AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Elio Fröhlich (Auteur de la postface, du colophon, etc.)Bernard Kreiss (Traducteur)
EAN : 9782869305397
173 pages
Éditeur : Payot et Rivages (01/03/1992)
4.42/5   12 notes
Résumé :
La promenade, passage de l'écriture à la vie délestée d'écriture, dénudée jusqu'à n'être qu'une épure d'existence, un lent déroulement, une marche sans but, fut on le sait le thème de prédilection de Robert Walser. Notés par Carl Seelig, les propos réunis ici ne se soucient ni d'expliquer ni de justifier une œuvre. Bien au contraire, ils révèlent, au long des ans et d'une amitié compréhensive, une parole libre et dégagée de toute obligation.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
chris49
  14 avril 2020
« Et c'est sur cette étroite passerelle de silence que nous nous rencontrâmes » (Carl Seelig)
Du 26 juillet 1936 jusqu'à la mort de Robert Walser en 1956, Carl Seelig rend visite à Walser à la clinique psychiatrique de Herisau. Chacune de ses visites fait l'objet d'une marche de plusieurs heures dans les petites montagnes qui entourent l'hôpital. Carl Seelig tient le journal de leurs échanges qui seront ensuite publiés sous ce titre « Promenades avec Robert Walser ». Une petite cinquantaine de textes brefs, fulgurants - des fragments.
Parallèlement au fait que ces échanges livrent à la postérité une somme considérable d'informations sur Walser et sur sa manière, tantôt ironique tantôt irritée, de considérer la place de son oeuvre dans le paysage littéraire, la promenade walsérienne, la marche, est l'essence même du livre.
Chacune de ces promenades est brossée en quelques touches comme une aquarelle sur le motif, dans laquelle le personnage, Walser, et la promenade se mélangent aux couleurs de l'épure. Carl Seelig est le conteur discret de ces micro-récits, véritables petits bijoux dont l'écrin resserré met aussi en valeur une écriture splendide.
Une postface, consacrée à Carl Seelig lui-même, fait état de l'ampleur des secours que cet homme apporta à Walser, dont il fut le tuteur, et aux nombreux artistes et savants de son temps. "Il n'attendait pas que le nécessiteux, à bout de ressources, vînt le trouver. Il allait lui-même à la recherche de celui qui avait besoin d'aide."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          173

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
dourvachdourvach   27 octobre 2014
6 avril 1952

J’ai réussi à convaincre Robert de rester dans le train jusqu’à Rorschach et, depuis, il arbore un air maussade. Il suppose sans doute que j’ai dans la tête un plan qui risque de compromettre son équilibre. Nous ne parlons presque pas dans le compartiment. Il roule de grosses cigarettes sur lesquelles il tire nerveusement. À Rorschach, nous descendons et prenons la route de Staad. Le ciel, d’un gris sable qui annonce le printemps, et la terre se confondent au bord du lac de Constance. Pas de bateaux, pas de gens. Monter-descendre, de colline en colline, en direction du village de Buchen ; des enfants accompagnés d’adultes se rendent à la fête de la confirmation.

Carl SEELIG, "Promenades avec Robert Walser", traduit de l’allemand par Bernard Kreiss. Rivage poche/bibliothèque étrangère, page 127 [cité Claude dans le blog de jeanlau "De Bloomsbury en passant par Court Green... " > Romans suisses > Promenades avec Robert Walser, article du 24 décembre 2010]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
dourvachdourvach   27 octobre 2014
28 décembre 1944

Le ciel est sans nuages, ce matin, le froid coupant. Dans le hall de la gare, nous nous demandons où aller aujourd’hui. Robert, sans pardessus, mains et joues d’un rouge bleuté, le menton hérissé de poils blancs, me demande d’un air mi-figue mi-raisin : « Vous avez concocté un programme en cours de route ? » – « Pas du tout ! » – « Qu’est-ce que vous diriez d’Appenzell ? Non, ce serait trop pour aujourd’hui ! Voulez-vous que nous allions dans les hauteurs ? Ou alors, à Saint Gallf ? » – Moi : « Vous avez envie d’aller en ville ? – À vrai dire, oui ! » – « Dans ce cas, en avant ! » – Robert, après quelques pas : « Ralentissons, voulez-vous ? Ne courons pas après la beauté. Quelle nous accompagne plutôt, comme une mère qui marche à côté de ses enfants. »

[Carl SEELIG, "Promenades avec Robert Walser", traduit de l’allemand par Bernard Kreiss. Rivage poche/bibliothèque étrangère, page 84 - extrait cité dans le blog "De Bloomsbury en passant par Court Green... " > Romans suisses > Promenades avec Robert Walser, article du 24 décembre 2010]

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
fanfanouche24fanfanouche24   26 mars 2014
-23 avril 1939-

Et en effet, il n'y avait pas de quoi pavoiser. Je me promenais seul, de jour et de nuit; entre deux promenades, je tâchais de faire avancer ma barque d'écrivain. (p.25)
Commenter  J’apprécie          110
fanfanouche24fanfanouche24   26 mars 2014
16 mai 1943

Je me plaisais beaucoup dans ma chambre de malade. Rester couché comme un arbre abattu, sans avoir à bouger le petit doigt. Tous les désirs s'endorment comme des enfants las de jouer. (p. 48)
Commenter  J’apprécie          60
fanfanouche24fanfanouche24   26 mars 2014
27 juillet 1943

J'aime les nuages. Ils ont l'air si familiers-comme de braves et silencieux compères. Dès qu'ils sont là, le ciel devient plus mouvementé-plus humain. (p.52)
Commenter  J’apprécie          40

>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Romans, contes, nouvelles (879)
autres livres classés : écrivain suisse allemandVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Carl Seelig (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
323 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre