AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2849212407
Éditeur : Editions Thot (12/06/2012)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Dernière intervention de la nuit, premier mort du matin. Dans le hangar des établissements Martinez, froidement éclairé par les néons, l'homme pend à plus de deux mètres de hauteur, en chemise de pyjama et chaussures de ville, le sexe et les jambes nues.
_ Pas d'obstacle, docteur ?
_ Non, pas d'obstacle...Il me reste seulement à lui croquer le gros orteil pour être sur qu'il est bien mort...
Médecin généraliste Marcel côtoie avec une folle énérg... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
chevalierortega33
  03 octobre 2015
L'opération « masse critique » permet de découvrir des pépites et ce (court … 216 pages) roman en est une. Très inspirée par l'expérience de l'auteur, cette aventure du médecin urgentiste hyperactif est prenante et jubilatoire par le ton utilisé, où les blagues de carabins font de la dérision une protection nécessaire dans ce monde de brutes. Marcel s'insinue donc avec l'aide de quelques patients (tous plus frappés les uns que les autres) dans une enquête sur un meurtre qui aurait pu passer inaperçu s'il n'avait « par hasard » fait retirer les chaussettes du mort ! Une plongée dans le monde des travailleurs clandestins du BTP, principalement d'origine africaine et quelques variations sur le thème de l'amitié. Très bonne découverte littéraire.
Merci donc à Babelio et aux éditions Thot par ailleurs à la recherche de nouveaux auteurs disent-ils sur le marque-page !
Commenter  J’apprécie          130
KiriHara
  23 octobre 2016
Il est de ces livres et de ces auteurs dont l'on n'attend rien et qui, ne pouvant nous décevoir, réussissent, parfois, à nous enthousiasmer.
C'est le cas de Jean-Pierre Ribat avec son roman « Pas d'obstacle ? ».
Il me suffit parfois d'un rien, un petit trait d'humour, un dialogue léché, un personnage original et me voilà parti dans un voyage littéraire des plus plaisants.
N'attendant rien de ce roman, ne pouvant être déçu, comme je l'ai déjà dit, je ne pouvais qu'avoir une bonne surprise et, le moins que je puisse dire c'est que la surprise fût belle... très belle.
Jean-Pierre Ribat nous parle de ce qu'il connaît le mieux : lui !ribat
Effectivement, le personnage est un clone de l'auteur, médecin généraliste, médecin urgentiste à l'hôpital de Mantes-la-Jolie, médecin chez les pompiers, amateur de rugby, de course à pied...
Du coup, il maîtrise à la perfection l'humour, parfois noir, qui permet aux personnes côtoyant quotidiennement l'horreur et la souffrance de ne pas sombrer dans la dépression en tentant de garder une certaine distance sur les heurts des gens qu'ils sont chargés d'aider ou de secourir.
Ajouté à cet humour, un panel de patients hauts en couleurs qui sont très probablement, pour partie, issu des personnes qu'il a croisées de par son métier.
La seule part fictionnelle, du moins faut-il le souhaiter à l'auteur, réside dans l'enquête policière proposée.
Marcel Fortesse est un homme très occupé. Entre son métier de médecin généraliste, le jour, ses gardes en tant que médecin pour les pompiers et les gardes aux urgences de l'hôpital, la nuit, plus les matchs de rugby, sa vie de famille... il n'a pas le temps de s'ennuyer.
Mais, quand, un matin de garde, il est appelé sur les lieux d'un suicide pour déclarer le décès du mort. Au moment d'annoncer qu'il n'y a aucun obstacle à la déclaration de mort par suicide, un pompier, sur un malentendu, déchausse le corps et découvre une scène d'horreur, les ongles de pieds sont arrachés et il manque un orteil. Plus question de suicide, donc, mais d'un crime sadique.
Intrigué par la découverte, Marcel va se lancer dans l'enquête, tant pour sa propre satisfaction que pour aider un policier, ancien partenaire de rugby qu'il vient de retrouver sur la scène de crime.
Dès lors, les crimes vont s'enchaîner et concerner le médecin de très près.
Que dire du roman si ce n'est que l'intrigue est secondaire même si celle-ci tient bien la route et que le principal intérêt du livre réside dans l'humour omniprésent de son auteur et dans les divers personnages que l'on y croise.
Car humour il y a, mais pas que. Les dialogues sont ciselés, l'enquête, sans rivaliser avec les plus grands thrillers, offre un intérêt non négligeable et le personnage principal est attachant au possible.
Au final, une excellente surprise que ce roman, un auteur et un personnage attachant, beaucoup d'humour et de tendresse jusqu'à l'ultime phrase, certes, prononcée par Marcel Fortesse, mais qui semble plus que jamais se confondre avec Jean-Pierre Ribat :
Et puis ma maman a développé un cancer. Alors j'ai entrepris d'écrire cette histoire pour lui donner l'envie de tenir jusqu'au bout de la chimiothérapie. Elle va mieux maintenant. Mais, comme j'ai peur de la rechute, je commence déjà à songer à raconter une autre aventure qui m'est arrivée depuis...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          22
yuukikoala
  29 avril 2014
Ce livre était un partenariat avec les éditions Thot et le forum Club de Lecture, je les remercie donc tous les deux de m'avoir fait confiance là dessus. J'ai réellement apprécié ce livre, et je dois ajouter qu'en comparant la description qu'on nous donne de l'auteur, et le personnage principal, j'ai eut l'impression que c'était une autobiographie, donc c'est assez drôle finalement. Mais j'espère tout de même, si c'est possible, qu'il y aura une suite (enfin une nouvelle enquête avec le même Marcel qu'avant) parce que je me suis vraiment attachée au contexte. On y découvre là un médecin généraliste qui découvre un cadavre bien bizarre, qui semble être mêlé à des rituels assez glauques. Forcément, il reste un médecin, alors il ne peut pas trop mener sa petite enquête, et pourtant, il y parvient grâce à son amitié avec un policier, Yves, que j'ai trouvé tout aussi sympathique que Marcel le personnage principal. J'ai d'ailleurs aimé leur relation d'amitié qui s'améliore, et leur façon de se parler (d'ailleurs, cette façon de discuter est trouvable dans tout le livre et j'adore cette manière, donc j'ai réellement aimer ce côté là). Marcel arrive aussi à enquêter grâce à ces propres patients, tous plus hétéroclite les uns que les autres. Entre une vieille dame dragueuse qui conseille une autre mamie fan des rituels et qui dompte les oiseaux, et un schizophrène qui s'y connait en informatique, c'était vraiment des personnages qui sortaient de l'ordinaire, et que j'ai su également apprécié. Parce que Claude me faisait rire, avec sa façon de se trouver un homme, que Tamara m'enchantait avec son rôle de bonne fée un peu spéciale, un peu magique, et parce que Jacques était vraiment drôle à sa façon de ne plus entendre ses voix grâce à Marcel. Et puis, même si j'ai trouvé que l'enquête rampait un peu à certains passages, ça ne m'a pas déranger pour le moins du monde, que Marcel aille voir ces patients, qu'il fasse ces vaccins, qu'il nous fasse découvrir sa famille, parce que ça donnait de la vie à ce livre, et que je n'arrivais pas à me lasser de cette façon systématique et souvent ironique et pleine de cynisme et d'humour qu'avait la plupart des personnages pour parler. En plus, ils étaient réels, pas plats, ils avaient une personnalité propre à eux, des caractéristiques qui les faisaient différencier, et j'ai vraiment apprécier ce côté là. Aussi, finalement, l'enquête n'était pas tellement intéressante (bien que très réfléchie, avec les codes, les victimes toutes atypiques (albinos, ou borgne, etc...), et les références aux mythologies), seulement ça restait une enquête qui me passionnait pas vraiment parce que j'aime pas tellement ce genre de chose avec des organisations et tout, mais c'est surtout une question de goût. Et c'est pas grave parce que le reste compensait, et que c'était pas si mal quand même. J'ai vraiment trouver que ce petit livre policier faisait un bon cocktail détonant, et si je puis me permettre, me rappelait légèrement l'univers si original de Fred Vargas, qui sort des policiers qu'on retrouve souvent partout. Alors c'est pour ça que j'aimerais vraiment avoir une suite des aventures de Marcel le docteur, parce que c'était vraiment cool. En plus, même la couverture est réfléchie, et les citations à chaque début de chapitre sont trop bien trouvées, alors j'applaudis à deux mains. Seul reproche que je ferais : La dernière phrase, ou le dernier passage, semble un peu rapide, et j'ai pas trop compris pourquoi soudain on nous proposais ça. Mais ça m'a permis de comparer la vie de Marcel et de Jean-Pierre Ribat et de faire la comparaison que l'auteur et le héros de l'histoire se ressemblaient pas mal alors... Bref, si vous voulez passer un bon moment de détente avec une enquête qui ne stresse pas et ne fait pas peur, je vous le conseille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Maliae
  27 avril 2014
Commençons par parler de la couverture – j'aime bien parler de ces choses là. Vous savez à quoi ça me fait penser quand je la regarde? A de vieux jeux vidéos – un peu Black Mirror 1 par exemple. En lisant le livre on se rend compte que la couvertures est assez logique au final et représente bien l'histoire qui va nous être raconté. Ensuite je vais m'étaler sur l'écriture de ce livre, une écriture absolument délicieuse et qui se dévore très facilement. J'aime beaucoup l'utilisation de la première personne, du sarcasme et de l'humour. le médecin est un personnage attachant qui n'hésite pas à utiliser des blagues – même parfois un peu vaseuse – pour faire passer son avis, ou tout simplement pour détendre l'atmosphère. Humour noir ou un peu gravuleux, toujours qu'il m'a bien fait rire la plupart du temps. Ce livre instaure également des dialogues vraiment passionnants, j'aime la façon d'interragir qu'on les personnages et il est difficile de s'ennuyer. D'ailleurs parlons-en des personnages, ils sont haut en couleur, avec tous une personnalité un peu bancale, entre les mamies (dont l'une est une sorte de sorcière et l'autre une petite dragueuse), le Schizophrène, le flic sympa et d'autres encores, je les ai pour la plupart vraiment adoré. D'ailleurs par leur petit côté décalé ils m'ont beaucoup rappelé les personnages de Fred Vargas (ce qui est carrément un compliment venant de moi). D'autres choses m'ont énormément plu dans cette histoire, comme le passage de la bibliothèque du médecin (je trouve que ce qu'il a fait est une super géniale bonne idée), ou la relation qu'il a avec Yves, ou encore ce génial passage avec son équipe de Rugby, ou même les conversations qu'il a avec ses enfants. C'est sympa. Et donc je l'ai dévoré – d'ailleurs hier soir j'avais du mal à m'arrêter alors que je m'endormais dessus. Cependant, je dois faire un petit bémol, l'enquête policière ne m'a pas plus intéressé que ça, pas plus que le dénouement ou même le pourquoi du comment du coupable. Je suis très très difficile quand il s'agit d'enquête et cette histoire ne m'a pas vraiment passionné ou quoi. D'ailleurs au début j'avais un peu l'impression que celle-ci n'avançait pas et s'enterrait sous la vie du médecin (mais comme j'ai adoré la vie du médecin ce n'est pas bien grave). Ceci-dit certaines choses m'ont choqué de la part des méchants, ce qui doit être normal vu qu'ils sont les méchants, j'imagine. Pour finir, je parlerai de la fin, que j'ai trouvé un peu tristounette, surtout les toutes dernières phrases en fait, mais qui indique qu'il est fort possible qu'une suite sortira et je pense que je la lirai avec plaisir ! Et d'ailleurs je me demande s'il n'y a pas une grande partie autobiographique, cela ne m'étonnerait pas du tout. Donc voilà un bon livre, bien écrit, une enquête qui patauge un peu, mais avec tout le reste de passionnant, je le conseille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
TheClo
  13 octobre 2015
Marcel est un médecin généraliste connu de tous et aimé de tous ses patients. Une nuit où il est de garde avec le SMUR, ce père de famille à l'humour spécial, doit s'occuper d'un pendu. Si tout pense à croire qu'il s'agit d'un suicide, Marcel découvre qu'il s'agit d'un meurtre. L'enquête est refilée à la police, où se trouve un ancien copain de Marcel. le médecin ne devrait donc plus rien avoir à faire avec cette affaire, mais il va très vite s'y retrouvé lié. Marcel va comprendre que ce meurtre pourrait avoir un lien avec la disparition de son ami Youssef, ainsi que de l'association que ce dernier a crée. D'autres meurtres vont s'ajouter à cette enquête, et à chaque fois, notre cher médecin est un des premiers sur les lieux.
Qui a tué et pendu cet homme? Pourquoi lui a-t-on fait subir des actes horribles? Qu'est-ce que Youssef a avoir avec ce meurtre? Pourquoi Marcel est-il aussi impliqué dans cette histoire?
Je voudrais remercier les éditions ThoT pour l'envoi de ce livre. Pas d'obstacle? est classé comme un polar et quel polar! J'ai vraiment passé un super moment en compagnie de ce roman!
Déjà, Pas d'obstacle? n'est pas un polar comme on peut avoir l'habitude de lire, ici, le personnage principal, n'est pas le policier qui mène l'enquête, ce n'est pas non plus une victime, non c'est un médecin de ville, qui entretien de bonnes relations avec tous ses patients. Marcel se retrouve sur les lieux d'un crime, et malgré le fait qu'il ne soit absolument pas policier, cette histoire rester dans son esprit, et à chaque nouveau meurtre, il sera présent, comme s'il était au mauvais endroit, au mauvais moment. J'ai beaucoup aimé l'intrigue, et le fait que ce soit raconté par Marcel est encore mieux, en effet il ne s'agit pas d'un policier dont le seul but est de trouver le coupable. Marcel lui se pose beaucoup de questions, ce qu'il veut c'est comprendre. On se plait, en tant que lecteur, à suivre l'enquête en même temps que Marcel, découvrir certaines choses au même moment que lui. On pourrait plus facilement se mettre sa qu'à la place d'un policier menant l'enquête.
L'intrigue policière ne prend pas toute la place dans le roman, puisqu'on suit Marcel. On l'accompagne donc lors de ses journées de travail, lors de ses gardes, lors de son match de rugby, lorsqu'il est avec sa famille..., on ne suit donc pas la police dans leur enquête. Je n'ai pas eu l'occasion de me faire mes propres hypothèses concernant l'affaire de meurtre, pour moi ce n'était que secondaire. de ce fait, la fin était inattendue, j'ai trouvé que ça se résolvait un petit peu vite et que Marcel s'en tirait un peu facilement.
Marcel est un personnage très attachant, ce médecin généraliste prend son métier très à coeur, il prend régulièrement des nouvelles de ses patients, il déconne avec eux, il n'hésite pas à enchainer les gardes. Mais il est aussi très proches de ses trois enfants, dans la famille la musique tient une place importante et ils aiment bien chanter des chansons, jouer de la guitare quand ils sont tous ensemble. J'ai bien aimé cette relation qu'il a avec ses enfants, ce n'est pas le père absent qui ne pense qu'à sa carrière. Mais ce que j'ai le plus aimé dans le personnage de Marcel, qui est d'ailleurs le narrateur, c'est son humour. Il trouve toujours le moyen de faire une blague, même lorsque la situation de n'y prête pas forcément. En tout cas moi, en tant que lectrice, j'ai été bon public de son humour, les jeux de mots, les blagues, les piques, j'ai très souvent eu le sourire en lisant.
J'ai adoré le style de l'auteur qui est simple et agréable à lire, il ne fait pas de chichis et va droit au but. Quand il fait des blagues un peu salaces, ça n'a rien de vulgaire. J'ai bien aimé le fait que lorsqu'il parlait de quelque chose de médical, il expliquait toujours tout, il ne nous laissait pas dans le flou, mais ses explications n'étaient pas barbantes. le livre se lit plutôt vite et facilement, personnellement je suis rentrée tout de suite dans l'histoire et j'ai seulement trouvé que certains passages trainaient en longueur.
Pour conclure, j'ai beaucoup aimé ce polar qui n'a rien de commun. le personnage principal est l'atout majeur du roman et l'intrigue est intéressante, même si l'aspect policier n'est pas au premier plan. le style de l'auteur fait que le livre se lit bien et facilement. Pas d'obstacle? est un petit roman d'à peine 214 pages que je suis ravie d'avoir eu entre les mains et que je peux que vous conseiller.
Lien : http://lesmotsdeclo.eklablog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
chevalierortega33chevalierortega33   04 octobre 2015
J'ai hérité à la mort de ma grand-tante d'une soupière en faïence qui trône sur la table de la salle à manger. Je me suis engagé solennellement devant mes trois enfants réunis à la maintenir pleine de préservatifs à la disposition de qui-qu'en-veut. J'entends parfois l'âme de la pieuse tantine Jeanne se récrier du fond de son tombeau et menacer de me réclamer des comptes le jour de la résurrection des morts pour cette soupière de l'enfer.
- Je ne suis pas censé supporter financièrement la sexualité débridée de toute la jeunesse dorée de Mantes ! Les préservatifs sont pour mes enfants, pas pour leurs copains !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
manue14manue14   06 mars 2018
Bébert est à la manœuvre.
- Vous êtes prêts à recevoir le paquet, les gars ?
- Ouais chef ! répondent-ils. Ils sont tous penchés en arrière, les muscles pectoraux saillants, les mains crispées sur la toile.
- Vas-y coupe, petit !
Et le petit – un mètre quatre-vingt-dix au garrot – de sectionner d’un coup sec le fin câble de cuivre gainé. Les receveurs accusent le coup en faisant une grimace d’effort un peu exagérée et portent rapidement le corps un peu plus loin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
chevalierortega33chevalierortega33   04 octobre 2015
J'ai déjà plusieurs fois remarqué que les femmes tolèrent la barbarie de la chasse à cause des longues périodes de tranquillité qu'elle leur procure, quand leurs maris courent les champs et les bois. Mais aussitôt que ceux-ci renoncent à leurs équipées sauvages, elles leur découvrent des défauts qu'ils ont toujours possédés.
Commenter  J’apprécie          00
chevalierortega33chevalierortega33   04 octobre 2015
Il faudra que je le fasse parler de la noirceur de l'âme humaine. Cette cruauté qui nous distingue de l'animal et qui n'en finit pas de me surprendre.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : vaudouVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Pas d'obstacle ?" de Jean-Pierre Ribat.

Comment s'appelle la fille de Marcel Fortesse ?

Lulu
Ninon
Géraldine

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Pas d'obstacle ? de Jean-Pierre RibatCréer un quiz sur ce livre