AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Caroline Rivolier (Traducteur)
EAN : 9782290044063
247 pages
J'ai Lu (04/01/1999)
3.91/5   227 notes
Résumé :
On les appelle le peuple sauvage. Lorsque Marlo Morgan, Américaine tranquille, rencontre cette tribu d'aborigènes australiens, elle ne sait pas que sa vie va être bouleversée. Dépouillée de ses vêtements, déconnectée de sa culture, la "mutante" est propulsée, pieds nus, dans le bush australien. Au contact de ses étranges compagnons, entre la peur et l'émerveillement, elle va apprendre à remplacer les médicaments par les plantes, les pièces de téléphone par la télépa... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
3,91

sur 227 notes
5
18 avis
4
10 avis
3
5 avis
2
2 avis
1
0 avis

dancingbrave
  10 septembre 2013
Sachez le ce texte a suscité une polémique ; est-ce du vrai ou bien est-ce du toc ?
Le « message » est une évidence, bien sûr ! Comment ne pas y adhérer ?
Les vraies valeurs sont bien celles de la Nature, celles de l'Univers.
Bien sûr que nous avons fait et faisons fausse route en ayant « muté » par rapport aux « vrais hommes ».
Pourquoi le peuple aborigène ne serait-il pas le seul peuple des « vrais hommes » coupé du reste de l'humanité par choix et par hasard ayant su conserver les vraies valeurs de l'homme-animal ?
Pourquoi ne pas imaginer dès lors que ce peuple décide de transmettre un message aux mutants que nous sommes.
Un message, le seul et dernier, pour nous inviter à stopper les dégâts et à rejoindre les seules vraies valeurs, celles de l'Univers dans son entier et son unicité ; valeurs auxquelles, parmi toutes les espèces, seul l'Homme civilisé à tourné le dos, pour son malheur et celui de la planète ?
Et bien, si ce livre est effectivement magique et s'il transmet un message à très haute valeur, il perd de sa force par plusieurs allusions divines voire chrétiennes entachant le propos. Il en perd encore par l'éternelle pudibonderie américaine conduisant à des détails inutiles sur la nécessité de cacher la nudité (page 248).
Et puis il y a le coup des deux êtres nés le même jour à deux endroits opposés de la planète et « faits » l'un pour l'autre avec tant de points communs comme, je ne citerai que celui-ci ; l'une, née dans un hôpital tout blanc, l'autre, dans un trou tapissé de fourrure de Koala albinos ( !) (page 231)
Mais bon, admettons que l'auteur a vraiment vécu cette initiation, qu'elle soit vraiment la messagère choisie par les « vrais hommes » ; on peut concevoir que le choc reçu l'ai fait se raccrocher à de fausses valeurs étrangères à celles qu'elle encense par son message.
Alors dans le doute, je veux croire que ce texte est vraiment le reflet d'une réelle initiation et celui d'un message car comme beaucoup d'entre nous, j'ai besoin d'y croire.
Ceci dit s'il ne s'agit « que » d'un roman, ma fois, son message n'en est pas moins vital et l'écriture fort simple, presque naïve parfois ce qui rend le message encore plus clair.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
LadyRomance
  26 juin 2015
Que ce soit une histoire vraie ou une affabulation comme certains le prétendent, le message délivré dans ce livre pouvait choquer il y a plus de 20 ans à sa sorite car il remettait en question tout le fondement de la société dans laquelle nous vivons. Aujourd'hui, le message apparaît très classique, voire désuet tant les consciences ont évolué à ce sujet même s'il y a beaucoup à faire au niveau écologique et humain, nous ne le savons que trop bien. Nombreux sont ceux qui s'y consacrent à petite ou grande échelle, aussi bien dans la transformation qu'ils vivent intérieurement, que dans les actions qu'ils mettent en place envers les autres et la Terre. Quand on voit d'où certains partent et les changements qu'ils parviennent à vivre et à réaliser, je me dis qu'il n'y a pas d'Hommes Vrais, pas plus qu'il n'y a de Mutants ( des Faux Hommes ?????!!!!!!!!! ), il n'y a que des Humains qui naissent là où ils naissent, à l'époque où ils naissent, et qui font de leur mieux selon leur degrés de conscience......
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          361
MELANYA
  15 novembre 2022
De l'écrivaine américaine, Marlo Morgan, je connais « Message des hommes vrais au monde mutant », une autobiographie de son expérience chez les Aborigènes d'Australie.
Un témoignage sur « apprendre sur soi. »
L'auteure nous livre un récit de son périple (supposé) au sein d'une tribu inconnue (inventée ?) d'aborigènes dans le désert australien.
Cet ouvrage fut au centre de polémiques quant à la véracité du témoignage qu'il contenait. Aujourd'hui, le doute n'est plus, c'est une fiction.
Le côté fictif est fondé mais cela n'enlève en rien l'intérêt du livre et du "message" qu'il contient.
Nous suivons donc Marlo Morgan évoluer au sein de cette tribu et nous comprenons assez vite le décalage et même parfois la fracture qu'il existe entre la romancière représentant le monde civilisé, celui des » mutants » (nous) et celui des hommes "vrais" (les aborigènes).
L'auteure (ainsi que le lecteur) s'amuse tout le long du récit a comparer son mode de vie à celui de la tribu et à analyser les différences de croyance - de vie en société - de rapport à la nature - d'organisation de groupe social qu'il existe entre les deux mondes.
Ce choc des cultures donne à réfléchir sur notre façon de vivre et même de penser de nos sociétés dites civilisées.
Quand on ferme ce livre, se sentons nous comme plus "vrais" ?
En tout cas nous avons bien reçu le message.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
babounette
  21 juin 2009
J'ai lu ce livre en l'an 2000.
Je ne l'ai jamais oublié.
A lire absolument, leplus vite possible.
Je n'ai pas perdu mon temps à sa lecture.
Commenter  J’apprécie          312
thierry_e
  02 décembre 2014
Que ce roman soit vrai ou non, quand comme moi, on le lit dans une période où le corps et l'âme font mal, qu'il ne s'agisse au final que d'une fiction parmi d'autres, ma foi, je m'en moque.
Ce livre délivre un vrai message. Il y a des parts de vérité dans ce que l'on perçoit. Des exemples qui sont poussés à leur maximum.
Mais le message du livre n'en est pas moins profond. Nous sommes tous interconnectés, et interdépendants. Riches ou pauvres, grands ou petits...
De plus, nous (en tant qu'espèce humaine), sommes en train de détruire, petit à petit, le berceau qui nous a vu naître et nous a permis d'être ce que nous sommes.
Cette philosophie représente une bouée de sauvetage.
Alors ma foi, oui, que ce soit une fiction, je m'en moque. C'est beau, cela me suffit !
Commenter  J’apprécie          160

Citations et extraits (74) Voir plus Ajouter une citation
MELANYAMELANYA   15 novembre 2022
Quand tu t'en vas en gardant au fond du cœur de mauvaises pensées envers une personne et que le cercle n'est pas fermé, la chose se répétera plus tard dans ta vie et tu ne souffriras pas une seule fois mais maintes et maintes fois jusqu'à ce que tu aies appris la leçon.
Commenter  J’apprécie          110
MELANYAMELANYA   15 novembre 2022
Lâcher prise est quelquefois difficile pour l'être humain. Le serpent n'est ni moins bon ni meilleur pour avoir abandonné sa peau. C'est une nécessité, voilà tout.
Commenter  J’apprécie          20
MELANYAMELANYA   15 novembre 2022
Les rencontres avec les autres sont des expériences et les expériences sont des relations éternelles.
Commenter  J’apprécie          20
MELANYAMELANYA   15 novembre 2022
Pour les membres de la tribu, la vie est mouvement, progression, changement. Ils parlent d'un temps vivant et d'un temps non vivant.
Commenter  J’apprécie          10
MELANYAMELANYA   15 novembre 2022
Le Vrai Peuple boucle la boucle de chaque expérience. Nous ne la laissons pas s'effilocher, inachevée, comme le font les Mutants.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : aborigènesVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1629 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre