AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Régis Quatresous (Traducteur)
EAN : 9782749173979
992 pages
Le Cherche midi (09/03/2023)
4.35/5   13 notes
Résumé :
Kafka demeure aux yeux de beaucoup un visage amaigri au regard enflammé, une vague silhouette qui rôde à l'ombre de son œuvre, ou le nom d'une angoisse. On oublie quelquefois qu'il fut avant tout écrivain, et l'on ignore presque qu'il fut aussi un homme.

La monumentale trilogie biographique de Reiner Stach accomplit le prodige de ramener Kafka à la vie, de restituer l'effervescence intellectuelle de la Mitteleuropa à la charnière des xixe et xxe siècl... >Voir plus
Que lire après Kafka, tome 1 : Le temps des décisionsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
« Le procès de Kafka est un monstre. Rien n'y est normal, rien n'y est simple. Qu'on se penche sur la genèse, son manuscrit, sa forme, son sujet ou son sens – le résultat reste le même. Ténèbres où que le regard se porte. »

Pour savoir ce qui est à l'origine de cette monstruosité, le lecteur aura la curiosité de suivre Reiner Stach dans l'exploration de la vie et de l'oeuvre de Kafka , allant dans ce premier tome des premières velléités de Kafka au Procès.

Reiner Stach semble s'inspirer autant de la biographie pour la rigueur du recours aux sources et de la chronologie qui se déroule, que du récit de vie en concentrant chaque chapitre sur un moment de vie particulier.

La démarche biographique même se montre lorsque R. Stach cite directement dans le texte les écrits de Kafka et de ses proches qui mettent en perspective les événements. Ce n'est donc pas la simple histoire de la vie de Kafka qui est racontée de sa naissance à sa mort, mais plutôt un concentré des moments de sa vie qui l'ont façonné en tant qu'ecrivain.

C'est aussi le récit d'une société, d'une Europe du début du XXe siècle avec ses habitudes, son environnement, tout un univers à la manière d'un roman. Loin de la déférence que je n'aime pas percevoir ostensiblement, loin aussi de l'écriture purement journalistique, j'ai pu croire par moment lire un roman. Chaque chapitre est construit avec un réel fil narratif qui double celui de la biographie. Alors un travail du rythme, des points de vue crée une tension dramatique romanesque et nous donne envie de tourner les pages comme lors de la première rencontre entre Felice et Kafka, où de la nuit fiévreuse de l'écriture du Verdict.

Enfin, tous les fils tendus, tentent de répondre à la question : Qu'est-ce qu'être écrivain ? La création, le rapport à l'édition, le rapport à l'écriture, les sacrifices... Reiner Stach interroge ce qui passionne tout amoureux de la littérature . Il touche à l'universalité de l'expérience littéraire à travers la figure de Kafka sans omettre les aspérités, les paradoxes, les envies et la part sombre de cet ecrivain fascinant :

« parce que mes forces dans leur ensemble étaient si limitées qu'elles ne pouvaient à peu près servir cette fin de l'écriture qu'en se rassemblant. »
Commenter  J’apprécie          100
La biographie de Franz Kafka écrite par Reiner Stach (traduite en français par Régis Quatresous) est monumentale. Des années de travail, sans doute acharné, ont abouti à un texte dense (de plus de 800 pages) qui ne couvre qu'une petite partie de la vie de l'auteur tchèque (1910-1916). Un deuxième tome est prévu. C'est passionnant de bout en bout, impressionnant. Troublant aussi tant Franz Kafka était un être singulier.

Dans l'introduction, Reiner Stach prend soin d'évoquer les difficultés inhérentes à la rédaction d'une biographie. Est-il possible de percer l'énigme que recèle en lui chaque être humain ? « L'empathie calme la douleur de ne pas savoir » écrit-il. Pour l'auteur effet, l'empathie est le sésame du biographe. Une biographie doit donner à ressentir et à comprendre. Quelle était la personnalité de Kafka, dans quel milieu évoluait-il, par quels faits son époque a t-elle été marquée et dans quelle mesure ont-ils eu un impact sur l'écrivain ? La biographie repose aussi évidemment sur des sources, un savoir, des connaissances. Certains moments de son existence sont mieux connus que d'autres. La volumineuse correspondance de Kafka est, de ce point de vue, une mine incroyable d'informations. Reiner Stach la cite abondamment (notamment celle qu'entretient Kafka avec Felice Bauer, la femme qu'il a voulu épouser).

Le travail réalisé témoigne d'un amour profond pour l'auteur et son oeuvre. La reconstitution proposée est vivante, magnifiquement construite, écrite avec style. le défi de rendre intelligibles les forces et les faiblesses de Kafka (son indécision chronique par exemple), ainsi que les enjeux psychiques complexes qui sous-tendent tous ces textes, est largement relevé. C'est en allant dans les profondeurs de son être que Kafka a tenté de débusquer la vérité et de la traduire en mots.

Kafka est considéré comme un génie de la littérature. Lui-même a pourtant passé un temps infini à s'auto-flageller, à considérer sa personne et son travail comme dérisoires, inutiles, inintéressants. Ecrire était toutefois sa planche de salut, sa raison d'être, il en avait conscience. Son perfectionnisme, son haut degré d'exigence avec lui-même ont été sources de beaucoup de souffrances (son journal et ses lettres en témoignent avec force), mais c'est le chemin qu'il a du prendre pour trouver sa place dans le monde.

