Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2072442109
Éditeur : Gallimard (2014)


Note moyenne : 3.99/5 (sur 226 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
"Nous commencerons par discuter les points de vue pris sur la femme par la biologie, la psychanalyse, le matérialisme historique. Nous essaierons de montrer ensuite positivement comment la "réalité féminine" s'est constituée, pourquoi la femme a été définie comme l'Autr... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (13)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 2.00/5
    Par lecassin, le 27 novembre 2012

    lecassin
    « Le deuxième sexe » constitue une étude fouillée qui pose, entre autres questions, la question de l'existence ou non d'une identité féminine innée, pour mieux la récuser : « on ne naît pas femme on le devient »…
    S'appuyant sur l'infériorisation de la femme à travers les âges dans tous les domaines de la société, hors la maison, Simone de Beauvoir s'attache à démontrer que tout, les parents, la société, la religion, formate les femmes dans leur infériorité par rapport au « mâle » ; et que mariage et enfants sont un piège qui les cloue à la maison et les empêche de se réaliser en tant qu'individu à l'extérieur. D'où le militantisme de Simone de Beauvoir pour une égalité homme/femme qui selon elle rendrait les deux plus libres…
    Le deuxième sexe constitue un des piliers du néo-féminisme post soixante-huitard qui connaîtra son apogée dans le milieu des années soixante-dix. le slogan, car c'en est un, «On ne naît pas femme on le devient » faisant écho à l'autre, celui du mouvement de mai 68, «Il est interdit d'interdire».
    Quoiqu'il en soit, les faits sont là…présentés, détaillés, analysés. Il n'en reste pas moins que l'interprétation qu'en fait Simone de Beauvoir est parfois un peu « tirée par les cheveux ». Un grand texte, à lire, tout en gardant à l'esprit qu'il s'agit d'un texte militant : le credo d'une femme engagée pour la reconnaissance du droit des femmes.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 24         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Sharvey, le 19 décembre 2013

    Sharvey
    Ce premier des deux tomes concernant la situation de la femme dans le monde qu'elle habite - et a habité - nous informe de façon assez exhaustive sur ce qu'est - et a été - historiquement la position de celle-ci. En débutant par cet élément fondateur qu'est la biologie - début qui est, heureusement, très bien détaillé - De Beauvoir nous relate ensuite ce qu'a été la vie de la femme historiquement, mais aussi mythologiquement, c'est-à-dire de quelle manière elle a, en tant que femme, traversé et marqué les consciences.
    Ce livre est très bien fait. Il aborde la condition de la femme par ce qui la détermine en premier lieu, c'est-à-dire le fait biologique. On y apprend ainsi comment la femme, par la menstruation, la grossesse, est placée très rapidement (dès la puberté) face à l'immanence; tandis que l'homme, n'ayant pas à vivre d'événements aussi "traumatisants" physiquement parlant, se découvre plutôt comme aérien et transcendant. La femme se voit alors ramenée sans cesse à son immanence et finit par y rester coincée, par croire que sa vie ne consiste qu'en cela; tandis que l'homme ne ressentant pas le poids de ces chaînes, peut plus facilement se développer dans des sphères transcendantes et croire, à son tour, qu'il n'est pas, ou si peu, soumis aux aléas de la chair. Enchaînant ensuite avec les considérations historiques, De Beauvoir démontre bien comment cette inégalité physiologique, entres autres, a été utilisée âprement de façon à asservir et à soumettre la femme à travers les âges et les époques. Ainsi les hommes, plus souvent qu'autrement, en cherchant à affirmer leur volonté de puissance, n'ont pas eu de mal à écraser les femmes et à les reléguer à des rôles et à des positions de subalternes, voire même, dans certains contextes, d'esclaves. de même, la femme s'est vue déterminée comme altérité, elle s'est vue attribuée le statut de l'Autre, c'est-à-dire d'une conscience différente, séparée mais tout de même bien présente et pouvant entrer en conflit avec le sujet qui la rencontre. La conscience de l'homme, cherchant à devenir souveraine, travaillait ainsi à réduire cette Autre, à la dominer pour pouvoir régner. Elle était aussi la cible idéale sur qui l'on pouvait projeter tout ce que l'on arrivait pas à accepter chez soi, à savoir la peur, le dégoût, l'incertitude, la sentimentalité, etc. C'est de cette façon que toutes sortes de mythes ont existé - et existent encore - au sujet des femmes; on les voit, tour à tour: sorcières, enchanteresses, pécheresses, beautés, anges, nymphes, créations célestes, etc. malheureusement, ces mythes se placent en travers du chemin menant à l'épanouissement des femmes, mais aussi des hommes qui les côtoient et les côtoieront toujours.
    Cette lecture a été très bénéfique pour moi, Elle m'a permis de prendre compte de cette réalité qu'est celle de la femme et de son être au monde. L'ouvrage comportant 400 pages, De Beauvoir prend bien la peine d'expliquer et de détailler à coups d'exemples et de faits historiques sa position. Nous pourrions lui reprocher, et cela ne serait pas inexact, une certaine tendance à tracer au crayon noir des éléments de la vie biologique ou historique ne laissant pas beaucoup de place pour la nuance, et pourtant l'exercice s'avère nécessaire pour qui cherche à faire un peu plus de lumière sur la question et, au final, pas si loin de la réalité puisque appuyé par des recherches et une réflexion sérieuse. En terminant, je dirais que ce livre est un livre essentiel pour toutes personnes s'intéressant au féminisme.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Luniver, le 13 octobre 2011

    Luniver
    Un des piliers du féminisme.
    L'essai est divisé en trois parties : partant du constat que la femme est considérée comme inférieure, la première partie tente d'expliquer cette différence à travers trois points de vue : biologique, psychanalytique, et celui du matérialisme historique, mais en conteste les résultats.
    La deuxième partie brosse le portrait des relations hommes/femmes en Europe à travers l'histoire : on part de la préhistoire, où la femme est associée à la fécondité, en passant par l'antiquité, la religion, et les temps plus modernes. On s'aperçoit que les "avancées" sont plus dûes à un pouvoir qui tente d'en contrecarrer un autre qu'à une réelle volonté d'égalité.
    La troisième partie traite des mythes construits. Ne connaissant que très peu les œuvres évoquées dans cette section, je l'ai survolée (décortiquer des textes qu'on a pas lu, ce n'est pas très passionnant).
    Qu'en penser au final ? Je me suis senti parfois perdu face aux interprétations que l'auteur tirait des faits, soit par manque de bagage pour comprendre de quoi il était question, soit par l'impression de se retrouver face à des explications un peu tirées par les cheveux. Mais de toute manière, la grande compilation de faits et d'exemples est suffisante pour prendre conscience que cette construction masculin/féminin est très artificielle, et permet de se forger sa propre opinion.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Atonement, le 30 décembre 2013

    Atonement
    Avant tout, petite présentation de ce livre pour celles et ceux qui ne le connaîtraient pas : « Le deuxième sexe » est composé de parties qui semblent très différentes mais qui en fait permettent de comprendre au fur et à mesure ce à quoi Simone de Beauvoir veut nous mener, il y a vraiment un fil conducteur. Dès l'introduction, on apprend des choses et moi qui avait peur de ne pas tout comprendre, j'ai pu dès le début bien suivre. Ensuite, la philosophe présente la femme d'un point de vue biologique et psychanalytique, avant de refaire l'Histoire de la femme (en Occident!).
    Ce chapitre m'a paru très intéressant, d'autant plus que Simone de Beauvoir (et cela s'est confirmé par la suite) n'est pas radicale et reconnaît les « tords » des hommes autant que ceux des femmes. Même si elle est par moment très ironique et qu'elle s'attaque parfois à certains antiféministes, c'est toujours de manière réfléchie et très finement. Dans ce chapitre sur l'Histoire (qui remonte d'ailleurs jusqu'à la Préhistoire), Beauvoir parle des femmes et des relations entre les deux sexes. Elle décrit leurs conditions de vie à chaque époque, la vision que les hommes et les femmes avaient les uns sur les autres. Elle cite également des personnages illustres qui ont marqué l'Histoire des femmes, fait parfois des retours en arrière mais ne nous perd pourtant jamais. Elle conclue ce chapitre avec cette phrase qui le résume bien et qui est maintenant devenue célèbre : « Toute l'histoire des femmes a été faite par les hommes ».
    Après une partie nommée « Mythes » sur les différentes visions de la femme (et le « mythe féminin ») mais aussi sur les points de vue différents d'écrivains, Beauvoir commence la partie la plus longue (« Formation ») par une phrase elle aussi devenue très connue : « On ne naît pas femme, on le devient ». Et en effet, dans les chapitres qui suivent, la philosophe nous montre ce qu'est la vie d'une femme, de l'enfance à La Vieillesse, en passant par la jeune fille ou encore la mère. Tout un cheminement qui mène Simone de Beauvoir à finir son livre par des propositions, des solutions qui selon elle aideraient les femmes à être enfin indépendante et libre. Pour résumer brièvement, il y aurait selon elle deux choses qui le permettrait : l'égalité au travail entre les hommes et les femmes (mêmes salaires, postes et considération) ainsi que la libre contraception.

    Il m'a fallu bien du temps pour lire cet essai philosophique (premier que je lis réellement), mais non pas à cause de sa longueur mais surtout pour comprendre tout ce qu'il contient. En effet, le texte de Simone de Beauvoir est très intéressant mais très dense et certains chapitres sont un peu plus difficiles à comprendre.
    Une des principales craintes en commençant ce livre était qu'il ne soit finalement plus vraiment d'actualité. Il a été écrit en 1949, et les choses ont beaucoup évolué pour les femmes en un peu plus de 50 ans. Pourtant, même si certains éléments n'ont plus cours aujourd'hui (notamment sur la question du mariage), il se trouve cependant que d'autres perdurent encore. On pourrait dire que la femme est libre de travailler aujourd'hui, mais est-elle vraiment égale aux hommes dans ce domaine ? Même malgré les avancées faites, il reste encore des inégalités et on ne connaît que trop bien « le plafond de verre ». Et la libre contraception ? Simone Veil a permis de grandes choses, et pourtant, en fermant le livre de Simone de Beauvoir, je me suis dit que finalement, même avec la libre contraception dans les textes de lois, les mentalités n'avaient peut-être pas encore totalement évolué. Il y a encore du chemin à faire, et le texte de Simone de Beauvoir reste encore aujourd'hui un livre très important et sur le fond, il est (malheureusement) toujours d'actualité.

    Lien : http://papierencre.wordpress.com/2013/12/30/le-deuxieme-sexe-de-simo..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Sissidebeauregard, le 03 octobre 2013

    Sissidebeauregard
    C'est la première partie de l'autobiographie de Simone de Beauvoir, elle y raconte son enfance, son adolescence et son entrée dans l'âge adulte, à peu près jusqu'à sa rencontre avec Sartre.
    Exceptionnel et passionnant.
    Exceptionnel par son style magnifique et limpide, son fond sidérant de féminisme avant-gardiste à une époque où la société française restait très traditionnelle.
    Passionnant pour tout ce qu'il révèle sur Simone de Beauvoir, la femme et la philosophe qui avait un siècle d'avance sur son temps et qui soulève bien avant tout le monde des problèmes qui ne sont aujourd'hui toujours pas réglés.
    À lire absolument.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

> voir toutes (70)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Megh, le 15 mai 2010

    Personne n'est plus arrogant envers les femmes, plus agressif ou méprisant, qu'un homme inquiet pour sa virilité.

    Commenter     J’apprécie          0 85         Page de la citation

  • Par euphemie, le 14 octobre 2013

    La consigne du de "l'amour conjugal" invite au contraire à tous les refoulements et à tous les mensonges. Et d'abord elle interdit aux époux de véritablement se connaître. L'intimité quotidienne ne crée ni compréhension ni sympathie. Le mari respecte trop sa femme pour intéressé aux avatars de sa vie psychologique : ce serait lui reconnaître une secrète autonomie qui pourrait s'avérer gênante, dangereuse; au lit prend-elle vraiment du plaisir? Aime-t-elle vraiment son mari? Est-elle heureuse de lui obéir? Il préfère ne pas s'interroger; ces questions lui semblent même choquantes. Il a épousé une "honnête femme" ; par essence elle est vertueuse, dévoué, fidèle, pure, heureuse, et elle pense ce qu'il faut penser.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 9         Page de la citation

  • Par pictura, le 18 mars 2014

    Mais le principe du mariage est obscène parce qu'il transforme en droits et devoirs un échange qui doit être fondé sur un élan spontané :il donne aux corps en les vouant à se saisir dans leur généralité un caractère instrumental, donc dégradant ;le mari est souvent glacé par l'idée qu'il accomplit un devoir, et la femme a honte de se sentir livrée à quelqu'un qui exerce sur elle un droit.

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par latrace, le 02 juin 2010

    Le drame du mariage, ce n’est pas qu’il n’assure pas à la femme le bonheur qu’il lui promet-il n’y a pas d’assurance sur le bonheur, c’est qu’il la mutile, il la voue à la répétition et à la routine. Les vingt premières années de la vie féminine sont d’une extraordinaire richesse; la femme traverse les expériences de la menstruation, de la sexualité, du mariage, de la maternité; elle découvre le monde et son destin. A vingt ans, maîtresse d’un foyer, liée à jamais à un homme, un enfant dans les bras, voilà sa vie finie pour toujours
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par Megh, le 15 mai 2010

    Il est très difficile à une femme d'agir en égale de l'homme tant que cette égalité n'est pas universellement reconnue et concrètement réalisée.

    Commenter     J’apprécie          0 26         Page de la citation

> voir toutes (61)

Videos de Simone de Beauvoir

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Simone de Beauvoir


Irène Frain - Beauvoir in love - le carnet
Irène Frain nous dévoile les secrets du mystérieux carnet écrit par Nelson Algren et Simone de Beauvoir lors de leur voyage au Mexique et en Amérique du sud.








Sur Amazon
à partir de :
8,39 € (neuf)
8,85 € (occasion)

   

Faire découvrir Le deuxième sexe, tome 1 : Les faits et les mythes par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Lecteurs (737)

> voir plus

Quiz