chasser ses propres démons. Bruce Wayne est hanté par la perte de ses parents et par son rôle de justicier masqué. Sous le poids de cette justice et de sa responsabilité, l'homme derrière le super-héros est fatigué, usé, dangereusement instable. C'est en rencontrant une personne qui a traversé le même traumatisme que lui, en l'occurrence l'inspectrice Wong, que le Batman trouve une bouffé d'air salutaire qui l'empêche de se noyer. Pour une fois, Batman tombe amoureux, et même si son fardeau de justicier de Gotham le rattrape rapidement, c'est l'occasion de pouvoir partager son propre traumatisme avec une personne qui le comprend vraiment.
Dommages collatéraux
C'est aussi l'occasion pour Mattson Tomlin de s'interroger sur les conséquences des actes du Batman. Mettre les criminels en prison est une chose, imposer une justice en dehors des tribunaux en est une autre. Surtout lorsque cette dernière dérape. En s'interrogeant sur ce qui hante le Batman, à savoir son rôle exact au sein de la cité du crime, Mattson explore des questions plus dérangeantes. La seule existence de Batman n'engendre-t-elle pas une escalade de la violence ? Non seulement du point de vue criminel mais aussi du point de vue policier ? Les répercussions de ses actes et de ses échecs n'ont-elles pas des conséquences terribles sur certains aspects de la vie de Gotham ?
Au fond, la véritable question, celle posée par le Batman lui-même à Blair, c'est bien de savoir si Gotham se débrouillerait mieux sans lui ?
Autour de cette histoire principale gravite un autre personnage secondaire particulièrement touchant en la personne de Ratman, un exterminateur de rats qui n'a rien et n'attend plus rien de la société et qui, par certains aspects, rappelle le Riddler du film The Batman, la perfidie en moins. Ratman, c'est l'anonyme qui paye sans raison pour avoir croisé la route du Chevalier Noir, c'est le dommage collatéral qui n'avait rien demandé. Et en cela, ce personnage secondaire a quelque chose de terriblement important et souvent négligé dans les histoires de super-héros : qu'arrive-t-il à ceux qui sont pris dans le sillage de violence laissé par les héros de nos comics ?
Batman Imposter s'inscrit dans la veine des comics sur le Batman qui réfléchissent à la différence qu'il existe entre lui et le tueur psychotique. Grâce à la plume roublarde de Mattson Tomlin et au trait génial d'Andrea Sorrentino, l'album nous offre une interrogation profonde sur les actes du Chevalier Noir et ce qu'il peut en coûter à Gotham et à l'homme derrière le masque.
Une excellente mini-série !
Lien : https://justaword.fr/batman-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
Kenehan
  23 mai 2022
« Batman Imposter » est un récit complet, en trois parties, imaginé par Mattson Tomlin et prenant vie sous le coup de crayon d'Andrea Sorrentino. Ce duo se complète par la colorisation de Jordie Bellaire.
« Batman Imposter » puise sa temporalité dans la jeunesse de Bruce Wayne. Vigoureux, casse-coup et habité par la colère, il incarne un Batman implacable depuis trois années. En collaboration avec Jim Gordon, il a entrepris un grand nettoyage de Gotham, avec rigueur et morale.
Des mêmes ténèbres, un second Batman surgit. Et une seule personne le sait : Bruce Wayne. Indissociable du justicier qui arpente la ville nuit après nuit, il surprend par ses coups d'éclats meurtriers : il exécute les criminels.
Un récit pesant et violent. L'atmosphère est visuellement oppressante. La mise en scène des combats est haletante et stressante. Ce qui participe d'un sentiment global de danger. Une tension se maintient quasiment du début à la fin. Seule les rencontres féminines permettent de reprendre sa respiration sans pour autant masquer ou supplanter les enjeux en cours.
En cela, « Batman Imposter » est réussi. Faut-il encore aimer le genre et l'approche artistique. Pour tout dire, ma planche préférée est celle du baiser sous la pluie.
J'aime ce Bruce jeune et impétueux qui ne vit que pour sa quête. Moins sa solitude totale rompue par les aléas des circonstances. Ce Bruce est déséquilibré, il n'a pas cette présence bienveillante en la personne d'Alfred, il brûle plus que jamais la chandelle par les deux bouts.
L'apparition de l'imposteur permet en plus de questionner le symbole que représente Batman. Bruce Wayne mise tout sur son costume quitte à n'être plus qu'une ombre richissime aux yeux du monde. Que se passerait-il si son refuge héroïque était mis à mal ? Au-delà de la nécessité de préserver Gotham et par la même le code moral qu'il représente dans sa répression du crime, c'est l'identité même de Bruce qui est à risque ici.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Acidus
  29 juillet 2022
Encore un énième comics sur le Chevalier Noir, une nouvelle version de ce célèbre super-héros torturé. Et torturé, le Bruce Wayne l'est bien dans ce one-shot au ton sombre et violent.
Intrigue solide et divertissante quoique sans surprises. Quelques bonnes idées ici et là mais ça reste dans la mouvance de ce qui se fait aujourd'hui sur Batman. Quelques réserves sur les dessins souvent brouillons et peu lisibles.
Ça reste une valeur sûr pour tous les fans du « Caped Crusader ».
Commenter  J’apprécie          00
JonathanCollet
  28 février 2022
ce comics plutôt original, qui reprend pourtant le thème déjà traité du début de carrière de Batman fait la part belle à la psychologie du personnage. le scénario loin d'être prévisible remets en questions le protecteur de Gotham et les implications de sa croisade et permet aux nouveaux comme aux anciens lecteurs de découvrir Batman sous un jour très peu vu : faillible et humain, à la limite de la rupture psychologique.
A lire qu'on soit un grand fan du personnage ou qu'on le découvre à peine.
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
ActuaBD   21 mars 2022
Un trait ultra réaliste dans ses moindres détails, auquel il faut ajouter une ambiance suffocante, voire claustrophobique, comme si la noirceur de l’âme des protagonistes recouvraient de leurs empreintes chimériques chaque planche, d’amont en aval.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
JonathanColletJonathanCollet   25 février 2022
la semaine dernière, Gotham a connu sa première nuit sans le moindre crime violent en 54 ans.
Ce n’est pas grâce aux flics, ni grâce au maire ou au procureur, ni parceque Gotham City s’est soudain découvert une conscience….mais grâce à moi !
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
autres livres classés : imposteurVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2380 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre