AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Sophie Aslanides (Traducteur)
ISBN : 2283023637
Éditeur : Buchet-Chastel (16/04/2009)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 169 notes)
Résumé :
À San Francisco, sur la plage d’Ocean Beach noyée dans le brouillard d’un mois de juillet, une jeune femme – Abby – et une fillette de six ans –Emma – se promènent en cherchant des coquillages. Abby, fiancée à Jake le papa d’Emma et photographe professionnelle, détourne un instant son regard d’Emma pour photographier un bébé phoque au ventre ouvert échoué sur le sable. Lorsqu’elle relève les yeux, la petite fille a disparu…

L’année brouillard est l’hi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (52) Voir plus Ajouter une critique
LePamplemousse
  09 janvier 2014
Par un matin de juillet, Abby détourne les yeux de la fille de son compagnon durant quelques secondes et c'est le drame...
Comment réagir à la disparition inexpliquée d'un enfant ?
Comment supporter l'absence, comment gérer les doutes, les espoirs, la colère, le découragement ?
Comment survivre à la culpabilité ? Quand doit-on abandonner tout espoir et peut-on tenter de continuer à vivre ?
Un roman qui décortique les différentes phases d'une enquête, mais nous fait aussi partager le cheminement du papa et de sa compagne durant une année entière.
Un roman psychologique avec un suspense à couper le souffle.

Commenter  J’apprécie          220
pyrouette
  09 août 2013
La disparition d'un enfant, c'est une angoisse pour chaque mère. Alors, imaginez un peu que vous perdiez l'enfant de votre conjoint au cours d'une promenade sur la plage. Une enfant que vous aimez dont vous vous occupez mais vous n'êtes pas la mère biologique de cette petite fille de six ans. C'est ce qui arrive à Abby, pour une seconde d'inattention. Inutile de vous dire qu'en dehors du sentiment de culpabilité, de terreur, votre histoire d'amour avec le père de la petite est, comment dire, finie. Non pas de suite, il faut respecter le rythme biologique des hommes, très bien décrit dans ce livre, hein, comment ça j'ose critiquer le père ? Mais que nenni, j'admire juste la ténacité d'Abby pour retrouver cette petite, alors que le père est découragé, les policiers sont passés à une autre enquête et les médias à un autre fait divers. Après des recherches dans tous les sens les premiers mois, Abby va se servir, grâce à l'aide d'une voisine et amie, de ses talents de photographe, pour faire fonctionner d'une manière rationnelle sa mémoire. Elle va mettre des parenthèses à sa vie, ne se levant que pour continuer ses recherches, encore et encore, revenant sur les lieux de la disparition, repartant dans une nouvelle direction, de plus en plus loin. J'ai pleuré avec Abby, j'ai couru avec elle, j'ai tremblé de peur mais maintenant je peux vous dire qu'il n'y a qu'une mère, biologique ou pas, pour y croire encore et encore pour ne rien lâcher. J'ai retrouvé cette ténacité que j'avais ressenti dans le livre « Aussi profond que l'océan ». Vous avez le choix, soit lire ce livre d'une traite, soit reprendre votre souffle et vos esprits de temps en temps. Une histoire oppressante mais passionnante.
Lien : http://pyrouette.canalblog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
kathel
  19 juin 2009
Que demander de plus ? Un livre qui vous raconte une histoire prenante, voire angoissante et qui en même temps vous pousse à réfléchir sur un ou plusieurs sujets intéressants, je n'en demande pas davantage !
L'histoire, c'est celle d'Abby, qui se promène sur une plage avec la petite fille de six ans de son fiancé. Un moment d'inattention et la petite Emma disparaît, comme avalée par le brouillard. Bien sûr, les secours prévenus, de nombreuses personnes participeront aux recherches, mais la seule à persévérer au-delà du raisonnable (si tant est qu'il y ai un délai raisonnable dans ces cas-là) c'est Abby, rongée par une immense culpabilité. Elle essaye à tout prix de se remémorer cette journée, les moments qui ont précédé le drame, les jours d'avant aussi, car elle sent qu'un indice s'y cache qui pourrait la guider vers la fillette, si elle est encore en vie… le fait qu'Abby soit photographe est très intéressant. Bien que ses souvenirs soient habituellement associés à des images, elle est consciente que les clichés ne disent pas toujours la vérité, mais seulement celle qu'on leur prête. Elle est malgré tout tentée de trouver dans ses photos une piste pour retrouver Emma, parmi d'autres pistes de recherches qu'elle ne néglige pas.
Le thème de la mémoire, que je retrouve souvent ces derniers temps dans mes lectures, dans des livres totalement différents (Le lieu perdu, Une brève histoire des morts, L'ombre en fuite, La formule préférée du professeur) est traité ici de façon passionnante, au travers d'exemples dénichés par Abby qui n'alourdissent absolument pas la lecture mais l'éclairent. Les scènes concernant la recherche de la petite fille, les réactions de ses proches, notamment Jake, son père, sont racontées avec une concision qui évite tout mélo. Sur un sujet difficile, qui fait remonter des angoisses parentales, pour qui a ne serait-ce qu'égaré un enfant dix minutes dans un supermarché, Michelle Richmond a fait un fort beau premier roman
Lien : http://lettresexpres.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Tricia12
  23 septembre 2014
«L'année brouillard»correspond à l'année pendant laquelle Abby, la narratrice, recherche sa future belle-fille Emma, six ans, disparue alors qu'elle se promenait avec elle sur une plage de San Francisco. Quelques secondes d'inattention ont suffi et le cauchemar a eu lieu.
Ce roman commence comme un polar mais on se penche assez vite sur les conséquences psychologiques de cette disparition: la culpabilité obsédante, la résignation graduelle du père et la détérioration progressive des rapports entre ce dernier et son «ex future femme», la travail de la narratrice sur son passé et sa mémoire. Abby est photographe de profession et elle va se repasser en boucle les dernières minutes avant la disparition d'Emma, cherchant dans ces images le détail qui pourrait mener à une piste éventuelle.
La plus grande partie du roman se déroule à San Francisco mais la seconde partie a pour décor le Costa Rica.
J'ai la chance de connaitre (un peu) cette ville et ce pays d'Amérique centrale et je dois dire que ça m'a permis de surmonter un certain ennui. En effet, malgré un sujet touchant, le récit comporte beaucoup de répétitions et quelques longueurs.
Certains personnages secondaires sont assez improbables comme le beau chevalier servant (à la profession mystérieuse-peut-être un agent secret-, beau, riche et spirituel... ) qui fait son apparition lorsque les relations entre Abby et le père d'Emma commencent à se dégrader...
C'est dommage, «L'année brouillard» a failli être un très bon livre mais je pense qu'il a souffert d'un manque de relecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
antigoneCH
  30 juin 2009
Abby, photographe, se promène avec Emma, six ans, sur une plage de San Francisco, Ocean Beach. Emma est la fille de l'homme qu'Abby aime et qu'elle doit épouser dans quelques semaines, Jake. Abby est heureuse parce qu'elle sent qu'ils forment déjà, à eux trois, une famille, que la petite commence à l'aimer un peu. Emma plonge ses mains dans le sable, à la recherche de coquillages tandis qu'Abby promène son regard de photographe sur la plage.
A un moment donné, elle détourne son regard de l'enfant pour observer le cadavre d'un bébé phoque. Oh à peine quelques secondes. Mais lorsque ses yeux balayent de nouveau la plage à la recherche de la silhouette familière, la fillette a disparu. Où est Emma ? Avec ténacité, et malgré les découragements de son entourage, Abby ne cessera de chercher, de creuser sa mémoire, et de tenter de réparer...
Encore un livre "coup de coeur", un livre dans lequel je me suis plongée avidement... Et pourtant, il s'agissait ici de se confronter avec cette peur ancestrale qu'est celle de la perte d'un enfant. Quand cette enfant a de plus le même prénom que la sienne, l'angoisse est décuplée et la lecture un peu masochiste. Mais j'ai bien fait, vraiment, de me faire un peu peur. J'ai pris énormément de plaisir à cotoyer Abby, à parcourir avec elle longuement Ocean Beach, à la recherche d'indices. J'ai aimé sa manière de voir le monde, ses remises en question, sa certitude absolue qu'elle allait retrouver l'enfant, la ramener à son père, vivante. Une lecture toute en émotion, à fleur de peau, qui crée des échos en soi, de toutes sortes, malgré soi. N'est-ce pas, réellement, tout ce que l'on demande à un livre ?
Ah oui - aussi - voici une lecture pendant laquelle je me suis dit, voilà comment j'aimerais écrire, exactement, et ce n'est pas si courant. Je salue donc aussi la traduction de Sophie Aslanides, qui y est sans doute pour quelque chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
antigoneCHantigoneCH   30 juin 2009
"Nous prenons des photos parce que nous ne pouvons accepter que tout passe, nous ne pouvons accepter que la répétition d'un moment est impossible. Nous menons un combat continu contre notre propre mort imminente, contre le temps qui transforme les enfants en cette autre espèce, de moindre intérêt : les adultes. Nous prenons des photos parce que nous savons que nous allons oublier. Nous allons oublier la semaine, la journée, l'heure. Nous oublierons les moments les plus heureux. Nous prenons des photos par orgueil, poussés par ce désir de voir le meilleur de nous-mêmes préservé. Nous craignons de mourir sans que les autres sachent que nous avons vécu."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
peneloppe277peneloppe277   31 décembre 2010
page 380
" Et j'ai envie de lui souffler qu'on trouve un moyen ou un autre, de traverser les événements les plus horribles, des événements dont on aurait cru qu'ils vous auraient tué. On trouve un moyen et on avance, jour après jour, en affrontant une journée après l'autre -- en état de choc; dans le désespoir, mais on avance. Les jours s'écroulent, l'un après l'autre, et on avance avec eux, parfois ahuri, et jamais complètement soulagé, de découvrir qu'on est toujours en vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
caro64caro64   11 novembre 2010
Une fois de plus, je m’émerveille devant la capacité de Nell à apprendre, à absorber et à traiter une grande quantité d’information sur un sujet quelconque, n’importe quand. Je me demande toujours si sa passion pour l’information a n rapport avec la mort de son fils, si la constante absorption des faits est un ultime recours pour remplir un vide qui ne s’et jamais comblé. J’imagine son chagrin comme un trou noir, toujours béant, qui engloutit la connaissance à une vitesse effrayante. C’est le même trou noir en perpétuelle expansion qui a envahi mon esprit et mon cœur tout au long des semaines écoulées depuis la disparition d’Emma. Tandis que Nell nourrit sa souffrance par l’apprentissage, je nourris la mienne d’interminables recherches.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
NionieNionie   16 octobre 2010
" regarde-moi" dit Jake en m'attrapant fermement par les deux épaules. Quand tu n'es pas ac moi, je pense à toi. Quand je suis au lit avec toi, j'ai l'impression d'avoir de nouveau 19 ans. Quand je lis quelque chose d'intéressant, tu es la première personne à qui j'ai envie d'en parler, et quand j'achète un nouveau disque tu es la première personne à qui j'ai envie de le faire écouter . J'aime la personne que tu es avec Emma, mais j'aime aussi la personne que tu es TOI. Pigé ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
pyrouettepyrouette   02 août 2013
Nous retenons les hauts et les bas, les moments de grand bonheur, comme les événements, qui nous ont fait extrêmement souffrir. Alors que le quotidien s’efface, que les visages deviennent flous et que les endroits où nous avons vécu perdent leur forme et leurs couleurs, nous ne pouvons échapper à nos pires souvenirs.
Commenter  J’apprécie          90
autres livres classés : enlèvement d'enfantVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1729 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre