AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Benoît-Thaddée standaert (Traducteur)
EAN : 9782330170066
288 pages
Actes Sud (14/09/2022)
3.16/5   22 notes
Résumé :
Hunter White, riche new-yorkais et investisseur à Wall Street, a acheté une licence de chasse lui permettant de tuer un rhinocéros noir, seul trophée qui manque encore à son palmarès. Parti en Afrique, son terrain de jeu de prédilection, il rêve d’enfin pouvoir ramener à sa femme, en guise de cadeau d’anniversaire, la tête empaillée de son rhinocéros. Mais son rêve se muera bientôt en cauchemar. Sans retour en arrière possible.
Alors que nous croyons avoir l’... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,16

sur 22 notes
5
2 avis
4
4 avis
3
2 avis
2
2 avis
1
0 avis

Dans ce thriller psychologique atypique, écrit par l'une de mes compatriotes ( :) ), le bien nommé Hunter White (chasseur blanc, en français), chasseur chevronné depuis sa plus tendre enfance, se rend en Afrique afin de ramener une tête de rhinocéros pour l'anniversaire de sa femme. Pour mettre toutes les chances de son côté, il a choisi de collaborer avec son vieil ami van Heeren, qui possède de très bon pisteurs. Mais malgré toutes les précautions prises par Hunter, la chasse ne se déroule pas comme prévu. van Heeren lui fait alors une étrange proposition.

Je n'aurais jamais cru un jour donner une note de quatre étoiles (et demi) sur cinq à un roman traitant de la chasse. Et pourtant, me voilà en train de faire exactement cela, et de tenter d'expliquer pourquoi. Comme quoi, tout arrive.

J'avoue tout de même avoir eu quelques sueurs froides lors de certains passages qui, pas vraiment cruels, n'en étaient pas moins assez graphiques. Mais il faut parfois supporter de lire des descriptions dérangeantes, qui nous mettent mal à l'aise. C'est aussi cela qui nous fait évoluer en tant que lecteur(trice).

Une fois surmontés ces passages difficiles, ce que l'on retient surtout de ce récit, c'est sa grande qualité, et ce pour plusieurs raisons.

On ressent tout de suite l'amour que Gaea Schoeters porte à la nature et à l'Afrique. La beauté de ses descriptions sont telles qu'on ne peut que se sentir ému, au plus profond de soi, par ces paysages sauvages et ses habitants aux coutumes si éloignées des nôtres, mais si proches de la nature. de même, l'environnement et l'écologie sont mentionnés, non pas parce que ce sont des sujets « à la mode », mais parce qu'ils sont au coeur de la vie des peuplades avec lesquelles Hunter va se retrouver en contact. Et là aussi, l'écriture de Schoeters est ensorcelante, nous faisant comprendre ce que l'on risque de perdre à force de polluer notre lieu de vie. D'ailleurs, la qualité de l'écriture est exceptionnelle tout au long du roman et pas seulement lors des descriptions de magnifiques paysages en danger : la plume de l'auteure est l'une des grandes qualités de ce thriller. A souligner aussi le magnifique travail de traduction fourni par Benoît-Thaddée Stabdaert : ça fait beaucoup de bien, pour une fois, de ne pas lire un roman dans lequel le traducteur ne sait pas (plus) distinguer le futur du conditionnel (l'une des erreurs qui m'horripilent le plus dans les traductions actuelles).

J'ai aussi apprécié le fait qu'il n'y ait pas de cruauté inutile dans l'histoire. Même si, comme je l'ai déjà précisé, certaines descriptions sont très dures, Hunter n'est pas vraiment un chasseur bête et méchant. Il éprouve un certain respect, une sorte de compassion envers les proies qu'il chasse. Il précise lui-même qu'un vrai chasseur ne fait jamais souffrir son gibier, mais qu'il l'abat d'une seule balle bien placée : pour lui, seuls les criminels les plus sadiques laissent les animaux agoniser sans fin. Etrangement, donc, Hunter n'est pas aussi antipathique que l'on pourrait penser en entamant la lecture de ce roman. Je m'attendais à le détester et, en réalité, il m'a plutôt fascinée, et les aperçus de sa vie passée, qui nous sont offerts grâce à des nombreux flashbacks, sont intéressants et permettent de mieux comprendre les motivations profondes du personnage, pourquoi il est passionné de chasse : non pas pour les trophées, mais pour le processus en lui-même.

J'ai aussi aimé la lenteur du récit, la patience dont l'auteure fait preuve en nous emmenant dans la traque de van Heeren et Hunter, qu'elle nous décrit en détail, presque point par point et minutes par minutes, en se concentrant non seulement sur le paysage environnant, mais aussi sur les sensations et réflexion des personnages. Il en résulte certains passages très intimistes, proches de l'huis-clos, ce qui n'est pas du tout déplaisant.

Mais malgré cette lenteur et cette profusion de détails, le suspense est bien présent. Dès les premières pages, la tension est là et l'on sent que quelque chose va se produire, autre que la chasse dans laquelle s'est lancé Hunter. Quoi ? On ne l'apprend que dans les toutes dernières pages. Mais le danger rôde autour des chasseurs et de leurs traqueurs : ils doivent rester sur leurs gardes, tout comme le lecteur, qui se demande ce qui va se produire, et quand.

Et finalement, quand le drame survient, on est étonné, car ce n'est pas du tout ce que l'on attendait.

Si vous êtes appréciez les romans d'Hemingway et de Rider Haggard, lisez Gaea Schoeters. Elle est la digne descendante de ces grands romanciers.

Un grand merci à Babelio et aux Editions Actes Sud pour ce roman qui m'a fait sortir de ma zone de confort.

Commenter  J’apprécie          133

Ce thriller quasi politique est poignant. de par son écriture, l'autrice s'attaque à un sujet complexe de par son éthique : la chasse au trophée en Afrique. Il s'agit de personnes extrêmement riches qui choisissent un animal à abattre, payent des sommes mirobolantes afin d'exhiber ce trophée dans leur salon. C'est avec ce préjugé que je partais en débutant ce livre. Cependant, Gaea Schoeters amène la chose de façon subtile, en interrogant la vaste question qu'est la chasse dans sa forme la plus pure : celle de réunir des indices, de pister, de respecter et à la fin seulement de tuer. C'est une ode à la nature, aux peuples tribus encore présents en Afrique et aux limites de l'être humain.

Et bien évidemment, il faut ajouter à tout cela une dose d'enquête et d'angoisse lorsque la chasse au trophée s'élargit à tous les êtres humains, et plus seulement aux animaux...

Commenter  J’apprécie          70

Hunter White est un financier corrompu pour qui tous les moyens sont bons afin de s'enrichir, ce qui lui permet, chaque année, de s'offrir un trophée de chasse.

Hunter estime qu'abattre un animal pisté et traqué par des hommes non armés qui lui désignent enfin sa proie calmée est une chasse glorieuse. de plus, il prétend préserver la nature en s'appuyant sur des arguments qui refusent d'envisager l'autre versant des choses.

Mais le gibier convoité a été abattu par des braconniers. Alors van Heeren, le guide de ces chasses aux trophées, qui connaît la noirceur de White, client chez lui depuis des années, va l'amener chez les bushman avec une intention lucrative bien peu louable.'

Quand White et van Heeren pensent le monde comme marchandise, les bushmen le perçoivent comme don et sacrifice. Ce n'est qu'une fois immergée dans le monde de l'autre que l'avidité sera déroutée et dévoilera pleinement l'être véritable du prédateur.

L'écriture est magnifique, capable de convoquer la beauté et la grandeur des paysages comme d'évoquer les circonvolutions de l'esprit humain, depuis l'occlusion à toute pensée autre chez le Chasseur jusqu'à son acceptation par les bushman pour qui tout participe au sens du monde.


Lien : https://trancheslivres.wordp..
Commenter  J’apprécie          70

Je suis assez partagé sur ce livre qui a beaucoup de qualités mais qui ne m'a pas séduit comme je l'espérais.

Très belle écriture, très bon sujet, mais peut-être trop en boucle et trop descriptif sur la chasse, j'ai décroché par moment.. Pourtant c'est intéressant, il y a une réflexion poussée sur le système de chasse et les enjeux de territoires en Afrique, mais beaucoup de passages sont peut-être un peu longs, et manquent d'enjeu dans les 2 gros premiers tiers.

Heureusement le dernier quart du livre est assez passionnant avec - enfin ! - un vrai suspense.

C'est difficile à expliquer car tous les ingrédients sont bien présents, l'histoire est même dure et complexe, mais la mayonnaise a pris moyennement pour moi.

Commenter  J’apprécie          31

ABANDON !

J'ai eu la chance de le sélectionner/recevoir dans

le cadre de masse critique sur babelio .

C'était un pari dangereux..

je savais que je risquais de ne pas accrocher,

il faut prendre des risques parfois.

Ce n'est absolument pas un mauvais livre, le thème est sensible pour moi, d'ailleurs je suis agréablement surprise, la chasse est très bien abordé, expliqué, détaillé, c'est vraiment une chouette aventure que j'ai suivi pendant 70 pages, mais malgré tout, je n'ai pas réussi à être captivé pour pouvoir le finir.

Il y a des livres tout public, celui-là ne l'est pas, il parle de chasse, il compare la chasse et le braconnage, c'est très intéressant, certes, j'étais en immersion en Afrique, c'était beau, mais je ne suis pas là cible.

Évidemment, je suis triste de ne pas finir ce livre d'autant plus que je l'abandonne juste pour le thème qui ne me correspond pas mais voilà, il en faut pour tout le monde et j'espère que parmi vous il y aura des gens qui seront intéressés, car l'écriture est vraiment chouette, ça se lit facilement et la couverture, je la trouve vraiment belle et il mérite de trouver son public

Merci à Babelio et actes sud !

Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Culturebox
29 décembre 2022
Pour son premier livre publié en France, l'auteure belge choisit d'emprunter des sentiers inédits pour une chasse originale. Un thriller politique (et moral) intense, cauchemardesque. Une plongée en apnée, sans répit. Un livre puissant.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation

Le climat est malade. Les Blancs sont aveugles et ne voient rien venir. Mais nous, nous lisons le déclin climatique dans les mouvements des animaux, dans les plantes qui meurent, sur les surfaces vides dans le sable, où les insectes avaient l'habitude de ramper. Les dieux sont en colère, et si vous ne vous réconciliez pas avec eux rapidement, rien ne réussira à survivre ici.

Commenter  J’apprécie          43

Hunter examine le rhinocéros avec attention. L'animal tout entier, depuis son corps volumineux jusqu'à ses pattes courtaudes, ressemble tout au plus à une ébauche: un premier jet qui gagnerait à être élaboré davantage, mais qui aurait échappé prématurément à la dextérité de son créateur. Prototype oublié d'une espèce qui ne s'est pas développée davantage. De lourds plis de peau tombent sur son encolure comme les épaulettes d'une cotte de mailles. Sa peau épaisse est si rigide qu'elle paraît presque écailleuse. L'ensemble de l'animal évoque un reptile préhistorique. Les grosses rides qui encombrent son cou ressemblent au collier d'un dinosaure, et l'extrémité de sa tête, qui hésite entre un bec crochu et une bouche ourlée d'une lèvre supérieure prononcée, a quelque chose de profondément primitif. Mais l’œil noir est si brillant, frangé de cils délicats, dissimule une étrange forme de douceur, qui contraste fortement avec l'aspect brutal de l'animal. On dirait presque que son regard trahit une certaine mélancolie. Un sentiment inconnu s'empare de Hunter et, un court moment, l'excitation de la chasse cède la place à autre chose. Ce n'est pas de l'affection, mais plutôt un sentiment de crainte vénérable qui le saisit à proximité d'une créature infiniment plus ancienne que lui. Jamais auparavant il ne s'était senti aussi proche de début de l'évolution, comme s'il était renvoyé d'un bond à l'époque précédant le début de l'humanité.

Commenter  J’apprécie          00

Il aurait dû pleuvoir depuis des semaines. Tout l'écosystème a été perturbé par ce maudit changement climatique. On ne parvient plus à prédire quoi que ce soit : les troupeaux ne suivent plus leurs itinéraires habituels, la saison du rut est retardée et, à cause de la sécheresse, les feux de brousse se succèdent sans discontinuer.

Commenter  J’apprécie          00

Ici et là, un feu brûle en plein air, ses flammes oranges léchant le bleu profond du ciel. Dans un instant, le crépuscule laissera place à l'obscurité, plus vite, beaucoup plus vite qu'en Occident. Ici, la nuit tombe toujours brusquement, comme si quelqu'un éteignait les lumières à l'improviste.

Commenter  J’apprécie          00

(...) quelle folle insouciance aveugle la vie si votre mortalité ne se manifeste à vous qu'à la seconde où elle vous sera fatale ?

Commenter  J’apprécie          10

Video de Gaea Schoeters (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gaea Schoeters
Au moment où sont dévoilés les pays participants à l'édition 2023, découvrez trois extraits (traduits en français) de livres nommés pour la sélection 2022. Textes de : Gaea Schoeters - Peter Karoshi - Takis Kampylis
Pour retrouver les podcasts précédents : - Interview du lauréat 2022 : https://bookalicious.lepodcast.fr/interview-diva-pezuashvili - Interview des nominés 2022 : https://bookalicious.lepodcast.fr/focus-eupl-2022-decouverte-des-mentions-speciales
Lien vers l'anthologie de textes : https://www.euprizeliterature.eu/anthologies
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus

Autres livres de Gaea Schoeters (2) Voir plus