AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782265093737
496 pages
Éditeur : Fleuve Editions (09/02/2012)

Note moyenne : 3.52/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Dix-sept ans ont passé depuis la défaite du sorcier Morg et la destruction du Mur de Barl qui protégeait le royaume de Lur. Très vite après ces événements, une petite expédition est partie au-delà des montagnes à la découverte d'éventuels habitants. Elle n'est jamais revenue. Asher et sa femme Dathné vivent toujours à Dorana et ont deux enfants, Rafel et Deenie. La question d'une nouvelle expédition fait voler en éclats leur famille. Rafel, qui a hérité des pouvoirs... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
lilu60
  03 avril 2012
Il s'agit de la suite du dyptique la Prophétie du Royaume de Lur.
L'histoire reprend 17 ans plus tard. Asher, le héros de Lur, est devenu père et son fils, Rafel, a hérité de son don: il possède en lui la magie olkenne mais aussi doranenne, ce qui n'est pas pour plaire à Asher qui, pour son bien, préfère l'empêcher de développer son pouvoir le plus longtemps possible. Mais ce n'est malheureusement pas le seul problème auquel il est confronté. Lur qui, depuis le destruction du Mur, avait retrouvé son équilibre et sa sérénité, est menacée. La Terre souffre et Asher est le seul à pouvoir améliorer les choses. Une fois de plus, au péril de sa vie, il fera tout son possible pour sauver le royaume, mais il semblerait que cette fois-ci, cela ne soit pas suffisant....

Je remercie vivement les éditions Fleuve Noir et le forum Mort-sûre pour cette belle découverte.
La couverture a beaucoup joué (comme toujours) dans mon choix de lecture. le personnage me rappelle ceux que je rencontre dans certains jeux vidéos, cela m'a tout de suite attirée, et comme j'apprécie beaucoup la fantasy, il ne m'en fallait pas plus ^^
Au niveau de l'écriture, mon impression dans les premières pages fût assez mitigée. En effet, l'auteur a cette particularité d'adapter sa narration au personnage auquel elle s'intéresse. Par exemple, lorsqu'elle parle de Rafel, enfant, le langage est assez familier, les négations sont absentes et il m'a fallu quelque temps pour m'y faire. Par la suite, cela m'a moins dérangé. J'ai du mal à savoir si c'était moins présent ensuite, ou si c'est devenu "normal" pour moi. Quoi qu'il en soit, j'ai appris à apprécier la plume de l'auteur, qui est juste, sans fioritures ni facilités, et qui nous transporte rapidement dans le royaume de Lur.
L'histoire, si elle a été un peu longue à démarrer, m'a complètement conquise. Comme je l'expliquais plus haut, il s'agit de la suite, 17 ans plus tard, d'un dyptique qui racontait les aventures d'Asher le pêcheur, devenu le Mage Innocent, qui a sauvé le royaume de Lur, en tuant Morg. Je n'ai pas lu ce dyptique, mais il doit être passionnant aux vues de cette suite. L'auteur a crée tout un univers avec ses propres croyances, sa magie, et même son propre vocabulaire ( j'aime beaucoup l'utilisation du mot " Nauvrage" comme un équivalent de " malheur" ou "mince alors" ^^). Je dois vous dire tout de suite que la présentation de l'éditeur ( qui est aussi la 4ème de couverture) en dit beaucoup trop! Elle révèle (dans les très grandes lignes bien sûr) la presque totalité de l'aventure et c'est vraiment dommage. le résumé n'avait pas besoin d'aller aussi loin dans l'histoire. Je vous le disais, le début est un peu long, en effet les 150 premières pages sont consacrées à l'époque où Rafel est enfant et il ne se passe que peu d'action, il s'agit vraiment de planter le décor et d'apprendre à connaître les différents protagonistes. C'est pourquoi, même si j'ai trouvé ce passage moins attractif que le reste du livre, je l'ai tout de même apprecié parce qu'il nous permet de pénétrer dans ce monde avec toutes les informations nécessaires. Passée cette première partie, on avance de nouveau dans le temps, et cette fois-ci Rafel est adulte... les choses sérieuses vont commencer! Je ne veux pas spoiler alors je ne préfère pas trop en dire, mais la suite de l'histoire est passionnante. Les scènes dans lesquelles Rafel et Asher utilisent leur magie sont si bien écrites que l'on ressent parfaitement l'ambiance et l'ampleur de leur pouvoir, j'ai adoré ces passages! Il y a au final peu de moments de pure action, mais l'histoire suffit à nous tenir en haleine du début à la fin. Je ne me suis ennuyée à aucun moment.
Côté personnage, ils sont tous bien travaillés et suffisamment détaillés pour qu'on puisse les imaginer, jusqu'à prévoir leur réaction dans certaines situations. Asher est un homme bon, un mage puissant, et son altruisme est encore plus grand que son pouvoir. Il est prêt (et l'a fait à plusieurs reprises) à risquer sa vie pour sauver le royaume. C'est un homme un peu bourru, brut, mais avec un coeur énorme. Sa femme Dathné est présente tout au long du livre mais elle est peu décrite. J'ai plus de difficulté à créer un lien avec elle. Deenie sa fille, n'est pas si ordinaire que ses parents l'auraient souhaité et j'espère (et j'imagine) qu'elle aura un rôle plus important à jouer dans le prochain tome. Les femmes sont présentes mais leur rôle reste assez secondaire malgré leur fort caractère (pour Dathné) ou leur pouvoir (pour Deenie). Rafel est un jeune homme qui a du mal à comprendre les choix de son père et qui est constamment dans une relation conflictuelle avec celui-ci. La quête qu'il va choisir de suivre va l'amener à une meilleure compréhension du vécu de son père et du pourquoi de ses choix. Et comme il faut toujours un " méchant" dans l'histoire (il n'y en a pas qu'un je vous rassure mais c'est celui qui est le plus approfondi), Arlin me fait beaucoup penser à Drago Malefoy dans Harry Potter. Il est sous le joug d'un père tyranique, mais même après sa disparition, son conditionnement fait qu'il devient comme celui qui l'a élevé, et entretient une haine constante envers Rafel. J'ai vraiment apprécié l'ensemble des personnages, chacun avec son histoire et ses choix...
En bref, une lecture que je ne regrette absolument pas, une fin tout à fait insupportable étant donné que le tome 2 n'est pas encore paru, et des personnages aussi intéressants les uns que les autres. Vivement la suite ( prévue pour le mois de mai 2012)!

Lien : http://www.les-lubies-de-lud..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Bibliozonard
  28 décembre 2012
Le Mage prodigue
Cela fait 17 ans que le mur est tombé. Morg vaincu. Asher gouverne. Les Doranens sont interdits de magie. Après l'échec d'une première expédition, toute nouvelle tentative d'aller au-delà de la montagne est interdite. Une tension se révèle, l'atmosphère, la terre émettent une douleur. Usher et sa femme Dathnée refoule la magie depuis toutes ces années. Ils s'opposent à ce que leur fils Rafel, en fasse usage. Pourtant, le petiot en ressent un besoin viscéral. Il possède comme son père, la magie des deux clans. Usher sait par expérience que le don de son fils est trop puissant pour le laisser jouer avec. Rafel s'entraîne en cachette. Il Vit une relation tendue avec ses parents. Pourquoi son père, son héros, ne veut pas lui enseigner la magie ? Et sa petite soeur, Dennie, a le don de ressentir les sentiments des gens et de la nature qui l'entoure. Pourquoi ne peuvent-ils pas en parler avec leurs parents ?
La première partie est longue. Pendant environ 200 pages axée dramatique. La relation amoureuse solide entre deux époux, la relation père fils mère soeur est le principal abondamment décrit. Des parents hyper protecteurs à l'égard de leurs enfants. Motivé par les blessures, les secrets du passé, la peur, la méfiance devant l'équilibre fragile qui règne dans le royaume.
La profondeur psychologique des personnages et des interactions que cela engendre entre eux, prend une place écrasante sur le décor et l'intrigue pour un regard neuf dans l'univers de l'auteure (en même temps celui qui aura lu les autres tomes connaîtra déjà la description du paysage).
La deuxième partie est beaucoup plus dynamique.
Nous voilà propulsés 10 ans plus tard. L'action émerge. Les enfants ont ou sont proches de la vingtaine. Ils s'impliquent. le rejet de la magie cède devant l'acceptation inévitable d'une situation qui ne laisse guère d'autres perspectives pour sauver à nouveau le royaume. Un passage tout feu, tout flamme. Les ingrédients utilisés pour créer une lecture rapide et divertissante sont efficaces.
La troisième partie reste dans l'action avec une légère accalmie avant de reprendre la route pour aller de l'autre côté de la montagne. Une fin qui titille la curiosité et augmente le désir de poursuivre l'aventure.
Le royaume de Lur sera-t-il finalement sauvé ? La réponse se trouvera-t-elle dans ces montagnes ?
Comme dans « le roi lion », le film Walt Disney ou « le seigneur des anneaux » de JRR Tolkien, c'est dans ou de l'autre côté de la montagne qu'il y a une réponse. Même si ce sont des endroits à éviter paradoxalement. Tout un symbole. Faut-il braver l'interdit pour trouver sa voie, son salut ?
L'auteur à une capacité de conter une histoire incontestable, avec une douce imagination, très magique. C'est l'atout de l'oeuvre qui permet d'aborder pour la première fois et d'apprécier la fantasy. Ce qui est impressionnant c'est la capacité de Karen Maitland d'étaler l'aventure sur plusieurs volumes.
C'est fabuleux. On peut comprendre ce qui attire l'attention dans ce style. C'est le talent de conteur, peu importe si l'histoire en elle-même est peu complexe, ou incomplète selon l'exigence des lecteurs. le genre d'histoire qui peut répondre aux attentes de l'adolescence. L'évocation de l'amour et ses premières sensations, le conflit, la contradiction avec les parents, le mensonge nécessaire pour protéger un enfant, le désir de ressembler ou non à son père ou sa mère, s'émanciper, faire ses preuves, recherche d'indépendance, d'être utile à quelque chose, sauver le monde, partir à l'aventure. C'est complet.
Un autre thème évoqué et qui se maintient dans la majorité des oeuvres du genre, c'est la culture de la différence. Comme celle entre riche pauvre, homme femme, bon mauvais, sage excentrique. L'insistance sur les préjugés entre Olkens et Doranens est très proche de la tension qui existe entre Américains occidentaux et asiatiques orientaux, les flamands et les wallons, les palestiniens et israéliens, la Corse et la France, la disparition de la Tchécoslovaquie partagée entre la Tchéquie et la Slovaquie.
Une approche fantasy pour enseigner qu'il est préférable, et pour l'instant encore utopique, de tous tendre vers un même objectif, le bien-être sans préférence de races ou de religions. Manger, boire, dormir et s'épanouir, quel que soit le statut social. On en revient au respect de l'autre et à l'égalité de manière générale.
Le public cible est « young adulte », les jeunes adultes, les ados en gros. La décontraction, exorciser la réalité à travers de la magie devrait être imposé à tout adulte trop sérieux et responsable. Histoire de voyager un petit coup.
Soit, ce livre est agréable à lire et loin d'être uniquement pour les boutonneux ou les adultes qui n'ont pas envie de grandir. Pour tous donc.
À propos de la construction de cette belle histoire très sentimentale et magique. L'un ne semblant pas fonctionner sans l'autre...
Personnellement, j'attends une suite un peu moins sentimentaliste, avec plus de magie et d'intrigue. C'est dommage que la peinture de la cartographie du royaume, du paysage soit sommaire. Peut-être que le but était que chacun imagine son décor ? Ou alors était-ce une sous-estimation de la capacité du public visé d'apprécier ou d'assimiler les descriptions de décoration intérieure et extérieure ? En attendant, s'eut été préférable d'en rajouter…
Une affaire à suivre.
Plus d'info sur mon blogue
Lien : http://lirecrire.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MarieC
  20 juin 2012
Après les deux volumes de la "prophétie de Lur", que j'avais beaucoup aimé, l'auteur me semble avoir un peu perdu la main. Les qualités des premiers volumes sont toujours présentes : si la fraicheur du langage et du personnage d'Asher, le ton affectueusement ironique dans la description des débats publics, les personnages bourrus qui cachent (mal) leurs sentiments, l'univers très optimiste (il n'y a que très peu de "méchants") et la construction rigoureuse d'un monde imaginaire. Mais cette suite, qui raconte les aventures des enfants d'Asher, pêche par sa construction. Les 200 premières pages sont en fait une longue introduction, expliquant le retour des dangers qui guettent Lur, et le fait qu'Asher arrive à la limite de ses compétences en sauvant une deuxième fois son pays. L'occasion également de rappeler l'intrigue des deux premiers volumes, ce qui est peut-être utile pour ceux qui ne les ont pas lu, mais un peu long pour les autres. L'aventure commence donc après 200 pages, par un récit qui semble lui même une introduction à la trame principale, à savoir le départ de Rafel au delà des frontières... le récit insiste énormément sur des éléments de psychologie des personnages, le conflit entre un père qui veut protéger ses enfants, quitte à leur mentir et les empêcher des grandir, et un fils qui veut tout à la fois être un héros à la mesure de son père et acquérir son indépendance. le récit aurait sans doute gagné à ce que cet élément (très fort et intéressant par ailleurs) soit traité de manière moins centrale...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Olnapac
  15 janvier 2013
Tout d'abord un grand merci à Babelio et aux édtions fleuve noir pour ce partenariat.
Je dois avant tout vous dire qu'il est préférable d'avoir lu La prophétie du royaume de Lur avant d'entamer ce livre. Car en effet n'ayant pas lu la saga précédente j'ai été plus que perdu dans ce monde qui m'était inconnu.
Je ne suis pas très habituée à ce genre de lecture, je ne sais pas si c'est le fait de n'avoir rien compris ou monde dans lequel l'histoire se déroulait ou si c'est justement ce genre littéraire qui ne me convient pas ... mais je n'ai pas trop aimé.
J'ai été aussi étonnée de quelques dialogues ... je les ai trouvé dur !
Je n'arrive pas trop a me prononcer sur ce livre ... je suis assez perplexe ... On est dès le départ plongé dans le royaume de Lur, il est question de deux clans, les Olkens et les Doranens. Il est beaucoup question de justice.
Au début j'avais du mal a rester concentrer sur le livre .. mais dans la seconde partie l'action se met en place et il est plus agréable à lire.
Une fois arrivé à la fin l'auteur a su terminer ce premier tome pour nous donner envie d" lire le tome suivant.
Une écriture assez fluide, du suspens et de l'intrigue, voilà pour résumer mon ressenti pour ce livre. Je ne pense pas lire le tome suivant, à moins de me pencher sur La prophétie du royaume de Lur histoire de me mettre dans le bain ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
everhard
  21 janvier 2013
J'ai reçu le tome 1 des "enfants du pécheur" dans le cadre de masse critique. Merci donc à Babelio et à Fleuve noir pour cette découverte.
Les "enfants du pêcheur" sont la suite de "La prophétie du royaume de Lur". N'ayant pas lu ce dernier, je me suis sentie un peu perdue. Je conseille donc à celles et ceux qui le peuvent de lire "La prophétie..." avant "Les enfants..."
J'ai trouvé le roman un peu long à démarrer, mais heureusement, ça s'améliore par la suite.
Ce tome 1 permet de resituer le monde de Lur et de développer de nouveaux protagonistes principaux ( ici, Rafel et Arlin) qui vont remplacer au fur et à mesure de l'intrigue les personnages développés dans "La prophétie...".
Karen Miller prend le temps de donner une consistance, une existence à ses personnages, même si cela ralenti un peu l'intrigue.
Je n'ai pas vraiment appréciée le personnage d'Asher, ce qui aurait peut être été le cas si j'avais lu "La prophétie". Mais du coup,
j'ai pu apprécier les antagonistes et pourtant si proches Arlin et Rafel.
Notre tome 1 se finit sur un cliffhanger et sur la promesse d'un tome 2 plus vivant et plus dynamique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Elbakin.net   16 mars 2012
On retrouve […] tout ce qui fait le charme et la saveur des écrits de Karen Miller, son style toujours aussi percutant, avec ce langage d’Asher si particulier, celui d’un pêcheur sans instruction, et bien sûr une fin sous la forme d’un cliffhanger […].
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
lilu60lilu60   03 avril 2012
Quand le mur est tombé, dit-il d'une voix qui était à la limite de trembler, ce fut un choc terrible. L'air lui-même était lacéré. La terre saignait dans mon coeur. Mais elle a fini par guérir et par retrouver son intégrité. Mais ces temps-ci... ces temps-ci...
Commenter  J’apprécie          10

Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1633 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre