Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Maryvonne Ssossé (Traducteur)

ISBN : 2264037725
Éditeur : 10-18 (2004)


Note moyenne : 3.49/5 (sur 130 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Quel point commun peut bien relier le sexe, les drogues, un hold-up, la NASA, le virus VIH, une vieille femme qui carbure aux pilules et croupit dans un terne motel, l'attrait décalé de la pêche au marlin, une astronaute manchotte, la sévère rem... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (12)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par OhOceane, le 17 janvier 2012

    OhOceane
    Avant même de lire ce roman, d'en connaître le titre, c'est une formule que je me répétais comme un mantra plus jeune. Quand mes parents se disputaient ou qu'une quelconque frénésie prenait la maison, créant embrouilles, discussions oiseuses et éclats de voix, je me disais en moi-même que nous n'étions qu'une famille comme les autres avec ses problèmes et ses joies. Que nous n'étions pas à part, les seuls au monde à connaître des disputes. Je le disais pour me rassurer, rassurer la petite fille que j'étais, que nulle famille au monde ne connaissait un bonheur parfait et égal. Egoïstement, ça permet de traverser plus facilement des moments difficiles…
    Bref, Toutes les familles sont psychotiques, et la famille Drummond guère plus qu'une autre.
    Douglas Coupland maitrise parfaitement l'art de la surprise, de la description des vies intérieures de chacun aussi.
    Au début du roman, nous sommes avec une gentille petite famille nord-américaine, Ted, Janet, et leurs enfants Wade, Bryan et Sarah. Tout ce petit monde est réuni à Cap Canaveral pour assister au départ dans l'espace de Sarah, le petit génie de la famille.
    Mais la façade idéale va se fissurer très vite.
    Passée la surprise d'apprendre que Ted et Janet sont en fait divorcés, que Wade est une sorte d'escroc à la petite semaine, que Bryan ne sait que se suicider ou confier sa vie à une jeune femme grenouille de bénitier, que le marie de Sarah la trompe avec la femme d'un autre astronaute, passé cette surprise, on ne fait qu'assister à la course folle d'une famille vers quelques chose. Quelque chose qu'on pourrait désigner par l'apaisement de l'esprit, le besoin d'être réconforté et rassuré.
    C'est une famille secouée de névroses, comme nous en avons tous, mais aussi hanté par la maladie. le SIDA, attrapé par ce coureur de jupons de Wade, qu'il a transmis à sa mère alors qu'elle s'interposait entre lui et un revolver, le cancer du foie de Ted, le père, et le SIDA de Nickie, sa nouvelle épouse. Sans oublier la main en moins de Sarah, dont la mère Janet prenait du Thalidomide avant sa naissance…
    C'est un drôle de tableau, qu'on pourrait croire sombre, mais en fait ce n'est que la façade. Derrière il y a des êtres humains plein d'amour et de joies, de colère, de haine aussi, mais pétrie de tendresse. La tendresse qui les unit tous ne peut être niée. En témoigne la folie dont chacun eut faire preuve pour aider l'autre. Partant à la chasse d'une mystérieuse lettre, au travers de marais, d'individus louche, la rencontre d'un être étonnant finira par les réunir encore une fois dans des explosions d'étrangetés et de délires uniques.
    Nous sommes tous malades, psychotiques, névrosés. Seulement nos névroses nous paraissent plus enviables que celles des autres et nous ne leur donnons pas ce nom honteux. Pourtant il ne s'agit rien d'autres que de ça, de névroses et de notre manière d'agir avec les autres, nos cachotteries, nos envies, nos espoirs secrets, tout cela ne nous rend ni meilleurs ni pire, juste différents.
    J'ai adoré passer ces quelques pages avec la famille Drummond et l'infinie tendresse qu'elle projette. J'ai été mal à l'aise parfois, avant de reprendre à mon compte ce regard incroyable de Coupland sur ses personnages. On en peut que s'identifier, malgré toutes ces « tares », parce qu'au fond, le plus important, reste cette course commune que nous faisons tous vers l'apaisement et le bonheur.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la critique

    • Livres 1.00/5
    Par CraboBonn, le 10 décembre 2012

    CraboBonn
    Je vais faire court pour ce roman abracadarbrantesque qui se passe pour sa plus grande partie en Floride avant un decollage de navette spatiale. Voila le scenario du soap-opera: toute la famille Drummond (N'est-ce pas le nom de la famille d'Arnold et Willy ?) se retrouve avant le depart pour l'espace de Sarah, la fille ainee de la famille. La famille en elle meme reunit un ancien ingenieur qui a vire dans les drogues et la debauche (le pere), une sexagenaire qui a cotoye les hippies mais qui se veut de son temps (la mere), un fils « tare » et un autre qui joue les durs et fait partie de tous les mauvais coups. A cela il faut ajouter les pieces rapportees hautes en couleurs egalement. Je ne vais pas aller beaucoup plus loin pour le resume parce que je ne pense pas que ca en vaille beaucoup la peine … L'histoire bien entendu ne tient pas debout, et les situations les plus invraissemblables se succedent a un rythme effrene. Meme si il y a sans doute une volonte parodique derriere ce tissu d'invraissemblances, ca n'aura pas ete suffisant pour sauver ce livre. Ceci dit, c'est relativement divertissant. le rythme est soutenu et l'ecriture n'est pas si pitoyable (j'imagine quand meme qu'une lecture en VO doit etre plus agreable). On y trouve aussi des accents tres americains … mais sans doute pas dans ce qu'il y a de meilleur. Un plat pour qualifier ce roman: un navet a l'americaine ! Les navets ne sont pas forcement mauvais a manger: je ne me suis pas trop ennuye a sa lecture mais je ne le recommenderai pas … Si il doit tomber dans vos mains pour un long voyage, pourquoi pas. Utile aussi pour tuer les mouches.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par valeriane, le 27 mars 2014

    valeriane
    Première incursion dans le monde de Douglas Coupland, auteur canadien né en 1961. J'ai trouvé beaucoup de plaisir à travers cette lecture. Imaginez une famille, tout ce qu'il y a d'ordinaire : un père, une mère et trois enfants. Ensuite vous mixez le tout avec une bonne dose de piment... et vous obtenez les Drummond : Ted et Janet, les parents, Wade, Sarah et Bryan, les enfants. Une belle bande de déjantés.Famille splittée, une réunion est prévue en Floride pour fêter le départ de Sarah à bord d'une navette spatiale. Mais c'est sans compter sans la poisse que peut véhiculer chaque personnage. Ted a quitté Janet pour une jeunette. Janet refait surface et jongle entre Internet et ses médicaments. Wade tente créer sa propre famille et de se racheter une conduite. Sarah est née avec une main en moins à cause d'un traitement médicamenteux suivi par sa mère prendant sa grossesse. Bryan, le bénêt, tente désespéremment de persuader sa compagne, Shw, de garder leur enfant.C'est avec beaucoup d'humour et d'ironie que Coupland décrit les hauts et surtout les bas que chacun vit, a vécu ou vivra. L'intrigue est intense, riche en rebondissements, mais toujours très réelle. Nous en apprenons beaucoup sur les protagonistes. Nous faisons de nombreux sauts dans leur passé. Cela permet de mieux saisir leur présent. Les moments sont forts, les imbroglios farfelus, mais l'histoire reste tellement vraie. le lecteur est attendri et participe à cette vie de famille particulière. En dessous de cette couche humoristique, le récit est assez émouvant. Coupland dresse un portrait de notre société et un réfexion comique sur l'esprit de famille.Un premier roman qui me donne envie de prolonger mon expérience avec cet auteur canadien.Quatre étoiles pour ce récit qui surprend, fait rire et émeut.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Loutre_des_Rivieres, le 17 octobre 2012

    Loutre_des_Rivieres
    Un rythme haletant et un humour corrosif pour ce roman américain aux allures de chroniques familiales. Douglas Coupland raconte les aventures farfelues et inimaginables de cette famille psychotique qui devient presque attachante.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par LaurentM, le 23 juin 2012

    LaurentM
    Encore le genre de livre qui se lit vite et s'oublie tout aussi vite. le genre parfait à emmener en vacances, pour ne pas se prendre la tête :-)
    C'est l'histoire d'une famille américaine qui, je l'espère, n'est pas typique car sinon cela fait peur pour l'avenir de ce pays. La mère, le père, la seconde du père, les 3 enfants avec leurs conjoints. Cela fait pas mal de givrés car ils le sont tous, même la fille qui parait parfaite.
    J'ai souri régulièrement à l'ironie du ton, à l'humour des réparties. Maintenant, c'est quand même creux comme livre ; comme beaucoup de ces auteurs américains contemporains qui fleurissent dans les librairies. Donc en définitive, un livre à ne pas rejeter s'il vous tombe dessus mais inutile d'aller le chercher, on peut trouver bien mieux sans effort.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (1)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

> voir toutes (1)

Video de Douglas Coupland

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Douglas Coupland

Les loisirs créatifs avec Douglas Coupland ! Aujourd'hui : Starbucks








Sur Amazon
à partir de :
5,30 € (neuf)
1,52 € (occasion)

   

Faire découvrir Toutes les familles sont psychotiques par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez les éditions 10-18

> voir plus

Lecteurs (238)

> voir plus

Quiz