AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782882582829
206 pages
La Joie de Lire (01/09/2004)
3.5/5   5 notes
Résumé :
Dans un récit autobiographique plein d'espièglerie, Ondjaki évoque dans une langue alerte et savoureuse l'univers rocambolesque de l'Angola postcolonial. Le regard d'un enfant sur une réalité tragi-comique.
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
zazimuth
  30 septembre 2018
J'ai trouvé ce roman curieux…
Par les yeux de l'auteur enfant, j'ai découvert l'Angola, libéré d'un colonialisme par un régime politique autoritaire dirigé par un Camarade Président pas vraiment près du peuple.
Le récit est fait du point de vue de personnes relativement privilégiées et riches, enfants d'ambassadeurs ou d'hommes importants, n'ayant pas de soucis d'argent et bénéficiant de cuisinier et chauffeur.
Le héros raconte sa scolarité et les bêtises avec ses amis, la venue de sa tante du Portugal et l'étonnement de découvrir que dans son pays le rationnement et la surveillance militaire n'existent pas comme chez lui.
Il y a la peur de la violence et la rumeur concernant le Cercueil Vide et ses attaques terroristes dans les écoles. Il y a la coopération avec les professeurs Cubains dont le régime politique et les conditions de vie sont beaucoup plus précaires que celles des enfants auxquels ils enseignent.
ça m'a fait penser un peur à "Petit pays" par moments...
Commenter  J’apprécie          40
xalatan
  11 avril 2022
J'ai beaucoup aimé ce livre, écrit par un écrivain Angolais, Ondjaki, et je le recommande.
Il est écrit sous forme de petits billets, style "Le petit Nicolas", mais c'est un jeune collégien Angolais qui parle et qui raconte les petites anecdotes de sa vie dans l'Angola communiste. L'humour naît donc du décalage entre l'interprétation que fait l'enfant de la situation et l'interprétation qu'en fait le lecteur.
Par exemple quand l'enfant est choisi pour dire quelques mots à la Radio Nationale pour le 1er mai... il croit qu'il doit écrire le mot, mais quand il arrive avec sa petite rédaction, le mot est déjà tout rédigé par les animateurs de la Radio.
Quand sa tante du Portugal vient leur rendre visite, l'enfant se demande comment elle fait pour leur apporter autant de cadeaux avec sa carte de ravitaillement, aurait-elle donc plusieurs cartes ? La visite de sa tante donne lieu à toute une série d'anecdotes très touchantes et amusantes.
C'est bien écrit, avec cet humour un peu décalé et l'auteur rend très bien le point de vue de l'enfant sur ce drôle de monde qui l'entoure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Shabanou
  16 avril 2020
" Bonjour camarades " d'Ondjaki ( 206P)
Ed. La joie de lire
Bonjour les fous de lectures
Livre lu dans le cadre du défi " je noircis mon planisphère".
Auteur angolais.
Angola, les années 1980, le début de l'indépendance.
Un jeune garçon raconte son quotidien.
On découvre sa famille, l'employé de maison, ses camarades d'école et sa tante venue leur rendre visite depuis le Portugal.
En parallèle, il y a cette histoire de Cercueil Vide, groupe d'hommes armés qui terrorise les collégiens et qui risque de débarquer dans l'école de notre protagoniste.
Si l'histoire n'est pas vraiment passionnante et la plume enfantine, on apprend toutefois un certain nombre de chose sur la situation en Angola après les années de colonisation portugaise.
Angola tombé sous le joug communiste, ce qui n'est pas vraiment mieux !!!
Commenter  J’apprécie          10
Lali
  02 février 2011
Dès les premières pages de Bonjour camarades, vous serez conquis par ce récit autobiographique destiné aux jeunes écrit par Ondjaki, ce touche-à-tout né à Luanda (Angola) en 1977 qui a obtenu une maîtrise en sociologie à l'Université de Lisbonne, a vu ses toiles exposées, a donné des performances en tant qu'acteur, a réalisé un film portant sur sa ville natale et a obtenu en 2008 le Grande Prémio de Conto Camilo Castelo Branco. Un récit où il pose son regard d'enfant sur un Angola en devenir quinze ans après l'indépendance du pays, en pleine guerre civile, dans ces heures qui vont précéder le traité de paix de 1991 et d'où les Cubains venus en renfort vont se retirer.
Un récit plein d'imagination où la visite d'une tante vivant au Portugal sera prétexte à une réflexion sur les conditions de vie des uns et des autres et où une rumeur voulant que Cercueil Vide terrorise la région en s'attaquant aux élèves des divers collèges et écoles du coin. Un récit plein de finesse sur le quotidien de ces enfants, sur la famille et sur le vent qui fait chanter l'avocatier du jardin. Un récit que je recommande chaudement aussi pour cette belle langue imagée qu'est celle d'Ondjaki que j'ai envie de connaître davantage et que je vous invite à découvrir grâce à cette entrevue en portugais.
Lien : http://lalitoutsimplement.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
zazimuthzazimuth   30 septembre 2018
Alors, j'ai aussi compris que, dans un pays, le gouvernement c'est une chose, et le peuple, c'en est une autre. (p.35)
Commenter  J’apprécie          40
zazimuthzazimuth   10 octobre 2018
Eh oui ! C'est comme ça, ici à Luanda, pas question de douter des histoires qu'on raconte, beaucoup de choses peuvent arriver, et quand c'est pas possible, on se débrouille pour qu'elles soient arrivées quand même. (p.160)
Commenter  J’apprécie          00
zazimuthzazimuth   10 octobre 2018
- Tu sais ce que dit ma grand-mère, Ro ?
- Non… Qu'est-ce qu'elle dit ?
- Que quand on vit les meilleurs moments de sa vie, on s'en rend jamais compte… (…) Mais moi je pense que c'est pas tout à fait ça… (p.141)
Commenter  J’apprécie          00
zazimuthzazimuth   10 octobre 2018
Parfois dans une toute petite chose on peut trouver toutes les grandes choses de la vie, c'est pas la peine d'expliquer longuement, il suffit de regarder. (p.142)
Commenter  J’apprécie          00
zazimuthzazimuth   30 septembre 2018
Candongueiro : sorte de taxi transportant le maximum de personnes possible (et parfois plus encore) sur un trajet préétabli. (p.26)
Commenter  J’apprécie          00

Video de Ondjaki (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Ondjaki
Entrevue en portugais à la bibliothèque d'Algès en décembre 2008.
autres livres classés : angolaVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus