AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Sabine Porte (Traducteur)
ISBN : 2290031143
Éditeur : J'ai Lu (02/03/2011)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 67 notes)
Résumé :
Pâtissière à Greenwich Village, Greenie se consacre tout entière à son jeune fils et à sa passion, la cuisine, tandis que son mari semble plongé dans la mélancolie. Quant à son ami Walter, il panse ses peines de coeur. De passage à New York, le gouverneur du Nouveau-Mexique, conquis par le gâteau à la noix de coco de Greenie, lui propose de devenir chef cuisinier de sa résidence. Par ambition autant que par désespoir, elle accepte et part vers l'Ouest avec leur fils... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
sabine59
  23 mars 2016
J'ai trouvé ce roman encore mieux que " Jours de juin", dont la fin était décevante.
On s'attache beaucoup à ce microcosme humain, concentré surtout à New-York, plus particulièrement à Greenwich Village.Les destins des personnages sont d'abord plus ou moins séparés puis s'entrecroisent.
Le personnage central est Greenie, la fabuleuse pâtissière.C'est une épicurienne, ses recettes nous mettent l'eau à la bouche, notamment le biscuit à la noix de coco, ou la tarte au citron et à l'avocat...J'ai aimé aussi Saga, qui, suite à un accident, a la mémoire trouée et doit se reconstruire.Chacun des protagonistes est attachant, à sa façon,surtout Walter.
Ce livre est un pavé mais je n'ai ressenti aucun ennui, c'était émouvant et passionnant.Le titre prend tout son sens dans la dernière partie, où il faudra changer de vie,après les attentats du 11 septembre, vécus en direct par l'essentiel des personnages.
Commenter  J’apprécie          180
Kathleene
  01 mai 2012
Julia glass nous transporte dans l'histoire de Greenie dont la vie va être chamboulée par la modification de sa trajectoire professionnelle. Oh bien sur, il faudra s'acclimater, s'adapter, s'organiser différemment pour pouvoir passer du temps avec sa famille en allant vivre à des milliers de kilomètres de chez elle. Oh bien sur, ce n'est que provisoire, et cela vaut bien quelques sacrifices : que représentent quelques mois dans une vie, surtout si ceux là peuvent lui permettre de s'épanouir dans son travail, de découvrir d'autres méthodes de travail, de rencontrer des personnes différentes qui ont tant à lui apprendre. Et puis, ce n'est pas une fois vieille que Greenie pourra le faire.
Oui mais voilà, son mari n'est peut-être pas aussi heureux qu'elle de partir vers cette nouvelle découverte ; il lui faut aussi le temps de s'organiser car il ne peut décemment pas laisser ses patients comme ça du jour au lendemain. Et puis, peut être Greenie ne se plaira t'elle pas là-bas, et reviendra vite ici : alors faut il prendre le risque de tout abandonner pour l'incertitude complète ?
Une histoire dont les faits paraissent tellement banals finalement, que je me demande si je vais vraiment lire jusqu'au bout les 800 pages de ce roman.
Bon je vais continuer un peu car j'aimerais savoir ce que vient faire Saga dans cette histoire. Et puis quelle décision en fin de compte va prendre Alan, son mari. Oh et puis Walter, l'ami de Greenie par qui sa vie va suivre une voie qu'elle n'aurait jamais imaginée, Walter tellement attendrissant et protecteur vis-à-vis de Greenie, comment va-t-il vivre l'éloignement de sa meilleure amie quand sa vie va aussi être bouleversée par l'arrivée de son neveu ?
Interrogations qui m'ont transportée jusqu'à la fin de ce récit riche en sentiments, en ressentis, en questionnement sur soi, où transpercent les blessures de la vie et les petits bonheurs au quotidien : une saga familiale à la fois douce et amère, à déguster sans aucune modération
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
bookaure
  11 mars 2012
Le quatrième de couverture de Refaire le monde de Julia Glass fait une promesse, celle de suivre l'histoire de Greenie, pâtissière à Greenwich Village, qui décide d'aller vivre à Santa Fe, Nouveau Mexique pour devenir chef cuisinier chez le gouverneur Ray MacCrae.
Ce fut une excellente surprise de constater au fil de ma lecture, que ce livre n'allait pas se résumer à ce personnage, qui finalement pour moi sera celui qui a le moins de relief, mais que d'autres personnages tous aussi attachants les uns que les autres viennent l'enrichir.
J'ai donc beaucoup aimé Walter, homosexuel à la quarantaine, qui plait par son franc parler et son humour (c'est le "copain gay" que toutes les filles aiment avoir), et touche par sa crainte de la solitude et sa grande sensibilité.
On rencontre aussi Saga, qui à la suite d'un accident, a perdu partiellement la mémoire, l'homme qu'elle aimait, et quelques aptitudes physiques. Elle partage sa vie entre le Connecticut et New York, entre son engagement auprès d'une "association" de protection d'animaux et son vieil oncle Marsden. J'ai eu plaisir à l'évocation de son univers spécial, presqu'enfantin et à la voir évoluer au fil des pages, pour finalement s'en sortir, pas comme dans un conte de fée, mais tant bien que mal avec ses propres moyens, et avec la force d'admettre que malgré les handicaps, il ne faut jamais s'apitoyer sur son sort, toujours se remettre en question et aller de l'avant.
A côté de cela, Greenie apparait un peu comme la femme qui approche les quarante ans, et va vivre avec son mari le type de crise classique à cette période de vie, et qui va se résoudre sans surprise: questionnements relatifs à leurs vies professionnelles, remise en cause de leur couple, retrouvailles avec leur amour de jeunesse...tout y est. Mais comme dit par d'autres lecteurs, leur cas est vraiment traité de manière trop lisse et prévisible.
En tant que grande gourmande, j'ai tout de même beaucoup apprécié les lignes consacrées à Greenie pour tous les appels à nos sens, à l'évocation de ses réalisations culinaires qui mettent l'eau à la bouche. J'en aurai redemandé!
Enfin, la bonne surprise du livre va venir du fait que tous ces personnages et d'autres encore vont, au fur et à mesure se mêler les uns aux autres pour finir par former un petit écosystème fort attachant, que l'on aura tout de même envie de suivre.
Voilà donc un livre qui a su me captiver, pas avec les personnages attendus, et a donc su créer la surprise, mais en le refermant, et c'est le cas de le dire, je suis peu restée sur ma faim.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Au_Fil_d_Isa
  24 août 2014
J'aime bien lire des histoires de couple en crise. le point de vue d'un auteur sur la relation à l'autre et son évolution m'intéresse énormément. le couple va-t-il se séparer ou au contraire recoller les morceaux ? Généralement, c'est la question qui me tient en haleine pendant tout le livre. Avec Refaire le monde, ça n'a pas vraiment été le cas puisque, malgré ce qu'en dit le résumé, l'avenir du couple d'Alan et de Greenie n'est pas l'enjeu principal du roman. Je ne suis même pas sûre qu'il y en ait un, d'enjeu. Pour moi, Refaire le monde est une galerie de personnages dont on suit le parcours pendant presque deux ans.
J'aurais aimé d'ailleurs que le résumé reflète davantage le contenu du livre parce que j'ai eu beaucoup de mal à rentrer dedans. J'avais l'impression de ne pas avoir ce pourquoi je l'avais choisi. La construction même du roman me gênait, car il est découpé en longs chapitres où l'on suit à chaque fois le point de vue d'un personnage différent. Certains auteurs sont doués pour ça (Guy Gavriel Kay et GRR Martin, par exemple), mais je ne suis pas sûre que Julia Glass maîtrise aussi bien le procédé. Ses chapitres manquent de liant. On passe parfois du coq à l'âne, un désordre qui reflète certes le chaos de nos pensées mais qui a rendu ma lecture plus difficile.
Et puis, parce que chaque portrait est tout de même très fouillé, la mayonnaise a fini par prendre, si j'ose dire. Je me suis vraiment attachée à certains personnages, dont Walter, le restaurateur gay, et Saga, la jeune femme qui aime les animaux et souffre d'un handicap mental suite à un grave accident. du coup, j'ai lu la deuxième moitié du roman en quelques jours à peine. J'ai aimé la façon dont l'existence de chacun converge vers un événement que je n'ai absolument pas vu venir. Par contre, la fin n'est pas entièrement satisfaisante, de mon point de vue. Ce n'est pas celle que j'aurais choisie mais, en même temps, au vu du caractère des personnages, elle se tient.
Pour moi, Refaire le monde n'est donc pas une totale réussite. Parfois indigeste, parfois passionnant, il souffre d'un manque de rythme et de fluidité. Mais il nous offre tout de même de beaux portraits et de belles tranches de vie, de quoi me donner envie de lire d'autres romans de son auteure.
Lien : http://www.aufildisa.com/201..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
blablablamia
  13 avril 2013
REFAIRE LE MONDE a comme un handicap > sa taille/son poids… 766 pages, c'est lourd.
766 pages durant lesquelles se mêlent plusieurs destins, de manière entrecoupée, voire un peu hachée.
Du coup, moi perso, je ne me suis attachée à aucun personnage réellement…
J'ai quand même suivi leur évolution durant une année avec intérêt, et curiosité, l'écriture de Julia Glass est très fluide, très agréable.
Elle fait des tas de descriptions culinaires (le personnage principal, Greenie, étant chef cuisinier) qui ne doivent d'ailleurs pas être étrangères à mon grand appétit d'alors, et à mes fortes envies de sucré (et puis z'avez vu cette couverture, aussi !!!). Elle m'a rendue sacrément curieuse de goûter la tarte citron/avocat dont elle parle avec passion
Mais REFAIRE LE MONDE n'est pas un livre de recettes, hein ?!
C'est un roman choral avec des vies qui se croisent, se quittent, renoncent, luttent, se heurtent et se leurrent parfois… le quotidien ma foi. Quotidien décrit avant et après un évènement qui chamboulera à jamais les New Yorkais (et pas qu'eux), dont on verra l'impact sur les personnages, sans pathos et avec sensibilité.
Julia Glass nous présente le monde comme il est avec ses problèmes d'écologie, le Sida, l'amour et les difficultés à maintenir la flamme dans un couple, l'adoption, la paternité/la maternité, la politique (pas trop, heureusement!), les cas de conscience, la violence et la nostalgie.
Peut-être que ce livre nous apprend à lâcher un peu prise, à s'aimer +...
En résumé, c'est un bon livre, très bien écrit, mais dont je crois que je ne me souviendrai pas nécessairement dans 1 an, ou 2… Ceci étant s'il y a une suite, ce qui serait tout à fait possible, je la lirais avec plaisir !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
bookaurebookaure   01 mars 2012
Mais c'était là des réflexions que Walter ne se fit que bien plus tard, après la mort de Granna. Ce jour-là dans la cuisine, il ne pensait qu'à la solitude: passer toute une vie sans trouver un parent à qui parler seul à seul inlassablement, en tête-à-tête ou, dans le pire des cas, dans un cadre de photo. Comment trouver cette personne si je ne peux jamais me marier? se disait-il. Et si personne n'avait jamais besoin de Walter, de l'avoir à ses côtés pour lui faire la lecture ou l'écouter?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
bookaurebookaure   10 mars 2012
L'important chez une mère, c'est qu'elle vous montre son amour: non seulement qu'elle vous donne de l'amour, mais qu'elle vous le montre, qu'elle vous montre comment il est fait. Elle vous montre son amour comme une pièce de musée, exposée sous une belle lumière au milieu d'un environnement calme. Elle vous le montre comme un plateau de pâtisseries, songea Greenie, toutes si parfaites qu'on ne sait laquelle choisir. Mais ce n'est pas grave, car quelle que soit celle que vous choisissiez, elle satisfera vos besoins. Vous ne pouvez pas perdre. Elles ne sont ni trop sèches, ni trop dégoulinantes, il n'y a ni trop de sucre, ni trop de levure. Comme il se doit. En principe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AifelleAifelle   14 juillet 2015
"Quand elle était au lycée, un couple d'amis de ses parents s'était séparé, le mari ayant quitté sa femme pour une autre. Quelques mois plus tard, il était revenu. Greenie avait alors observé que la femme devait être contente qu'il soit revenu, mais Olivia avait haussé les sourcils et répondu "oui et non". Un couple qui survivait à une liaison était comme une tasse de porcelaine dont l'anse avait été cassée. On pouvait la recoller, mais on verrait toujours la trace de la cassure, et quand on la tiendrait entre ses mains, on ne pourrait jamais avoir la certitude qu'elle ne se recasserait pas exactement au même endroit".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
keishakeisha   02 octobre 2011
Mais Greenie sait qu'un gâteau réussi est comme un mariage réussi: de l'extérieur il a l'air ordinaire, parfois même quelconque, mais il suffit d'en prendre une part et de la goûter pour savoir qu'il n'en est rien. C'est le sublime résultat d'une longue et patiente expérience, une réalisation dont le succès repose sur une profonde compréhension des goûts et des compatibilités, un respect de la mesure, de l'équilibre, de la chimie et de la chaleur, une histoire d'innombrables erreurs surmontées. Dans le vieux livre de cuisine de Greenie, un chef atrabilaire du nom de Louis P. de Gouy consacrait huit pages serrées aux "Causes et remèdes les plus courants des ratages en pâtisserie". Si seulement le grand maître de Gouy avait pu écrire un semblable traité sur l'amour, ne serait-ce que sur l'amour maternel!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
bookaurebookaure   04 mars 2012
Le vrai problème était là. Elle dirait à tout le monde qu'elle était démunie, ce qui était faux. Elle n'était pas démunie. Elle était désorientée, voilà ce qu'elle était. Elle vivait comme les chiens, s'en remettant à sa gamelle, au prochain jour, à la prochaine nuit, se contentant de petites expéditions, de missions de courte durée. En réalité, quand ils se retrouvaient livrés à eux-mêmes, les chiens étaient intelligents, débrouillards, résistants. S'ils étaient dépendants, c'était par habitude et par facilité, non par nécessité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Video de Julia Glass (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julia Glass

La chronique de Gérard Collard - Refaire le monde
Si vous aimez lire, si vous êtes gourmet, si vous êtes gourmand... le livre que Gérard Collard vous présente aujourd'hui dans sa chronique, est pour vous!!! le libraire de Saint-Maur-des Fossé a choisi de vous parler du livre de Julia Glass "Refaire le monde" aux éditions J'ai Lu. Un roman qui se dévore... Regardez... La présentation du livre "Refaire le monde" par l'éditeur : Pâtissière à Greenwich Village, Greenie se consacre tout entière à son jeune fils et à son métier, tandis que son mari plonge dans la mélancolie. Lorsque le truculent gouverneur du Nouveau-Mexique, conquis par un gâteau à la noix de coco, lui propose de devenir chef cuisinière de sa résidence, elle accepte, par ambition autant que par désespoir, et part vers l'Ouest, bouleversant ainsi la vie de toute la famille... Vous pouvez commander "Refaire le monde" sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvelle vieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les nourritures livresques : la cuisine dans la littérature

Qui est l'auteur de la célèbre scène où le personnage principal est assailli de souvenirs après avoir mangé une madeleine ?

Emile Zola
Marcel Proust
Gustave Flaubert
Balzac

10 questions
315 lecteurs ont répondu
Thèmes : gastronomie , littérature , cuisineCréer un quiz sur ce livre
.. ..