AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782809419580
192 pages
Panini France (21/09/2011)
4.4/5   81 notes
Résumé :
Dans un monde futuriste, dévasté par les pires criminels, les Etats-Unis ne sont plus ce qu'ils étaient.

Suite à la victoire des super-vilains les frontières ont été redéfinies de manière aberrante et la population dépérit, abandonnée par ses nouveaux dirigeants diaboliques. Quand le concept même de héros n'est plus qu'un vieux souvenir oublié, comme l'espoir et la dignité, qu'adviendra-t-il de l'humanité ? La plus grande aventure de Wolverine de tous... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
4,4

sur 81 notes
5
10 avis
4
6 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

Voici un récit atemporel dans lequel les super-héros ont perdus. On retrouve notre cher Wolverine, ou plutôt Logan qui vit en retrait de cette nouvelle société complètement folle.

On retrouve Mark Millar au scénario et Steve McNiven aux dessins et comme toujours, c'est tout simplement parfait. Que se soit l'intrigue, les décors, les visages, tout est parfaitement maitrisé, on se retrouve dans un univers de type Mad Max et on en prends plein les yeux.

De nombreux super-héros sont morts, les vilains dirigent la planète mais il reste malgré tout quelques rebelles ici et là. C'est la cas de Hawkeye qui va venir voir Logan, reconvertit en père de famille un peu trop tranquille. Au travers de leur aventure pour une mission particulière, on va rencontrer quelques survivants ou descendants des super-héros, tout en apprenant ce qui est arrivé à certains d'entre eux.

C'est atemporel, c'est juste une petite histoire en 7 chapitres, mais c'est un des meilleurs récits existant chez Marvel. Je n'ai rien à redire sur cette histoire, si ce n'est que j'aimerais en voir plus de cette qualité là !

Commenter  J’apprécie          280

Wolverine Old Man Logan... Ou le comics paf! dans la gueule! paf! rooh...

Ou aussi le comic de super héros que j'aime... Et d'ailleurs les supers, bin....

ILS ONT PERDUS!!!

Oui vous m'avez bien entendus, ils ont perdus.... ça fait cinquante ans qu'ils ont perdus... et putain c'est pas la joie.

L'Amérique redécoupée pour les vainqueurs, ça craint sérieusement. Rohlalala.... mais quelle merde!

Et ceux qui ont survécu ne font pas de vague... Logan en fait partie... Logan a survécu, d'un côté quand tu as un pouvoir régénérant... Mais pas sûre qu'il aurait pas préféré y passer comme les copains...

Il a une famille, des enfants, un fermier au milieu du désert...

Et tu lis, et tu sais qu'il c'est passé un truc encore plus horrible... ça monte... et oh putain!

oh putain tout!

oh putain les dessins qui sont paf dans la gueule!

oh putain les survivants !

oh putain les encore survivants, même si plus pour très longtemps... spéciale dédicace à Dardevil.. perso j'aimerais pas...

oh putain l'humour de Hawkeye, sur Hawkeye... Hawkeye tout court.

Et c'est ça que j'aime, ça reste drôle, même si on est en pleine panade, panade pour tout, à tous les niveaux.. le dedans le dehors...

et puis tu lis, tu dévores, tu regardes, tu t'en prends plein les mirettes.. Et plein la tronche.. Uppercut du droit accompagné d'un direct à l'estomac.

Et pi y a les détails qui te serrent le bide... Ultron t'es dur ! Pour la chance t'es sûr ?! (bon là faut avoir lu le bouquin pour comprendre ^^)

Et pi y a Banner, et pi y a Emma Frost et pi y a....

Et pi y a encore le dessin...

Et pi y a le pourquoi Wolverine n'est plus Wolverine.. Enculés!!!... oh l'horreur... oh putain noooooon....

Et si.. même si tu l'avais vu venir.... Parce que quand tu réfléchis deux secondes ça ne peut être autre chose... Et t'es triste... Si t'es triste... Et tu peux pas t'empêcher de faire un retour en arrière sur ce combat, pour bien te reprendre un coup d'horreur dans la tronche, mais pour se mettre de l'autre côté...

Et pi y a tous les clins d'oeil... plus où moins glauques..

Et pi y a du sang...

Et pi y a les images, les souvenirs des copains morts... leurs ombres qui planent... oh putains de cases !

Ouais comment ça envoie du pâté !

Comment c'est beau, même si c'est tragique, comment c'est merveilleux même si c'est l'enfer!

Et pi tu le lis en Vo et tu t'en rends même pas compte, parce que tout coule...

Et pi y a ce qu'il n'aurait pas fallu faire.. du tout... Enfin si tu veux pas réveiller le serval endormi...

Et pi y a la fin... le dernier combat de cette histoire-là.. qui à mon sens est too much... et c'est con. Mais pas grave.

Et pi tu veux en lire d'autres dans cet univers-là...

Et que tu sais même pas si ça existe, si c'était pas juste une histoire comme ça.. pour que le scénariste Millar se fasse plaisir, pour que Mcniven (le dessinateur) aussi... juste une fois, et t'espère que non... ça serait con!

Et pi tu comprends les gueulantes à propos du film qui a rien, mais rien à voir avec la choucroute!

Commenter  J’apprécie          60

Mark Millar revient une deuxième fois au personnage de Wolverine, après la course poursuite haletante de Ennemi d'état. Ce recueil comprend les épisodes 66 à 72 de la série mensuelle américaine, ainsi que le numéro spécial "Wolverine : giant size old man Logan".

Nous sommes dans un futur proche dans lequel les supercriminels ont gagné. Ils ont éliminé les héros et ils se sont partagé les États-Unis qui ne sont plus qu'une vaste étendue post apocalyptique. Logan a subi un traumatisme à la suite duquel il a juré de ne plus jamais se servir de ses griffes. Au début du récit, il est un fermier marié avec 2 enfants et il n'arrive pas payer son loyer aux descendants de Bruce Banner. Clint Barton (ex-Hawkeye) vient lui proposer de convoyer un chargement vers la cote Est, à l'autre bout des États-Unis. Comme on peut s'y attendre, le voyage ne sera pas de tout repos et Logan sera confronté à quelques évidences inéluctables et à des situations intenables.

D'un coté, ce scénario très linéaire renvoie à un western magistral de Clint Eastwood (Impitoyable) où un as de la gâchette s'est retiré de la violence au profit d'une vie modeste de fermier pauvre. Il renvoie également à un autre comics de Millar (Wanted) dans lequel les criminels ont éliminé les héros. Mais les ressemblances s'arrêtent là et "Old man Logan" est un voyage semé d'embuches qui a sa propre identité. Logan et Barton croisent des versions déformées de l'univers Marvel (Spidergirl, Venom, Hulk, Antman, Daredevil, etc.) et ils voyagent à bord d'une version robuste de la Spidermobile. Millar nous sert un scénario dont le moteur est l'action, et elle est particulièrement efficace, sans être très originale.

Millar et McNiven avaient déjà collaboré sur Civil War. Steve McNiven a eu tout le temps dont il avait besoin pour peaufiner ses illustrations et c'est un régal de finesse. Tous les visages sont travaillés, chacune des rides du visage de ce vieux Logan sont dessinées, chaque expression de colère ou de rage est crédible. Les décors sont assez fouillés pour avoir assez d'épaisseur et de caractéristiques, ce qui leur évite d'être trop génériques, même si McNiven fatigue un peu sur les décors dans le dernier quart du tome. Les scènes d'action sont percutantes et elles se distinguent du comics habituel par la grande quantité de sang qui gicle avec force dans toutes les directions. McNiven s'arrête juste avant de devenir gore.

"Old man Logan" est une histoire d'aventure et de rédemption qui repose sur des séquences d'action percutantes et sanglantes. Il s'agit d'un bon divertissement qui transporte les personnages habituels de l'univers Marvel dans un paysage post apocalyptique pour des affrontements sans pitié. Millar et McNiven terminent leur boucherie par un clin d'oeil appuyé à Lone Wolf & Cub. Ils ont à nouveau collaboré ensemble pour Nemesis.

Commenter  J’apprécie          50

Old Man Logan est un bel album cartonné de plus de 200 pages de Mark Millar et Steve McNiven consacré au célébrissime Wolverine, ici mis en scène dans une version pessimiste du futur de l'univers Marvel. Cet album est la rencontre de plusieurs genres fondateurs de l'imaginaire américain : les super-héros, le western, le road-movie et le post-apo. Un cocktail indigeste si le dosage entre les ingrédients n'est pas maîtrisé, heureusement ici particulièrement réussi :

Post-apo : l'histoire se situe 50 ans après que les super-villains aient enfin réalisé (comme dans Wanted, du même Mark Millar) qu'ils étaient en supériorité numérique et qu'il leur suffisait de s'allier pour balayer définitivement les super-héros. Les cerveaux de l'attaque se sont ensuite répartis le territoire américain, et la négligence criminelle, les catastrophes, naturelles ou artificielles, et les phénomènes surnaturels ont finalement transformé les États-Unis en immense désert façon Mad Max, la civilisation étant retranchée dans des mégapoles violentes et corrompues.

Road-movie : les sept épisodes de l'histoire (plus la conclusion, dont on aurait pu se passer) racontent la traversée de ce territoire ravagé, en enchaînant toutes les figures de style du genre : poursuites, ravitaillements, ou confrontations avec les populations locales dans lesquelles les personnages sont contraints d'intervenir avant de pouvoir continuer leur chemin. On évolue en terrain connu, pas loin de Câblé de Walter Jon Williams ou Route 666 de Roger Zelazny. Et comme dans les bons road movies, à ce voyage physique correspond un voyage spirituel, le fameux "Bildungsroman" qui verra le personnage évoluer, se construire (ou se détruire) à mesure qu'il se rapproche de sa destination.

Western, justement, dans le travail sur le personnage de Wolverine : depuis le traumatisme du massacre des super-héros, Wolverine a changé : il mène une existence de fermier et de père de famille, et tente de protéger les siens dans ce monde ravagé. Sa non-violence n'est pas le résultat d'une maîtrise du zen digne d'un Bouddha incarné, mais d'une culpabilité qui le ronge depuis cinquante ans. Sa rencontre avec Hawkeye l'oblige à revenir dans le monde, et, au fur et à mesure des rencontres, à lever le voile sur le traumatisme qui le ronge. le voyage aura ici un effet cathartique, et si on pense à Impitoyable, de Clint Eastwood, la scène où Wolverine prend volontairement une pilée est une référence avouée à l'adjoint du shérif dans Rio Bravo, qui se laisse volontairement tabasser.

Ouch. On a mal pour lui.

Super-héros : bien évidemment, l'un des aspects les plus plaisants pour le lecteur est la découverte de ce futur possible : détails dans le décor, noms sur la carte, personnages croisés, ennemis combattus : tout cela fourmille de références à l'univers Marvel, sans jamais se mettre en travers de la compréhension du récit. Comme Impitoyable vis-à-vis du western, Old Man Logan est une vision crépusculaire, une déconstruction du genre super-héroïque : depuis la nuit du massacre, les combats entre super-héros ne sont plus "pour rire", le sang gicle, les membres s'envolent, les viscères se répandent sur le sol. Pendant 40 ans, les griffes de Wolverine n'ont servi qu'à égratigner ses adversaires ou couper leur matériel en rondelles ! Mais le duel à mains nues de super-héros costumés, qui avait remplacé celui des pistoleros du Far West, est devenu tout aussi dépassé et anachronique que celui des chevaliers. Ces questions, cette déconstruction du genre (et de sa réhabilitation finale ?), le comics les rend explicites, dans l'allusion à Lone Wolf and Cub de la dernière planche, où dans les armes utilisées dans le combat entre Wolverine et le "président"...

Des thèmes riches, une dramatisation prenante, des dialogues justes, des personnages bien campés - Wolverine, laconique et amer; Hawkeye, dont le cynisme apparent dissimule un idéalisme jamais mâté : le travail du scénariste est ici remarquablement servi par celui du dessinateur, aussi à l'aise dans les plans larges, les scènes d'action, que les cadrages serrés sur les visages aux plis amers de ces reliques du passé. Je l'avoue, j'étais méfiant à l'égard de Old Man Logan, et le nom de Mark Millar, capable du très bon comme du médiocre, car souvent superficiel et provocateur et confondant régulièrement violence et transgression, ne m'inspirait pas spécialement confiance. Mais son statut d'histoire complète, les dessins et la critique de Gromovar m'ont convaincu de passer outre ces réticences, et j'en suis heureux : c'est une excellente BD, et elle est digne de figurer au côté d'un Arkham Asylum ou d'autres one-shots du même genre.


Lien : http://hu-mu.blogspot.fr/201..
Commenter  J’apprécie          40

Les Méchants ont vaincu les gentils super-héros et le monde est devenu apocalyptique, sans foi ni loi. Mais voilà, quelques héros vivent encore dont Wolverine. Lui-même devenu vieillissant, il s'est reconverti fermier et s'occupe de faire vivre sa femme et son fils comme il le peut. Ne pouvant pas payer ses derniers loyers auprès de la Famille Hulk (devenu on ne sait pas pourquoi un grand méchant), Oeil de Faucon lui propose un jour une virée à travers les Etats Unis afin de livrer un colis qui leur rapportera beaucoup d'argent.

A cause d' un terrible piège il y a quelques années tendu par le maitre des illusions, Wolverine est devenu pacifiste et s'est juré de ne plus se battre mais des incidents le long de leur trajet périlleux ne vont pas lui laisser le choix...

Excellent comics que ce Old Man Logan qui met en scène un Wolverine vieillissant, torturé mais indestructible grâce à son pouvoir de régénération. le scénario déjoue les codes du genre avec brio et nous retrouvons certains acteurs méchants et gentils avec grand plaisir dans des rôles des fois surprenant. Desservi par des dessins magnifiques, l'ambiance à la Mad Max est immersive et les scènes d'action omniprésentes sont violentes et jouissives à souhait. Attention ce comics est réellement destiné pour une cible adulte !

En tout cas un des meilleurs comics que j'ai eu l'occasion de lire. En un mot Génial !

Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation

Personne ne sait ce qui s'est passé la nuit où les héros sont tombés.

En tout cas, ils ont disparu, le mal a triomphé, et les méchants sont au pouvoir depuis.

Mais le plus grand mystère reste le sort de Wolverine.

Pour certains, il a été torturé comme aucun autre avant lui.

Pour d'autres, il en a eu assez de se battre et il est parti vivre plus simplement.

Commenter  J’apprécie          20

Personne ne sait ce qui s'est passé la nuit où les héros sont tombés. En tout cas, ils ont disparu. Le mal a triomphé. Et les méchants sont au pouvoir depuis. Mais le plus grand mystère reste le sort de Wolverine. Pour certains, il a été torturés comme aucun autre avant lui. Pour d'autres, il en a eu assez de se battre et il est parti vivre plus simplement. En tout cas, il n'a pas élevé la voix ni sorti ses griffes depuis cinquante ans. Ses anciens amis le reconnaitraient à peine.

Commenter  J’apprécie          10

L'esprit humain meurt s'il est privé d'espoir.

Commenter  J’apprécie          60

On a fait deux kilomètres. Plus que cinq mille.

Commenter  J’apprécie          10

Personne ne sait ce qui s'est passé la nuit où les héros sont tombés.

Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Mark Millar (44) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mark Millar
À l'occasion de la sortie du troisième tome de Jupiter's Legacy, retour sur la grande saga super héroïque de Mark Millar (Kick Ass, Kingsman).
Toute la saga est disponible sur : https://www.panini.fr/shp_fra_fr/catalogsearch/result/?q=jupiter%27s+legacy
http://PaniniComics.fr | http://facebook.com/PaniniComicsFrance | http://twitter.com/PaniniComicsFR | http://instagram.com/paninicomicsfrance
autres livres classés : wolverineVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus





Quiz Voir plus

Comics : Les héros de Marvel

Elle peut se dématérialiser, et ainsi traverser les objets solides, les murs, les plafonds ... Il s'agit bien sûr de ...

Kate Winslet
Kitty Pryde
Hello Kitty
Katy Perry

10 questions
221 lecteurs ont répondu
Thèmes : comics , super-hérosCréer un quiz sur ce livre