AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782824622477
304 pages
City Editions (23/08/2023)
4.43/5   15 notes
Résumé :
Lorsque les nazis prennent le pouvoir en 1933, Henry n'a que cinq ans. Quelques années plus tard, le jeune garçon se retrouve avec sa mère dans un wagon à bestiaux, en route vers un endroit dont il ne soupçonnait pas l'existence : Auschwitz.
Dès leur descente du train, Henry et sa mère sont séparés et, pour la première fois de sa vie, il se retrouve seul au monde. Parce qu'il est en bonne santé, il échappe à la chambre à gaz et les nazis l'envoient travaille... >Voir plus
Que lire après Le Petit palefrenier de l'enferVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Il ne s'agit pas d'un roman comme le titre pourrait le faire croire mais d'un témoignage autobiographique, illustré de photos et de documents. Encore un témoignage sur la shoah ! Il n'y en a jamais trop, ne serait-ce que pour nous faire réaliser que les victimes étaient bien des personnes bien concrètes et non une masse de matricules. Chaque livre apporte sa pierre, tout comme les Stolpersteine qui pavent les trottoirs d'Allemagne. Et puis, même si j'en ai déjà lu quelques uns, je crois bien que c'est le premier récit écrit par un juif allemand qui décrit toutes les étapes depuis le jour de l'élection d'Hitler, les lois discriminatoires, la Nuit de Cristal, le port de l'étoile jaune puis l'expulsion en 1941 vers le ghetto de Lodz, puis en août 1944 la déportation à Auschwitz-Birkenau, jusqu'aux marches de la mort, … Et pour cause, peu ont survécu à l'ensemble : la plupart des juifs allemands qui ont survécu se sont enfuis avant d'être déportés, et la majorité des survivants d'Auschwitz n'étaient pas juifs allemands.
La plume est fluide, et même si ce n'est pas celle d'Henry Oster, mais celle de son ami Dexter Ford, le narrateur est bien Oster, qui, d'ailleurs, depuis 1977 prenait la parole en public tous les mois pour parler de son expérience au musée de la Tolérance (centre Simon Wiesenthal) de Los Angeles.
Plume fluide donc, mais pas pour autant une lecture facile. Première pause dès le chapitre un après la première journée d'école du petit garçon en 1934. Trop dur ! Et bien sûr cela ne fait que commencer ! Les pauses furent nombreuses, et ce n'est pas une lecture que je conseillerais le soir avant de s'endormir.
En dehors du contenu, percutant et poignant, ce qui m'a frappé, c'est la capacité d'Oster à raconter les événements avec son regard de l'époque, à se remémorer ses sentiments et sensations d'enfant libre, puis enfermé dans un ghetto puis d'adolescent seul à Auschwitz, puis d'adolescent libre en France. Quand Olster grandit et mûrit, sa plume le suit et évolue. J'ai d'ailleurs bien moins aimé le ton et le style des derniers chapitres du livre, qui m'ont fait plus penser à certains textes «Sélection du Reader Digest», comme pour accentuer l'évolution de sa personne, mais peut-être est-ce parce qu'Oster a laissé plus de champ libre à Dexter Ford pour la partie «réussite américaine» de sa vie. Reste ses magnifiques réflexions d'homme adulte et mature au fil du récit, qui se conclut par un émouvant discours qu'il fait dans sa ville natale plus de 70 ans après en avoir été expulsé. Et toute sa vie il garde une incroyable capacité à se concentrer sur l'instant présent et à voir en chaque nouvelle journée un immense cadeau !
Un témoignage important et indispensable.
Commenter  J’apprécie          251
En 1933, Henry Oster avait cinq ans et s'appelait Heinz Adolf Oster. Il a accompagné son père pour voter aux élections nationales, celles qui ont permis à Hitler et au parti nazi de prendre le pouvoir. Jusqu'à cet événement, il menait une vie agréable : « Je n'étais rien de plus qu'un petit Allemand plein d'entrain, avec une gentille famille, dans une ville allemande grouillante de vie. » (p. 15) Hélas, son monde était en train de s'écrouler. Il en a pris conscience, en 1934, lors de son entrée à l'école. A la fin de la journée, les enfants ont été attaqués, à coups de pierres et de bâtons, par un groupe des Jeunesses hitlériennes. En 1935, les lois de Nuremberg ont été promulguées et la vie de sa famille s'est effondrée. Ses parents et lui ont perdu leur maison, leur identité, leurs possessions et son père a été contraint au travail forcé.

En 1941, ils ont été déportés dans le ghetto de Łódź : ils étaient 21 personnes dans une chambre d'enfant. le ghetto comprenait 160 000 personnes entassées dans 20 000 pièces. En août 1944, Henry et sa mère furent emmenés, à Auschwitz. Puis, Henry, survivant d'une marche de la mort, fut interné à Buchenwald.

Chaque témoignage sur les horreurs de la guerre compte. Pourtant, je dois reconnaître que le petit palefrenier de l'enfer m'a semblé différent de ceux que j'ai lus.

Une des raisons est qu'Henry déroule ses souvenirs de 1933, alors qu'il avait cinq ans, à 2014, date à laquelle il a rédigé ce livre avec l'aide de son ami Dexter Ford, journaliste au New York Times. Il décrit les débuts de l'eugénisme qui trouve son origine en Amérique, les conditions de vie terribles en Allemagne, les épreuves atroces qu'Henry a subies dans le ghetto, les tortures morales et physiques qu'il a vécues à Auschwitz et à Buchenwald, la libération du camp et sa vie après la guerre. de nombreux documents (photos, retranscriptions de discours, etc.) émaillent son récit poignant et douloureux. Il est d'une richesse historique incommensurable. Henry souhaitait « répandre la vérité au sujet des atrocités qui ont eu lieu » (p. 317) pour qu'elles ne reproduisent plus. « Il a passé sa vie à se consacrer à la création d'un monde meilleur » (p. 317), comme le démontre son discours, prononcé soixante-dix ans après les faits, dans lequel il assurait « à la génération actuelle d'Allemagne qu'elle n'a pas besoin de porter le poids de la culpabilité et de la honte de la génération passée. » (p. 314) J'ai été extrêmement émue par l'humanité de cet homme rescapé de l'enfer.

Je pense que la deuxième raison est, hélas, l'âge d'Henry, au moment des faits. Les premières exactions survinrent quand il avait cinq ans. Il était âgé de dix-sept ans, quand il a été libéré des camps. Son témoignage est composé de sa perception des faits, liée son âge, et d'explications de l'adulte qu'il est devenu, enrichies de sa maturité et complétées des révélations de l'Histoire. Il livre ses sentiments bruts d'enfant, puis d'adolescent et, enfin, ceux d'homme mûr. Ils sont empreints de vérité et d'authenticité bouleversantes.

Enfin, je pense que l'écriture appuie mon impression de différence. En effet, la narration évoque celle du roman, même si des éléments nous rappellent, régulièrement, que c'est une histoire vraie. Cela permet, parfois, de prendre une distance émotionnelle nécessaire, car la force des mots et la puissance du texte nous étreignent et nous meurtrissent. Pourtant, malgré les horreurs vécues, Henry n'a jamais perdu espoir. Tenir un jour, une semaine, un mois de plus était son mantra . « Survivre à l'enfer et croire à l'espoir. » (quatrième de couverture) J'ai été ébranlée par son courage.

J'ai été bouleversée par ce devoir de mémoire. Si le petit palefrenier de l'enfer avait été un roman, j'aurais parlé de coup de coeur. En raison de la véracité de la barbarie des faits, je ne peux utiliser ce terme, pour illustrer mon intense émotion.


Lien : https://valmyvoyoulit.com/20..
Commenter  J’apprécie          70
Coucou tout le monde. Aujourd'hui, je vous parle de ce livre percutant. Un témoignage poignant, bouleversant au coeur de l'innommable. Une immersion totale dans les camps de concentration, de Lodz à Autschwitz.

C'est l'histoire d'Henry, qui à l'âge de cinq ans, voit sa vie se briser, juste parce qu'il a le malheur d'être né juif. Ce pays, l'Allemagne, qui était pourtant le sien, et qui a persécuté tout un peuple, entretenant une haine impensable.

Un témoignante complet sur un pan d'histoire qui a vu la montée du nazisme, les lois antisémites ruiner et humilier cette minorité.

Sous l'oeil d'abord innocent d'un enfant qui ne peut imaginer ni comprendre ce qui est en train de se jouer sous ses yeux. Rafle, brutalité, train les menant tout droit vers l'enfer.

Un récit, parsemé de photos, d'archives et documents de l'époque, qui nous plonge dans cette affreuse réalité. Des images chocs et insoutenables, des chambres à gaz aux fours à crématorium, qui nous tordent les entrailles.

L'histoire d'un gamin débrouillard, qui a survécu à l'enfer. Travailler aux écuries, prendre soin des chevaux vont lui apporter cette lueur d'espoir, celle de vouloir plus que tout rester en vie. Côtoyer la vie pour mieux s'éloigner de la mort qui rôde partout autour de lui.

Un homme qui a survécu à l'enfer et s'est fait un devoir de faire ensuite quelque chose de sa vie. Afin d'apporter son témoignage. Un devoir de mémoire, envers sa famille, pour ne JAMAIS oublier toutes ces horreurs et crimes commis contre des millions d'innocents.

Une ode à la tolérance d'une véritable force de la nature. Une histoire profondément inspirante que je vous invite à découvrir pour ne jamais fermer les yeux.

Un immense merci à City Editions pour l'envoi.
Commenter  J’apprécie          20

Dans ce livre, j'ai fait la connaissance de Henri, un petit garçon de 5 ans. Insouciant et joyeux, il profite de la vie. Jusqu'au moment où la haine des juifs commence à se mettre en marche et qui finira par la deuxième guerre mondiale. Emprisonné dans un ghetto, il va finir par aller à Auschwitz ou il va trouver du réconfort à s'occuper des chevaux... va t'il s'en sortir? Ce roman témoignage te le fera découvrir!

Comme je l'ai dit un peu plus haut, c'est un témoignage romancé. Je suis entrée immédiatement dans l'histoire. Henri nous explique le début de l'antisémitisme qui commence bien avant la deuxième guerre mondiale. Il nous donne même la signification des ghettos! Après chapitre après chapitre il nous raconte un pan de sa vie. L'horreur, l'incompréhension, l'envie de survivre puis l'espoir. C'est un témoignage extrêmement bien documenté qui je pense est important de lire! J'ai appris beaucoup de choses sur l'utilisation des chevaux lors de la deuxième guerre mondiale. Malgré tous les livres que je lis de cette histoire il y a toujours un nouveau fait que je ne connaissais pas. C'est toujours très intéressant et évidemment riche en émotions.

Si tu te dis c'est encore un énième livre sur la deuxième guerre mondiale tu as tort. Je trouve qu'il change vraiment et apporte une touche supplémentaire!

Est ce que tu aimes les romans historiques ?!

Produit offert pour collaboration commerciale non rémunérée.
Commenter  J’apprécie          30
Encore un témoignage bouleversant sur la shoah avec le petit palefrenier de l'enfer, d'Henry Oster.
L'auteur alors enfant, habite Cologne en Allemagne, avec l'arrivée d'Hitler au pouvoir en 1933, il a alors 5 ans, sa vie va changer car sa famille est juive.
En 1941 il est alors déporté au ghetto de Lodz en Pologne où son père va mourir. En aout 1944 il sera déporté avec sa mère à Auschwitz, celle ci étant envoyé directement dans les chambres à gaz. Etant encore jeune, il s'occupera de chevaux là bas. En janvier 1945, il arrivera à Buchenwald avec les marches de la mort et sera libéré lors de l'arrivée des Américains dans un état proche de la mort.
On suit ensuite le reste de sa vie, avec déjà son arrivée en France, puis il pourra rejoindre un oncle aux Etats Unis et fera des études.
C'est un livre très intéressant, bouleversant mais tellement important pour le devoir de mémoire.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Alors quand Adolf Hitler (qui n'était pas né en Allemagne, mais en Autriche) et ses amis nazis décidèrent que les Juifs comme moi, ma mère et mon père étaient inaptes à vivre dans "son" Allemagne, cela fait déjà plus de 1600 ans que nous y vivons.
Commenter  J’apprécie          20
Je compris, du haut de mes seize ans, que même si les nazis avaient endommagé mon corps, je ne m'étais jamais rendu. J'avais conservé mon humanité. Mon nom et mon âme. J'étais encore moi-même. J'étais toujours Heinz Adolf Oster.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : document historiqueVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus

Lecteurs (91) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3170 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..