AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782251444352
86 pages
Les Belles Lettres (30/11/-1)
3.64/5   7 notes
Résumé :
Dans la mythologie grecque, Procuste avait la particularité de couper les membres des ses hôtes ou de les écarteler pour qu'ils rentrent dans le lit qu’il leur offrait. Telle est, aux yeux de Nassim Taleb, notre société qui entend modifier les hommes pour qu’ils satisfassent les contraintes technologiques, reprochant à la réalité de ne pas être conforme aux modèles économiques,créant des maladies pour vendre ses médicaments, définissant l’intelligence en fonction du... >Voir plus
Que lire après Le lit de Procuste : Aphorismes philosophiques et pratiquesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Dans la mythologie Grecque, Procuste était un brigand qui capturait des voyageurs et les faisait étendre sur un lit trop petit pour les grands ou trop grand pour les petits.
Sa manie était de couper les membres qui dépassaient ou bien d'allonger ceux qui n'occupaient pas tout leur lit.
L'expression « étendre sur un lit de Procuste » signifie donc « vouloir à tout prix faire entrer quelqu'un ou une théorie dans un moule ».

Ainsi va-ton administrer des médicaments modifiant le système nerveux des enfants n'entrant pas dans le moule de l'enseignement normal (et normatif)

Et, plus grave, va-t-on tenter d'analyser ou de comprendre un phénomène selon les critères intellectuels et sensitifs liés à notre espèce et à ce que nous comprenons de notre monde.
Ainsi ne cherchons-nous pas ou ne pouvons-nous pas envisager d'autres dimensions d'analyse.
Un exemple frappant à mes yeux étant nos critères de recherche de vie extra-terrestre sur les exo-planètes.
Nous nous obstinons à ne chercher que des planètes capables de fournir des conditions physiques comparables à celle de notre Terre (atmosphère, eau liquide, amplitude de température).
Nous scrutons loin alors que nous avons un mal extrême à admettre les végétaux dans le cercle de la vie dotée de sensibilité, de réflexion, d'adaptation, de communication et de cette triste, incompréhensible et universelle nécessité de conquérir les espaces au détriment des autres.

Quel manque d'humilité, bon sang !


Plutôt que de vouloir à tous prix étendre tout nouveau phénomène sur un lit de Procuste scientifico-correct, admettre que l'on ne peut encore le comprendre et que notre nature ne nous permettra sans doute jamais de l'assimiler devrait être une évolution majeure de la recherche laissant toutes les portes ouvertes.

L'auteur récuse toute normalisation de la pensée, l'autisme scientifique triomphant et claironnant des certitudes sur l'inconnu, sources d'erreurs et de préjugés,

Tout cela pour dire que l'ouvrage de Nassim Nicholas Taleb est « simplement » un recueil d'aphorismes excellemment bien sentis permettant à notre esprit de comprendre l'étendue systématique que nous faisons de chaque chose sur un lit de Procuste. Cette simple compréhension offre une ouverture d'esprit et un sens critique libérateurs.

Un très bel « ouvrage de chevet » à picorer et à laisser distiller la nuit en espérant qu'il fasse ce qu'il faut dans nos esprits trop normalisés.
Commenter  J’apprécie          372

Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
Ce qui est aujourd’hui appelé philosophie, je l’appelle littérature, ce qui est appelé littérature, je l’appelle journalisme, ce qui est appelé journalisme, je l’appelle « ragotage », et ce qu’on appelle « ragotage » je le nomme (généreusement) du voyeurisme.
Commenter  J’apprécie          210
La différence entre les esclaves des empires romain ou ottoman et les employés d’aujourd’hui est que les premiers n’avaient pas besoin de flatter leur patron.
Commenter  J’apprécie          350
Un mathématicien commence par un problème et en tire une solution ; un consultant commence par offrir une « solution » et crée un problème.
Commenter  J’apprécie          363
On se souvient des écrivains pour leur meilleure œuvre, des politiciens pour leurs pires bêtises, et les cadres eh bien on ne s’en souvient pas.
Commenter  J’apprécie          324
Certains aphorismes sont fades, ce sont de plates vérités, aussi ennuyeuses qu’importantes, auxquelles on avait déjà pensé et font que, par exemple, les lecteurs « intelligents » n’aiment pas « le Prophète » de Gibran.
Commenter  J’apprécie          190

Lire un extrait
Videos de Nassim Nicholas Taleb (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nassim Nicholas Taleb
Extrait du livre audio "Antifragile" de Nassim Nicholas Taleb lu par Tristan Harvey. Parution numérique le 23 février 2022.
https://www.audiolib.fr/livre/antifragile-les-bienfaits-du-desordre-9791035407926/
autres livres classés : Théorie de la connaissanceVoir plus


Lecteurs (33) Voir plus



Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
414 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre

{* *}