AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782408005870
408 pages
Éditeur : Milan (16/10/2019)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 73 notes)
Résumé :
Et si la peine de mort devenait un jeu de télé-réalité ? Grâce à une application, les honnêtes citoyens peuvent désormais visionner, commenter et partager les exécutions des criminels envoyés sur l'île d'Alcatraz 2. 0. Tout y est orchestré pour que leur mise à mort soit du grand spectacle. Dee, lycéenne, se réveille dans cet enfer, accusée d'un crime qu'elle n'a pas commis. Des millions de personnes vont-elles assister à son #massacre ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
Khalya
  04 octobre 2020
Âmes sensibles s'abstenir car ce livre ne s'appelle pas #Murder pour rien.
Après que le gouvernement ait vendu la gestion de la peine capitale à un riche particulier, les condamnés à mort deviennent, bien malgré eux, les nouvelles vedettes de la télé-réalité.
Les « fans » peuvent ainsi observer le quotidien des détenus sur Alcatraz 2.0, une île prison truffée de caméra où la vie ressemble étrangement au quotidien de tout un chacun… A quelques exceptions près. En effet, ce qui est attendu avec le plus d'avidité, ce sont les exécutions, lesquelles prennent la forme de spectacles macabres et sanglants par des tueurs professionnels ayant chacun une « spécialité » horrible et un nom imagé.
Et comme dans toute bonne émission de télé-réalité, il faut en donner pour leur argent aux fans, car le paiement de leurs prestations dépend en partie du nombre de « boost » donnés par les fans pour chaque exécution. Autant dire que les tueurs rivalisent d'ingéniosité et de cruauté pour se démarquer les uns des autres.
Et c'est dans cette prison qu'échoue Dee, 17 ans, reconnue coupable du meurtre de sa demi-soeur après un procès sommaire. Elle ne cesse de clamer son innocence.
Au-delà du côté très malsain du voyeurisme des fans, côté malsain renforcé par la transcription de commentaires de type tweeter que je n'aurais, hélas, aucune surprise à lire dans le monde réel si les exécutions étaient ainsi rendues publiques, on sent très vite que quelque chose cloche dans cette prison.
Le procès de Dee semble avoir été expédié à la va vite, sa culpabilité établie avant même qu'il ne commence et l'adolescente condamnée à mort sans l'ombre d'une preuve solide. Bien que la majorité des condamnés clament toujours leur innocence, j'ai douté très vite de la culpabilité de Dee dont la sincérité me paraissait évidente.
Je veux bien me dire que les erreurs judiciaires, ça existe.
Mais plus on avance dans le récit, plus on se demande quelle est la place de la justice dans ce monde régit par le buzz.
Et dès lors que j'ai été persuadé de l'innocence de Dee (Ce qui a été mon sentiment dès les 1ères lignes), je ne pouvais que me mettre à douter de la culpabilité des autres (bon ok, pas de tous les autres, certains avaient l'air bien frappés quand même) et me demander combien d'innocents avaient pu être envoyé sur cette île pour y être massacrés afin d'assouvir la soif de sang des spectateurs et de remplir les poches des organisateurs.
Innocents ou coupables ? Meurtriers sanguinaires ou victimes du système ? La question se pose pour presque tous les personnages que l'on rencontre. On imagine donc bien la difficulté de Dee qui a besoin d'alliés pour survivre mais qui ne peut réellement se fier à personne.
La question se pose également de savoir si le passé de Dee, qu'on découvre assez vite, même si les détails ne sont révélés que petit à petit, peut avoir une incidence sur ce qui se déroule aujourd'hui.
J'en suis vraiment venue à suspecter tout le monde et je n'ai pas osé m'attacher aux personnages car, comme dans Game of Thrones, personne n'est à l'abri d'une mort horrible.
Et la tension ne retombe jamais ! A chaque fois que je me suis dit : bon, là ça se calme un peu. Bam ! Il se passait un truc !
Du coup difficile de lâcher ce roman. Les pages se tournaient toutes seules tellement j'avais envie de connaitre la suite.
Si parfois on peut trouver que Dee s'en sort un peu facilement, si on regarde bien, elle a surtout de la chance et parfois un petit quelques chose en plus. Mais ce petit quelque chose est-il une bonne ou une mauvaise chose ?
Il faudra lire le livre pour le savoir !
Une dernière chose, ce roman est noté comme étant un tome 1 et quelques indices nous donnent une bonne idée de ce qui pourrait servir de base à un tome 2. Toutefois, la fin se suffit à elle-même. Il n'y a pas de cliffhanger de fou qui nous fait dire : il faut absolument que je lise le tome 2 !! Donc, si vous n'êtes pas adepte des sagas, pas de soucis, vous pourrez vous contenter sans problème de lire le tome 1.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MadameRatou
  20 octobre 2019
Dans cette histoire pour le moins originale nous faisons la connaissance de Dee Guerrera, une lycéenne des plus banales âgée de dix-sept ans tout juste dont la vie va basculer quand elle sera reconnue coupable du meurtre de sa demi-soeur, Monica Patterson. Après l'annonce de la sentence au tribunal où elle a été jugée et malgré le fait qu'elle clame haut et fort son innocence, elle sera endormie et transportée sur l'île d'Alcatraz, une prison nouvelle génération réservée aux meurtriers les plus connus. le principe ? Des condamnés vivent leur vie — ils ont un logement, des activités, un travail — avec une épée de damoclès au-dessus de la tête et des tueurs en série approuvés par le gouvernement vont les pourchasser jour et nuit afin de les massacrer de la manière la plus horrible possible en direct, puisque tout est filmé et retransmis à travers le pays pour distraire la population. Tous ignorent qui est à l'origine de cette idée macabre, quelle est son identité, à quoi il ou elle ressemble. Nous savons simplement que le / la responsable se fait appeler « le Postman ». Concrètement, la jeune fille a atterri dans une émission de télé-réalité où des assassins comme elle sont des vedettes destinées à se faire exécuter face caméra, rien que pour l'audience. Bien vite elle fera de troublantes découvertes et réalisera que le créateur de ce show grotesque en sait beaucoup sur elle et son douloureux passé. Dee saura-t-elle rester en vie suffisamment longtemps pour lever le voile sur ce mystère, ou se fera-t-elle tuer devant le monde entier ?
Maintenant que je vous ai rapidement parlé de l'histoire, nous allons voir ce qu'il en est des protagonistes. Et on va commencer par l'héroïne, qui m'a un petit peu posé problème. D'un côté, je pense l'avoir trouvée intéressante et forte, courageuse et téméraire. Elle veut découvrir la vérité sur la mort de sa demi-soeur et est prête à se mettre sur le devant de la scène parvenir à ses fins. Seulement, si on regarde bien, quelque chose cloche. Elle semble complètement détachée et s'adapte bien trop facilement à la nouvelle situation qui lui a été imposée. Oui, parfois, il lui arrive d'avoir peur, ce qui peut se comprendre. En revanche, si j'étais à sa place, je ne pense pas que je serais aussi sereine (c'est même sûr et certain). C'était comme si elle se disait « je sais que je suis foutue mais qu'importe, au point où j'en suis, je n'ai qu'à foncer dans le tas ». Elle ne connaît rien à l'endroit où elle a été envoyée, elle sait qu'elle ne peut accorder sa confiance à personne, elle est entourée par des psychopathes, et pourtant, elle ne va pas se méfier outre mesure. Nyles, en ce qui le concerne, m'a plu dès le début. Je l'ai trouvé attachant, mystérieux, et plus les pages ont défilé, plus il me paraissait fade, niais. Griselda, elle, reste la même du début à la fin : malpolie et méchante. Mais le lecteur va finir par l'apprécier et se rendre compte qu'elle est très gentille. Ethan, quant à lui, est le comique de la bande. Il sort des répliques de films cultes à tout bout de champ et détend l'atmosphère à l'instant où il apparaît dans une pièce. Son rôle n'est pas très important, c'est dommage. Mara, pour finir, est la voisine de Dee. Elle est vue comme une fille bizarre qui reste cloitrée chez elle et ne parle à personne. Eh bien, je l'ai adorée.
L'île sur laquelle (sur)vivent désormais nos condamnés est très étonnante. Je m'attendais à tomber sur une prison lambda mais il n'en est rien. Pire, on est loin du compte ! Ici, il y a une maison pour chaque personne, un glacier où on peut lire « ice crime » sur la pancarte (notez le jeu de mots), une bibliothèque, une salle de sport, une épicerie, etc. Une vraie petite ville. Tous doivent d'ailleurs travailler afin de gagner de l'argent, ce qui leur permettra de s'acheter à manger et à boire. Bien pensé. Les bourreaux, eux aussi, sont particuliers. Ils ne sont pas beaucoup mais ont chacun une façon de faire, un lieu caché où commettre des crimes, une communauté de fans qui les suivent sur la toile, et un thème. On a par exemple une sorte de Robin des bois qui utilise des flèches pour tuer, ou encore une nana qui envoie ses animaux manger ses victimes.
Je vous passe les détails mais la fin m'a un poil semblé tirée par les cheveux. Une unique chose m'a convaincue. Pour le reste du roman, j'ai trouvé que l'héroïne n'était pas vraiment terrorisée par ceux qui se sont mis à la pourchasser ; que les autres protagonistes manquaient de profondeur et n'étaient pas assez développés ; que le manque d'informations sur les méchants était regrettable (qui sont-ils, d'où ils viennent, pourquoi ont-ils été choisis ?) ; que la partie romance était inutile ; et que le Postman restait bien trop énigmatique (comment a-t-il pu obtenir autant de pouvoir ?). Parmi les points que j'ai aimés, il y a l'univers dystopique. C'était astucieux ! Les mises à mort peuvent parfois virer au gore — ce qui est parfait pour la saison — et même si ça ne fait pas peur, une ambiance sombre se ressent. Ce n'est pas un chef d'oeuvre de la littérature mais j'ai adoré lire #Murder. On a de l'action à chaque instant, de la violence, des passages ensanglantés, et une intrigue passionnante. Ce livre raconte l'histoire de tueurs poursuivis par d'autres tueurs, et c'était grandiose. Merci aux éditions Page Turners pour l'envoi de ce livre, et pour la confiance qui m'a été accordée. J'ai pu découvrir un bouquin génial. ♥
Lien : http://madameratou.com/murder/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
8tiret3
  24 février 2020
J'aime de temps en temps me plonger dans des romans pour ados rythmés et les commentaires positifs lus sur #Murder de Gretchen McNeil, publié dans la collection Pageturners des éditions Milan jeunesse, m'ont fait l'ajouter sur ma liste de voeux pour le Père Noël. Je l'ai donc bien reçu, et je l'ai dévoré pendant cette fin de semaine. On peut dire que, pour le côté page-turner, ce roman est efficace. Chaque fin de chapitre incite à lire le suivant et je me suis vite pris au jeu. Par contre, les quelques avis que j'ai vu passer sur Bookstagram parlaient d'un livre pour ado original et riche dans ses thématiques, et je dois avouer que je ne suis pas du tout d'accord avec ça !
L'histoire en elle-même, bien que fort sympathique, ne m'a pas paru plus originale que ça : Dee Guerrera est accusée (à tort) du meurtre de sa demi-soeur Monica. Après un procès bâclé, elle est condamnée à la peine capitale : un séjour sur Alcatraz 2.0, une presqu'île au large de San Francisco où les condamné.es à mort sont filmés 24h sur 24 et exécutés par des bourreaux excentriques pour le plus grand plaisir des spectateur·rices. Une nouvelle variation du mythe du Minotaure transposée à notre époque voyeuriste, dans la lignée d'un Battle Royal ou d'un Hunger Games. Pas follement novateur, mais toujours efficace.
On suit donc Dee dans son acclimatation dans cette nouvelle vie qui est rendue difficile par le fait qu'elle est directement devenue la cible privilégiée du Postman, le mystérieux producteur derrière Alcatraz 2.0, en tuant d'entrée de jeu un des Maliaques, les bourreaux médiatiques qui sévissent sur l'île. Elle s'y fait rapidement des allié·es, tout en restant consciente qu'il pourrait être dangereux de leur faire entièrement confiance.
Je ne m'étendrai pas sur les personnages, qui ne m'ont semblé ni dérangeants, ni attachants. Ils sont en fait, comme souvent dans les romans de ce genre, de véritables stéréotypes : il y a la jolie fille un peu peste, le beau sportif un peu neuneu, le charmant garçon qui va soutenir vaille que vaille notre héroïne et la fille étrange et effrayée... voilà qui compose ce Breakfast Death Club qui, s'il ne fait pas des étincelles, fait malgré tout le job.
Je l'ai dit plus haut, je me suis rapidement pris au jeu en entrant facilement dans l'histoire. Gretchen McNeil signe ici un très bon divertissement dont on a envie de suivre le déroulement en continu. Il y a cependant quelque chose qui m'a gêné : plutôt que de s'en tenir au postulat de départ qui suffisait largement à susciter notre intérêt, l'autrice a voulu donner de la complexité à son récit en faisant intervenir dans la télé-réalité du Postman le passé de Dee, qui a connu six ans plus tôt un événement traumatique. le problème, c'est que les liens entre les deux sont un peu trop gros pour être convaincants et nous embarquer complètement. J'ai trouvé qu'on tombait malheureusement dans le grotesque à partir de la dernière partie du roman, où tout s'accélère et où des scènes frôlant le ridicule se succèdent sans qu'on puisse souffler un instant.
Pour résumer, c'était sympa sans être fou, un bon divertissement qui manque de finesse mais qui est tout à fait approprié pour une lecture-plaisir sans prise de tête.
Je me dois juste de terminer en poussant un petit « coup de gueule ». J'ai relevé au minimum douze « grosses » erreurs d'orthographe/de syntaxe dans le livre (et je pense que j'ai commencé à les photographier après en avoir laissé passer deux ou trois avant). Je ne suis pas du genre à m'insurger contre les erreurs passées inaperçues : j'en laisse souvent passer dans mes posts donc qui suis-je pour juger ? Qu'une ou l'autre faute subsiste ne m'a jamais embêté. Je suis bien conscient du travail que représente l'édition d'un livre, mais autant d'erreurs, ça m'a dérangé. J'ai eu comme l'impression que le texte avait été relu avec moins de vigilance sous prétexte que c'est de la littérature qui est supposée se lire rapidement et je l'ai pris comme une sorte de « manque de respect » du lectorat ciblé par la collection, ce qui est vraiment dommage.
Lien : https://8tiret3.blogspot.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
orbe
  14 novembre 2019
Dee doit chaque jour tenter de sauver sa peau à Alcatraz 2.0. Il s'agit d'une île prison où l'exécution des condamnés est réalisée de tueurs en série psychopathes. Car l'État a délégué cette charge au mystérieux Postman qui mise sur l'audience pour s'enrichir.
La jeune fille souhaite avant tout survivre afin de retrouver le vrai meurtrier de sa demi-soeur. Mais comment faire alors que des caméras traquent le moindre de ses mouvements et que sa vie ne tient qu'à un fil ?
Un roman d'action qui ne lésine pas sur l'hémoglobine et les scènes macabres plus imaginatives les unes que les autres.
La question se focalise rapidement sur la confiance. Car dans cet univers terrifique il faut pourtant parfois pouvoir se fier parfois aux autres.
Les personnages sont stéréotypés car ils sont choisis pour faire grimper les paris des téléspectateurs. J'ai beaucoup aimé celui d'Ethan qui est passionné par les répliques de cinéma.
La télé-réalité est épinglée mais ce qui est dénoncé de la manière la plus ferme est le voyeurisme et les dangers de l'oeil qui juge de loin sans prendre en compte ses responsabilités.
9782408005870
Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
FabtheFab
  22 février 2021
Dee Guerrera est condamnée à mort pour le meurtre de sa demi-soeur, Monica Patron et elle est envoyée à Alcatraz 2.0 gérée par une société Postman Entreprises qui engage des tueurs chargés d'exécuter les coupables de manière sensationnelle, suivis par des caméras qui diffusent en direct et en replay les événements sur l'île de la baie de San Francisco. Des le premier jour, elle est déguisée en Cendrillon pour la mise en scène de son exécution mais elle se défend et tue malencontreusement son bourreau, Le Prince tranchant. Aussitôt, elle est surnommée #Cendrillon la survivante et elle devient populaire sur les réseaux sociaux. Elle doit travailler sur l'île et elle a été nommée employée au magasin de glace Ice Crime tenu par Griselda Sinclair. Elle s'intègre à la bande des condamnés en sursis, Blair, une femme athlétique, Nyles, le geek, Ethan, le sportif et entretient une relation amicale avec sa voisine Mara. Il reste dans les bourreaux Barista Barbare, Cecil B. DeViolent, Ynona la Bricoleuse, al Gaz-Toxique, Gucci le Bourreau, Hannah Vorace, Soeurs Impitoyables, Molly la déchiqueté et Robin des Bois. Elle assiste notamment à la mort d'une des détenues, Blair, sur laquelle le bourreau Gucci incise sur la peau un dessin de coeur, or c'est aussi ce qui est arrivée à Monica, la demi-soeur de Dee dont elle a été accusée du meurtre. Six ans plus tôt, Dee s'appelait alors Dolores Hernandez et habitait avec son père a Manhattan Beach ; elle a été kidnappée, elle a promis à une jeune fille, Kimmi, dans son lieu de captivité de ne rien révéler, faute de quoi les siens seraient tués. Après ce kidnapping, Dee a déménagé avec son père a Burbank et son père est tombé amoureux de la mère d'une amie de Dee, Monica, qui est devenue sa demi-soeur. Un jour, Dee a craqué et révèle les secrets de son kidnapping : deux semaines plus tard, Monica était assassinée. Les assassinats suivants sont étranges, le docteur Farooq, la psychiatre qui avait témoigné au procès de Dee, est tuée par Robin des Bois par un lancer de flèches puis un pieu dans le corps.
Un thriller horrifique haletant ! La mécanique est infernale et on joue à se faire peur avec délice !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
ReveursEtMangeursDePapierReveursEtMangeursDePapier   05 novembre 2019
... une chose était certaine : un des tarés du Postman était sur le point de faire couler son sang. Mais qui ?

Finirait-elle comme principal ingrédient dans un des plats cannibales d’Hannah Vorace ? Ou comme vedette dans une reconstitution gore d’Autant en emporte le vent de Cecil B. DeViolent ? Gucci le Bourreau était-il en train de fabriquer une corde de créateur spécialement adaptée à son cou, assortie à son teint et inspirée des dernières tendances de la Fashion Week de New York, avec laquelle il l’étranglerait lentement jusqu’à ce qu’elle rende son dernier souffle ? Ou Molly la Déchiqueteuse allait-elle inonder la pièce, la remplir de piranhas et la faire choisir entre mourir noyée ou dévorée ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ReveursEtMangeursDePapierReveursEtMangeursDePapier   05 novembre 2019
Dans quel genre de monde tordu regardait-on avec autant d’intérêt des tueurs en série tarés tenter d’assassiner des adolescents ?
Commenter  J’apprécie          30
MadameRatouMadameRatou   15 octobre 2019
Dans la chambre de sa sœur régnait une odeur dont Dee n’était pas parvenue à se débarrasser par la suite. Cette odeur s’était accrochée à ses vêtements, à ses cheveux, à l’intérieur de ses narines.. Qu’importe le nombre de douches, la quantité de savon ou de parfum, elle n’avait pas pu s’en défaire. C’est indéfinissable, pas sucré, épicé ou acide. Juste lourd. Sombre. L’odeur de la mort.
Commenter  J’apprécie          00
MadameRatouMadameRatou   15 octobre 2019
Dee était une inconnue de dix-sept ans incapable de donner un coup de poing, et encore moins de rester vivante suffisamment longtemps sur Alcatraz 2.0 pour susciter le moindre engouement. Pourtant, elle était sur le point de devenir l’attraction vedette de l’émission la plus regardée du pays. Youpi ?
Commenter  J’apprécie          00

Video de Gretchen McNeil (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gretchen McNeil
Dans cette dernière vidéo consacrée aux sélections de fin d'année 2020, les libraires de Point Virgule partagent leurs coups de cœur concernant la littérature à destination des adolescents. Rassurez-vous, il n'y pas d'âge limite après lequel il serait interdit de piocher dans ces recommandations...
Adèle - #Bleue, Florence Hinckel, Pocket Jeunesse, 7,60€ - L'Année de Grâce, Kim Liggett, Casterman, 19,90€ - Collectif Black bone, Tome 1 - Coltan Song, Maylis Jean-Préau, Manu Causse, Marie Mazas, Emmanuelle Urien, Nathan, 14,95€ - Akata witch, Nnedi Okorafor, L'école des loisirs, 18€ - Les Chroniques de l'érable et du cerisier, Camille Monceaux, Gallimard Jeunesse, 20,50€
Alexia - Ma Story, Julien Dufresne-Lamy, Magnard Jeunesse, collection Presto, 5,90€ - Espérance résistance, Juliette Keating, Magnard Jeunesse, collection Presto, 5,90€ - Hôtel Castellana, Ruta Sepetys, Gallimard Jeunesse, 19€ - Des œillets pour Antigone, Charlotte Bousquet, Scrineo, 17,90€ - Des yeux de loup, Alice Parriat, L'école des loisirs, 14€ - À quoi rêvent les étoiles, Manon Fargetton, Gallimard Jeunesse, 17€ - #Murder, Gretchen McNeil, Milan, 16,90€
Musique du générique d'intro par Timo Vollbrecht.
+ Lire la suite
autres livres classés : télé réalitéVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Gretchen McNeil (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2052 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..