AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2811208631
Éditeur : Milady (23/11/2012)

Note moyenne : 2.79/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Bingo Pacquet est un posstit menant une existence paisible. A part ses pieds - atrophiés, arthritiques et éléphantiasiques -, rien ne semble pouvoir troubler la quiétude de ses jours. Mais son bonheur prend fin lorsque le magicien Glandalf et une compagnie de nains gallois l'embarquent pour l'aventure. Ils projettent de faire main basse sur un trésor gardé par Snob, un dragon d'un ennui mortel. Ah oui : Bingo découvre aussi une espèce d'anneau - mais est-ce vraiment... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
juanilin
  25 mai 2014
Vous l'aurez compris, ce titre ne se prend pas au sérieux. Adam Roberts, pseudonymé ici en A.R.R.R. Roberts, ne fait pas dans la dentelle. Oui, c'est une oeuvre de commande pour faire du fric. Oui, c'est assumé. Donc autant l'assumer jusqu‘au bout et y aller franchement.
Adam Roberts prend un malin plaisir à décortiquer le chef-d'oeuvre de Tolkien, Bilbo le Hobbit, prélude à sa fabuleuse épopée mondialement connue qu'est le Seigneur des Anneaux. Tellement malin, et d'une oeuvre tellement connue, qu'il ne se laisse impressionner par aucun obstacle. A certains moments on est en droit de se demander : « Non, il ne va tout de même pas… ? » Eh bien si, il le fait quand même.
A noter que tous n'en sont pas capables. Une bonne parodie se doit d'être pourvue d'un semblant de trame de l'oeuvre originale (check), d'un humour volant un peu plus que la cime des pâquerettes (check), et d'un tant soit peu de talent d'écrivain (check). Pour ceux qui sont un peu familiers des jeux vidéo sur PC, je dirais que ceci est la configuration minimale. Et Adam Roberts, lui, a en sa possession une machine de guerre. Il a lu le roman original, l'a adoré, sait écrire, et, de surcroît, manie cet humour à l'anglaise dont nous sommes si friands (mais si, voyons. Vous avez lu Terry Pratchett ?).
Comme toute bonne saga de fantasy qui se respecte, l'auteur nous livre juste après les pages de garde sa carte du monde. Enfin, la carte du monde dans lequel ses personnages vont évoluer.
Tout près du début de notre aventure, nos héros (enfin, nos héros… nos protagonistes, dirons-nous pour rester polis) devront passer par les bois de Contreplaqué, laisser les Tiger Woods derrière eux, pour ensuite traverser le bois des Arbres en Bois. Au Sud, sur la mer, on pourra voguer sur les côtes d'Uröhn ; au Sud-Ouest se trouvent les landes Minkishanth ; à l'est de la forêt Boire se situe le puits Skifoyaléfoyalé. En plus du Mont Tladsutuveramonmarthr, tout au nord, une mention spéciale aux oasis à l'ouest de la même forêt Boire : Oasis, et Blur. D'ailleurs, avez-vous jamais visité Jimmisommerville ? Un village charmant, attenant aux bois Jtedisafermh.(*) En passant, un tonnerre d'applaudissement pour le traducteur, qui a certainement dû en baver pour en arriver à ce résultat. L'oeuvre est localisée, comme il se doit (ou pas, d'ailleurs, l'éternel débat entre éditeurs, traducteurs, lecteurs et j'en passe) ; en tout cas les références font mouche.
C'est dans le charme cossu des habitations bucoliques des Posstits (plutôt pompeux pour désigner de simples trous, non ? Bon, ils ont des fenêtres et généralement une porte, mais quand même) que commence le dram… l'aventure de nos amis. Bingo, jeune Posstit de son état, reçoit par un beau matin la visite impromptue d'un magicien. Enfin, soit c'était un magicien (le « M. » brodé sur son poncho était un indice), soit c'était « un clip de ZZ Top survitaminé qui aurait mis son poncho à l'envers. ». Quant aux quatre premiers nains (**), ils arrivèrent une demi-heure plus tard. « Ils martelèrent la porte si fort qu'elle sortit de ses gonds et s'effondra. ».
Voilà ; tout le monde est arrivé, le décor est posé, il n'y a plus qu'à commencer. Les Posstits sont de petits bonshommes souffrant d'arthrite chronique aux pieds (ce qui fait qu'ils ne peuvent pas porter de chaussures, même s'ils le voulaient). le magicien n'a pas la prestance de quelqu'un de son statut, pour être franc : sourd comme un pot, une forte impression de sénilité – du coup, très difficile de se souvenir d'un sort un tantinet soit peu efficace –, atteint de narcolepsie (et probablement de tuberculose. Pas étonnant, vu ce qu'il fume.) C'est moche, de vieillir. Et les nains, ben… Ce sont des nains, quoi.
