AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Paula Nabais (Traducteur)Christian Nabais (Traducteur)
EAN : 9782742796458
382 pages
Éditeur : Actes Sud (09/03/2011)

Note moyenne : 3.48/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Un couple parti faire de la randonnée dans les régions les plus sauvages de Nouvelle-Zélande est confronté à un environnement de plus en plus hostile. D'étranges événements laissent présager qu’ils ne sont peut-être pas les seuls à faire le voyage…

Dans ce roman d’un retour à la nature sauvage dans lequel il n’existe plus aucune trace du monde moderne, Johanna Sinisalo renoue avec le style rythmé et la touche de fantastique qui ont fait le succès de "... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
LePamplemousse
  21 août 2013
Heidi et Jyrki, deux jeunes norvégiens, se connaissent à peine mais décident d'aller passer 6 mois en Tasmanie et en Nouvelle Zélande pour faire de la randonnée.
Pour lui, il s'agit d'un retour à la nature, il ne supporte plus la société de consommation. Pour elle, il s'agit plutôt d'une fuite. Elle tente d'échapper à un job qui ne lui convient pas et à une situation familiale compliquée.
Rapidement, les difficultés surviennent, à cause de la fatigue, des conditions climatiques déplorables ou des restrictions alimentaires…
Ce récit à deux voix décrit le quotidien de chacun des protagonistes.
Ce roman oscille entre le récit de voyage et un roman plus intimiste où les états d'âme de chacun sont décortiqués jusqu'au final, plutôt inattendu.
Commenter  J’apprécie          130
traversay
  28 août 2012
Le retour à la nature, le bonheur de fouler des étendues vierges, loin de la civilisation. Idyllique, vraiment ? Pour Heidi, rebelle débutante, et Jyrki, baroudeur chevronné, pas de doute, cette aventure va leur apporter la sérénité et cimenter leur couple, fraîchement formé. Jamais Johanna Sinisalo, la romancière, n'intervient directement dans Oiseau de malheur. Elle nous livre, en de courts chapitres, le récit des deux randonneurs, qui, après une mise en bouche néo-zélandaise, s'attaquent aux sentiers les plus isolés de Tasmanie. Un véritable voyage en terre inconnue ! Une troisième voix, mystérieuse, intervient de temps à autre dans le livre, crachant son venin sur la société de consommation dans un style volontairement outrancier et ordurier. de qui s'agit-il ? du frère de Heidi, un marginal ? Et si c'était le Kéa, cet oiseau protégé, que seuls quelques privilégiés ont pu apercevoir, et qui a la réputation de ne pas aimer que l'on vienne perturber sa tranquillité ? Quoi qu'il en soit, Johanna Sinisalo fait peu à peu glisser son roman vers le fantastique, tout en restant la plupart du temps prosaïque, dans une langue charnue qui n'a pas peur de paraître triviale. Tous les détails d'un trip harassant, qui devient un chemin de croix, y figurent, avec de somptueuses descriptions du bush et de la côte tasmaniennes. le plus tragique, et le plus drôle, se situe dans la relation entre nos deux héros, qui ne fait que se dégrader, alors que de petits événements inexplicables se déroulent de plus en plus fréquemment. Est-ce le Kéa, cet oiseau de malheur, qui joue avec les nerfs de Heidi et Jykri ? Vous le saurez, ou pas, en lisant ce roman narquois, qui a certes quelques moments languissants, mais qui se dévore dans l'ensemble avec un fort grand appétit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Montana
  10 juillet 2015
Attention : Livre addictif!!!
J'ai vraiment adoré faire ce treck en Tasmanie en compagnie de Heidi et Jyrki!
Tout d'abord, ce qui est appréciable, c'est qu'une carte soit présente dès la 1ère page du livre. Cela permet de savoir exactement où l'aventure se situe, et surtout de suivre étape par étape l'évolution et l'avancement de nos deux infatigables héros finlandais.
Ensuite, l'originalité narrative est double :
d'une part, chacun prend la parole l'un après l'autre pour raconter la progression de leur randonnée et d'autre part, toujours avec ce même principe d'alternance de prise de parole entre les 2 personnages, par un ingénieux système de retours en arrière, vient s'insérer l'origine de leur rencontre jusqu'à ce fameux départ pour l'hémisphère sud.
Cette façon de raconter est intéressante et aucunement redondante. Elle porte un éclairage subtil sur la façon dont est vécue une même situation par des personnages si différents l'un de l'autre et dont les motivations sont si diamétralement opposées. On entre réellement dans leur intimité, apprenant ainsi à les connaître.
La 3ème voix qui intervient de temps en temps, par le caractère inquiétant de ses propos, vient ajouter une dimension oppressante au récit...
D'ailleurs, la tension ne cesse de monter tout au long du récit. En effet, d'un côté l'environnement autour d'eux se fait de plus en hostile & sauvage, et de l'autre, eux sont de plus en plus exténués par le manque de nourriture et de repos à cause du rythme effréné qu'ils s'imposent.
Heidi et Jyrki ont traversé le globe pour y accomplir quelque chose de grand à leurs yeux, avancer coûte que coûte, en poussant toujours plus leurs limites et capacités physiques par des expériences extrêmes. La notion de défi face à soi même et/ou face à la Nature est très présente tout au long du livre.
Ce livre est enfin un profond et sincère plaidoyer en faveur de la préservation de notre fragile planète qu'on ne respecte plus. D'ailleurs, la Nature le 1er personnage de ce livre - avant même Heidi et Jyrki...
On prend ainsi conscience des dégâts de nos sociétés de (sur)consommation sur l'écologie et l'intérêt (voire l'urgence) d'économiser nos ressources naturelles précieuses.
Cet "Oiseau de malheur" m'a marqué, il m'a fait voyagé et fait découvrir une nouvelle faune - inconnue sous nos latitude (les Kéas bien sûr, mais aussi les Wékas, les Wombats et Wallabys...). Merci pour cette incroyable randonnée que je vous invite vivement à faire également!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Mia
  20 novembre 2011
Roman très original qui emprunte les codes du récit de voyage pour les distordre avec talent.
L'ouvrage s'ouvre sur une carte partielle de la Tasmanie avec un itinéraire tracé. L'auteure donne alternativement la parole à chacun des 2 personnages qui forment le couple randonneurs-explorateurs; le quotidien nous est donc relaté au travers du ressenti de chacun.
Très vite, on sent les frustrations accumulées par les personnages et la tyrannie qui peut accompagner un certain intégrisme du territoire inviolé.
Les chapitres sont entrecoupés de nombreuses citations extraites d'"Au coeur des ténèbres" de Joseph Conrad et de parties en italiques qui explorent la face sombre et maligne qui peut habiter l'individu. Tout ceci concourt à créer une certaine tension dramatique et nous fait entrevoir que ce périple dans une nature grandiose et sauvage risque de fort mal finir, comme le titre nous le laissait présager.
Commenter  J’apprécie          60
pyrouette
  11 mai 2011
Accrochez vous, dépaysement garanti, angoisse, rire, réflexion, c'est une histoire à grande vitesse. Calez-vous confortablement dans votre canapé ou votre lit sans oublier la petite collation, la douche qui n'est pas loin, car ici on a faim, on est sale et l'instinct primitif de survie apparaît très vite. Un peu comme quand je regarde l'émission kho lanta en ricanant, pendant que de pauvres bougres se disputent un grain de riz, alors que je suis confortablement installée de l'autre côté du téléviseur…. Sauf que….là, l'auteur a réussi son argumentation, on peut se poser des questions sur ce retour à la nature extrême et sans tourner le dos à la société de consommation on ne regarde plus de la même façon le voisin qui trie ses déchets, mais qui va s'acheter le dernier 4x4 bien polluant….où le voisin qui mange bio mais qui fume…..sans parler de nos petites protections féminines bien indispensables pour notre vie actuelle mais non biodégradables…. Je me suis sentie proche d'Heidi et j'aurais eu les mêmes réactions qu'elle. Je ne partirai plus en randonnée sans regarder la nature d'un autre oeil, pourquoi ne pas penser à son bien être avant le nôtre puisque nous ne pouvons pas vivre séparés ? La touche de fantastique doit être très légère car tout me paraissait crédible..... Bravo l'auteur !


Lien : http://pyrouette.canalblog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
pyrouettepyrouette   11 mai 2011
Comme si nous autres humains étions de la vermine qui grouille sur la peau de dame nature. Nous la chatouillons, nous l’irritons, nous la griffons, nous l’agaçons, jusqu’à ce qu’elle n’ait plus d’autres choix que se purifier. Elle élève sa température intérieure, ce qui doit la brûler comme si elle s’immergeait dans un bain d’acide, mais elle y est contrainte. Elle n’a pas vraiment le choix
Commenter  J’apprécie          40
MiaMia   20 novembre 2011
Tout le monde ne possède qu'une quantité minutieusement calculée de vivres. Si quelqu'un entrait par cette porte après avoir raté son vol à cause de la tempête d'hier et me demandait un seul gâteau de riz, je ne pourrais le lui donner. S'il m'en offrait cent dollars, je ne le lui vendrais pas.
Ici, les billets de banque pourraient me servir de papier-toilette en lieu et place des tracts chiffonnés.
Il y a quelque chose de grandiose, là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   21 mars 2012
Étendue là, sans pouvoir trouver le sommeil, à l’écoute du bruit de la mer, je me rends compte que j’ai aussi oublié à quel point la toile de tente qui me sépare de la nuit est mince.
Commenter  J’apprécie          20
pyrouettepyrouette   11 mai 2011
S’en débarrasser, voilà le maître mot. Que ferions-nous, tout bien réfléchi, s’il n’y avait pas sans cesse quelqu’un pour s’occuper de nos ordures ? Comme nous sommes choqués lorsqu’on nous demande de les prendre en charge nous même.
Commenter  J’apprécie          10
MontanaMontana   10 juillet 2015
Parce que si quelqu'un ramasse les saletés d'un autre, tout le monde va laisser ses merdes un peu partout. Il aura été prouvé que les détritus de l'un deviennent le problème d'un autre.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : littérature finlandaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
457 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre