AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Cédric Perdereau (Traducteur)
ISBN : 2266177133
Éditeur : Pocket (10/09/2009)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 33 notes)
Résumé :
La vie de Théo a basculé : son groupe de rock l'abandonne, sa fiancée le plaque, sa mère disparaît. Bref, un cauchemar. Plongé au fond d'une bouteille, Théo croit à une hallucination lorsqu'il voit surgir une fée qui l'entraîne de force dans un monde peuplé de créatures bizarres. Théo réalise qu'il n'est pas sous l'emprise de l'alcool mais dans un univers bien réel où l'accueil qu'on lui réserve est franchement désagréable. Guidé par des compagnons souvent pénibles ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Poniel
  28 juin 2014
Voici un livre de fantasy que j'ai beaucoup apprécié. Et signe plus que positif, malgré le nombre de pages (plus de 800), je ne suis presque pas allée voir plus loin ce qu'il se passait, ce qui veut dire que je ne trouvais pas le temps trop long ! J'avais vraiment envie de garder le suspens des explications pour la fin.
Théo Vilmos vit à San Francisco une vie plutôt ordinaire, si ce n'est qu'au début du livre il lui arrive tout un tas de galères : sa copine fait une fausse couche et le largue, et sa mère meurt. Il faut savoir que Théo n'est pas un homme très mature, il ne trouve pas vraiment sa place dans ce monde, alors il décide de tout plaquer et de s'installer dans une maison/cabane dans les bois et passe une partie de sa journée à enfiler des bières.
Et puis un jour débarque une sorte de fée au caractère bien trempée, qui le protège d'une espèce de cadavre ambulant, et qui l'emmène dans le monde de Faërie. Et là Théo découvre un monde, des gens, une façon de vivre totalement différente. Apparemment, il a un lien avec ce monde, et des gens le recherchent. Théo va donc devoir survivre dans Faërie, et comprendre ce que ces personnes lui veulent vraiment.
La base de l'histoire n'est peut-être pas d'une grande originalité, mais je n'ai pas du tout trouvé ce livre "cliché". Tad Williams sait trouver de bonnes idées pour faire évoluer son histoire, ou pour sortir son personnages d'une situation, .
Tad Williams a su créer et développer dans son livre tout un univers dans le détail. Les descriptions permettent vraiment d'imaginer les scènes, et on a l'impression qu'il décrit un paysage existant tellement elles respirent de réalisme.
Alors oui, parfois, c'est vrai, trop de description tue la description, et j'ai un peu survolé quelques paragraphes, mais ce n'était vraiment rien de bien gênant.
Les personnages sont attachants, intrigants et intéressants. Ils sont assez développés, et beaucoup de races de la fantasy sont présentes dans ce livre, ce qui est assez sympa.
Williams nous fait rapidement comprendre que ça ne le dérange pas de tuer des personnages, et cela rend les choses encore plus "excitantes", car on sait qu'il peut vraiment leur arriver malheur, à tout moment.
Je ne connaissais pas du tout cet auteur, mais maintenant je le conseille. Vraiment, c'était un bon moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
Aloisez
  05 avril 2019
Ce roman attendait dans l'étagère depuis un long moment. En effet, il était à ma soeur mais elle ne l'a jamais lu et moi, il n'était pas dans mes priorités. Jusqu'au jour où l'on m'a proposé un challenge perso dans le challenge Mauvais Genres. J'ai alors fouillé mon étagère de livres afin d'en trouver un qui rentrait dans les critères : il était le seul que j'ai trouvé. Je l'ai donc ajouté à ma Pile à lire. Il y est resté bien deux mois jusqu'au moment où je me suis dit : il serait temps que je le commence.
Tout d'abord, la taille du roman m'a freinée. J'ai eu peur qu'il ne me plaise pas suffisamment pour avoir envie de continuer à le lire, mais j'ai tout de même démarré.
En premier lieu, j'ai vraiment trouvé que l'action a mis trop de temps à commencer (plus de cent pages !). Certains trouveront cela normal vu la taille du livre mais moi ça m'a vraiment ralentie. Je peinais à lire plus d'un chapitre à la fois (en même temps ils faisaient plus de trente pages par moment et puis je n'avais pas le temps de lire davantage) et même si j'avais eu le temps je n'aurais pas pu. Je continuais toutefois, espérant avoir une bonne surprise étant donné les bonnes critiques des lecteurs.
Mais le début de l'histoire était incompréhensible, triste et ennuyeux par moment. Et ce que je n'ai pas trop apprécié est le fait que le narrateur révélait la suite dans les premiers chapitres de l'histoire, sans détail mais en explicitant clairement ce que l'on devait découvrir plus tard (je déteste le spoil !). Cependant, ces parties un peu lassantes du début ont été nécessaires afin de comprendre le déroulement de l'histoire pour la suite.
Par contre, lorsque l'action eut vraiment démarré, j'ai été vraiment émerveillée par ce monde feyrique ainsi que par les différentes créatures. J'ai été quelques fois émue et je me sentais happée par l'histoire. Je n'ai pas trop accroché au personnage de Théo mais j'ai beaucoup apprécié Poppy avec sa franchise (qui me fait un peu penser à moi ^^) ainsi que sa situation familiale et amoureuse qui m'ont peinées.
De plus, malgré le spoil du début, on attend impatiemment les révélations qui nous aideront à mieux comprendre toute l'histoire.
J'ai été un peu déçue à la fin par la rapidité à laquelle on passe de l'action au dénouement. La chute a été trop rude à mon goût. J'aurais bien aimé un ou deux chapitres avant la fin pour avoir un moment tranquille qui nous détend avant de nous dire : déjà fini ?!
Je suis tout de même contente d'avoir continué ma lecture malgré mon appréhension car ce roman m'a finalement beaucoup plus et m'a permis de m'évader durant mes moments de stress. Je le conseille évidemment à tous les lecteurs avides de fantasy !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Philemont
  01 janvier 2013
Théo Vilmos est un trentenaire comme il y en a beaucoup. Sous une apparence de vie ordonnée et responsable, il a gardé son âme et son comportement d'adolescent. Cela ne va pas sans lui causer quelques problèmes lorsque les difficultés de la vie se rappellent à lui. Et c'est lorsqu'il est au bord du gouffre qu'il est projeté en Faërie où, en dépit des apparences, il apprend à vivre dans son propre univers en compagnie des siens…
On le sait maintenant, la Fantasy de Tad WILLIAMS ne brille pas par son originalité. Que ce soit dans L'Arcane des Epées ou Les Royaumes des Marches, il s'est lancé dans des récits consacrés à la traditionnelle lutte du Bien contre le Mal en utilisant tous les artefacts du genre. Mais ce que l'on sait aussi, c'est que Tad WILLIAMS est un formidable conteur, qui sait structurer ses histoires et captiver ses lecteurs.
La Guerre des Fleurs ne fait pas exception à cette règle. WILLIAMS se lance cette fois dans la Fantasy urbaine, en utilisant pour point de départ un San Francisco bien réel, dans lequel vit un homme tout ce qu'il y a d'anodin, lequel découvre malgré lui que le merveilleux existe à la frontière de son univers rationnel. Au fil de sa lecture, le lecteur découvre alors un monde complet dont les règles de fonctionnement sont cohérentes et précises.
Ainsi en Faërie vit un impressionnant panel de créatures (gobelins, sprites, doonies, trolls, etc.). Peu (aucune ?) sont oubliées et tout cet univers est dirigé par les sept grandes familles dirigeantes. Ces dernières portent chacune un nom de fleur et se trouvent au bord de l'affrontement lors de l'arrivée de Théo. Ce dernier découvre bien sûr qu'il est l'élément clé de cette « Guerre des Fleurs ».
Tout cela est mis en valeur par le style plaisant de l'auteur. On y trouve de l'aventure, de l'émotion et de l'humour, tout cela sur un rythme effréné. Comme à son habitude, WILLIAMS fait très long ; on pourra donc regretter ici ou là quelques longueurs, tout en se consolant que cette fois-ci il s'agit d'un roman qui n'appelle aucune suite.
La Guerre des Fleurs est finalement une nouvelle oeuvre très plaisante de Tad WILLIAMS. Elle confirme surtout qu'il ne manque à ce dernier que l'originalité de ses thématiques pour que l'on parle d'excellence à son propos.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
aventurine
  11 mars 2016
Je sors de ma lecture de la Guerre des Fleurs et c'est un véritable coup de coeur ! L'histoire, les personnages, son univers, son sérieux et son côté décalé, on aime ou on n'aime pas et j'ai seulement compris à la toute fin à quel point j'avais été séduite. Une fois le livre refermé, je me suis dit : « Oh bon sang, c'est une merveille ! »
Déjà on prend en pleine face le sérieux et la dimension dramatique de ce livre avec la première partie. Ça change, ça surprend et ça me garde en intérêt. On plonge avec Théo dans ses malheurs et de suite ça nous accroche à lui. Puis ensuite les pages s'enchainent et ne se ressemblent que dans leur profondeur. Chaque chapitre est différent mais pleins de sens, comme s'ils avaient chacun un univers. Et puis, Il y a cet humour génial qui illumine le tout, qui apporte la légèreté nécessaire à cette histoire et qui nous permet de continuer sans nous arrêter.
Et puis Trognon d'Pomme, quoi ! J'ai adoré suivre ce personnage à chacune de ses apparitions. Elle est brillante, généreuse et unique.
Ce livre m'a beaucoup touché, je ne suis pas prête de l'oublier. Je ne le dirais jamais assez, c'est une merveille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Mondaye
  10 août 2016
Lecture qui remonte au lycée. Donc au moins trois ans.
Pour une lecture "ancienne" je m'en souviens relativement bien, ce qui parle déjà en sa faveur... mais pas avec passion.
Donc c'est plus qu'une lecture "passe-temps", mais pas encore un vrai coup de coeur.
Au début j'ai eu du mal à me plonger dedans, ayant fait l'erreur de lire le résumé... qui n'est pas très très fidèle en terme d'atmosphère promise.
Mais une fois le récit passé directement "de l'autre côté", tout s'est poursuivit sans problème.
La manière dont Théo était assez faillible, mais sa capacité d'autodérision m'ont bien amusée, et l'intrigue est plutôt bien ficelée.
Bref un bon souvenir.
Commenter  J’apprécie          51
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
PonielPoniel   04 mai 2014
- Nounours ?...
- C'est comme ça que les ogres s'appellent eux-mêmes, expliqua Trognon d'Pomme. Ils se nomment pendant l'enfance, du nom de leur jouet préféré. Mais avant que tu trouves ça tout mignon, le nounours de son frère était un ours adulte qu'il a broyé un jour, par accident. Et Poupée...euh, crois-moi, tu ne veux pas savoir ce qu'elle avait comme poupée.
Commenter  J’apprécie          10
AloisezAloisez   05 mars 2019
Ce n'était pas un déplacement. D'une certaine façon, il s'étirait - comme si une partie de lui se trouvait encore dans sa réalité, tandis qu'une "Théo-ité" de plus en plus atténuée était trainée sur des milliers de kilomètres de bruit et de lumière. Tout ce qu'il était paraissait s'affiner et perdre de sa substance, jusqu'à ce qu'il se sente comme une ligne de conscience presque infinie, presque invisible, chaque grain de pensée ne touchant que les perles de compréhension de chaque côté. Et toutes s'éloignaient de plus en plus les unes des autres. Il était un élastique entre les mains de Dieu, et Dieu ouvrait ses bras puissants aussi loin qu'il pouvait...
Puis l'élastique cassa.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MineyMiney   11 décembre 2016
Cumber Sedge se retourna à moitié pour montrer dans son dos les cicatrices roses et irrégulières.
- Où sont mes ailes ? Envolées ! Tranchées ! Parce que ma mère voulait que je sois comme vous ! Mais je le regrette chaque jour ! Vous m'entendez ? Parce qu'un fey sans ailes n'est... n'est rien ! Une abomination clouée au sol !
Commenter  J’apprécie          00
PonielPoniel   28 juin 2014
J'espère que vous serez si heureux ensemble que vous vous réveillerez tous les matins en chantant.
Commenter  J’apprécie          20
ElidoreElidore   05 avril 2018
On me parle d'une "guerre des fleurs". Tout le monde dit qu'il n'y en aura pas, personne n'oserait, tout ça, tout ça. On dirait un divorce ou un décès. Quand on dit aussi souvent que quelque chose ne va pas se produire, c'est parce que tout le monde a peur que ça arrive pour de bon.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Tad Williams (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tad Williams
Bobby Dollar is an angel—a real one. He knows a lot about sin, and not just in his professional capacity as an advocate for souls caught between Heaven and Hell. Bobby's wrestling with a few deadly sins of his own—pride, anger, even lust.
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1334 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre