AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782264025753
187 pages
10-18 (01/01/1997)
3.58/5   6 notes
Résumé :
Bien qu'elle ait cinquante ans, la relativité demeure la clef de voûte de la pensée scientifique moderne. Pour la plupart d'entre nous, cependant, elle est encore mystérieuse. Bertrand Russell nous l'explique et, ce faisant, réussit le tour de force de marier la plus grande rigueur à la plus exemplaire clarté.
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Danieljean
  13 janvier 2016
Ce livre est l'exposé le plus clair que j'ai lu sur la relativité (restreinte et générale). En complément d'ouvrages plus techniques, ce livre fait un examen magnifique des idées à la base de la relativité.
Je le recommande aux étudiants.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   18 novembre 2015
Entre l'interprétation d'une symphonie, et la partition de cette symphonie, il existe une certaine ressemblance, dite de structure. La ressemblance est telle que, connaissant la "grammaire" musicale, vous êtes à même de déduire indifféremment la musique de la partition écrite, ou la partition écrite de la musique. Or voilà que vous êtes sourd de naissance, mais que vous avez toujours vécu en compagnie de musiciens. À force de parler et de lire sur les lèvres, vous finirez par comprendre que les partitions musicales sont les symboles de quelque chose dont l'essence intime est radicalement différente, mais dont la structure est la même. Vous ne pourrez jamais vous faire une idée de ce que peut représenter la musique, mais vous pourrez en faire toute la mathématique, puisque la mathématique de la musique est la même que la mathématique de la partition écrite. Eh bien c'est un peu comme cela que nous connaissons la nature. Nous savons en lire les partitions, et par le raisonnement nous pouvons apprendre sur elle tout ce que le sourd apprend sur la musique. Mais il a sur nous un avantage : il peut communiquer avec les musiciens. Nous, nous ne saurons jamais si la musique écrite dans nos partitions est sublime ou grotesque ; peut-être même, en dernière analyse... (mais c'est un doute que le physicien, au coeur même de son travail, n'a pas le droit de nourrir) peut-être nos partitions ne figurent-elles rien d'autre que le silence de leur propre écriture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lanardlanard   31 décembre 2015
if people were to learn to conceive the world in the new way, without the old notion of "force", it would alter not only their physical imagination, but probably also their morals and politics. The latter effect would be quite illogical, but is none the less probable on that account. In Newton's theory of the solar system, the sun seems like a monarch whose behests the planets have to obey. In Einstein's world there is more individualism and less government than in Newton's. There is also less hustle: we have seen that laziness is the fundamental law of Einstein's universe. The word "Dynamic" has come mean, in newspaper language, "energetic and forceful"; but if it meant 'illustrating the principles of dynamics", it ought to be applied to the people in hot climates who sit under banana trees waiting for the fruit to drop into their mouths. I hope that journalists,in future, when they speak of a "dynamic personality," will mean a person who does what is least trouble at the moment, without thinking of remote consequences. If I can contribute to this result, I shall not have written in vain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Jean-DanielJean-Daniel   19 mai 2020
La science ne cherche pas à énoncer des vérités éternelles ou de dogmes immuables ; loin de prétendre que chaque étape est définitive et qu'elle a dit son dernier mot, elle cherche à cerner la vérité par approximations successives.
Commenter  J’apprécie          20
DanieljeanDanieljean   07 novembre 2015
La science ne cherche pas à énoncer des vérités éternelles ou de dogmes immuables ; loin de prétendre que chaque étape est définitive et qu'elle a dit son dernier mot, elle cherche à cerner la vérité par approximations successives.
Commenter  J’apprécie          10
Jean-DanielJean-Daniel   19 mai 2020
Si les paradoxes de la théorie de la relativité restreinte font figure de paradoxes, c'est que nous n'avons pas l'habitude de voir les choses de cette façon et que nous nous arrogeons le droit de penser que les choses vont de soi.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Bertrand Russell (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bertrand Russell
Confrontée à la guerre, la philosophie semble intempestive, à contre temps. Elle se déploie quand la guerre n'est pas encore là, tentant de retenir tout ce qui pourrait prolonger la paix, ou quand la guerre n'est plus là, s'escrimant alors à penser la «réparation», panser les blessures, accompagner les deuils, réanimer la morale, rétablir la justice. Lorsque «la guerre est là», lorsque fusils d'assaut, bombes et missiles éventrent les immeubles, incendient fermes, écoles, hôpitaux et usines, rasent des quartiers entiers, laissant sur le sol carbonisé enfants, hommes et femmes, chiens et chevaux, lorsqu'on est contraint de vivre tremblant dans des caves, lorsqu'il n'y a plus d'eau potable, lorsqu'on meurt de faim et de douleur – eh bien la philosophie ne trouve guère de place dans les esprits. Peut-être est-ce là la raison pour laquelle il n'y a pas une «philosophie de la guerre» comme il y a une «philosophie du langage» ou une «philosophie de l'art», et que le discours de la guerre renvoie plus aisément à la littérature ou au cinéma, aux discours de stratégie et d'art militaire, d'Intelligence, d'histoire, d'économie, de politique. Pourtant – de Héraclite à Hegel, de Platon à Machiavel, d'Augustin à Hobbes, de Montesquieu à Carl von Clausewitz, Sebald Rudolf Steinmetz, Bertrand Russell, Jan Patoka ou Michael Walzer – les philosophes ont toujours «parlé» de la guerre, pour la dénoncer ou la justifier, analyser ses fondements, ses causes, ses effets. La guerre serait-elle le «point aveugle» de la philosophie, la condamnant à ne parler que de ce qui la précède ou la suit, ou au contraire le «foyer» brûlant où se concentrent tous ses problèmes, de morale, d'immoralité, de paix sociale, d'Etat, de violence, de mort, de responsabilité, de prix d'une vie?

«Polemos (guerre, conflit) est le père de toutes choses, le roi de toutes choses. Des uns il a fait des dieux, des autres il a fait des hommes. Il a rendu les uns libres, les autres esclaves», Héraclite, Frag. 56) #philomonaco
+ Lire la suite
autres livres classés : relativitéVoir plus





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
376 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre