AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330104502
Éditeur : Actes Sud (02/05/2018)

Note moyenne : 3.44/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Nous sommes en 2047. Une guerre nucléaire entre les grandes puissances a rendu la Terre inhabitable et les rares survivants - en grande partie des nazis désabusés - vivent sur la Lune. Tout a commencé à la fin de la Seconde Guerre mondiale quand quelques nazis de haut rang ont réussi à fuir au bord de fusées pour rejoindre une base souterraine sur la Lune. Depuis, les nazis et leurs descendants ont préparé leur revanche. Mais quand ils se lancent enfin dans la recon... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Cancie
  03 février 2019
Le Reich de la Lune est une uchronie qui raconte comment des nazis se sont réfugiés sur la face cachée de la Lune, à l'issue de la seconde guerre mondiale.
L'auteure finlandaise, Johanna Sinisalo, donne à cet ouvrage la forme d'un journal intime. C'est Renate qui tient ce journal entre 2001 et 2047. Elle est descendante de nazis qui, à la suite du suicide d'Hitler, se sont enfuis dans une base en Antarctique et ont embarqué à bord de fusées pour rejoindre un complexe souterrain sur la Lune.
Ce roman de science-fiction rocambolesque est à la fois grinçant, humoristique et, s'il met en valeur l'émancipation féminine, il est aussi très pertinent sur notre mode de consommation et le gaspillage qu'il génère. Il pointe également du doigt notre insouciance coupable et, comme le souligne Johanna Sinisalo elle-même, « l'infini stupidité des humains ».
À la fois comédie et satire, sorte de fable politique et burlesque où l'action est toujours présente et où l'on ne s'ennuie pas un instant, c'est une histoire invraisemblable que l'auteure écrit et parvient, par son talent, à rendre plausible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Le_chien_critique
  02 août 2018
De pauvres petits nazis veulent rendre la superbe à la Terre. Mais les États-Unis sont en embuscade.
Une uchronie satirique pleine de Sieg Heil et de Yes, we can !
1945, l'armée allemande est en déroute, Hitler se suicide, les alliés ont gagné. Fin de l'Histoire ?
Non, les nazis se sont pris une raclée, mais ont décidé de se refaire une santé sur la lune. Discrètement, quelques dignitaires avaient planché sur un plan B. A l'aide d'une technologie nouvelle et secrète, ils ont pu s'envoler sur notre satellite pour y établir leur base, en forme de croix gammée !
Ils y établissent sur la face cachée leur paradis : race pure, respect et femmes au fourneau et à la glorieuse descendance pure.
Une uchronie ayant pour point de départ l'envol des nazis sur la la lune. le reste est presque identique : la sonde lunaire a bien été lancé, de même que l'alunissage d'Apollo 11, provoquant quelques remous dans la politique séléniste. Des extraits de manuel scolaire parsèment le récit, permettant de raconter l'histoire des nazis de la lune.
Plus qu'une satire des nazis, ce sont les hommes qui sont visés ici. Vie politique, géopolitique, médias, marketing et consulting, mode et éducation sont dans le viseur de l'auteure. L'uchronie prend ici tout son sens : la propagande nazie joue sur la vraie histoire pour glorifier le régime, bref, elle part d'un point pour en donner une interprétation autre, l'Histoire diverge... Ce n'est pas la population qui est coupable, mais bien les dirigeants (nazis ou libéraux) qui embrigadent les foules. Et en terme d'embrigadement, régime nazi et idéologie capitaliste n'ont rien à apprendre l'un de l'autre.
Un des points forts est le changement de point de vue. Nous sommes dans la peau de personnes vivant en autarcie et de manière autosuffisante. Voir leur réaction face à nos modes de vie consuméristes, nous voir gâcher l'eau, l'espace, polluer à outrance permet une agréable distanciation, drôle mais assez grinçante. Étant cependant dans la peau de nazi convaincus, le malaise est palpable...
Des notes d'humour parsèment le texte comme lorsque il nous est dit de ne pas oublier notre vitamine B12 si nous ne voulons pas affaiblir notre race supérieur. La manière dont l'auteure parvient à jouer avec les codes de la théorie du complot est tout aussi réjouissant.
Le Reich de la lune est un roman d'action SF parodique à la mode Blockbuster qui se ressent à la lecture. Nous avons l'impression d'être devant un film de super-héros, avec tout ce qui va avec : de grosses ficelles, des facilités, mais le divertissement est tel que cela fonctionne. Ne pensez pas trouver ici des explications scientifiques crédibles et savourez simplement.
Je trouve cependant que l'auteure a eu du mal à lier réflexion et satire, certaines parties étant trop l'un ou trop l'autre, et chaque fois j'ai du me forcer à me remettre en situation.
Un divertissement intelligent, qui continue à trotter dans la tête après lecture. Une postface de l'auteure clôt l'ensemble de belle manière.
Nous sommes en fait dans une novelisation d'un film : Iron sky. Johanna Sinisalo avait participé à l'écriture du scénario, elle aborde dans ce roman les éléments restés dans l'ombre tout en suivant la trame générale. Et le texte s'arrête où Iron Sky 2 débutera, sur vos écrans, en 2019 si tout va bien, la date de sortie étant régulièrement repoussé.
Le roman peut se lire de manière indépendante de manière satisfaisante, mais je vous conseille de regarder aussi le film qui vaut le coup d'oeil
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
keisha
  24 décembre 2018
Bon, l'idéologie nazie, ce n'est pas ma tasse de thé, et il fallait bien Johanna Sinisalo et la promesse d'une "uchronie délicieusement barrée, joyeusement rocambolesque et délibérément grinçante" (dixit la quatrième de couverture) pour que je me lance là-dedans.
Accrochez-vous. Car figurez-vous qu'après la seconde guerre mondiale des nazis se sont réfugiés dans une base en Antarctique, et sont partis en fusée. Sur la face cachée de la lune. Ils se sont installés dans des souterrains, recréant une société bercée par l'idéologie national-socialiste et l'espoir de revanche sur la Terre.
En 2047 c'est une certaine Renate Richter qui dans son journal raconte son enfance (elle est née dans les années 1990) et particulièrement les événements suivant l'arrivée sur la lune de trois terriens en 2018. Elle sera amenée à se rendre elle-même sur la Terre!
Dès le début le lecteur découvre que son journal s'adresse à "Chère Kitty". Quoi? Johanna Sinisalo ne recule devant rien! "Ma fille saura-t-elle jamais pourquoi j'ai choisi ce nom? Il est juste, mes yeux, on ne peut plus pertinent, ironique à souhait."
Renate raconte comment se passe la vie des gens dans cette base enterrée (ou enlunée?), l'omniprésente propagande qui rappelle de mauvais souvenirs, mais n'est pas exempte de ridicule, j'ai apprécié les titres officiels tels Aufklärungsfluguntersturmführer ou Informationstechnikoberführer. Comment l'on se procure l'énergie et la nourriture. Rien de très technique, il s'agit de SF qui ne perd pas le lecteur avec de la physique chimie. En fait le chanvre y sert à tout, vêtements, nourriture, papier, carburant des véhicules. (Nan, pas d'usage récréatif). Tout ou presque est économisé et réutilisé. On ne mange pas de viande (nourrir les vaches avec ce qui conviendrait aux humains n'est pas raisonnable), l'eau n'est pas gaspillée, on utilise l'urée récupérée (je passe les détails) . Bref, une société obligatoirement écolo, mais pas très fun, et bien vissée. Et l'on apprend en cours de route un détail sur les Walhalla Garten qui fait froid dans le dos (mais un nazi reste un nazi, évidemment, ne pas l'oublier!).
Il y a même des travailleurs manuels, les Untermensch.
Alors bien sûr quand Renate arrive sur Terre, c'est le choc, auditif, olfactif, visuel! Et elle utilise son intelligence pour considérer la façon terrienne de bien gaspiller. le papier, le pétrole, par exemple. "On fabriquait à partir d'une matière première précieuse, née au fil de millions d'années d'une accumulation de végétaux et d'animaux morts, extraite au prix d'énormes efforts des profondeurs de formations rocheuses ou du plancher océanique et péniblement raffinés au détriment de l'environnement, des produits qui n'étaient destinés qu'à être jetés."
"J'ai aussi supposé que l'eau de la chasse des WC avait déjà été utilisée au moins une fois, par exemple pour le ménage; sinon le gaspillage aurait été absolument délirant."
La télévision: "les capitalistes l'avaient transformée en un instrument de lavage de cerveau ayant pour seul but d'abêtir le peuple par des émissions de divertissement et d'enrichir les exploiteurs en vendant des biens et des produits inutiles." "Mais la télévision ne fait que jeter des contenus en pâture, sans réciprocité, et si certains, pour une raison ou une autre, sont enclins à la dissidence et refusent par exemple de croire à la supériorité du système national-socialiste, ou même d'en entendre parler, elel n'a aucune prise sur eux. Il leur suffit de l'éteindre.
Internet : "On dirait que lorsqu'on utilise ce canal de diffusion, il est plus important de répéter comme une vérité les propos de ses amis ou connaissances que de se renseigner réellement sur le fond des choses."
Au cas où vous en douteriez, ce genre de littérature permet, et souvent de façon jubilatoire, de critiquer notre Terre à nous!
Et si vous aimez l'action, soyez sans craindre, il y en a aussi dans ce roman.
Mais pas autant (et heureusement) que dans le film Iron sky (2012). Sinisalo a été créditée comme 'auteur de l'histoire originale' mais le roman serait la partie immergée de l'iceberg Iron sky (selon la note de fin). Et purée on dirait qu'il existe un numéro 2, ça a l'air du lourd côté nanard.
Publié par keisha à 00:00
Envoyer par e-mail
BlogThis!
Partager sur Twitter
Partager sur Facebook
Partager sur Pinterest

Lien : https://enlisantenvoyageant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
traversay
  22 mai 2018
Le Reich de la lune reprend et développe la trame du scénario que Johanna Sinisalo a écrit il y a quelques années pour le film Iron Sky. Pas de panique, le livre n'est pas une novélisation hâtive et peut se ranger fièrement aux côtés des meilleurs romans de l'auteure finlandaise : Oiseau de malheur et Avec joie et docilité, notamment. le Reich de la lune est une uchronie audacieuse qui imagine qu'une poignée de nazis a réussi à quitter la Terre en 1945 et à fonder une colonie lunaire régie selon les préceptes du Führer. Passons sur les détails de cette installation et du développement erratique de la communauté, sans parler de son principal objectif : conquérir la Terre, les scientifiques y trouveront facilement à redire et la romancière ne cherche pas la crédibilité à tout prix optant pour la satire mordante, non seulement pour la gouvernance nazie mais aussi pour notre monde démocratique dont quelques bizarreries et modes de fonctionnement qui nous paraissent normal sont finement analysés et critiqués. Dans le Reich de la lune, les péripéties vont crescendo à mesure que les souvenirs de la narratrice, une nazie convaincue dont les valeurs vont petit à petit s'ébrécher, nous transportent jusqu'en 2047. Oeuvre de science-fiction et divertissement parfois loufoque, le livre en dit beaucoup sur notre monde à nous, pointant du doigt certains comportements et usages, proprement aberrants quand on y réfléchit un peu. Johanna Sinisalo est aussi une moraliste malicieuse, mais cela on le sait depuis ses premiers ouvrages.
Lien : https://cin-phile-m-----tait..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
nathalie_MarketMarcel
  26 mars 2019
Une femme âgée tient son journal (Kitty…) et raconte sa vie et les événements survenus dans sa jeunesse. On comprend peu à peu qu'après leur défaite les nazis ont trouvé refuge sur la face cachée de la Lune et ont fondé là une petite colonie. Entre science-fiction et propagande délirante, l'héroïne grandit, fascinée par la Terre qu'elle n'a jamais connue et persuadée que le nazisme constitue le beau et le bien de l'humanité. Sauf que les nazis n'ont jamais renoncé au rêve de conquérir la planète et que les événements s'enchaînent plus vite que prévu.
Alors, disons-le net, j'aime beaucoup Sinisalo, mais ce roman est clairement moins bien que les précédents. Son potentiel de loufoquerie (avec ces nazis lunaires des années 40 qui débarquent sur terre en 2018) n'est pas du tout exploité, de même que le potentiel de roman d'aventures. La métaphore du papillon et du cyclone est lourdement assenée à plusieurs reprises et l'ensemble prend un ton sérieux et didactique franchement agaçant (mais c'est quoi cette fin ?!).
Je l'ai pourtant lu avec pas mal de plaisir (personne n'est parfait). Peut-être parce que j'étais dans le train et que je l'ai lu comme un bon roman d'aventures à suspense, un peu simpliste certes, mais bien fichu. J'ai surtout apprécié le début avec l'explication du mode de vie sur la lune (les aliments, les vêtements), avec une mention spéciale pour le cinéma. En effet, les nazis ont récupéré plusieurs films, qu'ils ont taillés et réinterprétés à leur sauce. Marlene Dietrich et Charlie Chaplin jouent un rôle important dans le roman et ça, c'est plutôt très bien. Il y a aussi le récit de l'arrivée de l'équipe nazie dans les États-Unis de 2018 avec la découverte de la planète Terre (ses couleurs, ses sons, ses odeurs, ses sensations) et du mode de vie occidental (ah ! le smartphone, les toilettes, la salle de bain !). Dans l'ensemble, j'ai plutôt passé un bon moment.
Lien : https://chezmarketmarcel.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
CancieCancie   02 février 2019
Le meilleur moyen d'éliminer le fantasme débile de la pureté de la race est en effet de pratiquer des unions dont chacun peut constater qu'elles donnent naissance à des êtres humains, pas à des couleurs de peau.
Commenter  J’apprécie          230
Le_chien_critiqueLe_chien_critique   02 août 2018
Ces trois végétaux composent les délicieux repas quotidiens que nous prenons aussi bien chez nous que dans les cantines de Schwarze Sonne. Seule la vitamine B-12 doit être produite séparément et c’est pourquoi nous recevons une fois par semaine une pilule de Lebensdauer. N’oubliez surtout pas de la prendre, si vous ne voulez pas affaiblir notre race supérieure !
Commenter  J’apprécie          50
CancieCancie   02 février 2019
Les Terriens offraient à tour de bras des fleurs qui ne vivaient que quelques jours après avoir été coupées et ne pourraient jamais donner de graines et, curieusement, le destinataire semblait apprécier ce massacre de plantes vouées à se faner très vite, perdre toute beauté et devoir être jetées. Peut-être ces bouquets étaient-ils destinés à prouver à celui à qui on les offrait qu'on était prêt à tuer pour lui ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
CancieCancie   02 février 2019
J'ai compris en un éclair quelle arme terrifiante était l'ignorance, comment on pouvait manoeuvrer ceux qui avaient grandi dans l'obscurité : on leur apprenait à ne se fier qu'à ce qu'on leur montrait et racontait, même si cela allait à l'encontre de leur propre expérience et de leurs connaissances.
Commenter  J’apprécie          50
CancieCancie   02 février 2019
Sur la Terre, tout le monde parlait sans cesse des conditions météorologiques, ce qui était d'ailleurs très pratique et compréhensible : tous en subissaient les effets, et on n'y pouvait rien.
Commenter  J’apprécie          80
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
103 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre