AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 274852537X
Éditeur : Syros (07/06/2018)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 29 notes)
Résumé :
La forêt est devenue le territoire des limbes.
Le risque de contamination se cache dans chaque zone d'ombre.
Préparez-vous à vivre une expédition sous haute tension.
Du haut du Mont-Survie, Oto admire chaque jour la forêt qui l'encercle à perte de vue. Elle est si belle qu'il en oublierait presque ce qui se tapit sous les arbres. Mais lorsque la montagne s'endort, que les lumières s'éteignent et que les voix s'effacent, le vent résonne d'un c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
Saiwhisper
  17 janvier 2019
Cet ouvrage me faisait de l'oeil depuis longtemps, car il touche à l'univers des morts-vivants. Or, j'aime beaucoup les récits où il est question de virus, de survie, de monde post-apocalyptique et d'Horreur… C'est finalement suite à l'avis de Les Fantasy d'Amanda que j'ai décidé de m'y mettre. Comme elle, j'ai passé un très bon moment même si, je le concède, tout ne m'a pas plu.
Camille Brissot a su proposer un univers classique et intéressant dans une ambiance « fin du monde ». En effet, un terrible virus d'origine végétale a détruit une grande partie de l'humanité. On n'est pas sur la découverte et le développement de cette menace, mais plutôt sur l'Après. Les protagonistes sont des adolescents qui ont toujours connu la mort, les limbes (zombies), le manque de variété de nourriture, les expéditions ainsi que la culture du Souvenir (les trésors d'antan comme les livres). le Mont Survie est l'un des rares endroits où les humains ont trouvé refuge. Ces derniers sont répartis selon des classes sociales et travaillent quotidiennement au bien-être de la société. Comme souvent, les privilégiés se tiennent éloignés du danger, tandis que les plus défavorisés vivent dans les bas-fonds, ont les travaux les plus éreintants et n'ont pas une grande importance aux yeux de l'élite… Découvrir le fonctionnement des lieux a été très intéressant. Même si j'aurais souhaité voir le développement de certains éléments, une bonne base a été posée par l'auteure. Cette dernière prend d'ailleurs le temps d'établir son décor : il faudra attendre cent pages avant qu'Otolan, alias « Oto », découvre le monde extérieur. Pour ma part, cette mise en place ne m'a pas paru longue. C'était nécessaire et j'en aurais peut-être même demandé davantage ! Cependant, j'ai lu dans quelques critiques que des lecteurs avaient trouvé le début trop long. C'est donc une question de goût.
Une fois dehors, le rythme est effectivement bien différent ! Tout peut conduire à l'irréparable : animaux dangereux (Au passage, ils ont quand même de la chance de ne pas avoir rencontré de moustiques, parce que le problème aurait été le même qu'avec les bêtes qu'ils vont croiser !), nature hostile, bannis prêts à tout pour voler de l'équipement et, surtout, les limbes. Qu'on se le dise : Camille Brissot ne réinvente pas le genre Z. On est toujours sur des humains qui meurent, puis laissent place à une créature dangereuse et amatrice de chair humaine. Ces monstres traînent en meute, traquent leurs proies sans se fatiguer, se tuent souvent d'un tir dans la tête et propagent l'infection par morsure, griffure ou contact avec le sang. On ne les appelle pas zombies, mais c'est exactement la même chose. Cela dit, l'utilisation de ces limbes a été simple et efficace. L'auteure a brillamment construit son récit autour de ces revenants sans pour autant n'utiliser qu'eux. Pour de la littérature ado/young adult, j'ai trouvé le dosage parfait ! Grâce à tous ces dangers, la tension est omniprésente et donne envie au lecteur de tourner les pages avec empressement. On regrettera quelques rebondissements assez vite expédiés, mais comme on n'a jamais le temps de souffler, cela n'a que peu d'importance. Or, l'action est présente jusqu'au dernier chapitre. Autant dire que l'on a envie de lire le roman d'une traite sans s'arrêter !
En plus de son rythme et de son univers efficaces, l'auteure a su proposer des personnages attachants et humains. Pourtant, au départ, j'ai serré les dents : je les trouvais terriblement clichés ! On a la fille forte mais avec une infirmité qu'elle tente de surpasser, le héros amoureux transi qui a énormément de chances pour quelqu'un qui ne s'est jamais entraîné, le grand rival qui déteste le héros et qui convoite la même fille, les compagnons qui vont aider le héros et les méchants monstres. Néanmoins, au fil des pages, ces individus stéréotypés ont gagné en profondeur. Rostre, l'ennemi juré d'Oto, s'est révélé plus complexe et plus humain que je ne le pensais. Oto s'est également développé au fil des pages. Héros malgré lui, il va apprendre où est sa place. C'était d'ailleurs une bonne idée de mettre des chapitres dédiés à ses souvenirs (le jeune homme est amnésique, suite à la mort de ses parents, le stress post-apocalyptique a effacé le drame de sa mémoire). J'ai finalement bien accroché au tempérament de ce narrateur. Il en va de même pour la jolie Naha qui va se montrer courageuse, puissante, vive, talentueuse, sûre d'elle et explosive lorsque quelque chose ne lui plaît pas. J'ai aimé le lien qui les unissait ainsi que le fait que Naha et Oto entretiennent déjà une relation. On n'est pas sur les premiers émois ou une relation qui s'installe progressivement. Leurs liens sont déjà très forts et cette aventure va encore plus les rapprocher !
À l'heure où les ouvrages jeunesse sont plutôt aux séries, j'ai été satisfaite de découvrir ce one-shot efficace et addictif ! L'auteure est allée à l'essentiel tout en proposant une ambiance aussi immersive que haletante. « Ceux des limbes » trouvera certainement son public, notamment auprès des jeunes adeptes des mondes post-apocalyptiques. Une bonne découverte !
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
Pois0n
  26 mai 2018
Avant toute chose, je tiens à remercier chaleureusement les éditions Syros, Babelio et l'opération Masse Critique pour m'avoir permis de découvrir ce livre ♥
Si le « post-apocalyptique » est un genre à part entière et que la « z-lit » a souvent du mal à exister sans, rares sont les titres mêlant intelligemment les deux ; où la déchéance de la civilisation humaine n'est pas là que pour servir de décor à une historie de zombies.
Bon, alors petite mise au point pour celles et ceux qui regarderaient les tags Babelio en premier, il n'y a rien de dystopique là-dedans. La dystopie, c'est une utopie (« un monde idéal »), bien souvent futuriste, qui a mal tourné. Ici, on a affaire à du pur post-apo, où la société est organisée telle qu'elle est non pour des raisons de contrôle mais tout bêtement de survie. S'il fallait coller l'étiquette « dystopie » sur toute fiction où l'on retrouve un système de castes, on aurait pas fini. Bref.
Ceux des limbes prend donc place 150 ans après une épidémie ayant ravagé l'humanité, comme dans toute histoire de zombies classique. Sauf qu'ici, ce n'est pas un virus qui transforme les gens, mais... un champignon. Si jamais l'idée vous semble farfelue, sachez qu'il en existe réellement un aux effets tout à fait similaires en Amazonie, mais dont les conditions de survie ne lui permettent heureusement pas de s'en prendre à autre chose qu'aux fourmis. (Si vous aimez vous faire peur, allez lire ça : , c'est fascinant.) Bref, c'est original tout en restant crédible. L'humanité s'est donc réfugiée sur une montagne-forteresse, entourée par la forêt sans fin qui recouvre désormais le monde. Forêt où se terrent les limbes (les fameux zombies dont le nom bizarre au premier abord sera justifié plus tard dans le récit) et où seuls s'aventurent les éclaireurs en quête d'autres survivants, ainsi que les jeunes pour endurer une épreuve de survie, rite de passage à l'âge adulte. le reste, c'est dans le résumé.
Dans le fond, l'histoire de Ceux des limbes n'a absolument rien d'original et enchaîne même les clichés du début à la fin. Certaines ficelles, aussi grosses que des baobabs, permettent ainsi de deviner d'emblée certains éléments du scénario (), d'autres concernent les rebondissements (). Sans parler des personnages très stéréotypés. Bref, au lieu de nous sortir un jouissif « ah ! je le savais ! », on laisse plutôt échapper des « ben voyons, comme par hasard... ».
Mais tout ça ne gâche en rien la qualité intrinsèque du bouquin. Tout au plus n'y a-t-il simplement aucun effet de surprise.
Parce qu'à côté de ça, Ceux des limbes est juste VACHEMENT BON. Il ne s'agit pas d'une simple histoire de zombies où des jeunes d'origines diverses se retrouvent lâchés en pleine forêt avec tout ce que ça implique. Si, comme dit plus haut, les péripéties sont souvent assez téléphonées, elles n'en restent pas moins bien racontées et s'enchaînent avec fluidité. A tel point qu'on se fiche de savoir à quoi s'attendre, se laissant simplement porter par les mots, transportés aux côtés du petit groupe, affrontant les épreuves avec eux. C'est rythmé. Parfois même franchement mouvementé. Des fois un peu facile quand même, lorgnant de temps à autre dangereusement du côté du TGCM (« ta gueule, c'est magique », comme ), mais jamais incohérent, et c'est là l'essentiel. L'histoire manque un poil de tension dramatique et de suspens aux moments où il aurait fallu, mais rien de bien grave.
Autre aspect du récit particulièrement bien foutu, la relation touchante unissant Oto et Naha. Elle n'est pas seulement la raison ayant poussé le jeune homme à s'enfoncer dans les bois mais carrément sa raison de vivre. le lien entre eux est terriblement fort mais ne les aide pas toujours, les poussant même parfois à agir de façon inconsidérée. Sans parler des désaccords pouvant naître dans des situations extrêmes... Bref, au lieu d'une bluette mièvre et naissante, on a affaire à un couple déjà solide confronté à des épreuves qu'ils n'auraient jamais pensé avoir à traverser.
L'ambiance du titre est donc globalement assez mature, même si l'ouvrage reste tous publics et plutôt avare en matière de détails gore. C'est plus dans le propos et les thèmes abordés qu'il faut regarder.
Mais le principal point fort de Ceux des limbes, c'est que loin de n'être qu'un simple décor pour l'histoire, la forêt est carrément un personnage à part entière. Camille Brissot a juste pondu les plus belles descriptions de forêt que j'ai jamais eu l'occasion de lire. On a l'odeur de l'humus dans les narines, on entend la pluie mitrailler les feuilles d'arbres, on voit la végétation évoluer au fur et à mesure que le groupe s'éloigne du Mont-Survie. Sa plume est légère, précise, retranscrit merveilleusement l'ambiance des sous-bois. Alors oui, il y a beaucoup de « paysagisme littéraire » dans la première moitié du livre et si vous n'aimez pas la verdure, le risque d'overdose n'est pas à écarter. Heureusement, ces passages enchanteurs sont répartis entre des scènes plus mouvementées et ne sont pas envahissants, rendant au contraire la narration parfaitement équilibrée. On chemine avec Oto, Naha et les autres. On s'émerveille devant les ruines d'Esserre avec eux. Ceux des limbes est un voyage ; dans un futur où la nature aurait totalement repris ses droits. Certes, à coups d'épidémie zombie, mais, après tout, on n'a rien sans rien. le côté post-apocalyptique est donc omniprésent, mais pas nécessairement de la façon où on l'attendait. Au lieu de s'attarder sur les ruines de l'humanité, Camille Brissot a préféré évoquer le triomphe de la végétation sur celles-ci.
Alors oui, il y a ces rebondissements ultra-téléphonés et cette fin super abrupte, mais à côté, tout le reste est tellement bien foutu, l'ambiance du titre tellement bien réussie, que ce serait un tort de se priver. de toutes façons, les nombreuses originalités du roman compensent sans mal les aspects où il en manque cruellement, réussissant déjà sans mal à le faire sortir des histoires de zombie ou du post-apo classique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ramettes
  05 janvier 2019
J'ai découvert cette autrice avec « la maison des reflets » un livre très particulier qui j'avais adoré de par le fond et la forme. Alors je n'attendais qu'une occasion pour retenter l'expérience…
J'ai reçu ce roman en avant-première et je l'ai dévoré.
C'est un roman à la première personne. Les personnages principaux sont des adolescents de 15 ans.
C'est un roman post-apo. On découvre un monde aux ruines multiples. Une société à survécu à une terrible épidémie en s'isolant sur une montagne. Il reste très peu de gens qui ont connu le monde d'avant. C'est une société pyramidale. Ceux qui vivent tout en bas sont les plus mal lotis, ce sont les plus démunis et méprisés, plus on monte plus on va vers les privilégiés.
Notre narrateur a une position sociale à part. Il a commencé par le plus bas puis a été propulsé tout en haut malgré lui. Il a choisi une position intermédiaire pour essayer de trouver sa vraie place.. sa sensation de liberté qui entoure son cas est toute relative. Il y a la notion de rejet puisqu'il ne fait parti d'aucun clan et qu'il a refusé de rester en haut de la pyramide. Pour la plupart c'est le traitre, l'ingrat. C'est très intéressant de le suivre d'une part parce qu'on découvre cette hiérarchie qui permet de maintenir cette société. Nos n'avons pas à faire à la première génération, ces jeunes que l'on va suivre sont tributaire du savoir des adultes de la « montagne ». Difficile de se faire sa propre opinion sur le monde qui les entoure puisqu'ils n'y ont pas accès. Difficile de se révolter face à l'ordre établi.
Le lecteur a de quoi s'interroger. Les informations nous sont distillées petit à petit. Est-ce que les dirigeants cachent des choses à la majorité de la population ? Qu'en est-il réellement de la vie à l'extérieur ? Y a-t il d'autres survivants ? Est-ce qu'on cherche à maintenir ce monde clos ? Si oui pourquoi ? Est-ce que la situation peut continuer ainsi ?
Après la vie à l'intérieur avec les antagonismes entre les dirigeants et entre adolescents. On va avoir la phase aventure à l'extérieur.
Il y a un rituel initiatique qui veut que tous les jeunes de 15 ans par petit groupe fassent une sortie dangereuse mais assez encadré et planifiée. Elle est potentiellement mortelle. Il y a peu de risque que ces jeunes « formatés » veuillent allez au-delà des limites autorisées.
Bien sûr cette fois-ci ne va pas être comme les autres. On interdit à notre héros d'y participer. Alors que son principal rival va partir avec son amoureuse. Je vous laisse découvrir les tensions qui entourent ses jeunes gens avant le départ. Démonstration de pouvoir, de confiance…
Qui dit groupe dit organisation et interactions entre les participants. Ils viennent de toutes les strates de la société. Il y a ceux qui sont préparés et ceux qui ne le sont pas, il y a ceux qui ont l'équipement adéquat et ceux qui ont du faire du recyclage.
Quitter la montagne protectrice c'est aussi révéler ce sont capables ces jeunes gens. On va les voir agir en situation de stress extrême et affronter leurs peurs intérieures. C'est aussi l'occasion de règlements de comptes. Alors nous aurons de nombreux rebondissements et des surprises.
Dans ce roman Camille Brissot traite aussi de la mémoire, des séquelles, des absences. de ce qui est caché au fond de nous. Les rêves, les intuitions donnent un côté mystérieux à ce qui se passe à l'intérieur de la Montagne ou dans le monde qui entoure ce lieux protégé. C'est aussi un moyen de faire ressurgir le passé.
Il y a les vivants et les morts, entre les deux ceux des limbes. C'est assez mystérieux ce monde de morts-vivants. On a la sensation d'un monde de brume, comme si un écran de fumé nous masqué des choses.
On a une forte présence de l'élément terre. La Montagne, les caves et les souterrains, les ruines à l'extérieur formées de pierres et de béton, ces arbres aux racines potentiellement dangereuses. On a ces images de champignons, d'humus, de terre en décomposition, de mort latente. L'atmosphère est asphyxiante et oppressante par moment. La peur est palpable.
L'eau, on la retrouve avec la pluie, les ruisseaux, elle n'apporte rien de bon, elle apporte les sangsues ou éveille des sentiments négatifs (la nudité dans la scène du bain par exemple).
L'élément air, j'ai cru qu'il jouerait un rôle plus important avec la notion de sommet de la Montagne et la présente des oiseaux et oiseleurs. Sans parler de la présence du rêve et des odeurs. Finalement il a peut de chance de s'évader par le haut !
Dans l'ensemble les personnages sont assez malmenés par l'autrice, au point que le narrateur se fait souvent la réflexion « qu'est-ce qui va encore m'arriver ? » avec une énumération de toutes les catastrophes qu'il a subit depuis dix ans. Quand à moi je n'ai pas arrêté d'écorcher son nom. « Otolan » est devenu « Ortolan », la faute à la volière !
La mémoire d'Oto va se débloquer par à-coups, on aura donc des passages en italiques pour bien marquer la frontière entre le passé et le présent. Il faudra attendre la fin pour avoir certaines réponses. le chemin initiatique d'Oto avec ces différentes épreuves va l'aider à extraire de ces propres « limbes » ce qui a causé ses blocages. On va découvrir sa vie d'avant.
Les interactions entre les personnages sont très intéressantes. Plus on avance, plus elles s'intensifient. On a des monté de tension. On attend la catastrophe. On sent l'électricité dans l'air. Les rivalités, les jalousies, les tensions cachées, la colère, la haine tout nous prépare à un drame.
On se demande si la révélation de certains secrets, les actes héroïques ou dramatiques vont être à la hauteur de l'attente…. Pour moi cela a fonctionné car j'ai été happée par cette histoire. J'ai eu du mal à lâcher les personnages.
J'ai été peinée par certaines pertes alors que d'autres… Cela fait partie des voyages initiatiques.
La thématique de l'amitié, de l'amour et des trahisons sont aussi bien entendu présente. L'idée de solidarité et d'entraide affrontent l'individualisme et la soif de pouvoir. C'es ce qui fait qu'on s'attache plus ou moins à certains personnages.
Je suis triste d'être arrivée à la fin, j'aurais aimé que l'histoire continue… ils ont mis en mouvement certaines choses alors ont voudrait voir comment tout va évoluer…
J'ai failli oublier l'effet traitre des chapitres courts. On se dit allez entre « un » et puis encore « un autre »… de quoi finir en nuit blanche ! Cela peut aider certains lecteurs qui auraient peur de lire presque 500 pages… moi je ne les ai pas vu passer…
J'arrête là car il ne faudrait pas dévoiler l'essentiel ! Tout ce qui touche à « ceux des limbes » etc.
J'ai été conquise par le rythme, la vivacité des répliques, les interactions entre les personnages, l'intérieur et l'extérieur, le haut et le bas ainsi que la construction de cet univers.
Lien : http://ramettes.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
orbe
  06 avril 2018
Oto est différent. A cinq ans, il a survécu seul aux limbes. Ces êtres contaminés attaquent par horde la montagne où sont réfugiés les hommes qui espèrent ainsi survivre.
Ramené et élevé parmi l'élite, il choisit ensuite une voie plus humble, celle de botaniste.
Alors que ses compagnons d'âge partent subir leur rite initiatique en réalisant un parcours au coeur de la forêt infestée, il doit rester. Mais quand il apprend que Naha fait partie du voyage, il décide de les suivre...
Une dystopie qui décrit une société en voie d'extinction. le héros qui cherche sa place va comprendre son caractère parfaitement injuste.
Le monde est bien décrit, de la question de la nourriture à l'apparence des limbes.
Un roman aussi sur la survie et les choix qu'il nous reste.
A lire !
Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
Commenter  J’apprécie          190
les_lectures_de_rana
  05 mai 2018
Otolan, un jeune orphelin au passé difficile, passe son temps à admirer la belle forêt qui l'entoure. Mais en l'observant, des souvenirs remontent à la surface, ou du moins, ce qui lui en reste : comment oublier que sous cette magnifique canopée, la trace de l'épidémie limbes a tout dévasté, entraînant même la mort de ses parents, quelques années plus tôt.
Les limbes, ces créatures coincées entre la vie et la mort, ont obligé les derniers survivants à se réfugier sur une montagne appelée le Mont-Survie, constituée de dix-sept cercles séparant les différentes classes sociales selon leur métier.
Mais le quotidien d'Otolan est bouleversé par une nouvelle qui ne le laisse pas indifférent : celui-ci apprend que Naha, sa bien-aimée, fait partie des habitants du Mont-Survie sélectionnés afin d'effectuer le rite traditionnel de la montagne : passer quelques jours dans la forêt, affrontant le danger des limbes, sans être certain de revenir vivant. Et quand il apprend que son pire ennemi, Rostre, ayant toujours voulu se rapprocher de Naha est aussi de la partie, un sentiment de jalousie naît en lui… le fait de savoir qu'il devra se séparer de Naha en la laissant affronter de terribles dangers lui semble impossible. Ainsi, malgré le privilège qui lui a été accordé suite à la mort de ses parents, lui permettant de ne jamais quitter la montagne, Otolan va briser la loi. Il va aussi sortir, quitte à risquer sa vie, en demandant de l'aide à son meilleur ami, Pietro.
Comment Naha réagira-t-elle en apprenant qu'Otolan l'a suivie secrètement jusque dans la forêt ? Quels dangers les attendent-ils ? Reviendront-ils tous vivants de cette expédition ?
J'ai été agréablement surprise par Ceux des limbes, le dernier ouvrage de Camille Brissot, une autrice que j'ai eu le plaisir de découvrir et qui en vaut vraiment la peine !
Tout d'abord, j'ai trouvé le roman captivant, et je n'ai vraiment pas eu de mal à être transportée dans l'histoire. En effet, dès le premier chapitre, on fait la découverte d'un nouveau monde dévasté par l'épidémie limbes, qui oblige les derniers survivants en voie d'extinction à rester enfermés sur une montagne protégée du danger extérieur. L'ajout d'une belle romance entre le personnage principal, Otolan, et Naha, ajoute un point positif à l'histoire !
Ensuite, j'ai vraiment trouvé l'univers du livre original. Par exemple, l'autrice a ajouté des éléments très originaux comme l'existence du Mont-Survie, qui est donc le refuge des derniers survivants face à l'épidémie limbes, et a même intégré le thème des inégalités sociales grâce aux différents cercles de la montagne. Aussi, l'invention du mush, une nourriture créée à base d'une pâte de champignon qui sert principalement à nourrir les habitants du Mont-Survie est très originale, et on comprend très vite que ce sera un élément essentiel pour la suite de l'histoire…!
De plus, le roman m'a semblé très intéressant. En effet, on découvre une dystopie dans laquelle la nature a enfin repris ses droits, après que le monde a été dévasté par l'épidémie.
Parmi les nombreux personnages du roman, mon préféré reste Otolan.
Ainsi, il est intrigant et audacieux.
Le personnage de Nina m'a également beaucoup intéressée.
En définitive, Ceux des limbes s'avère être un excellent roman dystopique, celui-ci est captivant, original et intéressant. L'univers est bien construit, les personnages sont très fouillés, ce qui nous permet de nous attacher à eux très facilement. La plume de l'autrice, Camille Brissot est fluide, agréable, et les descriptions sont très précises. En conclusion, c'est un gros coup de coeur ! A lire absolument !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Ricochet   30 septembre 2018
Lu et relu cent fois par les lecteurs adolescents, le roman parviendra difficilement à faire mouche malgré son discours ouvert sur les notions de vie en société, de pouvoir, etc.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
ReveursEtMangeursDePapierReveursEtMangeursDePapier   18 juillet 2018
Les derniers rayons de soleil, perçant à travers les nuages, dessinaient des vagues lumineuses sur la canopée. Sous cette lumière rasante, la forêt devenait si belle que j'en oubliais de craindre ce qui se tapissait dans son ombre. Les tâches grises que dessinaient les ruines sur le parterre émeraude aiguisaient mon imagination, se transformant en symboles mystérieux. A quoi avaient bien pu ressembler ces villes, avant que l'épidémie ne les vide et que la nature ne reprenne ses droits ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SaiwhisperSaiwhisper   16 janvier 2019
Sérieusement ? Des limbes, des sangsues, et maintenant des chiens ? Quelle serait la prochaine surprise : des arbres carnivores ?
- Quel adorable petit coin de forêt ! ai-je soupiré.
Commenter  J’apprécie          61
ReveursEtMangeursDePapierReveursEtMangeursDePapier   18 juillet 2018
J'ai laissé mon regard filer jusqu'à la ligne verte de l'horizon. Le ciel était sans nuages; des oiseaux colorées s'élevaient au dessus de la canopée, leurs cris se mêlant aux bruits de la forêt à la manière d'un chœur délicat. Tout semblait si paisible ! A cet instant, il aurait été facile d'oublier les dangers qui se cachaient sous le couvert des grands arbres...
Commenter  J’apprécie          20
regina_falangeregina_falange   11 avril 2018
- Alors nous sommes tous des limbes.
Pietro me renvoie un regard interrogateur.
- La montagne, c'est la vie; la forêt, c'est la mort, non? Et nous, nous sommes coincés au milieu. Tu n'as jamais l'impression qu'à trop vouloir survivre, on ne vit pas vraiment?
Commenter  J’apprécie          30
ReveursEtMangeursDePapierReveursEtMangeursDePapier   18 juillet 2018
Parfois, je me sens piégé. Je suis comme une plante qui a arrêté de pousser à mi-hauteur, bloquée entre deux âges. Je n'arrive plus à monter, mais je ne peux pas redescendre non plus. Pourtant, ma place n'est pas au milieu, je le sens...
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Camille Brissot (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Camille Brissot
Interview de Camille Brissot aux Imaginales 2018
autres livres classés : post-apocalyptiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La maison des reflets

Qui est le personnage principal ?

Daniel
Mona
Eliott

12 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : La maison des reflets de Camille BrissotCréer un quiz sur ce livre
.. ..