AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2377310532
Éditeur : Sarbacane (03/01/2018)

Note moyenne : 4/5 (sur 49 notes)
Résumé :
Il y a mon papi, mon père, mon frère Yves et moi, 9 ans , Louis.
On vit à Noirmoutier - on récolte du sel.
La mer nous éblouit.

Chez nous, ça ne parle pas, ça rit un peu.
Il faut dire que les femmes sont parties; depuis, papa vit comme un ours, papi parle au fantôme de mamie et Yves est accro à la drague et à la muscu.

ET MOI ?
Ben, moi, j'aimerais croire que cette vie, on peut faire mieux que "presque" la vi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (36) Voir plus Ajouter une critique
Lagagne
  13 avril 2018
La famille Dégâts, de son surnom, est composée exclusivement d'hommes, suite au décès de la grand-mère et au départ de la mère, grandes absentes. Il y a donc le grand-père, attachant, aimant, roi de la cuisine et de la bêtise. Il y a le père, taiseux, bourru, travailleur, qui installe une chape de plomb sur l'ambiance de la maison. le grand-frère, futur militaire, accro aux filles et à son physique, qui oscille entre le monde physique du père et parfois le monde moins "terre à terre" du grand-père. Et il y a Louis, gringalet qui doit tenir de sa mère, inséparable de ses deux meilleurs amis.
Louis nous parle de son quotidien, dans cette famille qui a un vrai problème de communication, enfin, surtout avec le père. Car les deux frères se parlent, font des bêtises ensemble, même s'ils sont différents et ne se comprennent pas toujours. Et le grand-père est là aussi, ciment de cette famille. Lui n'a pas vraiment de problème pour communiquer, vu qu'il y arrive même avec sa femme décédée depuis des années.
J'ai été touchée par cette histoire de famille monoparentale pas comme les autres. Alors oui, il y a de grosses ficelles, des choses que l'on voit venir à des kilomètres. Mais ce n'est pas grave. La fluidité de l'écriture fait tout passer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Victor10
  28 avril 2018
Claire Renaud nous propulse en plein coeur de Noirmoutier, face à l'immensité de l'Océan Atlantique, aux cotés de ces quatre Gars, les Dégâts, pour les intimes. Dans cette famille atypique, je demande le fils cadet, Louis-Marie, 9 ans. Vient ensuite Yves-Marie, l'aîné, âgé de 17 ans, puis leur père Jean-Marie, et le père de ce dernier, Pierre-Marie. le lecteur, quant à lui, suit le quotidien de cette tribu dépourvu de toute présence féminine à travers le point de vu de Louis, le plus jeune de tous.
Ce texte m'a vraiment fait voyager. J'ai été transporté dans la vie de Louis, et ce à chaque fois que je posais mes yeux sur les lignes de ce livre ne serait-ce que pour quelques minutes, le temps d'entamer un nouveau chapitre. J'ai adoré suivre le quotidien de cette famille, entre les engueulades, l'école et le marché du dimanche. Il faut savoir que dès le début, je suis rentré dans l'histoire les deux pieds joints, avec cette aventure qui commence sur une énième bavure d'Yves pour impressionner les filles. Ensuite ? Ce ne fût qu'une cascade de tracas, de rire, de sourire, de boule dans la gorge, de contraction de mâchoire, de soupir, de battements de coeur. Pour tout vous dire, j'ai ressenti cette même chaleur dans mon ventre que lorsque j'avais découvert Les Belles Vies (lien à coller) fin 2016. "Les Quatre Gars" est un pur concentré de toutes ces émotions qui font le quotidien de chacun, et le lecteur les ressent puissance 1000 ! Et finalement, malgré pas mal de disputes entre le père et le reste de la famille, malgré les soucis de tous les jours, j'ai bien eu envie d'y rester, à Noirmoutier ! je m'y suis senti réellement bien, comme lové dans un petit nuage où seul résidait cette histoire (et puis bon, il faut avouer qu'en cette période, plutôt grisâtre, Claire Renaud n'aura aucun soucis à rendre envieux ceux comme moi qui ont l'habitude de passer leurs vacances au bord de l'Atlantique).
Que d'odeurs, que de sons, que de bruits ! Les réactions et la spontanéité de Louis n'ont fait que conforter ma sensation de voyage. Tous les personnages de cette histoire m'ont réellement plu ! C'est comme si ils m'avaient adopté au fur et à mesure des pages. le lecteur connaît toujours mieux cette famille, les réactions, les petites mimiques de chacun. Une bulle s'installe peu à peu. Et qui de mieux que ce p'tit gamin de Louis pour nous conter une telle histoire ? Personne, sans aucun doute. J'ai été attendri par ce personnage que j'ai trouvé très mature malgré son jeune âge. Et comment vous parlez de Louis sans vous parler de sa relation avec son grand-père ? Et même de son grand-père tout court d'ailleurs ? Il s'agit là de quelque chose d'unique, qui met le sourire aux lèvres, d'une beauté sans pareil. Quelque chose, un objet, un récipient, un bol plus précisément, où l'on aurait glissé de la tendresse, des petits gestes, des rires, des larmes, une bonne dose d'émotions. On mélange le tout. Et on obtient une complicité, un attachement à la fois simple et tellement hors du commun. Ce grand-père énergique, rempli d'une joie de vivre et d'une vivacité malgré son âge avancé, qui effectue en quelque sorte un passage de flambeau à un Louis innocent qui n'attend que de croquer la vie à pleines dents. Rajoutez à ce gratin le père d'une chaude froideur et un Yves qui cherche à se muscler pour impressionner dans la chaleur de l'été, et vous obtenez comme une nouvelle famille.
Des personnages portés par des pensées si bien retransmises par Claire Renaud... Celle-ci écrit avec une clarté et précision des phrases si anodines qui cachent en réalité une réflexion folle. Elle utilise pour cela à merveille son personnage de Louis, qui offre au lecteur une vision si innocente mais qui n'en est que plus véritable dans cette chienne de vie. J'ignore totalement si ce récit est autobiographique ou si la romancière conte l'histoire de quelqu'un de proche, mais j'ai été soufflé par sa faculté à se mettre à la place d'un garçon de 9 ans et d'être capable de nous montrer ce qu'il voit et ressent avec une telle justesse. Des descriptions moindres, fondues dans le récit entre dialogue et réflexion, pour un voyage toujours plus intense aux côtés des Dégâts.
Conclusion : Un voyages, des émotions, des personnages. Un bel exemple de ce qu'est un véritable roman, de ce qu'il peut procurer, et ce qui fait la particularité de sa lecture. Il faut le lire. Absolument.
Lien : https://larbrealire.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
Takalirsa
  13 juin 2018
Un roman entre souffrance et tendresse.
Louis est un petit garçon en souffrance. "Pâle et maigrichon", considéré comme "le sensible et le chialeur" dans cette famille de gars, alors que son frère aîné est "une masse de muscles" comme son père, il se sent "si différent d'eux, tellement autre, et loin et seul". D'autant plus que depuis le départ brutal et inexpliqué de sa mère, son père se comporte "comme un bourru, un taiseux, une brute" qui accomplit son travail de saunier et sa petite vie routinière sans un mot, sans un geste pour sa famille.
Heureusement il y a Papi, l'âme du foyer, celui qui cuisine, qui gère le quotidien, qui écoute et encourage son "Loulou", "pour se dire qu'on est une famille malgré tout". Papi et Louis se ressemblent, physiquement et de caractère. Ils n'ont pas la force de Jean et d'Yves (qui s'entraîne dur pour entrer dans l'armée) qui récoltent et transportent le sel, mais ce sont les meilleurs pour le vendre sur le marché à ces imbéciles de Parisiens ! L'histoire se déroule sur la presqu'île de Noirmoutier et baigne dans l'ambiance et les traditions du bord de mer vendéen. Celle-ci a d'ailleurs une importance incontestable : "La mer nettoie. Quand tu te baignes, tu as l'impression que tu te purifies, que tu laisses toute ta saleté du corps mais aussi de la tête, toutes tes mauvaises pensées et tes peurs dans les vagues qui repartent au loin, chargées de crasse et de soucis."
Avec Papi, Louis comprend que son père est avant tout "un homme qui a souffert... terriblement" : "une grosse blessure amoureuse a fermé son coeur". Autrefois "il a été un autre homme, avec un sourire et de la douceur et de la fantaisie" et "ça vaut la peine de se casser la tête pour un type comme lui. Tout le monde a besoin d'un petit coup de pouce dans la vie". D'autant plus qu'une lueur d'espoir se présente en la personne de Mlle Mariette, la maîtresse de Louis, qui ne semble pas insensible au charme brut de Jean... Dès lors, Papi, Louis, Yves et même les copains vont s'unir dans la complicité pour enflammer la braise entre ces deux-là.
Une autre figure féminine va, de son côté, bouleverser l'attitude d'Yves. Yves qui, tombant par ailleurs de son piédestal de champion lors d'une fête locale ("ça fait bizarre de perdre"), va peu à peu modifier sa vision des choses. Comme quoi il est toujours bon pour un homme d'avoir une femme dans sa vie (et vive-versa) ! Et surtout, "ce qui nous faisait peur semble avoir perdu son pouvoir sur nous"... ce qui est indispensable pour "se relever" dans la vie.
Lien : https://www.takalirsa.fr/les..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
MissPerle
  19 août 2018
Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Sarbacane pour l'envoi de ce livre ! J'ai encore passé un merveilleux moment de lecture grâce à une de leur publication, et franchement je ne vous conseillerai jamais assez la collection Exprim' pour tous les sujets abordés à travers des histoires émouvantes...

L'histoire est celle d'une famille uniquement composée de garçons : deux frères, un père et un grand-père. Suite au départ inexplicable de la maman, le père s'est enfoui dans un silence quasi total en étant la plupart du temps grincheux et guère aimable envers sa famille. Il s'est construit une routine et une carapace pour ne pas sombrer, mais a plongé le reste de la maison dans une atmosphère tendue, surtout lors des repas... Heureusement, son fils Louis de 9 ans a gardé sa joie de vivre et une certaine innocence qui fait chaud au coeur, malgré les moments de tristesse qui l'envahissent, ce qui est normal vu l'absence de sa mère...
Puis, il y a son grand-frère qui m'a vachement étonnée dans son évolution au cours de l'histoire et le papy cuisto adorable qui redonne le sourire avec ses conseils et ses discussions avec sa femme décédée...

On suit donc tout ce petit monde à travers les yeux de Louis, un personnage super attachant par ses désirs, souhaitant que son papa lui prête davantage d'attention par exemple, et ses réflexions que j'ai trouvées mûres pour son âge !
Ces quatre personnages masculins se révèlent passionnants à suivre et à découvrir : ils sont différents, se dévoilent au fil des pages, j'ai adoré !

Un récit modelé autour de cette famille fissurée par le départ de la maman, qui essaie tant bien que mal d'avancer... Une reconstruction qui passe par des moments aussi tristes que joyeux mais qu'une certaine femme va rendre plus agréable.

Une lecture durant laquelle je me sentais bien, les mots sonnaient juste, vrai et décrivaient à merveille les sensations et descriptions ! La plume de l'autrice était magnifique et captivante à lire ! Un souffle de poésie venait se déposer sur le coeur, et c'est avec joie que je tournais les pages, que je relisais certains passages qui semblaient battre au rythme de la vie...

L'ambiance était particulière, oscillait entre légèreté et mélancolie... La peine se lisait mais disparaissait parfois au côté de Louis qui apporte une touche de fraicheur attendrissante. Son envie d'aller de l'avant et de partager son vécu d'enfant à la découverte du monde et de lui-même m'ont beaucoup touchée...

Un livre sur la vie, sur les relations entre les êtres, sur la famille et les amis... Pas facile de comprendre son entourage, de trouver une manière de ramener le bonheur perdu...

Le seul point négatif relevé durant ma lecture est l'image renvoyée par certaines femmes : entre un groupe de filles *identiques* qui bavent devant le frère de Louis en le suivant de partout et une fille captivée par les livres qui parait renfermée sur elle-même et peu sociale, je vous avoue avoir été déçue par ces clichés qui m'ont dérangée. Dommage, car c'est ce qui m'a empêchée d'avoir un coup de coeur !

Pour conclure, Les quatre gars est un livre donnant le sourire, évoquant des moments aussi drôles que tragiques, dévoilant de tendres échanges et quelques références, au niveau littéraire par exemple, qui ne manqueront pas de faire plaisir au lecteur !

Lien : https://un-univers-de-livres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Saefiel
  11 juin 2018
Dans la famille Fradet, surnommée « Dégâts » à cause de leurs frasques en tout genre, trois générations d'hommes vivent ensemble. Il y a Pierre-Marie, le grand-père, Jean-Marie, le père et Yves-Marie et Louis-Marie, les deux fils. Depuis le départ sans explications de Marie, la mère dont le prénom semblait être un signe du destin, le petit Louis, 9 ans, observe cette famille dysfonctionnelle avec une certaine amertume quand il s'agit de son père. En effet, Jean ne parle quasiment plus et passe ses journées dans ses marais salants. Quant à Yves, le frère aîné de Louis, il ne pense qu'à son projet de rentrer dans l'armée – et aux filles. Ne reste que son grand-père pour mettre de la vie et un peu de bonheur dans leur foyer.
Claire Renaud nous amène donc à Noirmoutier, île de Vendée surpeuplée de touristes l'été, mais pleinement appréciée de ses habitants en saisons creuses. Avec Louis, on découvre un endroit hors du temps où la solidarité est de mise. le petit garçon est souvent accompagné de ses deux meilleurs copains : Denis et Jules, toujours prêts pour plonger dans les farces et les bêtises.
Tous les personnages de cette histoire sont attachants de par leur fragilité, leurs failles et leurs défauts qui les rendent incroyablement humains. On ne peut qu'adorer Louis pour son humour, son regard souvent sans filtres sur ce qui l'entoure, mais aussi sa peine de ne pas parvenir à communiquer avec son père.
La relation qu'il entretient avec son grand-père est touchante, pleine de douceur et d'une belle harmonie. J'ai beaucoup apprécié ce duo très lumineux qui tente désespérément de briser la coque de sel qui s'est formée autour de Jean (le père).
J'ai aussi aimé Yves, l'ado sportif qui se déplace rarement sans sa basse-cour et roule des mécaniques. On découvre finalement le vrai Yves lorsqu'une fille résiste à son charme et qu'il décide de la draguer avec maladresse et sans beaucoup de succès.
Dans cet univers d'hommes, on ne trouve que deux femmes, quatre si on compte les absentes : Marie et Raymonde, dont Pierre est certain qu'elle envoie des signes depuis l'au-delà. Comme en écho au titre et à la famille de Louis, c'est autour de ces quatre femmes que gravite finalement le récit et grâce à elles que les personnages tendent à évoluer. Je ne vous en dis pas plus, car c'est au lecteur de découvrir le rôle de ces femmes et le lent réapprentissage de communication entre les « Dégâts ».
La plume de Claire Renaud magnifie le tout. Si on se demande quelquefois si un aussi jeune garçon peut avoir autant de vocabulaire, ça n'en perd pas pour autant en crédibilité. L'autrice nous fait découvrir la vie un peu rude de ces quatre gars un peu pommés. C'est souvent drôle, parfois triste et toujours doté d'une pointe de fraîcheur très agréable à lire.
En Bref :
Il y a dans les Quatre Gars un petit air de la mer, le ton bourru des pêcheurs et la douceur des embruns. Sous le regard drôle et aiguisé de Louis, on observe la vie tout simplement, et c'est le genre de lecture optimiste qui fait du bien !
Lien : http://lespetitsmotsdesaefie..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (2)
LeSoir   14 janvier 2019
Claire Renaud signe un joli roman jeunesse autour d’une famille particulière, dont la vie est contée par un petit garçon de 9 ans.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Actualitte   22 février 2018
Merveilleux, touchant et drôle. Certainement le meilleur exemple de la légitimité de la littérature jeunesse.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
JuinJuin   24 novembre 2018
Les ventres à choux, c'est ainsi que sont surnommés les Vendéens. A l'origine, ça vient d'une histoire de se planquer dans les champs de choux pendant les guerres de Vendée, je crois. Ou d'être un pauvre péquenot qui n'a que ça à manger et qui du coup pète comme un beau diable.
( p 23)
Commenter  J’apprécie          80
TakalirsaTakalirsa   12 juin 2018
Ce n'est pas un hasard si les larmes sont salées : c'est comme la mer. La mer nettoie. Quand tu te baignes, tu as l'impression que tu te purifies, que tu laisses toute ta saleté du corps mais aussi de la tête, toutes tes mauvaises pensées et tes peurs dans les vagues qui repartent au loin, chargées de crasse et de soucis.
Commenter  J’apprécie          40
TakalirsaTakalirsa   13 juin 2018
L'idéal, c'est d'utiliser les deux : ta tête et ton corps. Ensemble. Parce que sinon, cela crée un déséquilibre, vois-tu. Les intellos, c'est pénible. Les musculeux aussi.
Commenter  J’apprécie          60
francais1francais1   21 décembre 2018
« pourquoi Maman , une fois une fois sa baguette sous le bras n' a jamais retrouvé le chemin de la maison?Mystère.Papa n' en parle jamais,et il ne veut pas en entendre parler .Aujourd'hui, même si maman voulait nous envoyer un signe par mimosa ou par cumulonimbus interposé,ce serait impossible:Papa ne regarde plus les fleurs ni les nuages» page 32
Commenter  J’apprécie          20
imane118imane118   20 février 2019
Il nous reste à faire des choses sur cette Terre !
Et ce n'est pas parce qu'on a commis dans son existence quelques erreurs qu'on doit se morfondre sur le passé !
P.176 à 177
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : noirmoutiersVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14891 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
.. ..