AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782021098259
112 pages
Seuil (07/01/2016)
2.92/5   6 notes
Résumé :


L’esprit n’est pas une entité désincarnée, il est l’activité même du cerveau, centre de nos représentations et de nos sentiments, inséparables de nos actions. Et ce cerveau, qui se représente le monde et contrôle la machine de notre corps est bien plus qu'un ordinateur doté d’un super logiciel. C’est sans doute, avec ses cent milliards de neurones qui échangent en permanence signaux chimiques et électriques, avec son organisation en multiples sous-sy... >Voir plus
Que lire après Le cerveau expliqué à mon petit-filsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
"Le cerveau expliqué à mon petits-fils" est un ouvrage se voulant didactique et ludique. JE considère que l'auteur rate sa cible, le propos étant aussi complexe que le sujet exposé. le cerveau est composé de différentes aires spécialisées. Sans cerveau, on ne peut pas vivre. Il traduit toutes les informations internes (organes, corps) et externes (environnement) en actions, en sensations. En 1929, on découvre l'existence de l'électricité dans le cerveau décomposée en différents rythmes qui permettent de diagnostiquer des pathologies (tumeurs, épilepsie, aphasie...). le cerveau est une sorte super d'ordinateur organique avec ses différentes mémoires. L'auteur aborde la la chimie en étudiant les fonctions végétatives (la faim, la soif, l'amour). Il y a souvent des termes techniques qui alourdissent le texte.
Finalement, c'est un ouvrage d'une centaine de pages, dense et ardu qui intéressera plutôt les jeunes mordus par ce sujet.
J'aimerais un cerveau hédoniste mais aussi ascétique. Est-ce un voeu pieux ?
Commenter  J’apprécie          60
Comme tout les livres de la série "expliqué à" il s'agit d'une conservation entre un spécialiste d'un domaine et un enfant ou ado. Ici, dès l'introduction, Jean Didier Vincent tiens à nous préciser que l'on est dans le vrai et qu'il s'agit de son petit fils Constant.

Certainement le domaine des neurosciences est trop complexe pour êtres réellement simplifié avec des mots simples et sans jargons, mais Jean Didier Vincent s'en sort quand même bien.
Les themes abordés sont variés, cela commence avec un rappelle historique de la recherche ; le cerveau végétatif ; les comportements de base ; le plaisir ; la vision ; les mémoires ; les amnésies ect. le livre comme on pouvait s'y attendre met un pied voir la jambe entière dans la philosophie. Il faudra bien s'accrocher pour comprendre et plusieurs lectures seront surement nécessaire.
Si comme moi vous êtes un béotien intégral, je vous conseil d'allumer votre cerveau avant la lecture du livre.

Commenter  J’apprécie          10
Dans les titres génériques, " Tel Sujet expliqué à mon fils, petit fils, fille, petite fille", j'en ai lu de plus intéressants et plus clairs.
On reconnait plus le licencié de philosophie que le neurobiologiste lors de la lecture de ces 100 pages. Monsieur Jean Didier Vincent semble s'écouter parler ou plutôt se regarder écrire. C'est parfois un peu verbeux et ennuyeux.
Lecture pas inutile et on pourrait néanmoins s'en passer.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Le cerveau est probablement l’objet le plus complexe de l’univers. Cela explique son exploration tardive par la science. Mais très tôt, dès la préhistoire, l’homme a compris que l’intérieur de son crâne était indispensable à la vie. L’arrêt de son fonctionnement signifie la mort de l’individu. On sait depuis toujours que pour tuer un homme il suffit de lui couper la tête ou de lui plonger un couteau dans le cœur. Il s’en est ensuivi une longue dispute quant à savoir où siège l’âme : dans le cerveau ou dans le cœur. On sait aujourd’hui que l’âme et l’activité du cerveau vivant sont une seule et même chose. Je conserverai donc le mot « âme », même si ce terme est souvent entaché de philosophie ou de théologie, lorsqu’il s’agira de parler de l’activité psychique (psyché désigne l’âme en grec). Ce qui n’enlèvera rien aux mystères de cette dernière : ses relations avec le corps ; le langage dont les mécanismes et les troubles seront décrits ; le tout placé sous l’éclairage de la relation à l’autre (autrui).
Commenter  J’apprécie          10
Le sommeil et l’éveil sont deux états inséparables liés aux rythmes de la vie, qui alternent comme le jour et la nuit – cette dernière étant réservée au sommeil chez les humains qui sont actifs pendant la journée. Certains animaux dorment le jour : ce sont des animaux nocturnes, en général des chasseurs, des prédateurs qui n’ont rien à craindre des autres et peuvent dormir tranquilles quand tout s’agite autour d’eux. Ce n’est pas le cas des animaux traqués, les proies, qui ont besoin de l’obscurité complice pour s’endormir. C’est le cas du lapin.
Commenter  J’apprécie          10
Il existe des cas où la perte de conscience chez le patient à la suite de lésions graves des hémisphères est compatible avec la persistance des fonctions végétatives ; on parle alors de coma ou d’état végétatif. En revanche, les lésions graves du tronc cérébral engendrent un coma profond et des troubles majeurs des fonctions végétatives incompatibles avec la survie.
Commenter  J’apprécie          10
L’homme est un animal diurne. Il est mal équipé pour voir la nuit ; celle-ci est faite pour dormir. Le rythme veille-sommeil donné par l’horloge est relativement stable dans des conditions où n’interviennent pas trop de facteurs extérieurs. C’est ce que montrent clairement les expériences menées sur des sujets en isolement (dans une grotte ou un bunker) coupés de la lumière et des bruits du monde. Dans ces conditions, les sujets n’ont aucun repère temporel : pas de montre, pas de radio, seulement la télévision avec des cassettes. Ils peuvent allumer ou éteindre la lumière quand ils veulent mais n’ont aucun repère quant au cycle solaire.
Commenter  J’apprécie          00
Le besoin de sommeil est inégal d’un individu à l’autre : il y a les grands et les petits dormeurs, sans que l’on puisse affirmer que les premiers soient plus intelligents que les seconds. Le besoin de sommeil diminue avec l’âge et lors de certaines périodes de la vie.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jean-Didier Vincent (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Didier Vincent
Il n'est pas exclu que la planète Terre vive les prémices d'un basculement historique : la transition d'une gouvernance ancestrale fondée sur la peur et la violence ? dictatures et terrorismes prolifèrent ? vers le pouvoir numérique bien plus subtil, et en apparence démocratique, qui s'affirme de jour en jour. Pourtant, sous des formes nouvelles, c'est le même pouvoir qui se perpétue. C'est pourquoi Jean-Didier Vincent pose ici la question des bases biologiques du pouvoir. Dès le plus jeune âge, notre cerveau est aux prises avec les notions d'imitation, d'empathie et de charisme, de désir de justice et d'humiliation, de violence et d'apaisement, que gèrent les flux de quelques molécules cruciales ? des hormones baptisées ocytocine et vasopressine ? sous le contrôle de la célèbre testostérone. Passionnant, et inquiétant, car cette étrange cuisine moléculaire s'applique aussi bien aux circuits du désir amoureux qu'à ceux qui mènent à la fabrication des monstres politiques. Auteur d'une célèbre « Biologie des passions » (1986) qui a révélé au plus grand nombre les mystères du cerveau, et de bien d'autres ouvrages, Jean-Didier Vincent, professeur à l'Institut universitaire de France et à la faculté de médecine de Paris-Sud, est membre de l'Académie des sciences.
+ Lire la suite
autres livres classés : corps humainVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (28) Voir plus



Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
409 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre

{* *}