AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2811218874
Éditeur : Milady (2016)

Note moyenne : 3.43/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Nogent-les-Chartreux, c’est la France d’aujourd’hui.
Clocher sur fond de plaine, centre-ville soigné et périphérie discount, jeunesse désabusée, chômeurs exsangues et minorités trop visibles... Une France morose, minée par la crise et les JT du soir.
La folie d’un tueur met le feu aux poudres. En campagne électorale, les autorités sortent l’artillerie lourde : contrôles incessants, couvre-feu, patrouilles en treillis. Une politique sécuritair... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Rodin_Marcel
06 décembre 2016
  • 2/ 5
Bordaçarre Olivier – "La France tranquille" – Fayard, 2011 – réed en format poche cop. Bragelonne 2016 (ISBN 978-2-8112-1887-4)

L'écriture est honnête : même s'il s'agit de son premier roman policier, l'auteur a déjà écrit d'autres romans et pièces de théâtre. L'intrigue se lit bien, c'est correctement agimolé, en suivant les recettes les plus classiques.

Dès la moitié du texte cependant, le lecteur repère son principal moteur : le racisme social et géographique le plus éculé de la littérature française, reposant sur le mépris de ce que l'on nomme maintenant "la France périphérique" (cf recension : Guilly Christophe, – "La France périphérique : comment on a sacrifié les classes populaires"), de ce que les parvenus et néo-parisiens nommaient dédaigneusement "la province" il y encore peu de temps.
Ce cliché a envahi la littérature franchouillarde dès le dix-neuvième siècle : la liste serait tellement longue que je me borne à quelques exemples "Le journal d'une femme de chambre" d'Octave Mirbeau (recension), les vaticinations de Rimbaud (recension) ; ou encore dans le secteur du roman policier, "Femmes blafardes" de Pierre Siniac qui évoque carrément "la mécanique de la ville" (cf recension) ou "La guerre des vanités" de Marin Ledun (cf recension).

Autre cliché archi-usé : les petits commerçants sont forcément des abrutis, tournant rapidement aux fascistes assoiffés de sang : on peut citer là encore Mirbeau et son "journal d'une femme de chambre", mais aussi Didier Daeninckx "La mort n'oublie personne" (cf recension) ; cela nous renvoie sans doute à la chanson de la révolution française "la boulangère a des écus qui ne lui coûte guère" ???
Bien évidemment, la famille n'est que le lieu des rancunes les plus rances et de la délation, allusion à peine déguisée au pétainisme (p. 199). Les préjugés les plus standards de l'auteur s'épuisent dans le père petit commerçant qui frappe sur son fils récalcitrant (p. 200).

Pour ce qui concerne l'enquêteur qui se suicide par la bouffe, l'auteur emprunte (ou plagie ?) le roman d'Antonin Varenne intitulé "Le gâteau mexicain".

Mais pour faire moderne et branché, ou tout simplement parce qu'il appartient lui-même à ce milieu bobo, l'auteur rajoute quelques autres clichés devenus incontournables pour un certain lectorat.

D'abord celui de la femme si tant plein libérée et branchée qu'elle a plaqué mari et fiston pour aller "vivre sa vie" évidemment à Paris, c'est tellement mieux que Nogent-les-Chartreux en Beauce (caricaturé p. 15), n'est-ce pas ? Bien sûr, elle a trouvé à se faire entretenir par un toubib, ce que nos grands-mères (cataloguées parmi les potiches par ces gens-là) eussent condamné sans hésitation, mais bon...
Cette femme libérée est doublée d'une jeune femme encore plus anti-conformiste, Elise, dont la posture "sociétale" (comme elles et ils aiment à dire) nous est résumée p. 218 : elle va lutter contre "le système" grâce au désir libéré, ben voyons, et surtout au fait de "bouger" (on nage en plein vocabulaire branchosss).

Ensuite le sabir parlé par le fiston, émaillé de termes anglais genre "dad" pour apostropher son père, avec le corollaire indispensable des titres de variété anglaise servant de toile de fond sonore au récit : l'auteur barbote décidément dans le lieu commun.
Sans oublier les allusions littéraires, comme le strabisme sartrien (p. 199), servant à bien baliser l'entre-soi avec le lectorat visé : on n'est pas des ploucs, on est tout plein cultivé.
Le fiston finira tout de même par reprendre le flambeau paternel en sauvant sa dulcinée, victime d'une scène de tortures nouvelle mode qui ouvre le roman (autre lieu commun de ces dernières décennies).

Pour couronner le tout, l'auteur nous balance le jeune couple parti au Burkina-Faso (il a probablement trop regardé Arte pour croire ainsi trouver le paradis dans un pays du Tiers-Monde), et il termine sur une citation d'Apollinaire (toujours l'entre-soi) au sujet du quartier Montparnasse, sans voir à quel point ce quartier est maintenant totalement défiguré, avec - entre autres horreurs – sa tour absurde.

Heureusement, d'autres auteurs de romans policiers se montrent beaucoup moins méprisants lorsqu'ils évoquent la "France périphérique" – raillée ici sous l'intitulé "la France tranquille" – comme par exemple l'inusable Pierre Magnan, ou plus récemment Frank Courtès ("Sur une majeure partie de la France" cf recension) ou Benoît Minville Benoît ("Rural noir" cf recension).

Pour bien comprendre les préjugés de cette caste abreuvant de ses préjugés le "bon-peuple-imbécile-qui-a-besoin-d'être-éclairé", rien ne vaut la lecture de Christophe Guilly...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
bibliomanu
14 octobre 2011
  • 4/ 5
De la Force tranquille à La France tranquille, on pourrait penser qu'il n'y a qu'un mot qui sépare cet ancien slogan aux présidentielles du titre du dernier livre d'Olivier Bordaçarre. Il y a plutôt là l'expression d'un glissement écoeurant que nous avons tous subi, quoiqu'on en dise, comme des grenouilles trempées dans de l'eau chaude dont on fait monter la température progressivement, histoire de nous avoir à petit feu. Car si la tranquillité a un prix , pour certains, elle ne s'accomplit qu'à travers le prisme de la peur et de l'entretien de celle-ci.
Nogent-le-Chartreux, vingt mille habitants, connaît des jours sombres. Pas uniquement parce que la mairie projette de multiplier l'installation de caméras de surveillance dans la ville, ça tout le monde semble s'en accommoder, mais plutôt parce qu'un meurtre horrible vient d'être commis. La chose est rare dans cette commune réputée pour sa relative tranquillité et où tout le monde connaît tout le monde. Même si la victime n'est autre que l'un des fils Bartavel, famille ne manquant pas de susciter la répulsion auprès de la population locale – la marginalité n'a pas bonne presse - l'émotion est vive. Elle permet en tout cas à chacun de commenter le crime et d'exprimer son point de vue sur l'identité du ou des coupables, de tirer à bout portant sur les populations indésirables dont la culpabilité ne devrait pas échapper aux forces de l'ordre. Aussi quand le tueur s'avère opérer en série, la peur gangrène les uns et les autres, les pousse aux actes les plus extrêmes. Une situation que le commandant de gendarmerie Paul Garand, désabusé et impatient d'obtenir sa retraite anticipée, ne s'imaginait pas un jour avoir à gérer.
« Derrière ses portes à judas comme autant de vigiles cyclopes, Nogent-les-Chartreux dormait d'un sommeil épais, sans rêve, ses artères ne pompant de la nuit que le silence suspect des déserts sécurisés. La vie s'était repliée vers les appartements coquets des ruelles historiques, puis, en cercles concentriques, vers les immeubles, les quartiers pavillonnaires, les tours de la cité du Bas, les maisons aux volets clos le long du canal et les dernières fermes vétustes des paysans rescapés.
On s'était rincé l'oeil au divertissement télévisuel du samedi soir à quatre-vingt-dix-huit pour cent de matière grasse – les miraculeux deux pour cent de matière grise résiduels étant l'oeuvre de l'ultime fragment d'humanité des « stars » invitées : chanteurs has-been tartinant les écrans plats de leur bêtise et improbables mannequins, la peau plus tendue qu'une baudruche, échouant à faire croire à leur retour sur scène. le présentateur vedette s'était une fois de plus déshonoré à coups de galéjades d'avant-guerre : le vychisme des chiens de garde est immortel. Mais le somnifère cathiodique avait fait son effet et la ville en écrasait ferme derrière le triple vitrage. Portes blindées, alarmes, caméras de surveillance et patrouilles de gendarmes somnolents veillaient à la tranquillité du vulgum pecus. »
En entamant La France tranquille, j'ai redouté qu'Olivier Bordaçarre, sous prétexte qu'il écrive un livre engagé, ne tire à boulets rouges, même s'il y a effectivement de quoi faire, sur notre société de consommation où l'individualisme a pignon sur rue. J'ai craint qu'il ne mette tout le monde dans le même panier, au risque de se discréditer. J'ai appréhendé qu'il fasse du noir la couleur prédominante de son roman, qu'il ne s'inquiète pas de jouer de nuance et de distance aussi. Et,enfin, qu'il dénigre l'histoire, ses personnages, nous les laissant comme seuls prétextes à exposer ses idées. Or ces craintes ont très vite volé en éclats. Je n'ai pas peur de dire que ce livre là est une véritable réussite, au point même que j'ai éprouvé une sorte de regret à le terminer en une seule journée. Ceci dit, cela m'a donné l'occasion de me frotter à son style, agréablement métaphorique parfois, tout en sachant qu'il serait possible d'y revenir avec ses précédents romans, Géométrie variable et Régime sec.
Alors oui La France tranquille est une véritable réussite même si, bien sûr, on a les poils des bras qui se hérissent quand on lit les propos de ceux qui soit-disant, ne peuvent dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas: des paroles sortant de la bouche de personnages de fiction mais qu'on entend un peu plus tous les jours ici ou là et qui se targuent d'une vérité dont nul ne pourrait se soustraire ; on frémit de cet étalage comme on frémit au son des discours sécuritaires et de leurs conséquences directes dans notre vie de tous les jours. Et à cette occasion, on se rappelle que tout ça n'est pas bien neuf, que la flamme de la mémoire s'éteint vite aux remous de l'Histoire, que lorsque la peur s'insinue en certains, elle craquelle bien des masques avant de les briser enfin pour révéler l'hypocrisie, la haine de l'autre, l'individualisme, réveiller les rancoeurs et favoriser la délation. On se rappelle aussi d'une première guerre du Golfe où les gens se précipitaient dans les magasins de peur du manque, se ruaient dans les armureries pour se munir de fusils que des ados se chargeraient de démonter et d'en cacher les pièces dans le domicile dès les premiers signes d'une violente dispute parentale avinée.
Et tout ça se fond parfaitement au scénario de cette histoire, à la richesse de ses personnages, à l'image du commandant Garand, bouffi de ses bons plats et de son humanité, de l'amour qu'il porte à son fils Grégory, de celui qu'il voue encore à sa femme partie dix ans plus tôt et avec laquelle il communique tous les jours. On veut aussi connaître le fin mot de cette histoire, des raisons qui poussent un homme à tuer de façon cruelle des personnes que rien ne rapproche apparemment.
Avec sa caméra à lui, Olivier Bordaçarre sillonne Nogent-le-Chartreux, et sous couvert d'une oeuvre romanesque, il capte, restitue une amère réalité d'aujourd'hui. Mais il n'épie pas, il montre. Là est peut-être toute la différence.
Lien : http://bibliomanu.blogspot.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Eskalion
24 septembre 2011
  • 4/ 5
Un titre qui sonne comme un slogan de campagne en cette période pré-électorale. Qui fleure bon la France d'antan, celle qui berce notre nostalgie d'une époque bénie où l'on n'avait pas à se poser de questions, où tout allait de soi.
Il y a comme ça des bouquins qui arrivent au bon moment, qui s'inscrivent parfaitement dans l'air du temps. Et justement en ces temps troublés où le citoyen écoute, hypnotisé, ceux qui nous ont plongés dans la crise nous expliquer qu'ils sont les mieux placés pour nous y en sortir, où l'Autre redevient le catalyseur de tous nos maux, où les solidarités se rouillent à l'ère du chacun pour sa gueule et se délitent sous l'acide du profit, le dernier bouquin d'Olivier Bordaçarre apparaît comme une énorme claque salvatrice. de celles qui donnent à réfléchir et qui remet la tête à l'endroit.
Car cette France tranquille que nous fait découvrir l'auteur est des plus inquiétantes, elle est même pour ainsi dire carrément flippante !
Nogent-les Chartreux est une petite ville provinciale comme tant d'autre, perdue dans le paysage hexagonal, une ville tranquille où la vie suit son cours dans un engourdissement citoyen coupable.
Car Nogent est une ville qui pourrit sur pied, gangrénée de l'intérieur par la consanguinité des idées primaires de ses habitants, la dégénérescence du renfermement sur soi , et la dissolution de la raison et de la solidarité dans les miasmes du cancer de la peur.
Dans cette ville où tout tient de l'équilibre précaire, où la qualité de la gestion municipale se mesure au nombre de caméras de surveillance implantées, où le danger est potentiellement identifié et calibré, rien ne doit et ne peut arriver aux braves gens !
Alors quand les agissements imprévisibles d'un tueur en série remettent tout le monde sur un pied d'égalité en faisant de chaque habitant une cible potentielle, la peur dont on se croyait immunisé sous l'effet placebo du vaccin sécuritaire, cette peur froide et insidieuse revient ramper dans les rues de la ville et s'emparer des esprits de ses habitants. Et quand la mèche est allumée, c'est le vernis de la civilité qui explose la première, pour laisser place à l'instinct primaire, où la délation ramène à la France bucolique des années 40.
Dans ce barnum qui ébranle la ville, au milieu de la meute qui a gouté au sang, un homme, un flic obèse, voit ses contemporains s'abîmer dans la destruction et l'aliénation à la folie collective. N'ayant pour horizon que sa retraite à venir et les parties de pêche qui vont avec, ne trouvant de lumière que dans son fils tourné vers les étoiles, et les mots de son ex-femme qui sont autant de caresses sur son coeur meurtri, il se retrouve là, comme un îlot humain au milieu d'une jungle sauvage.
Témoin dubitatif face aux évènements, insensible aux pressions de sa hiérarchie et des politiques locaux, il ne sait trop comment prendre les choses en main. Pourtant c'est sans doute ce décalage, cette nonchalance existentielle qui lui maintient les pieds sur terre et lui permet de rester suffisamment lucide pour finalement prendre la piste de la vérité à mesure que la menace se fait plus précise.
Olivier Bordaçarre accomplit un roman réussi. Des personnages abîmés, par la vie, par la crise, qui gardent leur dignité ou se vautrent dans la violence. Un lecteur de plus en plus mal à l'aise à mesure que les pages se tournent, qui se dit que la fiction n'est finalement pas si éloignée que ça de sa réalité. Qui se remémorent toutes ces petites phrases assassines entendues chez le commerçant du coin, au boulot ou entre amis, ces bons mots balancés avec humour au sujet de l'étranger mangeant le pain des français , du chômeurs payé à rien foutre , de ces allocs qui plombent les finances de l'Etat et engraissent les fainéants ; et tout ces soupirs résignés, ces sourires crispés pour unique réponse , ces petites lâchetés quotidiennes à ne jamais contredire le crétin aux idées courtes qu'on a en face de soi. A en oublier d'être un citoyen.
Car c'est là la force de l'auteur. Montrer, et amener progressivement le lecteur à faire le lien avec le réel, à prendre conscience que poison opère toujours au moment même où il lit ce livre, … et à laisser le laisser décider de la suite quand il redeviendra électeur le moment venu.
Par contre, j'émets une toute petite réserve. En effet, je trouve le basculement dans la violence incontrôlée peut être un peu excessif. L'auteur décrit parfaitement la montée de cette folie collective qui s'empare des habitants de cette petite ville de province, mais je trouve son déchainement un peu disproportionné par rapport aux faits qui le provoquent. Mais sans doute fallait-il en passer par là pour bien saisir les conséquences terribles à laisser ses peurs prendre le pouvoir sur la raison!
Ni voyeur, ni moralisateur, Olivier Bordeçarre nous offre donc en miroir une certaine France qui se bâtit insidieusement à l'ombre de la crise, contaminée par les emprunts toxiques, les plans de licenciements, les magouilles politiques, et qui se nourrit à cette soupe qui, bien qu'on y rajoute de l'eau pour la rendre plus claire, reste toujours brune.
Une France qui ne sait plus s'aimer.
Lien : http://passion-polar.over-bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
encoredunoir
06 septembre 2011
  • 4/ 5
Nogent-les-Chartreux, dans la Beauce, ce n'est pas vraiment la ville et ça n'est déjà plus la campagne. C'est tranquille, mais ça n'est pas forcément très joyeux : l'usine de conditionnement de poulets industriels va bientôt être délocalisée au Brésil, les petits commerçants mettent la clé sous la porte les uns après les autres, et seuls les bistrotiers semblent encore faire un peu face à la crise. Et puis arrive le premier meurtre. Et le deuxième…
Alors que les gendarmes, sous les ordres du boulimique commandant Garand, patinent, le tueur continue de sévir. Et, pour paraphraser Roger Gicquel, Nogent-les-Chartreux a peur. Elle a peur et elle s'arme. Elle cherche les suspects habituels, de préférence jeunes et bronzés, elle renoue avec la vieille tradition de la lettre de dénonciation anonyme, elle se replie sur elle-même. Très vite, ceux qui ont peur du tueur font plus de victimes que ce dernier. L'hystérie gagne et Garand ne va pas tarder à s'apercevoir que l'assassin se rapproche dangereusement de lui et de ses proches.
Voilà un roman mettant en scène un serial-killer qui change de la production habituelle. Olivier Bordaçarre joue avec les codes du genre, les arrange à sa sauce et, à la différence de beaucoup d'auteurs français, ne cherche pas à faire plus américains que les Américains. Pas de flic alcoolique et borderline, juste un gendarme tranquille, qui n'aspire à rien d'autre qu'a arriver calmement à la retraite, éventuellement à récupérer sa femme. Un homme qui souffre d'une boulimie qui empire tellement en même temps qu'il se trouve confronté à la folie de ses concitoyens qu'on le voit littéralement grossir de chapitre en chapitre.
C'est qu'en fait Bordaçarre ne cherche pas à écrire un thriller, mais un roman noir à thèse. Il nous montre comment dans cette France du fin fond de la Beauce, secouée par la crise économique mondiale et tenue tranquille par la grâce de l'effet placebo d'une politique sécuritaire qui se résume à quelques caméras de vidéosurveillance et à la dénonciation de l'étranger ou de l'assujetti social, un événement peut faire craquer le vernis des convenances. Les meurtres horribles vont perturber l'équilibre de la peur de Nogent-les-Chartreux. Jusqu'alors cette peur entretenue par les édiles et les médias, était encore canalisée. Mais quand elle explose, elle ravage la petite ville tranquille qui révèle son vrai visage, véritable charogne en putréfaction, en même temps que les éboueurs apeurés qui refusent de travailler à l'aube, laissent s'amonceler les ordures sur les trottoirs.
Bien écrit, avec un sens aigu de la métaphore (« le visage était presque aussi bleu que la Clio, tuméfié, boursouflé, les yeux rouges exorbités, la langue noire, gonflée, pendante ; des filets de sang avaient caillé en coulant du nez et des oreilles. Défiguré. Un Francis Bacon sculptural avec des vrais morceaux dedans ») et de belles trouvailles stylistiques, le roman d'Olivier Bordaçarre ne souffre à mon sens que d'un seul défaut : une tendance à trop vouloir parfois se montrer démonstratif, à appuyer un peu trop son propos, là où, en l'occurrence, son histoire se suffit à elle-même.
Cela n'ôte bien sûr pas le plaisir que l'on a à lire enfin un roman clairement engagé qui, une fois n'est pas coutume, ne nous parle pas des arcanes du pouvoir, mais des gens qui vivent ou survivent sous la coupe des politiques mises en place par ce pouvoir, qu'il soit politique ou économique. C'est bien fait, avec passion mais aussi avec raison, et ça vaut donc vraiment le détour. La France tranquille sera disponible le 14 septembre.

Lien : http://encoredunoir.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
KiriHara
30 octobre 2016
  • 3/ 5
« La France tranquille » est le cinquième roman d'Olivier Bordaçarre.
Avec un titre rappelant un slogan de campagne de François Mitterand, l'auteur nous livre un roman policier et une réflexion sur la France profonde et l'état d'esprit d'une part de la population.
Ce roman est un objet littéraire assez curieux. Avec une enquête intéressante et un personnage principal original, ce livre avait tout pour plaire. D'autant que l'auteur ne se contente pas d'un système narratif classique, mélangeant les temps, les styles, il tente de proposer autre chose. Pour autant, l'ouvrage a les défauts de ses qualités. Effectivement, si Paul Garand est un flic comme l'on en rencontre peu dans les romans policiers, il est également un peu faiblard pour porter le roman sur ses épaules. Quant à la narration, certes, l'auteur tente des choses, mais ces changements sont parfois déroutants et lassants.
Du coup, le roman est à l'image de la narration et du personnage principal, inégal, déroutant, parfois lassant, un peu faiblard, mais intéressant.
Malgré un début très prometteur mettant en place le premier crime et le personnage du flic, j'ai, ensuite, été tenté de stopper ma lecture, mais je me suis accroché, car ce roman a quelque chose de particulier.
Certes, l'intrigue policière n'est pas très approfondie, d'accord, la critique sociale est un peu grosse, effectivement, le personnage de Garand n'est pas exceptionnel et, si, au final, aucun point n'est de grande qualité, nul, non plus, ne possède de défauts rédhibitoires.
À cause de cela, ou grâce, j'ai donc perduré dans ma lecture jusqu'à arriver au bout sans jamais être convaincu par l'histoire, mais en me disant que le roman avec un certain potentiel et que même si l'auteur n'a pas réussi un coup de maître, il aura au moins tenté d'apporter une certaine originalité dans la forme et dans son personnage et c'est déjà mieux que beaucoup d'autres auteurs du genre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (1) Ajouter une citation
encoredunoirencoredunoir06 septembre 2011
Le visage était presque aussi bleu que la Clio, tuméfié, boursouflé, les yeux rouges exorbités, la langue noire, gonflée, pendante ; des filets de sang avaient caillé en coulant du nez et des oreilles. Défiguré. Un Francis Bacon sculptural avec des vrais morceaux dedans
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Olivier Bordaçarre (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olivier Bordaçarre
Un mot d'Olivier Bordaçarre...
autres livres classés : PsychosesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
911 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre