AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782809477153
176 pages
Panini France (02/05/2019)
4.06/5   62 notes
Résumé :
Dans notre entourage se cachent les représentants d'une famille de magiciens. Depuis des générations, ils nous permettent de dormir tranquillement en nous protégeant des monstres et du mal. Mais aujourd'hui, quelqu'un les a pris pour cible... et le destin du monde est en jeu.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
4,06

sur 62 notes
5
5 avis
4
7 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

XanderOne
  26 juin 2019
La nouvelle oeuvre de Mark Millar est enfin disponible !!! Je suis une vraie fan de cet auteur dont les univers toujours captivants donnent une véritable profondeur au monde des comics books. En effet, cet écossais devenu américain d'adoption apporte un regard frais et plutôt différent au sein du microcosme très policé du divertissement outre Atlantique.
« The Magic Order » ne fait pas exception à la règle et s'insère parfaitement bien dans le Millarworld (qui regroupe tous ses récits indépendants). C'est une histoire forte, violente et très adulte qui nous est offerte ici. La patte graphique d'Oliver Coipel rend ce comics encore plus sombre et fantasmagorique. Vous ne serez donc pas déçu en vous lançant dans cette lecture qui recèle quelques retournements de situations terriblement inattendus.
La particularité de cette oeuvre vient du fait qu'elle ai été pensée depuis son commencement comme une franchise multimédia pouvant se décliner indifféremment en BD, série télé ou film. C'est donc en partenariat avec Netflix (qui souhaite adapter beaucoup de titres du Millarworld) que nos deux auteurs ont développé l'intrigue, mais aussi l'univers graphique de « The Magic Order ». Un cahier de croquis disponible en fin de tome nous présente même les concepts réalisés par l'équipe Netflix et utilisés par Olivier Coipel pour illustrer ce comics book. Bref, nous découvrons ici une toute nouvelle façon d'imaginer et de produire des histoires que nous pourrons consommer de la manière qui nous siéra le mieux.
Bon, parlons un peu plus du récit de ce super comics maintenant que les détails techniques sont parfaitement clairs. « The Magic Order » est un one-shot, avec une histoire qui se conclue en fin de volume. Bien entendu : The show must go on ! Si les créateurs décident de réaliser une suite, il n'y aura aucun souci pour la raccorder à ce premier tome.
Avec ce tome, nous plongeons dans un monde sombre où la magie existe mais est caché aux yeux du commun des mortels. Cet univers pourrait parfois faire penser à celui de Harry Potter, mais dans une version beaucoup moins enfantine et bien plus sanglante.
Le démarrage est un peu chaotique et on a du mal à assimiler tout ce qui se déroule sous nos yeux. Les personnages sont nombreux et le monde dans lequel le lecteur est plongé est assez complexe à appréhender. Passé les premiers moments où vous ne saurez pas trop sur quel pieds danser, l'intrigue devient tout bonnement passionnante et son dénouement vraiment fabuleux.
J'ai déjà hâte de voir ce que cela donnera à l'écran. Mais, même dans le cas où la version télévisée ne serait pas à la hauteur de vos espérances, la version papier se suffit à elle même et vous permettra quoi qu'il en soit de passer un très bon moment de lecture. 😉
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Catilina38
  14 juin 2019
C'est peu de dire que je l'attendais celui-là! Depuis ma découverte des illustrations d'Olivier Coipel et ma première lecture de l'auteur sur Spider-verse, la diffusion des planches de l'album, j'imagine ce qu'un Mark Millar qui nous a proposé autant de chefs-d'oeuvres pourra nous proposer. A noter que ce volume est un one-shot, comprenant les six issues de la publication US avec les couvertures originales en séparations de chapitres, des couvertures alternatives et une bio des auteurs (y compris l'excellent coloristes sans qui, tout de même, les dessins de Coipel ne seraient pas aussi forts). le fait qu'il s'agisse du premier album publié par Netflix avec comme objectif une adaptation (déjà annoncée) à l'écran est pour moi totalement secondaire bien que cette info ait accaparé une bonne partie de l'attention des sites de comics. Et je crains d'ailleurs que la brièveté de l'album ne limite pas mal les possibilités d'univers large en série TV.
La famille Moonstone protège le monde des dangers d'entre les dimensions, de ce qui se cache entre les réalités. Ils sont magiciens. Ils ont une famille. Ils ont des problèmes. Ils sont humains… Lorsqu'une puissante magicienne bannie passe à l'action, les membres de l'ordre tombent les uns après les autres, massacrés par un mystérieux personnage déguisé en vénitien. Leur dernier espoir réside dans le plus puissant d'entre eux: Gabriel. Mais Gabriel a renoncé à toute magie depuis la mort de sa fille…
Les comics de Millar sont particuliers en ce que l'on sait à l'avance qu'ils ne seront pas ratés: la découverte réside dans la barre placée très haut et qui fait se demander si l'on aura été trop gourmand ou si l'on a un nouveau chef d'oeuvre. Sa très grande qualité (outre le choix d'immenses dessinateurs, contrairement à son compatriote Alan Moore qui semble opter pour l'inverse…) réside dans la cohérence de ses univers et la radicalité du traitement. Un peu comme Rick Remender, il aime placer de tout puissants personnages dans les affres des difficultés psychologiques du bas peuple. J'ai trouvé en cela de grandes proximités de Magic Order avec Jupiter's Legacy, dans cette approche familiale alliant de brillants représentants confrontés aux désirs paternels et d'autres vilains canards qui n'arrivent pas à gérer leur vie quotidienne. Mark Millar a un vrai talent de dialoguiste et de metteur en scène (à quand une réalisation?), créant des caractères intéressants, des images géniales et des scènes d'actions que ses dessinateurs savent parfaitement dynamiser. On a tout autant de plaisir à voir un magicien faire ses courses avant d'affronter un Titan que des assassinats défiant les lois de la physique et un prestidigitateur compter les entrées de son spectacle du soir. Et lorsqu'il laisse divaguer son imagination sur le sort original qu'il pourrait trouver on a une explosion d'idées toutes plus inventive les unes que les autres.
Contrairement à la famille d'Utopian dans Jupiter'Legacy, l'ambition ici reste celle d'une transposition adule du concept Harry Potter (jusque dans les baguettes). J'aime voir des variation sur le même thème, comme le Black Magick de Nicola Scott qui penche plus dans l'intimiste féminin. Pas de discours politique donc, aucune dénonciation, Magic order est (ce qui est beaucoup reproché à Millarworld) un concept destiné à lancer une poule aux oeufs d'or audiovisuelle pour l'investissement de Netflix. Ce manque d'ambition de l'auteur écossais est dommage car son talent est fou et il est un des rares scénaristes à assumer ses envies, sans censure, se rapprochant beaucoup plus de la philosophie du Franco-Belge que de l'industrie super-héroïque formatée. Chez Millar on se drogue, des gamins égorgent des adultes dans la nuit, les personnages sont ouvertement homosexuels et même quand c'est édité chez Marvel les super-héros se font massacrer et le monde dominer par une famille Hulk consanguine et dégénérée (Old-man Logan qui a inspiré le Logan de James Mangold au ciné). Ce n'est pas le trash pour le trash mais juste plus réaliste que ce qu'on lit souvent. Millar donne à voir la vie réelle des super-héros une fois ôté le vernis politiquement correcte. Et c'est ce que veulent les lecteurs comme le montrent les grands succès de super-hero movies au cinéma. Malheureusement Magic Order est au format one-shot, ce qui est suffisant pour lancer un pitch mais bien trop court pour développer un background solide et réaliste. Pour rappel Jupiters's Legacy tenait en deux tomes…
Graphiquement en revanche on a sans doute un des plus beaux comics de l'année. Olivier Coipel est un très grand dessinateur avec un style qui évite les dessins trop léchés de nombre de ses confrères. Un peu comme Jerôme Opena ou Sean Murphy j'aime le côté rapide, à la fois très précis et hachuré de ses cases. La colorisation de Dave Stewart rehausse incroyablement ces dessins et si Panini propose une édition spéciale n&b, personnellement je ne suis pas sur que ce soit préférable tant on à ici l'alchimie parfaite dessins/couleurs qui rend l'album supérieur. le design général est également au top, avec une élégance et un côté décalé qui rend cette histoire vivante. Les différents magiciens sont à peine entraperçus, nous donnant terriblement envie de savoir de quoi ils sont capables, avant de disparaître… Encore frustrant.
Magic order est donc bien un des tous meilleurs comics sorti depuis longtemps, d'une facture irréprochable, mais aussi frustrant qu'enthousiasmant. Qu'il s'agisse des personnages, de l'histoire de l'ordre et de la Guerre secrète, de la famille Moonstone, tout n'a que le temps d'être effleuré et c'est déjà fini. Pourtant il y a de la bravoure, du mystère, du sang, de la folie,… tout ce qui fait un succès. Les auteurs s'amusent pendant quelques planches à imaginer les pouvoirs de ces sorciers, comme si détruire les amusait plus que bâtir sur le long terme. le magnat des comics aurait pu nous gratifier d'un ou deux volumes supplémentaires pour bâtir un sommet des comics. Il préfère nous laisser là les yeux brillants, à relire ce qu'il nous a jeté et attendant sagement son prochain concept. Avec une prolongation sur Netflix pour les plus passionnés.
Lien : https://etagereimaginaire.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Franz
  25 mai 2019
Des magiciens en vrac.
Un couple s'aime et s'endort, observé par deux êtres en lévitation, à la hauteur de l'appartement protégé par une magie puissante. Afin de détourner le champ de protection, l'un des deux sorciers va prendre le contrôle de l'enfant dans la chambre voisine et lui faire accomplir ses basses oeuvres.
Derrière Madame Albany se niche une panoplie de mages noirs dont un, mystérieux, surpuissant, vêtu d'un costume vénitien, nervi patenté d'Albany. le groupuscule a bien l'intention de renverser l'ordre des magiciens qui protège la Terre d'incursions monstrueuses. Les hommes ignorent tout de ces samaritains mais leur disparition signifierait le retour d'horreurs cantonnées dans les limbes. L'Ordre des magiciens représenté en partie par la famille Moonstone va tenter d'endiguer le chaos mais les coups portés par le Vénitien sont imparables. Les têtes commencent à tomber.
Même assez peu sensible à cet univers fantastique, le lecteur néophyte peut immédiatement être happé par l'histoire que le scénariste écossais Mark Millar a imaginée, pleine de surprises et de contrepieds. Son récit est en osmose avec le graphisme renversant du Français Olivier Coipel que la mise en couleur de Dave Stewart rehausse même si son oeuvre en noir et blanc, charpentée, équilibrée, finement hachurée, se suffit à elle-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
un_Riou
  21 mars 2021
Je ne suis pas un très grand lecteur de comics, ma culture en ce sens étant parcellaire. Mais, quand un titre est signé Mark Millar et Olivier Copiel, ce sont des noms dont j'ai entendu le plus grand bien, donc je me dis que ça promet du bon.
Le pitch : la magie existe et des magiciens protègent le monde des mortels innocents des horreurs indicibles des grands anciens (ah, non, des monstre primordiaux, devait y avoir un TM sur les premiers). Entrez dans la vie d'une famille dysfonctionnelle, avec ses cicatrices et tares inavouables, le jour où le destin de l'humanité est entre leurs mains.
Alors, oui. J'ai passé un bon moment avec un bon divertissement.
Tellement facile a avaler que j'ai pu lire mes mails en même temps, bercer le bébé chafouin et répondre à ma femme de manière plus assidue que sporadique sans rien perdre de l'histoire ni même me faire surprendre par les nombreux twists qui ponctuent cette série, rythmés comme un métronome.
C'est très beau, l'univers promet d'envoyer, mais c'est tellement sage et policé, si lisse, qu'on est en face d'un produit culturel à consommer.
Si je faisais du mauvais esprit, je dirais que la volonté de Netflix (qui tente ici-même une incursion dans le comics en se payant des grands noms pour plus de légitimité) est de lancer un ballon d'essai pour s'essayer au genre "super-héroïque" face à un Disney propriétaire de Marvel (et super actif sur le créneau des mini-séries).
Ca marche, rien à reprocher en soi à cet objet, si ce n'est que ça n'apporte rien de plus que de l'iconique pour de l'iconique, des personnages stéréotypés et baisables pour satisfaire à tous les publics cibles et une saine dose d'amour familiale qui fait le ciment de l'american way of life.
Facile d'accès, sans enjeu, sans sous-texte, inoffensif mais fun. le divertissement à son paroxysme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
croix59
  13 juin 2019
Une famille de magiciens dysfonctionnelle, seul le père et la fille exercent leur métier, un des fils a une boite de nuit, l'autre ne veut plus entendre parler de magie depuis que sa fille est morte d'avoir trouver sa baguette (magique évidemment). Mais cette famille fait partie d'un ordre qui doit protéger le monde des affreux méchants qui cherchent à le dévaster (ca c'est un sujet bien connu). Bref une ex de leur ordre, pour récupérer un livre que son père a choisi de ne pas lui léger, décide de tuer un à un ceux qui pourrait la combattre. Seulement si tout le monde sait que mme est folle, qui l'aide dans son opération d'élagation des magiciens?
Dessins stylisés réalisés par un dessinateur Français, au niveau du scénario proposé. Aventures, suspens, dénouement en partie tragique, tout y est.
Pas de suite prévue a priori sur ce one shot. Dommage!
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (4)
Elbakin.net   27 juin 2019
Bref, il n’y a pas pour autant tromperie sur la marchandise : nous avons ici affaire à un vrai blockbuster, sacrément efficace, mais avec tout ce que cela comporte également comme limites.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
BDGest   24 mai 2019
Il est toujours possible de déplorer le manque de continuité dans les œuvres de Mark Millar, pourtant, force est de constater qu'il sait choisir ses dessinateurs et a le chic pour faire une mini série accrocheuse. The Magic Order est de celles-là et augure du meilleur pour la suite de ses productions estampillées Netflix.
Lire la critique sur le site : BDGest
BDZoom   20 mai 2019
Il reste un superbe album, déroulant une bonne histoire, bien calibrée, réalisée graphiquement aux petits oignons par un Olivier Coipel au meilleur de sa forme.
Lire la critique sur le site : BDZoom
ActuaBD   09 mai 2019
The Magic Order est d’autant plus un album qui mérite le détour qu’il est aussi porté par Olivier Coipel, en très grande forme : au-delà de la qualité reconnue de son trait, le monde de la magie l’a bien inspiré sur le plan graphique et de nombreuses planches forcent le respect par leur composition.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
AelurusAelurus   14 mars 2020
Elle m'a collé un pain, j'ai riposté. Et je me suis retrouvée en train de la frapper sur un château gonflable, avec un môme en pleine crise d'asthme à côté. Morale de l'histoire : ne jamais remplacer le lait sur les céréales du matin par de la vodka.
Commenter  J’apprécie          10
Erik_Erik_   02 octobre 2020
Le magicien aime et estime son public, le tricheur méprise celui qu'il plume.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Mark Millar (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mark Millar
Jupiter’s Legacy | Bande-annonce officielle VF | Netflix France
autres livres classés : comicsVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Comics : Les héros de Marvel

Elle peut se dématérialiser, et ainsi traverser les objets solides, les murs, les plafonds ... Il s'agit bien sûr de ...

Kate Winslet
Kitty Pryde
Hello Kitty
Katy Perry

10 questions
213 lecteurs ont répondu
Thèmes : comics , super-hérosCréer un quiz sur ce livre