Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> François Lasquin (Traducteur)

ISBN : 2070408396
Éditeur : Gallimard (1999)


Note moyenne : 3.71/5 (sur 79 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Détective privé, Milo Milodragovitch exerce dans le Montana, et ce qu'il aime avant tout, c'est la coke et le peppermint. Normal pour quelqu'un qui s'apitoie sur sa vie passée avec ses cinq ex-épouses et vit reclus dans une région où l'hiver ne pardonne pas. Une certain... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (4)

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par lehane-fan, le 26 avril 2012

    lehane-fan
    Alors , Danse Avec les Loups , je connais...La Danse des canards , itou et pratique aussi souvent qu'il m'est donné l'occasion de froler le coma éthylique...Tiens , La danse de l'ours ? Milodragovitch ( qu'on appellera , pour des raisons évidentes de commodité , Milo ) , alcoolique , hum , coke , ouais , cynique , bien ça , femmes , ok , cavale - tueur , pas mal , thriller d'action dense et haletant aux dialogues percutants et à l'humour décapant . Bon , convaincante cette quatrieme de couv' mais quid réellement de cet étrange plantigrade aux faux airs de petit rat de l'opéra ?
    Végétant dans un emploi de vigile qui ferait passer les épisodes de Derrick pour un grand huit pris sous amphét', Milo décide , contre toute attente , d'accepter le boulot confié par cette vieille femme qui aura su le prendre...par les sentiments ! Votre mission , Milo , si vous l'acceptez , filer ces deux clients et...basta ! En cas d'échec ou de...s'autodétruira..blabla , on connait la suite . Oula , exaltation , impatience , excitation , autant de sentiments totalement étrangers à l'évocation de cette périlleuse mission digne d'un jeune et fier représentant de Lord Baden-Powell ! Hamster jovial , au rapport ! Seulement voilà , donner son aval , c'était déclencher une cascade d'emmerdes susceptible de faire palir les chutes du Niagara !
    La danse de l'ours ou l'art de la manipulation sur fonds d'écologie...
    Cette danse ne fut pas , pour etre honnete , franchement envoutante de prime abord . Les soixante premieres pages trainent en longueur avant de laisser place à une action pur jus qui rattrape largement ce retard à l'allumage ! Enfin je dis action , entendons-nous bien , on est loin du rythme éffréné de Rambo 29 et ses 1259,46 cadavres au compteur mais le tempo se tient et est plutot plaisant . Ce qui fait la force de ce récit : des personnages cocasses empétrés dans des situations qui ne le sont pas moins ! Galerie de portraits hétéroclite au service d'une enquete qui , si elle nous fait parfois nous demander ou l'auteur veut en venir , finit cependant par prendre tout son sens au final . Sorte de puzzle totalement abstrait qui ne se révelerait qu'avec la toute derniere piece .
    Milo , héros récurrent aussi régulierement alcoolisé que drogué , s'avere attachant malgré une propension à se foutre de tout et de tous . Cynique , torturé , violent , sympathique loser patenté à la libido fortement sollicitée , il semble vouloir courageusement honorer l'ensemble d'une gente féminine manipulatrice qui , un jour , pourrait bien causer sa perte ! Que dire de sa voluptueuse voisine nymphomane dont il n'ignore rien excepté le prénom et qui excelle dans les troubles de voisinage , tendance bunga bunga cocainé...
    Un récit étrangement captivant de par sa capacité a vous perdre et sa faculté à rebondir ! Histoire à tiroirs s'il en est ou chaque protagoniste ne représente que la partie visible d'une sordide affaire autrement plus complexe qu'elle n'y paraît ! Milo fait dans l'investigation brutale à coup de sulfateuse bien sentie ! Patient le garçon jusqu'à un certain point . le train de sénateur prend finalement l'allure d'un TGV dévastateur . Milo , tel le petit poucet , jalonne son parcours de cadavres brulés , morcelés , démembrés . Les dialogues sont savoureux car méchamment empreints d'une insolence et d'une drolerie communicatives . Cerise sur le cageot , un contexte naturel magnifiquement dépeint par un auteur au pouvoir évocateur indéniable ! Un bon moment que ce bouquin débouchant sur un scandale que n'aurait pas renié Erin Brokovich .
    La danse de l'ours , plus pogo que slow et c'est tant mieux...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          5 23         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par fannyvincent, le 21 janvier 2014

    fannyvincent
    Milodragovitch, dit Milo, est employé dans une société de surveillance. Ancien détective privé, il est engagé par une vieille dame, une ex-maitresse de son père, pour une mission d'apparence banale : il s'agit en effet de satisfaire la curiosité de cette vieille dame en lui fournissant des informations sur un homme et une femme qui se rencontrent de façon régulière dans un jardin public qu'elle aperçoit de la terrasse de sa maison. Bien entendu, Milo va, avec cette affaire, se trouver rapidement mêlé à une histoire particulièrement dangereuse qui le dépasse totalement, et dans laquelle les cadavres s'accumulent.
    L'histoire, une fois démarrée, est plutôt haletante, et l'écriture mordante, assez ironique. le personnage de Milo (buveur invétéré de peppermint, accro à la coke, aux femmes également, mais également généreux, humain) est en outre plutôt sympathique. Toutefois, les tenants et les aboutissants de l'histoire dans laquelle Milo est embarqué malgré lui, ne me sont pas forcément apparus très limpides (la seule chose à retenir, c'est que Milo s'est bien fait manipuler). Aussi, cette danse de l'ours me paraît mériter la moyenne, mais pas vraiment plus.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

  • Par keisha, le 19 décembre 2011

    keisha
    A lire (après coup) les avis sur ce livre, il semble que j'aie mis par hasard la main sur un personnage récurrent de l'auteur, sans que cela ait gêné la lecture d'ailleurs, tellement on est entraîné dans ces aventures mi noires mi givrées de Milodragovitch (appelé Milo), ex-ancien de la Corée, ex-flic, ex-mari de cinq épouses, et présentement vigile dans une petite ville du Montana. Luttant conte une tendance à l'alcoolisme en ingérant du peppermint et usant-abusant de la cocaïne, il se retrouve bien malgré lui dans des situations où ça tire à l'arme lourde, les grenades explosent, les cadavres s'accumulent.

    Au tout début c'était pourtant gentil, il s'agissait de rendre service à une vieille dame riche, ex-maîtresse de son père, et juste enquêter sur les rencontres entre un homme et une femme inconnus dans un parc public. Ma foi, si cela peut la désennuyer...
    L'ennui c'est qu'à partir de là tout évolue très très vite et Milo se retrouve poursuivi par des types n'hésitant pas à employer les grands moyens...

    "Le monde était trop démentiel pour que je l'affronte à jeun. Peut-être pas l'univers entier, mais en tout cas le monde dans lequel je vivais, celui des bars et des arrière-cours obscures, des coins d'ombre où je me dissimulais pour espionner mon prochain. Tout ça était trop dingue pour que je pusse le supporter à jeun. Mais peut-être que le monde entier était trop dingue. Partout des guerres et des conflits. Guerres de religion, affrontements économiques, batailles politiques. .. Ce monde est-il le reflet de ce que nous sommes, ou bien est-ce l'inverse?"

    Bonne pioche donc pour les amateurs de bien noir et poisseux, avec personnages tranchés et quand même une grosse dose d'humour. J'en reprendrais bien un peu...

    Cerise perso sur le gâteau : cela se déroule entre le Montana et Seattle, autant dire que j'ai carrément remis les pas sur mon itinéraire des dernières vacances...


    Lien : http://en-lisant-en-voyageant.over-blog.com/article-la-danse-de-l-ou..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par vda, le 29 janvier 2011

    vda
    James Crumley écrit un roman noir déjanté, non parce que son personnage, fils de bonne famille, en attente d'héritage (cinquante-deux ans pour toucher « la galette ») ancien adjoint du shérif, ancien enquêteur privé, présentement vigile, ancien alcoolique et adepte de la cocaïne, mais parce qu'il enchaine les scènes les plus improbables. Et cette succession de scènes, de la remise d'une lettre par un facteur en tenue d'été en plein hiver, au Montana, au braquage d'une supérette, à une revente de drogue dans une maison perdue, à des errances sur les routes enneigées ou non du Montana, s'imbrique dans un récit dont le lecteur ne voit pas très bien où il va, tout comme le personnage principal qui le répète à son acolyte. Malgré cela, ou peut-être grâce à cette indécision des enjeux, on est accroché, on adhère à ce personnage aussi clown qu'hors de son époque, et la chute n'en est que plus délectable.
    "J'ai appris deux ou trois choses. La vie moderne est une guerre sans fin ne pas faire de prisonniers, ne pas laisser de blessés, manger les morts, voilà la meilleure manière de préserver l'environnement."
    L'enquêteur cow-boy s'est fait manipuler.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (6)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par nina2loin, le 28 janvier 2012

    " J' ai fait tellement de cheval que j'ai le cul tout zébré de cicatrices. Vous voulez que je vous les montre?
    - En voilà des façons! " fit-elle, mais elle souriait .

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par fannyvincent, le 20 janvier 2014

    Derrière ce sourire mécanique et un peu narquois, il y avait pourtant une femme bien réelle, qui devait être extrêmement malheureuse, ou en tout cas assez paumée, pour en être réduite à baisouiller à droite à gauche avec des tarés de mon acabit.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par fannyvincent, le 27 janvier 2014

    Depuis qu'Evelyn, sa femme et l'ex-mienne, l'avait plaqué quelques mois plus tôt pour se mettre en ménage avec un végétarien de vingt-huit ans qui enseignait le français dans un collège de Portland, Jamison ne se mettait plus en rogne contre moi avec le même entrain qu'avant.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par fannyvincent, le 21 janvier 2014

    - Et c'est toi qui l'as tué avec ta petite entourloupe idiote. La première fois que tu l'as laissé toucher à ce corps fabuleux, tu as signé son arrêt de mort.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par fannyvincent, le 31 janvier 2014

    En fin de compte, ça serait peut-être drôle de filer deux parfaits inconnus, de reconstituer bribe à bribe leur histoire, de découvrir le sordide petit secret qui motivait leurs rencontres hebdomadaires.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
7,54 € (neuf)
2,49 € (occasion)

   

Faire découvrir La danse de l'ours par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Lecteurs (153)

  • Ils sont en train de le lire (1)

> voir plus

Quiz