AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782021426526
432 pages
Éditeur : Seuil (01/10/2020)
3.59/5   175 notes
Résumé :
Comment tout un village peut disparaître sans laisser de traces ?

1959. Silvertjärn. La population de cette petite cité minière s'est mystérieusement évaporée. A l'époque on a seulement retrouvé le corps d'une femme lapidé et un nourrisson.

De nos jours, le mystère reste entier.

Alice Lindstedt, une documentariste dont la grand-mère est originaire du village, part avec une équipe explorer la cité fantomatique, en quête de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (93) Voir plus Ajouter une critique
3,59

sur 175 notes

Jeanfrancoislemoine
  28 septembre 2020
Je tiens tout d'abord à vivement remercier les Éditions du Seuil et toute l'équipe de Babelio qui m'ont permis , par l'intermédiaire d'une masse critique privilégiée, de découvrir ce roman de Camilla Sten avant même sa parution en librairie .
Ce " Village Perdu " , c'est tout d'abord une couverture " d'ambiance " : une église, un cimetière, seuls éléments visibles dans un décor nimbé de brumes oppressantes . Pas âme qui vive . Imaginons un village , pourquoi pas celui de Silvertjarn où s'installe une équipe de jeunes gens venus là tourner un documentaire , et pas par hasard . C'est ici même, qu'en 1959 ,toute une population s'est évaporée , ne laissant détruire elle qu'un corps de femme lapidé et un nourrisson.....Quelle vaste et périlleuse " exploration " pour Alice et ses amis cinéastes qui , avant même de parvenir au coeur du village , doivent affronter la rigueur du climat , se faufiler sur des voies bien sinistres , s'isoler du reste du monde , sans autre espoir que leur seule bonne volonté ...Le décor est planté , le " show " peut commencer , il ne sera pas " un long fleuve tranquille " pour nos apprentis - cinéastes , le pire est à venir .Des événements surviennent , étranges, effrayants , surnaturels , qui tirent leur origine dans des événements tragiques survenus en 1959 , dans le passé , un passé relaté en parallèle .....Les aller - retours incessants sont " illustrés " par des lettres.....qui , loin d'expliquer les faits, auraient plutôt le don de le noircir ....Vous vouliez du mystère , de l'angoisse , vous voilà en plein dedans et pas question de renoncer . Comme il se doit , la nasse s'est refermée sur vous ...On viendra vous chercher , sans doute , enfin peut - être, mais ...d'ici à ce que les secours soient là , le compte à rebours s'égrenne inexorablement ...
C'est un roman angoissant, stressant où l'action est rare mais où une chappe invisible se met à peser de plus en plus fort sur les épaules de personnages à la personnalité et aux relations assez complexes . le style heurté accompagne les événements, les descriptions laissent " entendre les craquements et l'odeur du bois pourri " . Bienvenue à Silvertjarn , chers amis et amies , bienvenue dans un monde " flippant " où, dès les premiers instants , la seule question qui vous viendra à l'esprit , sera de savoir comment vous en sortir ....toute fuite étant...impossible.
Camille Sten vous tient dans ses filets et elle a du talent. Je ne sais pas ce que je dois vous souhaiter mais ....soyez prudents .....même le COVID ( parait -il ) n'a pas osé s'aventurer dans ce si accueillant village .
Il doit bien pourtant y avoir une explication , non ? Et voilà , vous aussi , vous avez mordu à l'hamecon , vous aussi vous êtes " ferré " . Tant pis pour vous , quand faut y'aller , faut y'aller . A bientôt ...peut- être. ...
Un bon roman bien noir et pas mal du tout ......
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          712
tutesvuquandtaslu
  27 décembre 2020
J'ai lu le village perdu de Camilla Sten.
Le titre et la couverture m'avaient attirée et je n'ai aucun regret.
Un village où plus de 900 habitants ont disparu du jour au lendemain.
Une équipe de reporters, dont certains sont liés à ce village, décide d'aller sur place pour, enfin, découvrir le pourquoi du comment.
Une ambiance étrange tout au long de ce livre. Un huis clos se joue dans ce village perdu dans les bois, sans réseau, où le temps s'est arrêté il y a plusieurs dizaines d'années. Des personnages imparfaits, des rancœurs tenaces et une explication finale qui se tient.
Une très bonne lecture pour ce premier livre "adulte" de cette autrice.
Commenter  J’apprécie          713
iris29
  29 septembre 2020
C'est un roman à l'ambiance particulière que nous propose Camilla Sten, fille de l'autrice de romans policiers Viveca Sten.
En 1959, Toute la population d'un petit village minier suédois a disparu.
Pff... Envolés, tous les habitants, sauf un : un bébé de sexe féminin que deux policiers ont retrouvé tandis que le corps d'une femme lapidée, gisait sur un poteau...
Atmosphère, atmosphère...
De nos jours, une jeune femme , Alice, vient y tourner un documentaire dont elle espère faire un succès. Sans beaucoup d'argent, financée par un ami (Max), elle est également accompagnée d'Emily , monteuse (une ex-meilleure amie) et son copain, Robert, et par Tone . C'est qu'Alice a des liens avec ce village, sa grand-mère en était originaire, elle n'a jamais compris pourquoi tous les siens avaient disparu.
Et pendant qu'Alice part à la recherche des fantômes de son passé, des choses arrivent. Des choses pas très bienveillantes...
Seuls, sans contact avec l'extérieur , ( les portables ne captent pas et la première ville est à cent kilomètres ), dans une ambiance ouatée et comme suspendue dans le temps , luttant contre la nuit et le froid, Alice essaie de sauvegarder son projet de documentaire .
Ambiance anxiogène très bien rendue pour un premier roman écrit en solo ( Camilla avait déjà écrit avec sa maman à une trilogie) qui promet une longue carrière.
J'ai deux petites choses qui m'ont chiffonnée et ont assourdi mon enthousiasme...
La première, c'est que le personnage d'Alice trouve dans la maison de ses ancêtres, des lettres qui expliquent ou soulèvent pas mal de questions. On peut se demander pourquoi les policiers en 1959 n'ont pas fouillé et passé au crible toutes les maisons du village, on parle de la disparition de toute une population d'une cité minière...C'est trop facile...
Et la deuxième, c'est les personnages qui "naissent" littéralement quand commence l'action.. Pas assez de descriptions, d'épaisseur. Pendant au moins la moitié du livre , je me suis interrogée sur les liens qui unissent Alice et Emily ou Alice et Tone... Amitié ? plus que ça ? En dehors de son lien avec ce village, et de la dépression qui l'a frappée jeune fille, on ne connaît rien d'Alice . C'est ( à mon humble avis), le gros point faible de ce premier roman qui fait qu'on ne s'attache pas aux personnages, qu'on ne tremble pas assez pour eux, pas autant qu'on le devrait étant donné ce qu'ils traversent...
Mais je chipote...
Cela reste un roman très agréable à lire si vous aimez vous faire peur ! Ambiance sourde, glacée , garantie, et la fin est très bien, très logique...
Je remercie les éditions du Seuil et Babelio pour cette Masse critique privilégiée et ce voyage dans le grand Norrrrd...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          572
hcdahlem
  02 octobre 2020
Que s'est-il passé à Silvertjärn?
Après la trilogie de «L'île des disparus» écrite avec sa mère Viveca, Camilla Sten réussit avec brio ce thriller écrit seule. Il revient sur un mystérieux fait divers de 1959, la disparition de tout un village dans le nord de la Suède.
Une scène d'ouverture qui marque les esprits. Un faits divers particulièrement sordide et un mystère jamais résolu. le moins que l'on puisse dire, c'est que la fille de Viveca Sten a bien retenu les leçons de sa mère et de leur travail en commun pour la trilogie L'île des disparus. Ici aussi, il est question de disparus. de près de 900 personnes qui peuplaient le village de Silvertjärn et dont on a perdu toute trace. le 19 août 1959 Albin et Gustaf, deux policiers dépêchés sur les lieux au nord de la Suède vont le constater, tout en faisant deux découvertes, le corps d'une femme lapidée, attaché à un pieu sur la place du village et un nourrisson abandonné, seule trace de vie de cet endroit désormais maudit.
Le second chapitre se déroule de nos jours. Il détaille le film documentaire que projette de réaliser Alice Lindstedt, dont la grand-mère a grandi à Silvertjärn avant de disparaître elle aussi avec toute sa famille. Elle lance sur internet une plateforme de financement participatif et va rassembler une équipe chargée de se rendre sur place pour filmer ce qui deviendra en quelque sorte la bande-annonce du documentaire.
Tone, une ancienne amie très proche – dont on va découvrir qu'elle est aussi liée à l'affaire – décide de rejoindre le groupe des professionnels composé d'une troisième jeune femme, Emmy, et de deux hommes Max et Robert.
Entraînant les lecteurs à la suite de l'équipe du film dans ce décor saisissant, Camilla Sten va alors faire monter la tension. À l'étrangeté de ce lieu totalement abandonné viennent très vite s'ajouter des phénomènes aussi étranges qu'inexplicables. Ils entendent des bruits bizarres, ont l'impression d'être épiés. Pour comprendre ce qui se joue ici, les chapitres vont alors alterner entre le passé et le présent, tissant en parallèle deux histoires aussi passionnantes que terrifiantes qui vont finir par se rejoindre dans un épilogue qui vous laissera pantois.
Entre le quotidien de cette ancienne cité minière quasi isolée du reste du monde, notamment durant les mois d'hiver et l'exploration menée par Alice et son équipe, de l'ancienne école à l'ancienne église, en passant par quelques habitations qui ont pu résister au temps, ce sont deux scénarios à faire froid dans le dos qui vont s'élaborer. On retrouve les familles d'Alice et de Tine, la personnalité de cette femme retrouvée morte ainsi que celle du Pasteur fraîchement débarqué pour semer la bonne parole jusqu'au jour du drame. On tremble avec Alice lorsqu'elle se rend compte que le doute n'est plus permis: ils ne sont pas seuls à Silvertjärn!
Retrouvant l'ambiance du film le projet Blair Witch, Camilla Sten va elle aussi jouer avec nos nerfs et nos peurs, creuser les forces et les faiblesses des acteurs du drame. En jouant sur les descriptions des lieux et sur les détails qui accentuent l'intensité dramatique comme les escaliers qui s'effondrent, les ombres qui s'étirent, les bruits difficiles à identifier, on imagine déjà le formidable suspense sur grand écran. En attendant, régalez-vous avec ce formidable thriller!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          403
missmolko1
  02 mai 2020
Staden (que l'on pourrait traduire par La ville) est le premier roman pour adulte signé Camilla Sten. Elle nous avait habitué à des romans jeunesse / pour ado en solo ou co-écrit avec sa mère, Viveca, mais ici j'ai pris un grand plaisir à découvrir une autre facette de son écriture.
Difficile de résumé un tel livre tant il se passe des choses au fil des pages mais on oscille entre présent et passé, entre réalité et surnaturelle.
De nos jours, Alice et quelques amis partent pour la petite ville de Silvertjärn. Cette ville minière était prospère autrefois, mais à la fin des années 50, l'industrie liée à la mine commence à ralentir et du jour au lendemain tous les habitants (presque 900) ont littéralement disparu, comme volatilisé sans laisser de traces. La jeune femme souhaite trouver des réponses et réaliser un film sur la ville. Ce projet lui tient à coeur, car sa grand-mère jeune mariée vivant à Stockholm a perdu toute sa famille (ses parents et sa soeur)
1958 – 1959 : nous suivons Aina, la soeur, et Elsa, la mère, dans leur quotidien, jusqu'au drame final qui nous apportera beaucoup plus de réponses.
Tout d'abord, j'ai adoré l'atmosphère qui se dégage de ces pages : univers inquiétant, ces voix que l'on entend, les phénomènes qui nous donnent des frissons. On sent vraiment l'angoisse que dégage cette ville fantôme. Les descriptions sont excellentes et l'on tremble en parcourant les rues désertes, les bâtiments abandonnés et les maisons laissées telle quelle où la nature a repris ses droits.
Le mélange des genres est admirablement réussi : la petite touche de fantastique / horreur apportent le frisson au lecteur, mais on évolue également dans ce roman comme dans un thriller. En effet, aux côtés d'Alice et ses amis, on va chercher des réponses, enquêter sur le passé des habitants et très vite découvrir la folie d'un homme. Je n'en dis pas plus pour ne pas dévoiler l'intrigue mais le suspense et la tension montent progressivement pour dévoiler une fin que je n'avais absolument pas vu venir. On imagine une quantité impressionnante de scenarii mais sans jamais s'approcher de la vérité. Cette fin est digne d'une tragédie antique, elle est difficile à lire mais vraiment réussite.
Côté personnage, j'ai aimé Alice à qui je me suis attachée. J'aurais par contre trouvé intéressant d'avoir le point de vue de la grand-mère d'Alice puisque le drame lié à la disparition de sa famille la touché personnellement. Au début du livre, la jeune femme est parfois plus intéressée par faire le « buzz » sur les réseaux sociaux et réaliser son film que par la vérité. Mais heureusement cela change durant le roman et on s'attache très facilement. Dans le passé, c'est Elsa qui m'a le plus touché. C'est une femme qui n'a pas la vie facile mais qui fait tout pour s'en sortir avec beaucoup de courage. En ce qui concerne Aina, on l'a découvre principalement à travers un échange épistolaire avec sa soeur mais ce n'est que dans les dernières pages qu'on l'a découvre vraiment et cela fait froid dans le dos. En tout cas, je remarque quelque chose, c'est que c'est principalement un roman de femmes. En effet, les figures masculines sont peut présentes ou alors souvent peu flatteuses : alcoolisme et folie dans les années 50, policiers qui bâclent l'enquête ensuite, puis de nos jours dragueurs maladroits ou peureux face aux évènements de la ville.
C'est une belle découverte et Camilla a hérité du gène de l'écriture tout comme sa maman. Je suis vraiment ravie de cette lecture et je pense vite me plonger dans un autre de ses romans. En tout cas, c'est une jeune auteure à suivre et j'espère que dans le futur, elle sera davantage traduite en français.
Lien : https://missmolko1.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370


critiques presse (1)
LeSoir   25 janvier 2021
Avec sa série d’enquêtes adaptées à la télévision sous le titre de Meurtres à Sandhamn, Viveca Sten est devenue, au même titre que Camilla Läckberg, une des reines du polar suédois.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   28 septembre 2020
Je traverse la place sur la pointe des pieds, le plus silencieusement possible. Je ne m'explique pas pourquoi. Si quelqu'un est suffisamment proche pour entendre mes pas, il ou elle doit pouvoir me voir aussi. Mais les instincts primaires font fi des arguments logiques ; ils veulent se faire tout petits, muets, se recroqueviller, se faufiler dans une cachette et disparaître.
Du gibier.
Commenter  J’apprécie          210
iris29iris29   27 septembre 2020
Le cours d'eau d'un rouge cuivré coule entre les habitations et se jette dans le petit lac auquel le village doit son nom. Silvertjarn, le lac d'argent. Peut- être était-il argenté, jadis, mais aujourd'hui il est noir et lisse comme un vieux secret.
Commenter  J’apprécie          172
iris29iris29   29 septembre 2020
Les chaises de la cuisine sont d'un turquoise éclatant. Cela fait toujours sourire les gens qui leur rendent visite. C'est inattendu, tout comme le vert de la porte d'entrée. Elsa raffole de couleurs. Si elle pouvait décider, toute la maison déborderait de couleurs, du bleu, du violet, du rouge, de l'orange et du turquoise, mais ça donnerait une impression complètement dingue. Alors elle s'en est tenue à une touche ça et là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
iris29iris29   29 septembre 2020
Il ne lui ont pas encore donné de prénom, lui avait raconté Elisabet. Il va falloir qu'ils se dépêchent. La fillette a près de trois mois. Un enfant ne peut pas rester longtemps sans nom.
Commenter  J’apprécie          170
LabiblideValLabiblideVal   08 novembre 2020
Près neuf cents personnes, disparues sans laisser de trace... personne ne sait s'ils sont vivants ou morts. Personne ne sait s'ils se sont suicidés, s'ils sont tombés malades ou s'ils sont partis volontairement. Personne ne sait pourquoi cette pauvre Birgitta Lidman a été lapidée. Et personne ne sait à qui était le nourrisson dans l'école, ni pourquoi il a été abandonné.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Camilla Sten (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Camilla Sten
Comment tout un village suédois a-t-il pu disparaître en 1959 sans laisser de traces ? Plongez dans le premier thriller de Camilla Sten, déjà en cours d'adaptation au cinéma...
"Ce livre m'a donné des frissons de la première à la dernière page." Camilla Grebe "Le lecteur est entraîné dans une atmosphère unique. Une nouvelle voix du polar scandinave à découvrir absolument." Ragnar Jónasson
En savoir plus : https://www.editionspoints.com/ouvrage/le-village-perdu-camilla-sten/9782757891407
autres livres classés : littérature suédoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2216 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre