AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.77/5 (sur 2419 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Nice , 1962
Biographie :

Laurent Seksik est un écrivain et médecin français, romancier, dramaturge, et scénariste de bande dessinée.

Après ses études médicales, il devient interne des hôpitaux en 1986. À la fin de sa spécialisation en radiologie, il est nommé Assistant Hospitalier Universitaire à la Faculté de Paris en 1991. Il exerce en tant qu’Assistant des Hôpitaux de Paris à Broussais-Hôtel-Dieu, puis comme assistant à l'hôpital St-Michel à Paris.

A 20 ans, il reçoit le Prix Sacha Malo pour un recueil de nouvelles. Laurent Seksik publie en 1999 son premier roman, "Les Mauvaises Pensées". Le livre obtient le Prix Wizo 2000, il est sur la Liste du Prix de Flore et sera traduit dans une dizaine de langues.
Seksik publie son deuxième roman en 2004, "La Folle Histoire", qui obtient le prix Littré.

Entre 2003 et 2006, il a une activité de critique littéraire, anime l’émission littéraire d’I-Télé, Postface, et la chronique littéraire de la Matinale de Canal+ animée par Bruce Toussaint.

En 2015, Seksik publie son septième roman, "L'Exercice de la médecine" (Flammarion), qui obtient le Prix de l'Association Française de Psychiatrie, le Prix du Livre Azur 2016, le Grand Prix de l'Académie de Pharmacie.

Avec sa trilogie, "Les derniers Jours de Stefan Zweig" (2010), "Le cas Eduard Einstein" (2013) et "Romain Gary s'en va-t-en guerre" (2017), il est considéré comme un des maîtres de l'exofiction française.

Dramaturge et scénariste, Laurent Seksik adapte pour le théâtre son roman "Les derniers Jours de Stefan Zweig", relatant les 6 derniers mois de la vie de Stefan Zweig avant son suicide, et écrit le scénario de l'adaptation en bande dessinée du roman, en 2013.

Laurent Seksik co-écrit avec Laurent Delahousse le scénario d'un docu-fiction de 90 minutes sur la vie de Charlie Chaplin. Il obtient l'Award du Meilleur Projet culturel au Festival de la fiction TV de La Rochelle 2013 et l'Award du Meilleur Documentaire International 2014 à la Mostra de Sao Paolo.

Il publie, en septembre 2018, son neuvième roman: "Un fils obéissant" (Flammarion).

+ Voir plus
Source : www.editions-jclattes.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Laurent Seksik   (22)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Nouvel horaire pour l'émission "Le coup de coeur des libraires" sur les Ondes de Sud Radio. Valérie Expert et Gérard Collard vous donne rendez-vous chaque dimanche à 13h30 pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • Des lendemains qui chantent de Alexia Stresi aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/des-lendemains-qui-chantent.html • Franz Kafka ne veut pas mourir de Laurent Seksik aux éditions Gallimard https://lagriffenoire.com/franz-kafka-ne-veut-pas-mourir.html • La Métamorphose de Franz Kafka et Claude David aux éditions Folio Classique https://lagriffenoire.com/la-metamorphose.html • Les derniers jours de Stefan Zweig de Laurent Seksik aux éditions J'ai Lu https://lagriffenoire.com/les-derniers-jours-de-stefan-zweig-1.html • Jusqu'à la chute de Heinz Linge, Thierry Lentz aux éditions Perrin https://lagriffenoire.com/jusqu-a-la-chute-memoires-du-majordome-d-hitler.html • Les mauvaises épouses de Zoé Brisby aux éditions Albin Michel https://lagriffenoire.com/les-mauvaises-epouses.html • Anatomy : Love story de Dana Schwartz et Julie Lopez aux éditions Albin Michel https://lagriffenoire.com/anatomy-love-story-francais.html • Même le bruit de la nuit a changé de Violette d'Urso aux éditions Flammarion https://lagriffenoire.com/meme-le-bruit-de-la-nuit-a-change.html • Tempêtes et brouillards de Caroline Dorka-Fenech aux éditions De La Martinière https://lagriffenoire.com/tempetes-et-brouillards.html • Rosa dolorosa de Caroline Dorka-Fenech aux éditions Livre de Poche https://lagriffenoire.com/rosa-dolorosa.html • de l'eau dans ton vin de Olivia Leray aux éditions Fayard https://lagriffenoire.com/de-l-eau-dans-ton-vin.html • Rugby : mourir fait partie du jeu de Philippe Chauvin aux éditions du Rocher https://lagriffenoire.com/rugby-mourir-fait-partie-du-jeu.html • le sel de la vie : Lettre à un ami de Françoise Héritier aux éditions Odile Jacob https://lagriffenoire.com/le-sel-de-la-vie-collector.html • Histoire de France à pleines dents de Stéphane Hénaut et Jeni Mitchell aux éditions Tallandier https://lagriffenoire.com/histoire-de-france-

+ Lire la suite

Citations et extraits (826) Voir plus Ajouter une citation
Le malheur déteint sur nous et nous ravit notre force. Mais il faut trouver le courage d'agir.
Commenter  J’apprécie          520
Il se demande si le destin est écrit. Et s’il l’est parfois, imprimé dans les livres. Il songe que le destin s’amuse avec les hommes et qu’il se rit de lui.
Commenter  J’apprécie          460
Il se revit enfant, il écoutait son père lui faisant la lecture d'un texte du Talmud racontant qu'un ange veillait sans cesse le médecin dans son activité, l'ange Raphaël, un messager de Dieu censé inspirer chaque médecin dans ses choix.

Raphaël, expliquait son père, venait de l'hébreu. El, qui signifiait Dieu, et Rafa, Médecine. L'ange Raphaël était le Médecin de Dieu. L'ange, au dire de son père, se tenait toujours au côté du médecin, prodiguait à son oreille des conseils, murmurait le nom des meilleures prescriptions, et le médecin, affecté de l'orgueil et de la cécité des hommes, croyait que ces actes provenaient de son esprit, de son intelligence, de sa logique, tandis qu'il ne faisait que retranscrire la parole divine, n’était que le jouet du destin.

La main qui perçait l’abcès, tranchait dans la chair, retirait la tumeur était la main de Dieu.
Commenter  J’apprécie          422
«Je peux vous poser une question plus personnelle ? » demanda-t-il.

Elle dit oui du bout des lèvres.

« Pourrais-je savoir pour quelles raisons vous avez choisi médecine ? »

Elle douta avoir réellement eu le choix. Elle songea que son père, et le père de son père, et Pavel, son arrière-grand-père, avaient peut-être décidé à sa place. Ou bien tout avait commencé dans le désert d'Alexandrie, un des membres de la tribu des Thérapeutes possédant des dons divinatoires avait inscrit Léna Kotev dans le Grand Livre de la Médecine. Et, comme elle se sentait en confiance, elle avoua, réalisant l'incongruité de son propos en même temps qu’elle prononçait ces mots :

« J'ai choisi médecine par esprit de famille. »
Commenter  J’apprécie          420
Un être qui doute [...] est certainement la forme la plus puissante de l'intelligence humaine.
Commenter  J’apprécie          280
Oui, un instant Arieh Kacew, sachant qu'ils mourraient le lendemain ou le surlendemain, lui, sa femme Frida, sa fille Valentine, son fils Pavel, se souvenant combien il avait été heureux, entrevit le fol espoir que son fils, depuis les airs, allait les sauver, les libérer, arracher la Jérusalem lituanienne ou ses ruines des griffes du conquérant allemand, le lieutenant Roman Kacew, de l'escadrille du groupe Lorraine des Forces françaises libres, affilié au 137e Wing, stationné à Hartfordbridge, en mission avec son équipage, aux commandes de son bimoteur Boston III qui portait sous sa coque une tonne de bombes, son fils, officier de l'armée française, petit juif de l'armée des ombres, fils d'un simple fourreur de Wilno, volait juste au-dessus de sa tête, fol espoir des affligés, ivresse de ceux qui ont connu le bonheur en leur vie, déraison de ceux qui vont bientôt mourir, et Roman, à son poste de navigateur, était venu sauver son père, se récondlier avec lui, larguer ses bombes sur Wilno pour permettre à Arieh Kacew, fils de David Kacew, petit-fils de Mordechai Kacew, et aux survivants de sa famille de s'évader, de fuir, de vivre, trois mois, une semaine, de respirer encore le parfum de cette terre où ils avaient vécu, de remplir les poumons de la douceur de l'air en songeant à demain.
Commenter  J’apprécie          370
Mais, plus encore que Moscou, elle adorait Paris. Elle respirait le vent du soir en songeant à la France et se sentait transportée sur les Champs Élysées. Rien n’égalerait jamais Paris dans son esprit et dans son cœur. Sans jamais y avoir mis les pieds, elle se sentait déjà française. Quelle autre nation au monde serait prête à se déchirer pour l’honneur d’un capitaine juif ? Elle pensait à Dreyfus et elle aimait la France. Elle pensait à Paris et sa tristesse s’envolait.
Commenter  J’apprécie          380
Il songe à ce qu’il vient d’entendre sur les ondes, aux discours de haine, au climat de terreur, à son nouveau statut de cible ambulante. Voilà dix ans, on élevait à Potsdam en son honneur la tour Einstein dont l’immense télescope était destiné à vérifier la validité de ses théories. La pureté des lignes de l’édifice le faisait considérer l’œuvre comme majeure de l’architecture expressionniste. Aujourd’hui, il risque son existence en sortant de chez lui.
Commenter  J’apprécie          380
Mon très cher Max, ma dernière volonté : tout ce qui se trouve dans ce que je laisse derrière moi (donc dans la bibliothèque, l'armoire à linge, la table de travail, chez moi et au bureau ou bien dans quelque lieu où cela aurait été transporté et tomberait sous tes yeux, tout, qu'il s'agisse de journaux intimes, de manuscrits, de lettres, écrites par moi ou par d'autres, de dessins, etc.) doit être totalement brûlé sans être lu, de même tous les textes et tous les dessins que toi ou toute autre personne, à qui tu devras les demander en mon nom, pouvez détenir. S'il est des lettres qu'on refuse de te remettre, il faudra au moins qu'on s'engage à les brûler.
Ton Franz Kafka
Commenter  J’apprécie          250
Un jour, alors tout jeune médecin, Pavel s'était vu offrir par un patient une poule pondeuse en remerciement des soins qu'il avait prodigués. Il était revenu remettre ce cadeau aux siens, comme un symbole de réussite, un gage de sérieux, ému de rendre à ses parents le prix des efforts et des sacrifices consentis. Il avait rapporté, tout tremblant d'émotion, la caisse de bois où caquetait la poule - on allait pouvoir manger des œufs à volonté. Son père était parti dans une colère noire :
"Pavel, c'est aux banquiers, aux marchands de s'enrichir ! L'argent corrompt les âmes. Quel salaire, quelle obole seraient dignes des soins que tu as donnés ? Quel prix pour une vie sauvée ? Toute la fortune des Rothschild, les minerais de l'Empire russe, les porcelaines de Pétersbourg, les émeraudes de la tsarine n'y suffiraient pas. Même si le père d'un enfant guéri se dépouillait de tous ses biens, t'offrait sa maison, ses terres, ses chevaux en plus de ses poules, il te serait encore redevable. Ce que tu lui as donné vaut plus que l'or du monde. Alors n'accepte rien, jamais, en supplément de ton salaire ! Poule pondeuse ou pièces d'argent. Toi, tu n'es là que pour servir."
Commenter  J’apprécie          362

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Laurent Seksik (2755)Voir plus

Quiz Voir plus

Où se passe l'action dans ces romans ?

de Albert Camus (France): où se passe l'action de "La peste" ?

Constantine
Alger
Oran

15 questions
76 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..