Et tout ce petit monde s'en va battre la campagne, les bois et autres monts afin d'atteindre, vous le saviez, le puissant drag… Non, l'or. C'est ça. L'or du dragon. le dragon n'a pas d'importance. Il n'y a pas de dragon ; c'est l'or qui nous intéresse.
Le périple, comme je vous le disais, est narré avec humour, et bien entendu force références. Et avec talent, ce qui ne gâche rien. A mettre entre toutes les mains d'adultes consentants.
__________________________
(*) Maintenant, prononcez ces noms de lieux à voix haute. Si vous êtes dans les transports en commun tant pis pour vous, vous rirez tout(e) seul(e).
(**) Non, il n'y a pas de capitale. Vérifiez si vous ne me croyez pas – non, vraiment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
zikline
  14 février 2013
Un bonhomme pas bien haut, des nains, un magicien, un dragon et des tas d'aventures... Cela vous rappelle quelque chose ? Evidemment, dès le titre, on s'attend à une parodie de Bilbo le Hobbit et on n'est pas déçus !
Tous les éléments sont là, l'humour en plus. Je me suis bien marrée à suivre les aventures de ce posstitt, qui, obligé de partir avec des nains pour survivre (les nains ont menacé de le tuer s'ils ne venaient pas), va se révéler un accompagnateur précieux (presque) à chaque fois.
J'ai adoré que l'auteur reprenne les aventures principales de Bilbo pour les mettre à la sauce posstitt, comme par exemple ce moment absolument délirant où il rencontre l'homme-ours, qui se révèlera n'être qu'un type qui, quand il est très fâché, est persuadé de se transformer en ours, alors qu'il crie, tout nu, comme un imbécile... Ou encore ce moment où ils rencontrent des brasseurs qui boivent toute la journée et qui demande à ce qu'on leur chante des chansons à boire, et où Foule sentimentale d'Alain Souchon devient Mousse sentimentale. D'ailleurs, j'aurais bien voulu savoir quelle chanson était parodiée dans la version originale. On y rencontre aussi des vrais méchants, les Gloublins, et on entend parler de Ronron le Maléfique (terrifiant comme nom, n'est-ce pas ?) qui a façonné le Truc®. Et la rencontre avec le dragon va être surprenante.
Les nains sont des nains somme toute assez classiques, ainsi que le posstitt. le personnage qui est le plus différent et le plus surprenant reste pour moi le magicien Glandalf (^^), magicien pas très doué qui lance des sorts en dormant et qui devient sourd, jusqu'au moment où on apprend la vérité sur lui, vérité qui m'a laissée sur mon séant, je ne m'y attendais pas.
L'auteur ajoute dans chaque chapitre des notes hilarantes. Dans l'une, par exemple, il explique qu'en fait, les éditeurs ont refusé pléthores d'aventures et qu'ils ont coupé une bonne partie du livre, il se met donc à nous raconter ce qu'on a raté (en condensé évidemment). Dans une autre, il nous donne des infos sur les aïeuls de Kleurk, roi des Gloublins (intéressant, non ?). Bref, toutes ces notes nous donnent des infos toujours drôles, mais absolument inutiles (ce qui m'a encore plus amusée d'ailleurs) pour le bon déroulement de l'histoire.
J'avais adoré Bilbo, j'ai aimé cette adpatation fantasque et délurée. On retrouve tout ce qui fait le succès des héros de Tolkien, avec des éléments dignes des comèdies les plus loufoques. Une adaptation cinéma serait vraiment excellente, je pense !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Celkana
  19 janvier 2013
Une parodie de Bilbo le Hobbit??? Et oui, et quelle parodie! Des jeux de mots énormes, des situations rocambolesques, voire absurdes, des personnages plus farfelus les uns que les autres ( les Drolls sont à mourir de rire, Gollum se transforme en chantre de la philosophie, les elfes perdent de leur superbe, et que dire des nains, de Glandalf et des Posstits!!!!). Et pourtant, on retrouve en filigranne l'histoire de Bilbo sans problème. Bref, un super moment de lecture complètement décalé au cours de laquelle j'ai beaucoup souri et même ri toute seule, merci!!!
Commenter  J’apprécie          100
leinavaleski
  09 février 2013
L'auteur reste fidèle à l'histoire de Bilbo le hobbit mais sait s'en éloigner assez pour ne pas souffrir de la compétition avec Tolkien. D'ailleurs, Glandalf et les nains cachent quelque chose, ce qui a titillé ma curiosité tout au long du livre. J'ai réussi par moment à oublier l'histoire originale et à prendre ce roman pour une histoire tout à fait indépendante.

Parmi les nains, beaucoup sont laissés de côté (quasiment tous en fait) mais ça permet de s'attacher à certains personnages, notamment Lori et Bingo. Toutes les créatures qu'on rencontre sont vraiment sympathiques. J'ai beaucoup aimé les trolls et le dragon. L'auteur a su aussi changer le pouvoir de l'anneau en en faisant un truc assez pervers et c'est plutôt bien fait. Tout n'est que surprise dans ce livre et j'ai vraiment apprécié.

Au niveau « humour », je ne dirais pas que je me suis roulée par terre mais j'ai souri assez souvent car c'est vraiment bien dosé et on ne tombe pas dans le vulgaire. Les transformations des noms et des caractères ne sont pas excessives, ce qui fait qu'on y croit quand même. J'ai vraiment aimé les petites notes en fin de chapitre, elles sont amusantes. Il est juste dommage que leur nombre diminue au fil des pages.

Je ne vais pas en dire plus, au risque de révéler des choses, mais c'est une lecture amusante qui m'a donnée parfois une impression de profondeur que je ne m'attendais pas à trouver dans une parodie. Je trouve que l'auteur a fait du bon travail, sachant nous donner une nouvelle histoire à partir d'une autre sans tomber dans la facilité ou dans le totalement superficiel.

Ce n'est pas un coup de coeur mais j'ai été surprise en lisant ce livre et je l'ai vraiment apprécié.
Lien : http://grignoteuse.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Elana
  29 janvier 2013
Étant une inconditionnelle de Tolkien, je me suis dis qu'une parodie d'un de ces livres ne pouvait que me plaire. En effet, prolonger la "magie" avec une histoire ponctuée d'humour quoi de mieux?!? La réponse est simple: tout MAIS surtout pas ce livre !!! Je l'ai trouvé lourd, fin comme un mammouth dans un magasin de porcelaines sans oublier les intervention de l'auteur à rallonge et pour ne rien dire. Je doit admettre qu'il suit l'histoire de Bilbo, c'est d'ailleurs, à mon sens, sa seule qualité. Un seul passage m'a réellement fait rire, celui de l'âne nommé O'rexxie (et pour être franche les noms des personnages m'ont tirés quelques sourires enfin pour le même résultat je préfère lire un bon Astérix). Deux explication possible, soit je suis trop puriste, soit je n'ai pas d'humour. Dans les deux cas quel dure labeur pour en venir à bout !!! le sous titre étant "La célèbre parodie pour faire du pognon", maintenant je sais pourquoi...
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
CelkanaCelkana   19 janvier 2013
Ces quatre Droll's maousses étaient descendues des montagnes dans l'espoir de mener commerce avec le vendeur de chariot du nord-ouest et la population des fermes de classe moyenne. Elles étaient vêtues du costume traditionnel de leur race: sous-vêtements en dentelle, porte-jaretelles, bas( tissés du lacis dont on fait parfois les clôtures, de petites jupes flottantes de soie rouge remontant souvent de façon suggestive au moindre vent, avec un coquin ptit haut, dos-nu discret, Droll'section française, rouge lui aussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ElanaElana   10 janvier 2013
Ils firent halte à Crémone pour acheter une bête de somme, un âne appelé O'Rexxie -dont le nom était (selon les dires insistants du vendeur, Tony Truand) une référence pleine d’esprit à son physique de bon vivant et à sa santé de fer.
Commenter  J’apprécie          10
IgnifugeIgnifuge   05 septembre 2016
- Vous nous avez dit que c'était "vraiment" un ours, insista Bingo. Toutes ces histoires de bras arrachés et ces monceaux de chair frémissante. Vous vous rendez compte que vous nous avez terrorisés?
- Eh bien, dit le magicien en mâchonnant le bout de sa pipe, c'est ce que j'avais entendu dire.
- C'est ce que vous aviez "entendu" dire? Je croyais que vous le connaissiez.
- Oh non, oh non. Jamais vu de ma vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : parodieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14777 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre