AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791097515256
80 pages
Éditeur : Editions la Trace (19/11/2020)
5/5   10 notes
Résumé :
François Mouren-Provensal pose au fil de ses photos et de ses textes la beauté du monde, la couleur des lumières, comme un acte de révolte, une affirmation d'espoir.
En ces temps d'incertitudes, de pessimisme, de nostalgie du passé, l'image est son expression, sa voix.
Au contrechamp de ses photos, il compose de courts textes poétiques. Une volonté de déclencher le rêve, de caresser l'espérance, de cultiver la générosité, de donner : à voir, entendre, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
HordeduContrevent
  31 août 2021
Contempler. Lire. Et s'émerveiller. En équilibre entre les mots et les images, ce recueil « Au rebord du monde » de François Mouren Provensal, 1er livre d'un triptyque poétique imagé, fait partie de ces livres qui distillent du beau en ces temps d'incertitudes et de pessimisme.
Un livre à ne jamais ranger, à laisser à côté de soi, pour, de temps à autres, quand le coeur est lourd ou l'esprit encombré, pouvoir l'ouvrir et de nouveau respirer.
Ce 1er tome est consacré à la mer, le 2ème tome est dédié aux collines méditerranéennes, tandis que le dernier fera la part belle aux montagnes, aux Alpes de Provence. Ce tome ci, dédié à la mer, ne pouvait que me plaire tout particulièrement car
J'aime regarder
Les immensités sans borne
Le ciel et la mer –
Oublier les sens, les formes
Des lignes et des frontières
Chaque double page se compose d'une magnifique photo accompagnée de vers, poésie sertissant les jeux de lumières sur les flots, les nuages sombres, les rideaux de pluie, les contrastes fondus, le vol majestueux d'une mouette, les doigts de lumière des couchants et des levants. En transformant ces images en pépites, en perles du beau collier qu'est ce livre.
Communion de l'image et des mots, auréolant la rêverie d'odeurs, de sons, de couleurs, de vent, ou d'absence de vent. de silence infini. Se laisser porter, déceler le mystère, deviner l'improbable, s'imprégner de quiétude. Là au rebord du monde, en ayant l'horizon au regard et le ciel pour témoin.
« Il est des jours où l'infini est complice », ce livre bijou nous le crie en silence avec merveille et émotion.
Mon âme à bord de lune sur l'obscurité des eaux, le coeur en extase face aux aubes rose orangées et iodées, oui ce livre :
Fruit des marées inlassables
Des dépôts de sédiments,
Promontoires pour mouettes,
Amoncellent en mon coeur breton
Des ressacs de sentiments
Bon certes, il s'agit de la Méditerranée, qu'importe, la mer et le ciel sont salvateurs, un doux entre-deux tissé de fibres mauves de promesses. Les avoir ainsi à portée de main et de coeur est un cadeau inestimable en cette rentrée.
Merci infiniment Pascal, formidable passeur, pour m'avoir mis ce livre sur nos chemins, nos chemins parfois parallèles mais si souvent entrecroisés.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6618
TerrainsVagues
  15 décembre 2020
Jeu set et match et dix de der et direct dans le sac à dos pour l'île déserte.
Je ne sais pas par qui commencer à remercier de m'avoir permis d'avoir un tel objet entre les mains. Oui ce livre est un tableau de maître, une oeuvre d'art, un objet rare, vivant.
Merci Mona pour ce billet qui ne m'a pas laissé d'autre choix que de succomber à la tentation. Merci à l'auteur François Mouren Provensal, auteur de ce bijou, de cette perle, de cette pépite. Merci aux éditions La Trace de publier ce type d'ouvrage, loin des têtes gondolées, Goncourisées, loin d'une certaine littérature faite pour rapporter, faite pour faire grimper une courbe sur un graphique.
La Trace, la bien-nommée pour celle que ce bouquin va laisser en moi.
Au rebord du monde, il y a la mer, cette mer qui où qu'elle soit, en furie ou apaisée, n'est que poésie.
Au rebord du monde, ce sont les photos de François Mouren Provensal qui attirent les mots, c'est la poésie de l'auteur qui anime les jeux de lumières des instantanés.
Pour moi qui ne parle que d'Océan, ouvert, vivant, et n'aime rien de plus que vagues et tempêtes, cette pause en Méditerranée a été envoutante.
Aucun rapport avec les photos de Plisson que j'aime tant. Là tout est calme, chaque rai de lumière est filtré, chaque photo travaillée jusqu'à ne faire de la mer et du ciel qu'un même paysage fondu qui laisse l'horizon ouvrir les portes de l'imaginaire.
La mer n'est pas seule à avoir le premier rôle. En fait ce premier rôle, c'est la lumière que se partagent la mer et le ciel avec comme invité d'honneur, les nuages. Ces filtres qui ajoutés à ceux de l'objectif, donnent des contrastes fondus ou plus appuyés, embrasent ces pages merveilleuses.
Et puis il y a les mots qui viennent comme une caresse, donner la chair de poule, des mots qui si vous êtes sensibles à la poésie sauront, j'espère, vous toucher d'une manière ou d'une autre si vous provoquez un jour la rencontre avec ce livre.
J'aurais tant de choses à dire sur cette poésie que je ne trouve pas les mots, que je ne les cherche pas plus que ça pour ne pas devenir trop impudique. Je peux juste dire que c'est si bon de lire parfois ce qu'on peut ressentir plutôt que de ressentir ce qu'on lit.
J'encourage à aller lire les deux superbes premiers billets publiés sur babel et bien sur à vous aventurer vers les horizons de François Mouren Provensal.
https://www.babelio.com/livres/Mouren-Provensal-Au-Rebord-du-Monde/1267784/critiques/2429021
https://www.babelio.com/livres/Mouren-Provensal-Au-Rebord-du-Monde/1267784/critiques/2438700
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          368
michfred
  02 février 2021
Au rebord du monde,
À  l'ourlet du regard,
Au coin de la lumière, 
À l'angle des rêves,
Aux méandres des nuées,
             - et au creux de l'île-
Au fil de l'horizon :
 Les images naissent toutes d'un point de vue
qui est un point de fuite
à la marge extrême des choses
d' un point
déjà presque disparu,  presque englouti,
d' un point
fragile, fugace,
mais tellement précieux, intense:
Unique
Comme quand on écarquille les yeux
pour saisir
Le paraphe éblouissant  d'un éclair.
Et les mots disent les rencontres
qui surgissent entre ombre et lumière,
ciel et eau,
voiles et ailes,
prise et abandon,
souvenirs et vacuité
rêves et attentes.
- Ma liberté se faisait âpre
Et pesante ma solitude,
L'avenir était une barre d'écume à l'horizon,
L'ombre gagnait du terrain.
quand,
               -Au Rebord du Monde-
entre la Bretagne atlantique et l'Aubrac basaltique
Ce livre est venu ,
Comme un présent  inattendu
Comme la virgule d'une mouette
 Au contrefil  des nuages
Comme un vol d' oiseaux migrateurs
Ponctuant un ciel d'hiver
Comme des Vagues sur des Terrains
Arides
Comme des voiles que le vent porte
Messagères de blancheur
Entre deux bleus infinis -.
 
Images et mots
Sont apparus
comme un cadeau.
Et c' est un cadeau.
Merci!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4011
mosaique92
  02 février 2021
« Combien y a t-il de bouts du monde ?
Un seul, courant à l'horizon ?
ou une multitude à l'ourlet de nos regards ?
Seule la mer le sait et se tait. »
François Mouren Provensal la fait parler à travers ses photos et des légendes à la beauté poétique qui vous happe.
‘'Un livre est une fenêtre par laquelle on s'évade'' (Julien Green). Avec ce livre, évasion garantie vers le monde de la mer (des mers, devrais-je dire, tant il y a de diversité) et des ciels qui les surplombent.
Un livre à garder sur votre table de chevet et à réouvrir dès qu'une échappée de notre monde agité s'impose.  
Commenter  J’apprécie          231
EvlyneLeraut
  29 novembre 2020
« Au rebord du Monde » Entrelacs et plénitude, sérénité, diapason. L'horizon pour soi, un seul instant être le roi du monde. Ne pas craindre la majesté des mots, mer magnanime, salvatrice. L'échappée, battements d'ailes des goëlands, tel Jonathan Livingston. La musique, reflet, l'étendue ultime et apprenante. S'accrocher aux beautés soudaines. le mot est gloire, don, humilité. François Mouren Provensal est ici. Sur les rives filigranes et mystiques. Rassembler l'épars, le changeant, ce qui tremble dans les replis des oublis. Ecrire la splendeur du monde, la fragilité des mats égarés. Etreindre la septième vague, la vie en porte-voix, le bleu voûte lactée ; l'océan port et les rêves étoiles. Ricochets, solitudes perpétuelles. « L'espoir s'écrit en jaune. Pour tendre vers l'été et convier le soleil. du jaune pour rire aux éclats. » Ombres passagères. Miracles gorgés de sel. La mer foudroie les écorchures célestes. « La lumière ne vaut que par l'ombre qu'elle emporte. » Patience, dit-il, l'homme visionnaire, attentif au passage de l'éclat en front de mer. le bleu pavlovien, ballet marin, l'image noyée dans le coeur de François Mouren Provensal. « La place de mon coeur, à l'angle de mes rêves. » L'infini, crépuscule régénérant, les rappels cordes à noeuds, larmes des marins. « Les souvenirs sont les soupirs de l'abandon. » Etreindre ce beau livre, l'échappée des mages. « Au temps des départs, nous appareillons à la lumière. » Jeter l'ancre, attendre l'accomplissement, l'apothéose des textes regain. Il sait l'heure grave de l'évanescence. Transmettre son livre de vie, les cinq éléments. Ce qui palpite encore, oisillon des mers au creux de ses mains. le lecteur sait combien ce livre est majesté, fluide et grâce. Lumières étrennes, les mots sablier. « Il faut parfois rester seul au monde, assis au rebord de la nuit pour savourer le murmure des siècles." Les dualités souveraines, falaises Babel, les alphabets d'honneur entre le jour et la nuit, clair-obscur. Il est là, immobile, le poète du monde, le veilleur des lumières. Ce livre est un cadeau inestimable. La preuve du Tout. L'alliance des couleurs, fiançailles marines. En interlude, marée basse, chuchotements, la préface de Abd al Malik pour vous. « Ce lointain qu'on appréhende est un décor ineffable. » Magistral. Publié par les majeures Éditions La Trace.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
TerrainsVaguesTerrainsVagues   02 janvier 2021
C’était la dernière nuit de l’année des hommes
Le chien et moi nous maraudions au lit des étoiles
L’île nous contait le fil du temps, de calmes tempêtes
La mer se faisait discrète pour nous laisser flairer le goût du ciel
Il faut parfois rester seul au monde, assis au rebord de la nuit
Pour savourer le murmure des siècles.
Commenter  J’apprécie          247
TerrainsVaguesTerrainsVagues   16 décembre 2020
Il est des temps de grand calme
Il est des temps d’ombres douces
Il est des temps où la lune chuchote
Au creux de l’île, la mer calmait ses courants
Le clapot parlait à voix basse
Il me racontait les rêves des marins oubliés
Des contes d’horizons et de lents départs

Seuls les songes s’inscrivent à la surface de l’onde.
Commenter  J’apprécie          242
TerrainsVaguesTerrainsVagues   12 décembre 2020
S'alanguissent les clairs obscurs
aux temps de brume.
Ce sont des heures hésitantes
des crépuscules irrésolus.
Des horizons suspendus,
sans attaches
aux fortunes indécises
d'îles en archipels,
sans plus aucune terre ferme.
Faudrait-il partir ou rester à quai?
Nul ne sait.
Nul ne dit
Nul ne songe.
Seul le vent ou la nuit
emporteront l'incertitude.
Commenter  J’apprécie          170
TerrainsVaguesTerrainsVagues   13 décembre 2020
A l'angle des tempêtes
comme au rebord des éclaircies
partons à tire-d'aile.
Qu'importe, il faudra bien,
au soir,
se poser
et raconter nos solitudes
au souvenir de
ces lointains entrevus.
Commenter  J’apprécie          234
TerrainsVaguesTerrainsVagues   15 décembre 2020
C'était un jour de luxe, un jour à s'offrir le monde
Un temps à s'asseoir à la crête des nuances
Un instant de silence, un temps à ne rien attendre
Un temps à prendre la course des nuages
L'horizon à cache-cache et le ciel au cœur.
Commenter  J’apprécie          193

Videos de François Mouren-Provensal (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Mouren-Provensal
Marie-Blanche Cordou-Chroniques littéraires
Premier recueil de photos sur le thème de la mer avec des images sublimes et des textes poétiques qui fusionnent avec la beauté du monde mise en valeur par l'oeil talentueux du photographe-poéte.
autres livres classés : CielVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de François Mouren-Provensal (1) Voir plus




Quiz Voir plus

A l'abordage : la mer et la littérature

Qui est l'auteur du célèbre roman "Le vieil homme et la mer" ?

William Faulkner
John Irving
Ernest Hemingway
John Steinbeck

10 questions
327 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , mer , océansCréer un quiz sur ce livre