AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782701190693
224 pages
Éditeur : Editions Belin (08/09/2015)
3.88/5   8 notes
Résumé :
Les dessous d'une affaire qui a passionné le web et les médias. Elle a déjà connu plus d'une situation difficile : embusquée la nuit sur un parking pour capturer des lionnes échappées d'un cirque, bouleversée par la mort du grand éléphant Siam, esquintée par la tête d'un rhinocéros effondré sur ses genoux. Mais ce n'est rien à côté de ce qui attend cette fois Florence Ollivet-Courtois, docteur vétérinaire spécialisée dans la médecine de la faune sauvage et exotique.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
limaginarium
  18 octobre 2015
Un magnifique témoignage lu dans le cadre d'une masse critique. Merci Babélio !
Je tiens tout d'abord à remercier Babélio, pour m'avoir permis de lire ce livre grâce à une Masse Critique, ainsi que les éditions Belin pour ce livre.
Pa-ssio-nnant !!! Ce livre était juste passionnant. Commencé vers midi, il fut fini vers 15h30. En bref, je l'ai dévoré d'une traite. Il faut savoir que même si je ne chronique habituellement pas ce genre de livres, j'en lis une bonne quantité, amoureuse que je suis du règne animal.
Et celui-là fait partie des excellents ouvrages sur le sujet. Un témoignage touchant et bouleversant, qui m'a mis les larmes aux yeux plus d'une fois, et c'est rare. Enfin, beaucoup moins dès qu'on touche aux animaux. Je suis parfois un brin misanthrope sur les bords et ai donc du mal à pleurer pour notre espèce, mais j'avoue que les animaux (je devrais dire les autres animaux) ont l'art d'attendrir mon petit coeur.
Dans ce livre, Florence Ollivet-Courtois, vétérinaire pour la faune sauvage, nous conte l'histoire du sauvetage de Baby et Népal, deux éléphantes menacées à tort d'euthanasie. Peut-être avez-vous entendu parler de ce fait vers 2012/2013, en tout cas, l'intégralité de cette histoire improbable est couchée sur le papier grâce à la très jolie plume du vétérinaire engagée dans leur cause.
Mais ces deux éléphantes n'ont pas eu que leur véto de choc pour les sauver. Elles ont mobilisé des tas de gens, au travers d'associations mais aussi plus individuellement lorsqu'il s'agissait de personnalités. Ainsi Baby et Népal peuvent remercier la Princesse Stéphanie de Monaco, Brigitte Bardot, certaines personnalités politiques, leur propriétaire qui vient d'un cirque renommé et encore une foule d'autres personnes… D'un autre côté, elles peuvent barrir de rage sur la connerie humaine, sur le manque d'intelligence et d'humanité de certaines personnes (directeur de zoo, préfet…), sur la paperasserie et l'administratif, sur la politique et la guerre de pouvoir…
Car voyez-vous, parce que l'une de leurs congénères est morte de tuberculose, l'on avait ordonné l'abattage (je ne peux me résoudre à employer le mot euthanasie, vu que le bien-être de l'animal n'est pas en jeu) de Baby et Népal. Sans même réellement se préoccuper de savoir si elles aussi été atteintes… Mais le bon sens finira par l'emporter et Baby et Népal coulent aujourd'hui des jours heureux sur 4000m² de terrain dans le Sud de la France, appartenant à la Princesse Stéphanie de Monaco, qui semble bel et bien amoureuse de « ses filles ». Une très jolie histoire donc, à la fin heureuse, à la morale magnifique, aux émotions à fleur de peau.
Mais Florence Ollivet-Courtois ne s'arrête pas là, et nous distille aussi avec habilité quelques anecdotes de sa vie de vétérinaire d'animaux sauvages. Ou comment un véto se retrouve à « flécher » des daims pour les castrer, à sauver un bébé singe au Brésil, soigner les genoux d'un alpaga, dénicher quel virus ronge des serpents et autres aventures peu ordinaires… Ces petites histoires adoucissent un peu l'amertume ressentie à certains moments angoissants de la vie des deux éléphantes. du coup l'histoire globale est parfaitement dosée.
Il faut avouer que la lecture est passionnante pour le côté émotif mais aussi pour le côté « documentaire ». En effet, la vétérinaire nous offre une multitude d'informations physiologiques, anatomiques, comportementales et autres encore, le tout expliqué de façon claire et précise. Un vrai régal. Ainsi par exemple, j'ai appris qu'en captivité, il était nécessaire de limer les ongles d'un éléphant, ce qui prend environ 1h30, parfois sous anesthésie générale.
Et puis tout l'amour que Florence porte aux éléphants et aux animaux transparaît de manière limpide dans ces lignes, et ses mots m'ont touchée au plus profond. Parfois empreint d'une poésie certaine, je m'échappais loin du quotidien, aux côtés d'animaux extraordinaires.
Un témoignage poignant, un livre émouvant pour un voyage magique au pays des éléphants. Une belle note de positivisme et d'espoir dans ce monde souvent trop cruel et égoïste. A mettre d'urgence entre toutes les mains, « Au bonheur des Eléphantes » fut un vrai coup de coeur.
Lien : http://www.limaginarium.fr/m..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Ladyfae
  02 novembre 2015
Je souhaite remercier Babelio car grâce à la masse critique, j'ai pu découvrir cette fabuleuse histoire.
" Florence est une vétérinaire passionnée et c'est dans sa famille depuis son grand-père. Lorsqu'elle entend qu'on va euthanasier Baby et Népal, elle va mener son combat pour leur éviter le pire."

Au Bonheur des Éléphantes.
2/11/2015
0 Comments

Picture
Auteur : Florence Ollivet - Courtois
Édition : Belin
Nombre de pages : 180
Où l'acheter
Résumé :
Les dessous d'une affaire qui a passionné le web et les médias. Elle a déjà connu plus d'une situation difficile : embusquée la nuit sur un parking pour capturer des lionnes échappées d'un cirque, bouleversée par la mort du grand éléphant Siam, esquintée par la tête d'un rhinocéros effondré sur ses genoux. Mais ce n'est rien à côté de ce qui attend cette fois Florence Ollivet-Courtois, docteur vétérinaire spécialisée dans la médecine de la faune sauvage et exotique.
Pour sauver Baby et Népal, les deux célèbres éléphantes menacées d'euthanasie, elle va devoir affronter la mauvaise foi des hommes, découvrir les revers de la politique et faire face à la justice. Mais elle recevra des soutiens inattendus et spectaculaires : un Président de la République en exercice, une icône du cinéma français et Son Altesse la princesse Stéphanie de Monaco formeront une équipe formidable qui fera finalement triompher la vérité scientifique.
Le tout, bien sûr, en rapatriant un ours prisonnier dans les Balkans, en sauvant la vie d'un bébé singe au Brésil grâce à un produit laitier bien connu, et en réparant les genoux d'une douce femelle alpaga ! Des aventures animalières insolites et émouvantes, où la passion au service de la science sauve des vies, et en change d'autres.
Mon avis :
Je souhaite remercier Babelio car grâce à la masse critique, j'ai pu découvrir cette fabuleuse histoire.
" Florence est une vétérinaire passionnée et c'est dans sa famille depuis son grand-père. Lorsqu'elle entend qu'on va euthanasier Baby et Népal, elle va mener son combat pour leur éviter le pire."

Roman
J'ai vraiment aimé lire cette histoire. Étant une fan d'animaux et ayant "connu" plus jeune ces deux pachydermes, j'ai vraiment été tenté par ce roman.
Tout d'abord, l'histoire est touchante et nous montre l'envers du décor, ce que les médias ne nous disent pas. Beaucoup de personnes se sont battues au côté de Florence pour démontrer que l'euthanasie ne doit pas être la solution de facilité.
Les mots coulent comme de l'eau et le livre se lit donc très vite. J'ai appris pas mal de choses au sujet d'animaux, car oui, l'histoire se concentre aussi sur d'autres sauvetages.
La fin m'a mis la larme à l'oeil, car même si on connaît la fin, on ressent vraiment la joie. J'ai aimé la suivre dans ces aventures et ce combat.
J'aime également les quelques photos qui nous illustrent parfaitement le roman.
J'ai aimé lire sa plume. On ressent, à travers ces mots, sa passion et son amour pour les animaux.
Résumé
Pour résumé, un très beau livre à découvrir pour les amoureux ou non des animaux.
Lien : http://leslecturesdeladyfae...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Atasi
  14 octobre 2015
Florence Ollivet-Courtois, le métier de vétérinaire, elle l'a dans le sang. Avant elle, arrière-grand père, grand(s)-pères, père l'ont été. Mais Florence, contrairement à ses aïeux, son champ d'exercice est plus vaste car elle exerce dans les zoos et les cirques. Parmi les animaux qu'elle a vu passer durant sa longue carrière, ses préférés restent sans conteste les éléphants.
Récemment, elle a mené une bataille, assez médiatisée, pour éviter à deux éléphants - Baby et Népal - de se faire euthanasier pour le seul motif, pour faire simple, qu'elles ont - éventuellement - la tuberculose.
C'est cette bataille contre l'euthanasie qu'elle nous raconte dans son second ouvrage mais aussi une bataille pour dénoncer que l'euthanasie ne doit pas devenir un acte courant et la solution de facilité. Elle nous donne une explication sur ce qu'est l'euthanasie et ce qu'est clairement la tuberculose. Pour adoucir son récit, elle nous livre d'autres expériences qu'elles a rencontrées dans sa profession. Elle nous fait découvrir en même temps sa profession et son engagement.
Un livre pour les amoureux des animaux et des éléphants. Un livre écrit avec son coeur et avec un grand professionnalisme. J'ai apprécié sa lecture au point que je me suis achetée 'Un éléphant dans ma salle d'attente". Merci Florence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Aouan
  19 mars 2017
La suite des aventures de la véto des animaux sauvages avec en prime l'histoire des deux éléphants et de la princesse. C'est sincère, sans chichi et ça se lit vite et agréablement. Mais cela reste anecdotique et survole sans approfondir la question de la captivité des animaux, tous n'ont pas la chance d'être pris en charge par une princesse.
Mais cela reste une lecture plaisante et instructive.
Commenter  J’apprécie          10
lectures_du_chatpitre
  08 novembre 2016
Encore un excellent livre pour connaître des anecdotes de vétérinaire de la faune sauvage mais aussi et surtout pour connaître la véritable histoire de Baby et Népal, injustement condamnées à cause du principe de précaution.

Lien : http://blogleslecturesduchat..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
limaginariumlimaginarium   18 octobre 2015
A quelques très rares exceptions près, quand par exemple ils sont très jeunes et tout disposés à s'attacher à absolument n'importe qui, ils ne veulent rien savoir du vétérinaire, cette espèce qui fait des piqûres, des points de suture, administre des médicaments même pas bons et tient à les examiner sous des angles qu'il considèrent comme relevant strictement de leur vie privée. Malgré, ou à cause, de notre air volontairement dégagé, ils nous repèrent à l'instant, nous autres de la race des vétos, et alors se carapatent le plus loin, le plus haut ou le plus profond possible, hérissent tout ce qu'ils ont d'hérissable, retroussent les babines, dégainent les griffes, crachent, feulent, vocifèrent ou nous lancent des cailloux, quand ce ne sont pas leurs excréments. Tout ça pour un banal vaccin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
limaginariumlimaginarium   18 octobre 2015
C'est bien simple, chez les éléphants, j'aime tout. Regardez-les de profil : vous voyez la façon dont leur bouche est dessinée, ce petit sourire en coin qui leur donne un air espiègle ? J'adore. J'aime les longs cils droits dans les yeux, qui sont proportionnellement à peine plus gros que les nôtres, mais dont l'iris cerclé de noir est d'une chaude couleur dorée. J'aime les poils raides du bout de leur queue disposés curieusement en arête de poisson, leur peau à la fois ridée et étonnamment élastique, j'aime leur intelligence et leur empathie qui leur permettent de véritablement nous comprendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AtasiAtasi   14 octobre 2015
l arrive que l'on doive euthanasier des animaux parce qu'ils sont malades ou blessés et qu'on ne peut rien pour les soulager. C'est alors qu'on parle réellement d'euthanasie, car la mise à mort se fait dans l'intérêt de l'animal. Il arrive aussi que des animaux soient abattus pour préserver la santé publique ou l'intérêt général à cause de maladies contagieuses. On parle alors d'abattage, car dans ce cas l'euthanasie se fait dans l'intérêt des humains. La mort n'est d'ailleurs pas nécessairement donnée par arme à feu, contrairement à ce que l'on pourrait croire au vu du procédé de certains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
limaginariumlimaginarium   18 octobre 2015
J'exerce dans les zoos, les cirques, chez les particuliers aussi. Munie de mon diplôme, de mon expérience et de ma panoplie de fusils hypodermiques, il m'arrive aussi bien de traiter la cardiopathie d'un chimpanzé que de transfuser un vautour, de poser une broche à l'humérus fracturé d'un singe capucin, une puce électronique de marquage à un alligator ou d'assurer le suivi d'une tigresse épileptique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AtasiAtasi   14 octobre 2015
C'est bien simple, chez les éléphants, j'aime tout. Regardez-les de profil : vous voyez la façon dont leur bouche est dessinée, ce petit sourire en coin qui leur donne un air espiègle ? J'adore. J'aime les longs cils droits dans les yeux, qui sont proportionnellement à peine plus gros que les nôtres, mais dont l'iris cerclé de noir est d'une chaude couleur dorée. J'aime les poils raides du bout de leur queue disposés curieusement en arête de poisson, leur peau à la fois ridée et étonnamment élastique, j'aime leur intelligence et leur empathie qui leur permettent de véritablement nous comprendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Florence Ollivet-Courtois (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Florence Ollivet-Courtois
"Un éléphant dans ma salle d'attente" de Florence Ollivet-Courtois et Sylvie Overnoy : rencontre
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Florence Ollivet-Courtois (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
222 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre