AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 286374237X
Éditeur : Fayard/Mazarine (03/04/1986)

Note moyenne : 3.56/5 (sur 8 notes)
Résumé :
" Le caramel de la tarte Tatin dégageait une légère fumée au parfum de pomme chaude. Il collait à la fourchette d'argent dont j'ai sucé les dents une à une avec application. Dehors des trombes d'eau cinglantes s'abattaient sur Paris, mêlées de petits grêlons qui tambourinaient sur les carrosseries des voitures. Dehors, c'était la jungle hostile sous un ciel de mousson. J'étais bien au chaud dans mon creux de banquette et n'ayant qu'à commander pour voir se succéder ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
mollymon
  06 avril 2018
L'héroïne de ce roman est une jeune fille de 20 ans obèse, disgracieuse et désespérée. Ce vilain petit canard décide de faire preuve de subversion en détournant le charmant pêché de gourmandise en instrument de mort. Pour se suicider lentement, elle s'empiffre, se goinfre de douceurs et sous la forme d'un journal, nous relate avec beaucoup d'auto-dérision ses outrances pâtissières.
Il paraît que les vrais gourmands lisent en remuant les lèvres pour déguster les mots. J'ignore si les miennes ont remué , j'étais trop absorbée à goûter les expressions savoureuses de Claude Tardat. Avec elle la neige croustille sous les pas comme une meringue bien prise, le stylo est translucide comme une sucette acidulée, la belle encre épaisse et huileuse dessine des mots charnus.... Un régal !
C'est très bien écrit, plein de sensualité et d'esprit. Inutile de dire je l'ai dévoré avec avidité et sans prendre un seul kilo.
Commenter  J’apprécie          163
kobaitchi
  31 octobre 2017
J'aimais la couverture, épurée et graphique, très sobre, bien plus que celle qu'on lui attribuerait si le roman était réédité aujourd'hui, bien plus aussi que ce à quoi on pourrait s'attendre pour un livre des années 80, et j'ai acheté presque sans regarder le résumé.
L'héroïne, dont on ne prononce jamais le nom si je ne m'abuse, puisque c'est elle la narratrice, a décidé de se suicider mais pas de n'importe quelle façon. Elle va manger jusqu'à s'en faire exploser. Ou à peu près.
Elle, étudiante brillante en lettres, fille de diplomate et installée à Paris, n'a qu'une passion dans la vie : les tartes, les gâteaux, les pâtisseries fines prises dans des salons de thé hors de prix et fréquentés par de vieilles dames chics qui la dévisagent en cachette, atterrées et offusquées. Elle commence à écrire un journal, ce journal, un jour où elle a le ventre creux. S'ensuivent plusieurs nouvelles entrées, plus d'un compte rendu, sur la nourriture, la solitude recherchée, la faculté, un peu, et puis sa mère. Sa mère, si présente dans ses pensées, dans ses actions, mais nullement ou presque, dans sa vie. Si au début une notion de temps est induite, elle disparait rapidement et il devient difficile de savoir combien de temps dure la lente descente dans les enfers sucrés.
Ce qui partait pour être un point négatif se transforme finalement en qualité. Privé.e.s de repères temporels nous ne pouvons plus que nous fier à elle et à ses descriptions de sa personne pour nous figurer le temps qui passe.
Frôler l'indigestion et en redemander.
Elle déplore le gout salé de sa transpiration. Comment peut-elle sécréter ce genre de liquide alors qu'elle ne consomme que du sucre ? Elle s'emmitoufle dans ses bourrelets pour se tenir chaud. Elle se délecte des expressions de dégout qu'elle surprend chez les autres quand elle entre dans leur champ de vision. Elle est heureuse d'être qui elle est et comme elle est. Son objectif se rapproche et elle prend plaisir à le décrire.
[...]
Lire la suite sur le blog.
Lien : http://kobaitchi.com/mort-su..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
kobaitchikobaitchi   26 septembre 2017
A la faculté, ce matin.

"Grande sensibilité littéraire. Finesse d'analyse. Élégance du style."
Le maitre-assistant de littérature comparée a ainsi couvert d'éloge ma dernière dissertation. Moi je préférerais qu'on dise : "De la graisse, mais du talent." Cela m'amuserait. Mais personne n'ose.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : patisserieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Claude Tardat (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quiz - Claude Gueux

En quelle année a été publié " Claude Gueux " ?

1859
1903
1834

14 questions
266 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre