AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757803166
Éditeur : Points (2007)

Note moyenne : 3.3/5 (sur 70 notes)
Résumé :
Un électricien victime de fous rires intempestifs perd son travail. Une femme renonce à son fantasme d'amant viril et charbonneux de peur de salir son tailleur beige. Un écrivain brise en mille morceaux, à la fin de chaque livre, le siège sur lequel il l'a écrit... Entre Desproges et Beckett, des instantanés insolites, féroces et extrêmement drôles des petits dérapages de la vie quotidienne.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
AgatheD
AgatheD23 octobre 2014
  • Livres 5.00/5
Après avoir lu vous plaisantez monsieur Tanner,j'ai beaucoup apprécié ce titre.
je le lisais dans le tgv au retour de Paris et je n'ai pas vu le temps passer et je riais toute seule parfois,ou alors j'étais etonnée ou surprise,jamais indifférente,et à chaque page je relevais la tête dans mes songes en pensant à ce que cela évoquait en moi; quel livre sympathique,un bon petit compagnon de voyage....j'aimerais en lire d'autres
Commenter  J’apprécie          1410
SebastienFritsch
SebastienFritsch11 novembre 2012
  • Livres 1.00/5
Parfois je ne ris pas du tout.
Parfois je ne souris même pas.
Parfois, je soupire d'ennui.
Parfois je suis consterné.
Parfois, j'hésite à abandonner.
Parfois, je me demande pourquoi j'ai voulu tenter de nouveau de lire cet écrivain qui m'avait déjà déçu.
Parfois je me demande comment on peut écrire des textes pareils, en rabâchant tous les poncifs éculés de la haine conjugale, de la haine filiale, de la haine du voisin, de la haine bête et méchante, sans même un peu d'imagination ou de classe.
Parfois je me demande comment on peut publier des bouquins pareils, avec une quatrième de couverture aussi mensongère ("Entre Beckett et Desproges, des chroniques féroces et excessivement drôles" (je cite de mémoire). Pauvre Beckett ! Pauvre Desproges !)
Parfois, je me demande comment on peut vendre ces mêmes livres.
Parfois, je me demande comment on peut les acheter.
Et puis je me souviens que ce livre je l'ai trouvé, avec d'autres, à la bibliothèque de mon quartier, qui les soldait à prix d'ami, au profit d'une association d'aide à l'enfance. Alors, je souris tout seul. Merci pour eux, monsieur Dubois. Ce livre aura au moins servi à ça.
Lien : http://sebastienfritsch.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
valdemosa38
valdemosa3826 décembre 2011
  • Livres 5.00/5
curieux petit livre ...Il sagit de petites scenes ou de descriptions d'instants.... d'émotions....comme un flash ....sur une demie page et jusqu'à une page et demie....
Voilà, vous êtes ds un train ....et vous regardez pendant deux secondes les gens sur le quai d'une gare , le temps d'une correspondance et le train repart ... Vous repartez avec lui rempli de qqs choses , comme un gout ds la bouche. Parfois amer parfois sucré, parfois acide ....Se construit alors une cathédrale ds votre coeur, un truc qui vrombit doucement, vous cherchez la note et vous la trouvez et vous vous dîtes " mais comment il fait ? "
Je trouve que chaque petit instantané pourrait servir de démarrage à une nouvelle ds un atelier d'écriture ...
En tout cas, à lire ...
Commenter  J’apprécie          80
yv1
yv123 mars 2012
  • Livres 3.00/5
Recueil de courtes chroniques, parfois drôles, parfois tristes, mélancoliques, nostalgiques. Textes très courts, pas tous de la même qualité, mais très plaisants à lire.
Ca ressemble à des petits textes dont on se dit sans aucune prétention, bien entendu : "Ah, j'aurais pu écrire ça moi aussi." (avec un petit arrière goût de quand-même-ça-pourrait-être-à-ma-portée). Certes, mais on ne l'a pas fait, et réflexion faite pendant la lecture, on n'en est bien incapable. Et puis, tout le monde n'est pas J-P Dubois qui, lui l'a fait.
Petit livre à intercaler entre des lectures plus conséquentes qui me fait penser à un autre livre : La patience des buffles sous la pluie, de David Thomas, dont J-P Dubois a fait la préface.
Commenter  J’apprécie          50
marionf
marionf05 janvier 2016
  • Livres 1.00/5
J'ai décidé de lire ce livre aussi rapidement car c'est un livre à tramways et métros, je ne prend pas le métro ni le tramway, je fais du vélo et avance à pattes, mais une ou deux pages entre deux cours, au début du cours d'anglais (le cours est toujours un peu long à démarrer), ces petits livres c'est génial. Il ne compte que 150 pages et il y a généralement un texte par page, parfois ils prennent deux pages mais c'est plutôt rare.
Quand je l'ai sorti peu avant le cours d'anglais ma voisine m'a dit qu'elle avait lu Une vie française de l'auteur et qu'il était vraiment bien. Je ne connais absolument pas cette fille mais j'aime bien comme elle s'habille, ce qui est assez rare, alors je me suis dis que j'aimerai aussi ce qu'elle lit.
Ça a raté.
Sur toute les historiettes qui composent Parfois je ris tout seul je n'en ai "appréciées" que trois, celle du grand frère revenant de la guerre amputé d'un bras (ce n'est pas drôle du tout j'en suis bien consciente, d'où le mot entre apostrophes), la tondeuse à régler qui accompagne l'arrivée du printemps et le message sur le répondeur. Je n'ai souris que pour les deux dernières sur toute la durée du bouquin. Pour un livre dont le résumé se conclut par "Entre Desproges et Beckett, des instantanés insolites, féroces et extrêmement drôles [...]" j'ai de quoi être déçue. Beaucoup de petits textes n'ont pas vraiment de trame, ça ne m'amuse pas et en plus il n'y a pas de trame. J'ai franchement failli refermer le livre parce qu'il ne se passait vraiment rien.
Je trouve qu'il n'y a pas vraiment de style dans l'écriture. Je n'aime pas les choses très recherchées, les phrases trop travaillées, mais je n'aime pas non plus quand ça fait "remplissage", et pour moi ça faisait remplissage ici, surtout les textes de quelques lignes comme Collant ou Une fois. A oui, autre chose sur le style, l'auteur a envahit son texte de "y" à la place du "il", le "y" partout c'est un truc de Lyonnais, en faisant Ctrl+F "Lyon" sur le Wikipédia de Jean-Paul Dubois pas de résultat, monsieur est Toulousain, à Toulouse on mange des chocolatines, on ne dit pas "y".
Et surtout, pire du pire, l'auteur est vulgaire. A la rigueur les gros mots à petite dose ça passe, je dis parfois "t'es con", jamais d'autres choses, mais quand mes copains ou autres écrivent quelques gros mots ça ne me gène pas, surtout que généralement juste après ils me regardent et s'excusent. Par contre quand on parle de parties génitales avec des "chatte" et "bite" et dérivés plusieurs fois chez moi ce n'est jamais passé, ça ne passe pas et ça ça ne passera jamais.
Une fois le livre finit, ce billet quasi terminé, je suis allée voir ce qu'avaient écrit les autres blogueurs lecteurs sur ce livre, ceux qui avaient déjà lu Jean-Paul Dubois, apparemment ce livre là est très différent de tous les autres écrits de l'auteur et a pas mal déçu. Je tenterai donc Une vie française si je le trouve.

Lien : http://troisiemesansascenseu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
MorriszappMorriszapp23 septembre 2009
Quand elle est rentrée, ce soir, elle a enlevé son manteau et elle m’a annoncé qu’elle avait un cancer du sein qui s’était propagé un peu partout. Je l’ai prise dans mes bras et j’ai demandé : « Qu’est-ce qu’on va devenir ? » Elle a allumé une cigarette et a dit : « Qu’est-ce que tu vas devenir ? ». (p. 119).
Commenter  J’apprécie          311
aleatoirealeatoire26 mai 2011
"Tu vois, cette tristesse-là, je ne suis pas capable de t'expliquer d'où elle vient. Des fois, je ne pense à rien, je regarde des crayons posés sur une table, ou un téléphone qui ne sonne pas, ou une voiture qui passe, enfin je surveille d'un oeil des choses qui ne veulent rien dire. Et tout d'un coup, tu vois, je ne sais pas pourquoi, mais ça vient, je me sens devenir triste."
Commenter  J’apprécie          230
Zazette97Zazette9713 octobre 2009
Loups
A chaque fois que j'appelais chez elle, je tombais sur son répondeur. Un jour, sachant qu'elle était dans son appartement, je lui ai laissé ce message : " Je suis devant un téléphone cerné par les loups. Il y en a au moins douze. Sachant que je mesure un mètre quatre-vingt-deux et qu'un loup dévore quinze centimètres d'homme à la minute, tu as exactement douze minutes pour me rappeler."
J'ai attendu une heure devant le combiné. Et puis je me suis rendu compte que j'avais oublié de lui donner mon numéro. Faut dire qu'avec tous ces loups autour, je n'avais pas toute ma tête. p.17
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
NoushaNousha14 juillet 2009
- Qu'est-ce qui te prend, pourquoi tu as fait cet écart?
- Pour éviter un orignal.
- Un orignal?
- Parfaitement.
- Attends, tu sais ce que c'est, un orignal?
- Un élan de l'Alaska.
- Et tu as vu un élan de l'Alaska sur l'autoroute de Saint-Sébastien?
- Exactement.
- Par moments, je t'assure, tu me fais peur.
- Moi aussi, j'ai eu peur. Et celui qui a dû avoir le plus peur de nous tous, c'est l'orignal.
- Mais enfin, tu perds la tête ou quoi?
- Ce que tu ne sais pas c'est que pendant que tu dormais, juste après la frontière, j'ai failli percuter un couple de caribous.
- Donne-moi une cigarette!
- J'en ai plus. L'Algonquin que j'ai pris en stop à Biarritz a fumé la dernière.
- Mon pauvre ami, tu perds vraiment la boule!
- Te fâche pas, c'était pour rigoler.
- Hé, tu es fou ou quoi? Pourquoi tu piles comme ça?
- Tu préférais qu'on percute le troupeau de bisons?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
aleatoirealeatoire26 mai 2011
"Ce matin le facteur a sonné à ma porte. Il avait deux paquets à me remettre. L'un contenait un livre, l'autre une boîte de chocolats. J'ai rangé le premier dans la bibliothèque sans même l'ouvrir. J'ai mangé les seconds jusqu'au dernier. Ensuite j'ai été malade comme un chien. Entre deux nausées je suis allé feuilleter le livre. Il commençait ainsi : "Ce matin-là le facteur sonna à sa porte. Il avait deux paquets à lui remettre." Je n'ai pas insisté. je connaissais la suite."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Jean-Paul Dubois (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Paul Dubois
Jean-Paul Dubois - La succession .Jean-Paul Dubois vous présente son ouvrage "La succession". Parution le 18 août aux éditions de l'Olivier. Rentrée littéraire 2016. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/dubois-jean-paul-succession-9782823610253.html Notes de musique :PHILIP GLASS - ITAIPU II. THE LAKE. Free Music. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : humour noirVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
1164 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre
. .