Lien : http://inthemoodfor.home.blog
Commenter  J’apprécie          144


critiques presse (5)
LesInrocks
12 décembre 2023
Dans une étude prodigieuse de l’oeuvre de Franz Kafka, Reiner Stach éclaire comme jamais la psyché et les secrets de l’auteur de "La Métamorphose" et du "Procès".
Lire la critique sur le site : LesInrocks
OuestFrance
01 décembre 2023
Conter la vie du père de « La Métamorphose » est un défi. Le biographe allemand l’a relevé en trois tomes qui font déjà référence.
Lire la critique sur le site : OuestFrance
NonFiction
06 juin 2023
Le premier volume d'une nouvelle biographie monumentale de Kafka nous rappelle la complexité de sa vie, de l'émergence de ses livres et de leur réception.
Lire la critique sur le site : NonFiction
LeMonde
27 mars 2023
Pour relater de bout en bout cette existence, Reiner Stach a voué une bonne vingtaine d’années de la sienne, de 1996 à 2014. Comme dans l’édition allemande, le cycle s’inaugure par le milieu, avec un tome consacré à une période courte (1910-1915), mais très documentée et, littérairement, la plus féconde.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LesInrocks
03 mars 2023
À force de détails, déductions et autres recoupements aussi bien factuels que psychologiques, de suggestions et d’analyses, et d’encore plus de détails, Stach parvient à magnifiquement incarner Kafka, à redonner chair, couleurs et désirs à celui dont l’histoire a gardé l’image d’un mythe énigmatique et pâle, maigre et souffrant, en retrait et mystérieux, fuyant, éternel célibataire et écrivain vouant la majorité de son œuvre à la destruction.
Lire la critique sur le site : LesInrocks
Citations et extraits (50) Voir plus Ajouter une citation
« Encore un livre sur Lessing ! consigne Hebbel dans son journal. Et cependant Lessing lui-même pourrait ressusciter, il ne serait plus rien nous dire de de ennuie sur son propre cas. » C'est nommer exactement l'angoisse d'un étudiant de premiere année lorsqu'il découvre la section «  K » d'une bibliothèque allemandes. Kafka au kilomètre. « Analyses globales » défraîchies des années 1950 et 1960, répertoires et commentaires ponctuels, recueil d’articles, volumes de bibliographies vertigineuses mais depuis longtemps éculées, sans oublier les légions innombrables de monographies universitaires consacrées à la structure du fragment X, à l’influence de l’auteur Y, à la notion Z « chez Kafka ». Sur internet, ce n’est guère mieux. L’étudiant américain qui serait assez naïf pour vouloir réunir quelques informations de base à partir du mot-clé « Kafka » aurait le bonheur de choisir entre plus de 130 000 résultats en langue anglaise - soit deux fois plus que pour « Humphrey Bogart », et aussi un peu plus que pour « Goethe ». De fait, on peut douter que Kafka, ressuscité, aurait encore quelque secret pour nous.

Introduction, p. 24
Commenter  J’apprécie          30
« Je hais W., non parce que je l’envie, mais je l’envie aussi. Il est en bonne santé, jeune et riche, et je suis différent en tout. De plus, il a tôt et facilement écrit de très bonnes choses avec un vrai sens musical, il a la vie la plus heureuse derrière et devant lui, je travaille avec des poids dont je ne peux pas me débarrasser et je suis totalement coupé de la musique. »
Commenter  J’apprécie          60
Il est tout à fait inconcevable qu’un lecteur chevronné, parvenu à un haut stade de réceptivité, n’éprouve à aucun moment le choc du génie face aux textes de Kafka – quand bien même il les trouverait austères, abscons, sombres ou cruels. Le monde de Kafka est inhospitalier, il faut du temps pour s’y retrouver. Mais ses phrases vous passent sous la peau, donnent à penser, ne vous lâchent plus.
Commenter  J’apprécie          10
Ces jeunes femmes dans leurs vêtements d’une saleté et d’une négligence en soi insupportables, avec leurs chevelures ébouriffées comme au réveil, leur expression crispée par le bruit incessant des courroies de transmission et les hoquets imprévisibles de leur machine pourtant automatique, ces jeunes femmes ne sont pas des êtres humains, on ne les salue pas, on ne s’excuse pas quand on les heurte, si on les appelle pour une petite tâche elles l’exécutent mais elles retournent tout aussitôt à leur machine, d’un signe de tête on leur indique là où elles doivent intervenir, elles se tiennent là, en jupons, livrées au plus petit pouvoir et n’ont même pas assez de calme dans le jugement pour s’incliner devant ce pouvoir par un regard ou par une révérence et se le concilier.
Commenter  J’apprécie          00
 Un homme affamé en train de manger un bifteck s’intéresse à ce qu’il mange et non, par exemple, au souvenir d’un rêve à propos d’anges portant des hauts-de-forme qu’il lui est arrivé de faire sept ans auparavant ; mais, dans mon cas, tous les volets, couvercles et portes de mon esprit étaient ouverts à la fois à tout moment de la journée.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Reiner Stach (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Reiner Stach
Le premier tome de la trilogie biographique de Franz Kafka par Reiner Stach, considérée comme une référence, vient d'être traduit et publié en France pour la première fois. Nicolas Herbeaux s'entretient avec son traducteur Régis Quatresous et Cécile Guilbert pour évoquer cet ouvrage dense et méticuleux.
#Kafka #litterature #bookclubculture _____________ Venez participer au Book club, on vous attend par ici https://www.instagram.com/bookclubculture_ Et sur les réseaux sociaux avec le hashtag #bookclubculture Retrouvez votre rendez-vous littéraire quotidien https://youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDrqL4fBA4¤££¤7PLKpTasoeXDrqL19¤££¤ ou sur le site https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/bienvenue-au-book-club-part-2 Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture TikTok : https://www.tiktok.com/@franceculture Twitch : https://www.twitch.tv/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : mitteleuropaVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus

Autres livres de Reiner Stach (1) Voir plus

Lecteurs (80) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1677 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *}