AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782702140949
274 pages
Éditeur : Calmann-Lévy (14/04/2010)

Note moyenne : 3.56/5 (sur 9 notes)
Résumé :

Rentrée des classes au lycée Alexandre-Dumas à Paris. Le nouveau proviseur est anxieux, et il n’est pas le seul. Bohémond, fraîchement débarqué de sa province, s’apprête à faire la connaissance de ceux qui vont partager son année. Heureusement, Joséphine, la pétillante petite rousse, lui présente sa bande d’amis : Chloé, Mehdi, Agathe, Noam et Silia. Entre eux ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
LiliGalipette
  25 mars 2012
Rentrée des classes dans un lycée parisien. Bohémond arrive de Paray-le-Monial et ne connait personne. Passée la première appréhension, il rencontre l'énergique Joséphine, les amoureux Chloé et Mehdi, le secret Noam et, surtout, la belle Silia. Dans la première ES qui les réunit tous, l'année va se passer entre les cours, la préparation des épreuves anticipées du baccalauréat et des échanges de SMS lourds de sens et de conséquences.
À l'ère des nouvelles technologies, les déclarations d'amour s'envoient par texto et les sentiments s'exacerbent au son du bip de réception d'un nouveau message. Quand Chloé entreprend de fouiller dans le portable de Mehdi, on touche un peu aux Liaisons dangereuses, le tout à la sauce code PIN et messagerie instantanée. « Il savait que Chloé pouvait se montrer jalouse, curieuse et suspicieuse. Elle supportait mal de ne pas tout savoir sur lui et de le voir lire ses messages en catimini. » (p. 91) Mais qu'il s'agisse de lettres ou de SMS, un secret n'est pas nécessairement une trahison et la confiance n'est pas conditionnée aux NTIC. Noam, Silia, Joséphine et tous les autres l'apprendront un peu à leurs dépens, mais tout est bien qui finit bien.
Le gouffre semble immense entre la nouvelle génération et l'ancienne : « Papa, fais-moi plaisir, ne cherche pas à comprendre les gens de ma génération. de toute façon, ton cerveau n'est pas formaté pour ça. » (p. 110) Jusque-là, rien que de très normal, c'est un discours classique de jeune à un vieux (con). Mais la génération Y (puisque c'est bien d'elle dont il s'agit) se démarque par l'utilisation et la maîtrise d'un nouveau langage : « Mais c'est rien, c'est juste un p'tit SMS, ça fait partie de notre vie. […] On peut très bien suivre un cours de nos deux oreilles, tout en tapant un SMS du pouce… Franchement, c'est trop simple et y'a pas de quoi s'énerver. Vous savez, on n'est pas comme vous, nous, on est parfaitement bilingues. » (p. 151) Il faut comprendre bilingue en français et en SMS.
L'idée est intéressante, mais à ce point, il m'est apparu que le langage SMS était plus un prétexte qu'un sujet. L'échange de petits papiers sous le bureau aurait eu le même effet puisque les SMS ne sont que le véhicule des histoires amoureuses des lycéens. Alors, oui, nous sommes en 2010 et on consomme du texto à toutes les sauces, mais le roman d'Agnès Niedercorn n'aurait pas moins bien fonctionné avec des signaux de fumée ou des sémaphores. le principe général, c'est l'échange de messages et les malentendus et les méprises qui en découlent.
Je reproche à ce roman quelques formules maladroites et des blagues potaches et/ou éculées. Les intrigues amoureuses sont cousues de gros fils blancs, façon câble ADSL : peu de mystère sur qui embrassera qui. Mais quelques aspects méritent d'être soulignés : le roman aborde avec pudeur et intelligence la maladie, certaines difficultés familiales et les questions identitaires des adolescents. Pas de guimauve, ni de grandes phrases, le texte reste sobre et peut permettre à de nombreux adolescents de se retrouver dans les portraits – peut-être un brin stéréotypés – des différents personnages.
Je ne garderai pas un souvenir très profond de cette lecture qui s'adresse à une cible plus jeune que moi (enfin, bref…). Cinéma, manga, mode, café, name-dropping, aucun doute que cela doit plaire aux lycéens ou très jeunes étudiants d'aujourd'hui. Idylles, mensonges et compagnie est un premier roman : la plume est là, mais elle gagnera à être taillée plus finement. Toutefois, le texte est sympathique et j'ai souri à plusieurs reprises.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
ChezLo
  26 mai 2010
Au lycée Alexandre-Dumas, de Paris IXe, c'est la rentrée. Les groupes d'amis se reforment, Joséphine et Agathe se retrouvent, les amoureux comme Medhi et Chloé se retrouvent, le nouveau provincial Bohémond découvre sa classe ainsi que la capitale. Une année qui s'annonce riche en émois, en jalousies, en découvertes, en désaccords avec les parents, en envois de SMS hors ou pendant les cours. Il y aura les déclarations d'amour qui tarderont, les quiproquos qui engendreront des vengeances amoureuses, les malaises dû à un diabète qu'on tient à taire. Et la préparation au Baccalauréat aussi un peu.
Un livre pour ado en réalité. Pas grand chose de plus. Les histoires, certes tendres et emblématiques de cette classe d'âge, se lisent vite mais malheureusement, les nombreuses maladresses d'écriture déçoivent beaucoup. Comme cet extrait, où j'ai trouvé peu crédible que se côtoient dans la même phrase d'adolescent "j'ai tenté de le joindre" et "comme d'hab".
Les SMS ont une place importante dans le récit comme dans les échanges entre ados (exigence pour postuler au Prix Nouveau Talent décerné par Bouygues Telecom...) ; les petits mots griffonés sur un bout de feuille pliée, et acheminés pendant le cours se font rares, mais ils ne sont cependant pas voués à l'extinction...
Le petit suspense de ces tranches de vies scolaires tient à cette inconnue : qui est ce Jo qui signe les SMS que Chloé reçoit ? Elle qui, éperdumment amoureuse de Medhi, craint que ce dernier ne la trompe, vu qu'il n'a de cesse de consulter son portable...
Vite lu, vite oublié sans doute, Idylles, mensonges et compagnie est un petit livre gentillet sur un microcosme adolescent contemporain, mais tout de même le 1e roman d'une journaliste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
camille890
  27 mai 2010
Ce livre est gai, vivant. Je me suis régalé des aventures des adolescents. A la fin j'étais presque triste de les quitter, eux tous plus attachants les uns que les autres. J'ai lu dans les notes, en dernière page, que ce roman avait été écrit dans le cadre d'un concours qui imposait aux participants "d'intégrer le langage SMS et des messageries instantanés". L'auteur a donc rédigé son histoire avec une contrainte, sans que l'on s'en rende compte. Pas mal. J'ai bp aimé et mon jeune frère de 15 ans aussi.
Commenter  J’apprécie          30
charly2250
  26 mai 2010
Voilà un livre qui fait du bien au moral et sort des sempiternelles descriptions de jeunes désabusés voués à un avenir sinistre. Ces ados sont plutôt bien dans leurs baskets et découvrent la vie amoureuse, dans le contexte du lycée. C'est très actuel, drôle, sympa et bien écrit. A conseiller aux jeunes, à leurs parents et grands-parents !
Commenter  J’apprécie          40
Abou93
  18 juin 2015
Je viens de terminer ce bouquin très marrant. Ecrit avec légèreté. L'histoire décrit avec humour la vie des ados. Vrai et bien vu, bien senti. Je recommande aux jeunes, dès le collège !
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
LiliGalipetteLiliGalipette   25 mars 2012
« Mais c’est rien, c’est juste un p’tit SMS, ça fait partie de notre vie. […] On peut très bien suivre un cours de nos deux oreilles, tout en tapant un SMS du pouce… Franchement, c’est trop simple et y’a pas de quoi s’énerver. Vous savez, on n’est pas comme vous, nous, on est parfaitement bilingues. » (p. 151)
Commenter  J’apprécie          40
LiliGalipetteLiliGalipette   25 mars 2012
« Une bulle peuplée de filles et de garçons de seize à dix-huit ans qui ne pensent qu’aux filles et aux garçons de seize à dix-huit ans. T’as intérêt à être dans le créneau parce qu’avant t’es trop bête et après, t’es trop con. » (p. 191)
Commenter  J’apprécie          11
ChezLoChezLo   26 mai 2010
- Jérem n'est toujours pas là, dit celui de droite, dont le profil rappelait celui d'une musaraigne. J'ai tenté de le joindre hier mais il n'a pas répondu ; si ça se trouve, il ne s'est pas réveillé, comme d'hab.
Commenter  J’apprécie          10
LiliGalipetteLiliGalipette   25 mars 2012
« Il savait que Chloé pouvait se montrer jalouse, curieuse et suspicieuse. Elle supportait mal de ne pas tout savoir sur lui et de le voir lire ses messages en catimini. » (p. 91)
Commenter  J’apprécie          10
LiliGalipetteLiliGalipette   25 mars 2012
« Papa, fais-moi plaisir, ne cherche pas à comprendre les gens de ma génération. De toute façon, ton cerveau n’est pas formaté pour ça. » (p. 110)
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : téléphone portableVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox