AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : Michel Lafon (08/02/2018)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 18 notes)
Résumé :
La timide Tuva n'a pas grand-chose en commun avec ses camarades de classe. Elle ne se sent bien que sur l'île où elle habite, dans l'archipel de Stockholm dont elle connaît chaque recoin. Mais, alors que l'automne arrive, le changement se profile dans ce havre si tranquille. Des gens disparaissent en mer, des ombres se cachent sous les vagues et d'étranges lueurs éclairent la forêt. Lors d'une sortie, l'un des élèves s'évapore à son tour. La jeune fille se retrouve ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
calypso
  25 février 2018
Je n'ai jamais lu aucun de ses romans mais je savais, avant de démarrer ma lecture, qui était Viveca Sten. L'auteure suédoise a délaissé pour un temps ses polars pour se lancer dans l'écriture d'une trilogie fantastique destinée aux adolescents avec sa fille. Si on laisse de côté quelques clichés assez répandus dans la littérature adolescente, le pari est plutôt réussi et je ne doute pas que La Fille de l'eau, le premier tome de la saga, saura trouver son lectorat.
L'héroïne, Tuva, a douze ans. Honnêtement, j'ai manqué cette information et j'ai lu une grosse partie du roman en pensant qu'elle était légèrement plus âgée… J'aurais dit 14 ans, peut-être en raison de sa maturité… Quoi qu'il en soit, la jeune fille est plutôt solitaire, rejetée par des camarades déjà peu nombreux : 40 élèves dans l'école, du CP à la 3ème. Tuva s'y rend chaque jour dans une petite embarcation à moteur, conduite par Östermann, qui passe d'île en île pour récupérer les élèves. Un jour, lors d'une course d'orientation en forêt organisée par son professeur d'EPS, un de ses camarades, Axel, disparaît mystérieusement… Cette disparition a-t-elle un lien avec les cauchemars qui viennent troubler ses nuits depuis plusieurs semaines ? Et que dire de ce qu'elle a ressenti et vu dans la forêt au moment où la disparition a eu lieu ? Poussée par les enquêteurs à avouer tout ce qu'elle sait, Tuva trouvera un allié en la personne de Rasmus, un de ses camarades, arrivé depuis quelques mois seulement dans sa classe.
Notre connaissance et notre compréhension des événements progressent en même temps que celles de Tuva puisqu'elle est l'unique narratrice du roman. On est en plein dans le topos de l'adolescente pas forcément bien dans sa peau et surtout isolée, en cela le roman manque un peu d'originalité. Cela dit, cela permet de brosser le portrait d'une adolescente proche de la nature et sensibilisée aux superstitions locales, contrairement à ses camarades qui ont des préoccupations d'adolescents. Mais le roman est original en raison du lieu où les événements se déroulent (l'archipel de Stockholm), un lieu propice au mystère et parfois angoissant, et surtout un lieu baigné de mythologie où les farfadets et autres esprits malicieux ont toute leur place. Ce n'est donc pas juste une histoire de disparition mais un hymne à la mythologique nordique à travers les croyances ancestrales révélées au fur et à mesure du roman. C'est plutôt bien ficelé. Les auteures ont également pris soin de glisser dans leur roman quelques allusions à un sujet qui leur tient visiblement à coeur : l'écologie. Les « quelques faits sur la mer Baltique » livrés à la fin du roman font froid dans le dos. On attend bien évidemment du tome 2 qu'il nous livre des compléments d'information sur les révélations faites.

Lien : http://aperto.libro.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Aelynah
  05 mars 2018
Je n'ai pas encore été attirée par les chants des sirènes des auteurs nordiques mais cela pourrait bien changer avec cette mère et sa fille suédoises et leur roman à quatre mains.
Tout y est pour faire un bon polar.
Une disparition. Une ambiance lourde et sombre. Des ennemis insidieux et fantomatiques.
Des mystères.
Nous sommes dans l'archipel de Stockholm. La météo de ce début d'automne vire déjà au froid et la brume est lourde et terrifiante.
Tuva est collégienne. La différence pour elle c'est que pour aller à l'école elle doit se déplacer en bateau et attendre chaque matin le bateau-bus qui la conduira ainsi que certains de ses camarades sur l'île de leur collège.
Ce matin-là il y avait une brume à couper au couteau et pourtant les professeurs avaient décidé de ne rien changer au programme et de laisser se dérouler la course d'orientation comme prévu.
Hélas c'est le drame !
Un des enfants disparaît. Tuva et l'un de ses camarades sont concernés en quelque sorte par cette histoire. Ils ont été témoins de quelque chose. Pourtant ils n'en touchent mot aux adultes de peur d'être moqués ou plus simplement pris pour fous.
Que s'est-il passé ce matin-là pour que Tuva doive secourir son camarade ?
Pourquoi, depuis lors, sent elle derrière elle lorsque la nuit tombe et la mer l'entoure une présence dangereuse et sournoise ?
Pourquoi ces cauchemars ?
C'est dans ce contexte lourd et tendu que Camilla & Viveca Sten nous emportent sous le ciel nordique au coeur d'un archipel d'iliens pour qui les histoires de marins, les superstitions sur la mer ne sont pas des histoires de bonne-femme à se raconter au coin du feu pour se faire peur.
L'île des disparus avance jour après jour et nous embarque à la suite de Tuva. Elle nous pousse à l'écouter là où les autres la rejettent. Elle nous pousse aussi à chercher la vérité derrière les superstitions.
Alors quand les événements commencent à s'enchainer, mystérieux et presque terrifiants. Que les créatures marines de nos cauchemars semblent s'ébrouer avant le grand réveil. Que la réalité devient si lourde et si terrifiante que vous préférez fortement être à votre place qu'à la sienne.
Alors vous savez que ces deux femmes ont trouvé l'ingrédient qui va vous tenir en haleine d'un bout à l'autre de ce récit. le polar de départ glisse alors doucement vers le fantastique et vous prend dans ses filets, vous étreint de ses longs doigts crochus et laisse couler quelques gouttes glacées au creux de votre cou.
Laissez-vous emporter vers les rivages nordiques, dans leurs superstitions et mystères et à la suite de Tuva et de son ami, frémissez de froid, de peur et d'incertitude.
Un premier tome qui m'a fait découvrir ces régions magnifiques, ces hommes et femmes simples et courageux mais aussi leurs légendes et leurs superstitions. Rien de tel pour donner envie d'en découvrir plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Walkyrie29
  24 mars 2018
L'Art et la manière de mêler astucieusement contes et légendes nordiques, écologie et croyances marines. Méfiez – vous des choses cachées au creux des vagues, méfiez – vous des apparences trompeuses et mélodieuses, soyez attentifs au peuple ancien tapi dans l'ombre qui s'abîme dans les dérives de l'être humain…
Dans l'Archipel de Stockholm au coeur de la Mer Baltique, Tuva vit sur l'île d'Harö. Chaque jour pour se rendre au collège, elle prend la navette dirigée par Österman, traversant les flots et les vagues dans une nausée récurrente où l'angoisse des fonds marins fait appel à elle. Tuva est bien les pieds sur terre et dans cet Archipel natal, pourtant une menace semble gronder au large, dans les profondeurs, elle le sent et déteste ce que la mer cache dans son ventre noir et abyssal, des disparitions inexpliquées. Tuva a douze ans, elle est différente, plus solitaire, plus petite que les autres qui ne s'intéressent pas à celle qu'il considère comme « perchée » et peu fréquentable depuis son plus jeune âge, se moquant d'elle. Aujourd'hui, Tuva joue les indifférentes, tente d'échapper à ces regards et à ces contacts plus blessants qu'autre chose. Lors d'un cours d'orientation, les élèves se lancent dans une brume épaisse et dangereuse au coeur de la forêt, Tuva est seule et rapidement observe un camarade de classe, Rasmus, qui titube, le regard dans le vide, de drôles de lumière lui tournant autour, et s'enfonçant profondément dans la forêt, il est seul et ne devrait pas l'être, la course se faisant en binôme. Elle réussit à l'interpeller et siffle l'alerte pour appeler à l'aide. Rapidement, on apprend que l'ami de Rasmus a disparu, ce dernier et Tuva sont interrogés par la police. C'est le début d'une aventure et d'une enquête qui viendront révéler bien des choses à Tuva.
Ce premier opus de l'île des disparus assure une ambiance très particulière, on est dans l'Archipel de Stockholm au début de l'automne, les dernières « chaleurs » se sont, depuis longtemps, évaporées, laissant l'humidité et le froid s'installer. Les nuits sont plus longues, et la brume angoissante et dense. Un contexte environnemental propice à instaurer une atmosphère éprise de contes et légendes où les croyances des vieux marins ou des anciens des îles refont surface pour expliquer des disparitions étranges et irrésolues. le décor est posé et il est très difficile de ne pas complètement s'y immerger. Personnellement, j'aime beaucoup ce genre d'atmosphère sombre et étrange qui invite aisément l'aspect fantastique, à y croire aussi davantage, une île paradisiaque ensoleillée avec un océan calme et tout est différent. C'est le premier bon point de cette série, l'environnement, le décor, le mer et ces îles de l'Archipel petites et désertées.
Ensuite, il y a les personnages, à travers cette panoplie de protagonistes fort réalistes, les auteures dressent les portraits, et les problèmes qui vont avec, d'individus dans une société qui se perd facilement dans le chômage, l'alcool et les difficultés financière, on est loin de la prospérité de la capitale. Dans ces îles les gens sont seuls, éloignés de tout, et subissent de nombreuses difficultés, le revers du décor paradisiaque dans lequel ils vivent finalement, dès que les beaux jours s'éteignent, la société tente de survivre à l'automne et à l'hiver. Tuva est une jeune adolescente dont les parents vivent ces travers, elle est intéressante dans sa solitude imposée par les autres, elle est mâture, intelligente, mais se laisse cependant trop dominée et s'efface pour éviter le contact des autres. J'ai beaucoup aimé Tuva, pour sa force et son courage, sa détermination aussi, pour sa façon de réussir à outrepasser ses angoisses, ses peurs pour aider ceux qu'elle aime, pour sa sensibilité. Elle sera rapidement aider par Rasmus dans cette quête de vérité : que se passe t-il réellement dans l'Archipel ? Pourquoi ces disparitions inexpliquées ? Que recèle les profondeurs de la mer ? Que signifie ces recommandations des anciens ? Et qu'est ce qui se cache dans la forêt ? Rasmus est un personnage différent, il vient de la capitale, ses parents sont aisés, et rapidement il devient assez populaire malgré qu'il soit nouveau. Pourtant, il va se tourner vers Tuva et lui faire confiance, quitte à croire l'inimaginable. Il a un véritable rôle de soutien, important pour permettre à Tuva d'avancer.
Les révélations et le dévoilement au fur et à mesure des mystères et des secrets, qui peuplent les fond marins mais aussi les forêts, sont aussi très bien amenés et bien ficelés dans l'intrigue. On pose des bases réalistes et peu à peu l'on dérive vers toute une mythologie, des légendes du peuple ancien, où des créatures viennent s'inviter à la partie. Méfiez – vous du noir, lorsque le soleil se couche, au large l'enfer se réveille et menace chaque traversée maritime nocturne. Tuva et Rasmus devront faire face à des dangers et à des choses qui dépassent tout entendement pour les autres adolescents déjà bien éloignés de leurs croyances ancestrales. Les auteures ont choisi des thèmes sensibles et forts, la richesse de la mythologie propre à leur pays d'origine mais aussi de cette culture, de ses us et coutumes qui se perdent dans le coeur de cette nouvelle génération. Elles ajoutent également une forte idéologie écologique évoquant la terrible pollution qui menace les écosystèmes de la mer Baltique. Des notions qui me parlent bien évidemment, les êtres de légende, la mer, l'écologique, et cette ambiance froide et brumeuse où l'angoisse se mêle à l'ébahissement de tant de beauté naturelle, il n'en fallait pas plus pour que je succombe à cette fabuleuse histoire !
En bref, ce premier tome est prenant et promet une histoire bien amenée où les créatures fantastiques côtoient des idéologies écologiques, les personnages sont beaux et attachants et l'environnement magnifique. En prime le roman se termine sans aucun stress pour le lecteur puisque le roman se suffit à lui-même. La boucle de cette première histoire est bouclée ! Je suis très impatiente de lire le second tome.
Je remercie les éditions Michel Lafon et plus particulièrement Camille pour l'envoi de ce très bel ouvrage.
Lien : https://songesdunewalkyrie.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
argali
  15 février 2018
Tuva a 13 ans et, le moins qu'on puisse dire c'est qu'elle n'est pas intégrée à sa classe. Depuis son plus jeune âge, les autres se moquent de sa réserve, de ses silences et des cicatrices qu'un accident lui a laissé dans le cou. Elle a donc appris à vivre à l'écart et n'a pas d'ami.
Depuis la rentrée, elle fait d'étranges cauchemars dont elle s'éveille suffocante et terrifiée. Elle se voit à chaque fois se noyer en mer. Quand Alex, un garçon de sa classe disparait, cela ne fait qu'empirer. Elle a maintenant des visions et entend des voix. Est-elle en train de devenir folle.
Ce roman jeunesse est efficace d'un bout à l'autre. Une fois ouvert, impossible de le refermer sans connaitre le fin mot de l'histoire. Et on n'est pas déçu par les rebondissements et les surprises. Les auteures nous proposent ici un récit au réalisme magique tout à fait plausible pour qui aime les légendes, les mystères et la mythologique scandinave. Dans cette religion panthéiste offrant une large place à la femme et à la nature, on accorde une place privilégiée aux elfes, lutins et autres créatures magiques. Les unes étant bonnes et protectrices des humains, les autres maléfiques et souhaitant leur fin. Encore faut-il que les hommes les respectent et y croient et s'appliquent à protéger leur territoire : la nature. Or, la pollution n'a jamais été si grande et la mer Baltique se meurt, asphyxiée par les déchets et les produits chimiques qui y sont déversés.
Le décor est planté.
Ce premier tome se clôt sur des révélations bouleversantes mais que les auteures ont habilement amenées tout au long du récit. On n'est donc pas surpris mais on se demande qui finira par l'emporter et résoudra le problème qui a amené les forces du mal à se réveiller d'un si long sommeil.
Ce roman fantastique est également un récit initiatique. Il permet à Tuva de trouver sa place parmi les autres et la verra s'éveiller à une série de sensations et sentiments dont elle se pensait exclue.
Le tome se termine par un mini dossier plaidoyer pour la sauvegarde de la mer Baltique. Il nous livre des chiffres et des faits concernant la pollution qui y sévit et les raisons d'une prise de conscience urgente pour sauver cet écrin. 90 millions d'habitants vivent dans les neuf pays qui l'entourent.
J'ai pris plaisir à découvrir ce roman jeunesse et suis curieuse de connaitre la suite. Il mêle avec doigté aventure, découverte amoureuse, légendes, mythes fondateurs et mystère. Un cocktail mesuré que j'ai trouvé rafraîchissant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
InMyBookWorld
  21 mars 2018
Je ne connaissais pas l'auteure avant de lire ce roman, donc je ne suis pas déçue comme je l'ai vu pour certains qui s'attendaient à une nouvelle enquête criminelle. Il suffisait pourtant de lire le résumé...
Car il est très clair que quelque chose d'inhabituel se passe sur cette île, quelque chose qui dépasse l'entendement et qui va nous conduire tout droit dans une histoire où les légendes sont bien réelles et où la mythologie nordique prend vie, pour notre plus grand plaisir :)

L'ambiance est géniale ! enfin, non elle ne l'ai pas dans le sens où on aimerait trop y être, c'est même plutôt le contraire, je n'ai jamais été aussi heureuse de ne pas vivre sur une île ^^ C'est super réussi, la plus grande réussite de ce récit ! Une ambiance oppressante, froide et dangereuse. La mer nous apparait lugubre, elle ne nous fait plus rêver. Elle est menaçante.
Notre héroïne vit donc sur cette île, elle doit prendre un bateau navette pour se rendre à l'école tous les jours, comme pour le reste des activités, pas grand chose ne se fait sans devoir prendre la mer. Tuva est attachante. Elle subit un peu sa vie, sans trop savoir où est sa place. Ses camarades le lui rendent bien, et lorsque l'un d'eux disparait, Tuva est de suite suspectée. Par la police mais aussi par les élèves, qui ont toujours vu en elle une sorte de monstre.
Heureusement, Tuva va trouver de l'aide et surtout une oreille attentive en la personne de Rasmus. Ensemble, ils vont mener l'enquête et partir à la recherche d'Alex.
Bien sûr, Tuva était loin de s'imaginer tout ce qu'elle allait trouver...
L'histoire est prenante et agréable à lire, grâce aux styles des auteures mais aussi à des chapitres courts qui entrainent bien la lecture. Évidemment, on meurt aussi d'envie de connaitre le fin mot de cette histoire, même si les indices laissés ici et là par les auteures nous donnent déjà pas mal d'indications.
L'autre réussite, c'est le côté écologique mis en avant par les auteures. On découvre pourquoi certaines créatures ont disparu, et on peut très facilement faire le lien avec les animaux, et à quelle vitesse nous détruisons notre belle planète. D'ailleurs, les auteures ont donné quelques petites précisions et conseils pour améliorer cela, sans que ce soit moralisateur, au contraire.

En bref, un roman jeunesse qui nous plonge au coeur des légendes et de la mythologie nordique avec réussite ! L'ambiance est glauque, oppressante et le suspens nous tient en haleine jusqu'à la toute dernière page !
Lien : http://www.inmybookworld.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   13 février 2018
Lorsque le petit bateau à voile s’écarta du ponton, le temps était calme, mais des nuages bas planaient à l’horizon. Ils emmenaient leur fille en mer pour la première fois.
– On est sûrs que c’est prudent ?
L’homme interrogea sa femme du regard. Elle répondit en opinant doucement. Elle connaissait bien la mer et voulait que sa fille apprenne à l’aimer. L’enfant dormait, abandonnée dans ses bras. L’eau était claire et lisse.
Le ponton disparut rapidement derrière eux. Le premier
coup de vent se fit à peine sentir. Il n’était que quinze heures, mais le soleil semblait sur le point de se coucher. Les vagues se levèrent peu à peu, déchirant la surface de l’eau et battant la coque du navire. L’écume éclaboussait la cabine, les voiles se gonflaient, prêtes à craquer.
La femme serrait sa fille fort dans ses bras. À présent,
une odeur glaciale annonçait la pluie. La petite se réveilla et regarda autour d’elle de ses grands yeux gris. Le ciel s’assombrit d’un coup.
– On doit faire demi-tour ! cria l’homme pour couvrir
les sifflements du vent.
Cette fois, la femme approuva d’un vif hochement de tête, serrant sa fille plus fort encore. La petite, enveloppée dans une couverture, ne bougeait pas un cil. On eût dit qu’elle flairait le danger. L’homme tenta de virer de bord, mais la tempête les avait trouvés. La pluie tombant à verse fouettait les voiles. La fillette gémit et se tortilla dans les bras de sa mère.
Il était trop tard pour revenir.
La mère entonna une chanson, mais le vent cinglant
avalait la mélodie. Les vagues grossissaient, menaçant
d’engloutir l’embarcation.
– Je ne vois plus rien ! s’écria l’homme.
Sa voix se noya dans les hurlements de la tempête. La mère se redressa pour regarder au loin, tout en pressant l’enfant contre sa poitrine. Quelques secondes plus tôt, elle apercevait encore les îles qu’elle connaissait depuis son enfance. Mais à présent, elle ne discernait plus rien. Dans la pénombre, les îles avaient disparu. L’horizon et le ciel s’étaient transformés en une grande nuée grise.
Un décor inconnu et effrayant.
La peur s’abattit sur elle comme une lourde pierre.
– Attendons que ça se lève ! s’écria-t-elle. Essaie de
nous mettre à l’abri !
Le bébé hurlait.
Pendant un instant, le temps sembla s’arrêter. Une vague passa par-dessus le bastingage, telle une créature maléfique déchaînée. La femme vit le fond du bateau disparaître sous ses pieds et le voilier chavira. Jamais le rythme du monde ne lui avait semblé si rapide et si lent à la fois.
Elle sombra dans le chaos, cernée d’eau et de grondements. Elle remonta à la surface après quelques
secondes. Sans même qu’elle en ait conscience, des cris
s’échappèrent de sa bouche :
– Où est-elle ? hurlait-elle, encore et encore, d’une
voix éraillée.
L’homme plongea dans les profondeurs à la recherche de l’enfant. La femme s’élança à son tour, se débattant dans les courants et se forçant à ouvrir les yeux dans l’eau noire et glaciale. Plus la cruelle réalité s’insinuait en elle, moins elle pouvait l’accepter.
La mer lui avait pris sa fille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
calypsocalypso   25 février 2018
Lorsque nous accostons, la coque heurte le ponton et de l'eau jaillit par-dessus bord et arrose mon jean. Ce choc froid réveille mes cauchemars.
Un bain gris et gelé. Une fumée brûlante qui m'emplit la gorge, comme du feu embrasant mes poumons. Et la surface tout en haut, si loin.
Depuis des semaines, je rêve chaque nuit que je me noie.
Commenter  J’apprécie          230
JangelisJangelis   04 mars 2018
Personne ne voulait leur donner de nom, de peur de leur attribuer de la force. Nommer quelque chose, c'est reconnaître son pouvoir.
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaouirkhettaoui   18 mars 2018
Comme il ne croit pas lui-même à ce qu’il nous demande de faire, personne ne lui obéit. À cinquante ans passés, il est le plus âgé de nos profs. Mais il a une voix claire et fragile, qui tremblote quand il est offusqué. Axel l’imite souvent, d’un ton moqueur et indolent. Je dois admettre que parfois ça me fait rire, même si je regrette ensuite de m’être moquée.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   18 mars 2018
Courir seule ne me déplaît pas. C’est toujours mieux que si le prof me forçait à faire équipe avec quelqu’un. Ou, pire, s’il me mettait avec un binôme déjà formé.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Viveca Sten (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Viveca Sten
La Reine de la Baltique de Viveca Sten aux éditions Livre de Poche
Un corps retrouvé sur une plage de l?île de Sandhamn, au large de Stockholm? Suicide ? Noyade ?... L?inspecteur Thomas Andreasson, un habitué de ce petit bout de terre jusqu?alors paradisiaque, est chargé de l?enquête. Nora Linde, une amie d?enfance devenue avocate et dont la perspicacité est redoutable, lui propose son aide. Mais l?été vire au cauchemar quand une femme est assassinée dans sa chambre d?hôtel. Et si, désormais, plus personne n?était à l?abri ? Avec les enquêtes d?Andreasson et Linde qui ont fait d?elle une véritable star en Suède, Viveca Sten s?impose comme une des nouvelles grandes voix du polar nordique.
Un équipage chaleureux, un scénario bien ficelé, et surtout le portrait ingénieux de ces îliens du Nord. Pas de doute, Viveca Sten devrait se frayer une belle place dans les bibliothèques françaises. Marianne Payot, L?Express.
Sélectionné parmi les 10 meilleurs polars de l?année par le magazine Lire. Viveca Sten a déjà conquis plus d?un million de lecteurs.

Au coeur de l'été de Viveca Sten et Rémi Cassaigne aux éditions Albin Michel
Week-end de la Saint-Jean sur l'île de Sandhamn. Les jeunes fêtards ont envahi les pontons, le port grouille de bateaux blancs. Musique à fond et alcool à flots. Nora Linde s'apprête elle aussi à célébrer la Saint-Jean avec son nouveau compagnon Jonas et sa fille Wilma. Mais la fête tourne au cauchemar lorsque, dans la nuit, Wilma disparaît. le lendemain matin, le cadavre d'un garçon de seize ans est retrouvé sur la plage. L'inspecteur Thomas Andreasson, l'ami d'enfance de Nora, est dépêché sur les lieux. Les premiers éléments de l'enquête lui en révèlent toute la difficulté, chacun ayant sa propre version des faits. Qui est la victime et qui le meurtrier de cette nuit d'été ? Viveca Sten est désormais une figure incontournable dans le paysage du polar suédois : après Les Secrets de l'île, la nouvelle enquête de l'inspecteur Thomas Andreasson et de Nora Linde, le couple qui a inspiré la célèbre série télévisée Meurtres à Sandhamn diffusée sur Arte.
http://www.lagriffenoire.com/72041-divers-polar-au-coeur-de-l-ete.html
Vous pouvez commander Au c?ur de l'été et La reine de la Baltique sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : légendes nordiquesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1405 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .