AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782205082081
104 pages
Dargaud (31/01/2020)
3.38/5   42 notes
Résumé :
Une famille part pour un séjour dans un camp de bungalows sur la côte britannique. Les décors familiers à tout à chacun défilent : autoroute, stations-services, falaises sur la mer, musées décrépits, boutiques pour touristes, absence de réseau, visite à la lointaine famille, amitiés estivales.

Jon McNaught met des mots et des images sublimes sur le rythme de la nature, le temps qui passe, l'adolescence, l'ennui et la beauté des vacances d'été avec un... >Voir plus
Que lire après L'été à Kingdom Fields Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,38

sur 42 notes
5
3 avis
4
2 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
1 avis
Le graphisme est traité en aplats, genre sérigraphie, avec une gamme de couleurs de tons directs (pas de quadrichromie CMJN mais des encres prédéfinies), naturels, noir, saumon, bleu-gris et marine. La mise en page alterne avec des planches de très petites vignettes carrées et de grandes illustrations en pleine page. le choix des couleurs donne un aspect nostalgique, mélancolique. L'histoire ne raconte pas grand chose à priori, une mère, son garçon et sa fille se rendent en vacances dans une station balnéaire anglaise, des bungalows à perte de vue, parfois (souvent) de la pluie, et la mère à bien du mal avec le garçon, l'aîné, qui semble en rébellion, avec des centres d'intérêt morbides et violents, jeu vidéo, cadavres d'animaux... C'est raconté tout en pudeur, peu de mots, peu d'échanges véritables entre les personnages. le rythme est lent, ces vacances ne sont d'aucun intérêt, mais il en ressort un mal être, celui de cette famille ordinaire, de cette vie sans relief, qui nous montre notre propre résignation. C'est beau mais cruel, la beauté de l'insignifiance. Les vacances vont se terminer, et le monde ne sera pas très différent.
Commenter  J’apprécie          120
Les vacances d'été de notre adolescence nous laissent souvent un souvenir un peu nostalgique, niché dans les détails. Ce sont ces détails qui sont mis en avant dans L'été à Kingdom Fields : l'autoroute qui défile, la pluie sur les bungalows de vacances, la mer qui tache le sable ... l'ennui aussi quand on est un adolescent loin de son quotidien pour quelques semaines. Et de ces détails Jon McNaught tire un roman graphique superbe. La succession des cases évoque presque un assemblage de polaroids, d'instants pris sur le vif et qui mis ensemble raconte une tranche de vie. Les mots sont rares, non nécessaires et à l'image de cette torpeur propre à l'été qui passe.
A mon sens une très belle lecture qui réussi le pari de montrer la poésie de l'ordinaire.
Commenter  J’apprécie          100
Une famille part en vacances sur la côte, à Kingdom Fields. La mère est heureuse de retrouver le lieu où elle venait quand elle était plus jeune. L'adolescent, Andy s'ennuie. Il passe son temps entre son téléphone qui ne capte pas et ses jeux vidéos. Pour la petite Suzie, Kingdom Fields est un terrain de jeux et de découverte où elle trouve de nombreux trésors. A cheval entre l'enfance et l'adolescence, elle aimerait avoir les mêmes privilèges que son frère aîné et recherche son attention.

C'est une histoire banale et universelle que nous raconte Jon McNaught, mais elle est riche de toutes les petites choses qui font le quotidien : les longs trajets en voiture et les jeux pour occuper la plus jeune, les promenades sur la plage, les soirées télévision, la sortie au musée un jour de pluie, les magasins de souvenirs, ou encore la visite à la grande tante.

Le style graphique de Jon McNaught est très singulier. Il utilise de multiples petites cases pour exprimer les petits riens du quotidien, toutes les choses qui nous entourent et à quoi nous ne faisons plus attention (le paysage vu de la fenêtre de la voiture, les panneaux, un oiseau sur un lampadaire, les embouteillages, un cheval dans son pré, un homme au volant de son camion, la pluie sur la vitre etc.). Il capture tous les détails et les bruits de l'environnement de la famille. C'est un tour de force de pouvoir exprimer l'ordinaire dans des toutes petites vignettes, le travail sur les détails est impressionnant. Il y a très peu de texte. Les illustrations très minutieuses pourraient se suffire à elles-mêmes.
L'ensemble dégage un une atmosphère emplie de douceur et de mélancolie. C'est une histoire estivale qui invite à la contemplation et à la nostalgie.
La colorisation un peu surannée et rétro est également très soignée. L'auteur alterne entre des nuances de bleu et de sépia. Les dessins m'ont fait penser au travail de Tom Haugomat.
J'ai apprécié le soin porté à cet ouvrage, la couverture gaufrée et cartonnée est très jolie.

J'ai été totalement bluffée par cette BD et par la richesse du dessin de Jon McNaught.
Commenter  J’apprécie          20
Soyons honnête, je n'ai pas vraiment accroché sur cet album, racontant les vacances d'une famille sur la côte britannique...

J'ai tout d'abord été étonné par la variété des cases, généralement minuscules, parfois immenses. Les dialogues y sont ensuite minimalistes, et peu intéressants. Les bruits en revanche (l'eau qui goutte, les oiseaux, une moto au loin,...) sont omniprésents. Tout ceci forme un ensemble assez déroutant, suscitant à la longue une forme de malaise.

La mélancolie marque cette histoire, mais à l'excès. Ce sont pleins de petits moments de vie, mais sans joie, sans bonheurs, sans lumière. Et de peu d'intérêt surtout. C'est le vide qui prédomine... je n'y ai trouvé ni la sensibilité ni la tendresse évoquées en quatrième de couverture, même si je dois reconnaître un beau travail sur les couleurs. Heureusement que les vacances d'été de ma jeunesse m'ont laissé des souvenirs beaucoup plus positifs...
Commenter  J’apprécie          60
Il y a des livres qui vont nous marquer pour toujours, d'autres pour lesquels nous aurions dû passer notre chemin, entre il y a ceux qui laissent un goût mitiger, une saveur "je t'aime moi non plus". Il y a "l'été à Kingdom Fields". Un roman graphique particulier, puisque nous nous retrouvons avec très peu d'écrits, principalement des bulles sans texte, des couleurs "fades" choisis volontairement pour un côté immersif au même titre que les bulles pour évoquer des bruits. Cette BD raconte simplement un moment de vie, entre une maman et ses deux enfants en vacances à Kingdom Fields dans un camp de bungalows. On évoque la relation entre une mère et ses enfants, une relation plus facile avec sa plus jeune qu'avec son aîné adolescent, la relation entre un frère et sa soeur, l'adolescence, les vacances en famille... Dans cet ouvrage je le répète on est seulement sur une parenthèse de leur vie, on évoque leurs vacances, il n'y pas d'action, pas d'aventures particulières, il ne se passe rien de réjouissant. Au contraire, on ressent la mélancolie et l'ennui de l'adolescent. Jon McNaught parvient à nous transmettre les émotions des personnages par un jeu de couleurs, sans avoir besoin d'user de mots et ce côté est très puissant. Néanmoins, je me suis donc ennuyée avec cette BD que je ne compte pas relire.
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (2)
BDGest
06 mars 2020
L'été à Kingdom Fields invite à se perdre dans ses saynètes mornes. Il ne faut pas s'attendre à de gros éclat, de crises, de fugues sous un ciel orageux. Il n'est pas question de malaise ou de tristesse. Juste d'un ennui palpable, une mélancolie qui engourdit les sens.
Lire la critique sur le site : BDGest
BDZoom
21 février 2020
Il faut se plonger dans cet album sans chercher l’aventure, sans chercher la surprise. On est là pour observer ce qui défile en voiture sous les yeux des personnages, ce qu’ils voient sans le voir dans un magasin, ce qu’ils enregistrent sans vraiment apprécier dans un musée, et c’est au bout du compte une incroyable critique de la banalité. Case par case, des morceaux de vie, une vie en morceaux
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
DING DONG
— Hello, love !
— Helooo ! Lovely to see you !
— Hello darling ! Come on in then, come on in. Oh, no need to take your shoes off, love... Ha ha, it's not Buckingham Palace !
— It's lovely and bright in here ! Is the sunroom new ?
— No, we must have had it for 10 years. Maybe more than that now. It was built a couple of years before Glen died. Now, that was 2007, so... yes must've had it 12 years now. You've been here since then, haven't you ?
— No, not since Andy was born.
— Goodness. Milk ?
— Oh, yep.
— Ah, well I don't think much else has changed...
— Ta.
— ... still the same old mess. Lord knows what they'll do with it all when i'm gone ! Ha ha, there we go... There might be some chocolate ones in there... if you dig down deep enough.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Jon McNaught (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jon McNaught
While the comics marketplace generally favors work that offers conventionally novelistic narratives conveyed through artwork that inclines towards naturalistically-based figurative clarity, a rising generation of artists, often working in alternative publishing formats, is exploring the limits of expressive poetic minimalism. Comics critic Derik Badman will discuss the new comics minimalism with Christopher Adams, Simon Moreton, Jon McNaught, Frank Santoro and Andrew White.
autres livres classés : station balnéaireVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (76) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5207 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..