AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782723492690
48 pages
Éditeur : Glénat (06/02/2013)

Note moyenne : 3.55/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Giuseppe est projectionniste itinérant, sillonnant les routes de Sicile dans sa Dodge de l’armée. On lui remet un jour la bobine d’un film amateur intrigant : on y voit un centaure et un faune des plus réalistes, surpassant largement les effets spéciaux dernier cri ! Il se met alors à diffuser régulièrement ce petit film, qui attire fortement l’attention d’un jeune spectateur, Vito. Giuseppe se prend d’affection pour lui, et tente à la fois d’en apprendre plus sur s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
chocobogirl
  09 février 2013
Dans la Sicile de l'après-guerre, Giuseppe est devenu projectionniste itinérant. Il parcourt les petits villages reculés et offre de grands classiques du cinéma à une foule de spectateurs peu habitués et fort enclins à s'enthousiasmer pour ce nouveau loisir. A l'occasion d'une projection, un vieil homme vient lui confier une bobine de film. Ce film amateur s'avère particulièrement réussi : on y découvre un centaure et un faune particulièrement réalistes. Bluffé par la qualité des effets spéciaux, Giuseppe le propose alors avec succès lors de ses tournées. Mais bientôt, un jeune garçon en fuite, Vito, s'y intéresse de près. Intrigué, Giuseppe va aider ce dernier et ignore encore que cette rencontre va l'entraîner où le mythe rejoint la réalité.
Nouvelle série de Eric Stalner après La zone, Vito s'annonce sous d'excellents auspices ! L'auteur revient ici à un travail en couleurs directes et retrouve un univers fantastique qui flirte avec le réalisme sicilien.
Vito met donc en scène Giuseppe, un jeune homme solitaire et timide qui peine à se déclarer auprès de la belle Carlotta. Alors qu'il passe ses journées à parler à son chien Barto, sa rencontre avec Vito va quelque peu bouleverser ses habitudes. Ce dernier semble fuir sa famille pour des raisons que je vous laisse découvrir et Giuseppe va s'attacher à ce garçon quelque peu mystérieux qui cherche des sources familiales dans ce film amateur.
Voilà un scénario parfaitement mis en scène. L'intrigue progresse bien et lève peu à peu le voile sur l'identité de Vito et ses spécificités. Partant d'une base tout à fait réaliste, le récit bascule petit à petit dans un univers fantastique qui s'installe à petites touches avec beaucoup de fluidité. le monde des faunes et des centaures n'est peut-être pas loin et la suite de l'histoire viendra le confirmer, sans aucun doute ! Les deux personnages principaux sont fort bien représentés et on ne peut que s'attacher à la solitude de l'un et à la détresse de l'autre.
Du côté du dessin, nous sommes aussi particulièrement gâtés ! Stalner réalise ici un magnifique album en couleurs directes. Les décors sont riches et soignés, les personnages, très expressifs. Nous sommes en Méditerranée et ça se sent. La couleur est riche de mille nuances et les jeux d'ombre et de lumière sont remarquables.
Vous l'aurez compris, je n'ai vraiment rien à redire devant cet album de grande qualité !
Aussi en attendant avec impatience la suite de cette histoire qui ne fait que commencer et laisse son cota de sombres mystères, je ne peux que vous enjoindre à la découvrir !
Un album à ne pas rater !
Lien : http://legrenierdechoco.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
IreneAdler
  26 février 2013
Un fragment de pellicule, donné par un vieil homme, parvient entre les mains de Giuseppe, projectionniste itinérant en Sicile. Bluffé par la technique et la qualité des effets spéciaux, il le diffuse régulièrement.
Croyant y reconnaître son père, Vito se lie avec Giuseppe et convainc de l'emmener sur les lieux du tournage. Et se retrouvent avec une des plus anciennes familles siciliennes aux basques.
Retour en pleine lumière de la mythologie gréco-latine. Au cinéma, excusez du peu. Et dans une bande dessinée au scénario impeccable, tout comme le graphisme ; chaque case est un tabealu à elle seule.
Vous en voulez encore ? Ca tombe bien, un tome 2 est prévu !
Commenter  J’apprécie          40
Coeurdechene
  20 janvier 2014
Que faire lorsque l'on a entre les mains un trésor ? Quelque chose d'inconnu et de révolutionnaire ? le montrer au plus de gens possible, bien sûr ! Au risque de tomber sur celui qui sera directement concerné...
Sicile, 1947.
Giuseppe va de village en village avec sa camionnette et son matériel. Il est projectionniste itinérant et vit des rêves qu'il a et du plaisir des autres.
Et surtout, il vit pour ce moment spécial, juste après la séance, lorsqu'il enclenche une vieille bobine contenant un film inconnu. du moins, un extrait de film, car la bobine est abîmée.
Mais en fin connaisseur, il sait toute la valeur de ce qu'il a entre les mains. Quelque chose d'unique. Et sa vie se résume à une succession de villages, de films et à ces dix petites minutes volées au public, après la séance, où il projette ce mystérieux film encore et encore. Un film sur lequel on voit très nettement des êtres fantastiques, un centaure et un faune. Trop nettement pour la qualité des effets spéciaux de l'époque.
Un soir, il rencontre Vito, un jeune homme fortement touché par le film qui va rapidement se prendre d'amitié pour Giuseppe. Et lui ouvrir les portes d'un tout autre univers.
En quelques planches, Eric Stalner nous fait voyager dans le temps, jusqu'à la Sicile de l'après-guerre qu'il peint à travers les yeux de Giuseppe et des films projetés. Mais bien vite on s'éloigne de l'aspect historique pour partir dans le conte fantastique en passant par la chasse à l'homme. le récit, servi par un dessin fouillé, nous entraîne dans la Sicile profonde, à la suite de Giuseppe en quête de réponses et de Vito en quête d'identité.
L'histoire se développe lentement, pierre à pierre, et si l'intrigue part rapidement elle met du temps à prendre de l'ampleur.
Pourtant, le récit reste intéressant. Troublant, du point de vue des personnages. Les informations sont distribuées avec parcimonie, peut-être un peu trop, ce qui bride légèrement le développement de l'histoire.
Ce volume est clairement un volume d'ouverture qui ne fait qu'attirer le lecteur en lui faisant miroiter beaucoup dès le départ et patienter ensuite jusqu'au final pour réellement le prendre au piège de l'histoire et lui faire attendre le tome suivant avec impatience.
Un ouvrage qui se révèle lentement, mais qui tient toutes ses promesses sur la fin, faisant présager énormément de choses pour la suite de l'histoire.
Lien : http://www.biblioblog.fr/pos..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
l-ourse-bibliophile
  09 juillet 2013
Premier point, l'histoire est intéressante. C'est un bon début. C'est un mélange de mythologie et de cinéma dans le paysage sicilien (quoi demander de plus ?), de recherche des origines et de différence. Cet univers mythologique qui s'installe peu à peu dans la réalité avec ses faunes et ses centaures est des plus séduisants. Et l'on se laisse facilement embarquer… pour trop peu de temps. On regrette que la bande dessinée ne fasse que 48 pages.
Mais ce qui m'a amenée vers cette bande dessinée, ce sont les dessins. C'est essentiel. Evidemment, il vaut mieux que l'histoire soit intéressante, mais les illustrations sont primordiales. Et là, elles sont simplement magnifiques. Les dessinateurs capables de réaliser des illustrations aussi belles, aussi réalistes, aussi captivantes restent pour moi un mystère et un émerveillement sans fin.
Je ne pense pas que ce sera la bande dessinée qui marquera ma vie car elle est courte et, même si l'histoire est sympa et les personnages attachants, n'a rien de bouleversant, mais je me souviendrai en revanche d'un grand plaisir pour les yeux
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
liratouva2
  09 mai 2013
En Sicile, un soir de 1947, Giuseppe, un projectionniste ambulant de cinéma qui parcourt l'île en camionnette avec son chien, vient de diffuser King kong, quand il reçoit la visite d'un vieil homme. Celui-ci lui remet la bobine d'un film de 1929, totalement inconnu, qui raconte
l' histoire étonnante d' un centaure et d'un faune à l'aspect parfaitement réel. Giuseppe dès lors le présente chaque soir, de village en village.
Il attire vite ainsi l'attention de Vito, un jeune homme très mystérieux, persuadé de reconnaître son père sur ce film. Il lui demande d' être embauché, prétendant être menacé par sa propre famille qui veut le retenir près d'elle à tout prix. On sent d'obscurs secrets flotter autour de lui, lourds de dangers et de mystères. Giuseppe éprouve une grande sympathie pour lui, ce qui le pousse à prendre son parti et à le protéger.
Une violente course poursuite avec des personnages étranges et dangereux s'engage alors jusqu'au coeur de l'île, dans le village de Mazzarino, haut perché sur une montagne.
Tout ne fait que commencer et on devine que le côté fantastique du récit va prendre de l'ampleur par la suite.
J'ai particulièrement aimé le mélange de réalisme et de mythologie sur cette terre qui garde tellement de traces de son passé glorieux de Grande Grèce. Les paysages sont restitués de manière magnifiquement réalistes. J'espère seulement que les personnages seront plus approfondis de façon à me permettre de mieux m'y attacher. Quoi qu'il en soit c'est un début de série attachant et suffisamment étrange pour éveiller ma curiosité et me donner l'envie de connaître la suite.
Lien : http://liratouva2.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (4)
BulledEncre   02 avril 2013
Éric Stalner distille ça et là des pistes et au final le lecteur a quelques idées de ce qui peut l’attendre dans le prochain tome. Tout cela concerne l’univers de cette série à mi-chemin entre monde réel et monde parallèle mais aucunement l’intrigue en elle-même.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BDGest   02 avril 2013
La balade sicilienne se révèle plaisante grâce au talent de dessinateur de l’auteur. Ses personnages sont soignés et évoluent dans des décors évocateurs, très réalistes mais jamais surchargés. Rehaussées par des couleurs directes douces de qualité, les planches sont attirantes et compensent la petite insuffisance de consistance du récit.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   14 mars 2013
Le rythme est soutenu, le dessin est magnifique d’élégance et donne aux personnages une présence presque palpable, tout concours à faire de cet album, premier de la nouvelle série de Stalner, un réel ravissement.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Auracan   22 février 2013
il nous surprend une fois de plus avec un scénario bien construit, et dont les dernières pages nous laisse sur notre faim. Ce premier volume mèle agréablement réalisme et mythologie, la suite s'annonce des plus savoureuses.
Lire la critique sur le site : Auracan
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
IreneAdlerIreneAdler   26 février 2013
[Gino] Bééééééééééé ! Te voilà, petit bouc ! Tu vas retourner dans ta cage !
[Vito] Tu as toujours été... stupide, Gino ! Tu sais ça ?!
Commenter  J’apprécie          30
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   21 octobre 2013
Ce n'est pas parce qu'on ne voit pas quelque chose qu'il n'existe pas.
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
Videos de Éric Stalner (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Éric Stalner
Eric Stalner en interview pour planetebd.com .Sur planetebd.com, on qualifie souvent son dessin de « romantique »... Lui préfère qu'on dise que son dessin « a une âme ». C'est une question de vocabulaire, car dans tous les cas, le trait réaliste d'Eric Stalner fait partie des plus élégants, des plus raffinés (et des plus appréciés) de la BD en ce début de XXIème siècle. le dessinateur ?uvre dans beaucoup de registres, de l'Historique comme sa récente évocation du massacre de la Saint-Barthélemy (mais aussi le Boche, le roman de Malemort...), à l'anticipation (la zone, Voyageur) ou le polar (L'art du crime, Blues 46, la liste 66). Une petite interview en terres bretonnes (Quai des bulles 2016) pour le découvrir...
+ Lire la suite
autres livres classés : mythologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3745 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre