AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Rosalie Guillaume (Traducteur)
ISBN : 2352942276
Éditeur : Bragelonne

Note moyenne : 4.39/5 (sur 145 notes)
Résumé :
La guerre menace. Tous les rois de la Grande Verte se rassemblent, chacun dissimulant de sinistres plans de conquête et de pillage. Dans ce maelström de traîtrise, trois voyageurs vont faire osciller la balance : Pira, une prêtresse fugitive cachant un terrible secret ; Calliadès, un guerrier aux idéaux élevés et à l'épée redoutable ; et son meilleur ami, Banoclès, qui se taillera une légende dans les combats à venir. Ensemble, ils voyagent jusqu'à la fabuleuse cité... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Tatooa
30 avril 2016
  • 5/ 5
Je vais me répéter : point de fantasy là-dedans, on dirait de n'importe quel autre auteur que c'est un "roman historique", mais comme c'est Gemmell, on dit "fantasy historique" alors que ça n'en est clairement pas. Enfin c'en est juste dans la mesure où la Guerre de Troie, c'est plus du mythe que de la réalité à l'heure qu'il est.
Et quel brio, quel souffle épique, quel talent dans les personnages et les événements, qui s'enchaînent "naturellement" pour en arriver là où on sait qu'on va en arriver, puisque c'est le fond de l'histoire. Parce que vu les relations entre Enée (Hélicon) et Ulysse, Agamemnon et Ulysse, on pouvait se demander comment il allait y arriver. Et il y arrive ! Je suis admirative par la maîtrise absolue de l'intrigue dont Gemmell fait preuve. Même s'il a pris quelques libertés avec l'histoire d'origine, tout s'intrique magnifiquement.
J'ai lu dans d'autres avis que la pléthore de personnages fait que c'est un brin touffu et pas facile à suivre pour qui ne les connaît pas, mais pour ma part, je les connais tous, je n'ai donc éprouvé aucune difficulté de ce genre. Je me suis régalé ! Et c'est le seul bouquin que j'ai réussi à avancer en cette période un peu difficile niveau lecture. Peut-être aussi a t-il focalisé mon attention du fait qu'il est excellent !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          264
Saiwhisper
29 août 2016
  • 5/ 5
David Gemmell ne cesse de m'émerveiller avec ses one-shot ou ses sagas fantasy/historiques. Ce second tome de "Troie" est une pure merveille ! C'est avec plaisir que j'ai retrouvé quelques héros du "Seigneur de l'Arc d'Argent" comme Hélicon ou encore Ulysse que l'on voit dans une grande partie du début du roman jusqu'à une bonne moitié (ensuite, il est assez absent, mais reste évoqué à plusieurs reprises). Ce personnage me fait songer à Druss : c'est un "bon bourrin" qui aime se battre, qui fait de l'humour et qui a tout de même de l'honneur. C'est tout à fait l'archétype de personnage que j'affectionne chez Gemmell.
Par contre, je m'attendais à retrouver tous les autres protagonistes du premier tome. Ce n'est pas le cas, toutefois ce n'est pas plus mal, car cela permet de découvrir d'autres personnages intéressants comme Piria, une prêtresse de caractère ne manquant pas de courage. Il y a surtout Banoclès et Calliadès, deux guerriers mycéniens, que l'on avait rencontré à la fin du volume précédent. Ces deux combattants avaient été déclarés "traîtres" par Agamemnon, si bien qu'ils avaient dû fuir. On les découvre donc sous un nouveau jour et on apprend à les connaître. Bien que tout les oppose, les deux font bien la paire ! Banoclès est assez bon vivant : il ne pense qu'à l'alcool, aux femmes et à vivre au jour le jour. À l'inverse, Calliadès a davantage les pieds sur terre : c'est un stratège qui calcule tout. On va suivre ces deux lurons dans leur épopée. Banoclès m'a amusée : c'est un homme un peu rustre, néanmoins son humour était le bienvenu. D'autant que ce protagoniste a le don pour se retrouver dans des situations burlesques. Il ne se prend pas la tête : s'il doit mourir, c'est que son heure est venue. Il profite donc de la vie comme il l'entend.
L'univers est toujours aussi sombre, rempli de complots, de trahisons et de combats. Des alliances se brisent, d'autres se forment, tandis que certaines ne tiennent plus qu'à un fil. Ainsi, la mort et la traitrise ne sont jamais loin... Les rancoeurs et les coups bas nuptiaux sont toujours bien présents... C'est un véritable régal de voir les personnages évoluer dans cette ambiance chaotique où, pourtant, il y a quand même de l'humour. Quelques répliques entre les personnages n'ont pas manqué de me faire sourire. Bien que le premier tome comporte des batailles, il y a beaucoup plus d'action dans "Le bouclier du tonnerre". Même au début, il y a beaucoup d'escarmouches et de raids. C'est très épique et dynamique. On est rentré en guerre et cela se sent !
L'auteur revisite à merveille le mythe de la guerre de Troie. Certes, étant donné que c'est historique, on s'attend au décès de certains personnages et on connaît l'identité des vainqueurs de la guerre, cependant il y a tout de même de jolies surprises comme pour ce qu'il arrive à l'une des reines... C'était un projet ambitieux, néanmoins Gemmell tient toujours ses promesses en proposant un récit haletant et des personnages bien travaillés. Un tome magistral qui m'a directement donné envie de m'attaquer au dernier volume de cette trilogie. le seul défaut que ce livre possède, c'est mon ouvrage qui a complètement explosé sans que je sache pourquoi. Je me suis retrouvée avec une centaine de pages volantes alors que je suis très soigneuse avec mes livres... Mon roman aussi a livré sa petite bataille... Bref, un coup de coeur que je ne saurais que vous encourager à découvrir !

Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Ambremc
24 janvier 2016
  • 5/ 5
En tout premier lieu, j'ai envie de vous parler des personnages, parce que ce sont vraiment eux qui portent le récit. Les nombreux points de vue donnent une certaine profondeur à l'histoire. D'ailleurs, l'univers n'est pas manichéen, ou du moins la plupart des personnages ne le sont pas, ce qui est toujours appréciable. Par exemple, Ulysse, probablement l'un des meilleurs personnages, est un incroyable conteur et surtout un roi marchand, toujours neutre. Mais sous ses airs bonhommes, se dissimule un passé de terrible pillard. de la même manière, Hélicon est un homme bon mais qui cultive aussi sa part d'ombre. J'ai vraiment été enchantée par la manière dont Gemmell s'est emparé des personnages, notamment Hector. Ce grand héros qui semble né pour combattre déteste pourtant cela et n'aspire qu'à une vie paisible, bien qu'il remplisse son devoir lorsqu'il le doit. C'est un homme simple et bon que l'on ne peut qu'aimer. Enfin, je ne peux pas ne pas parler d'Andromaque, une femme forte dans un monde d'hommes qui n'hésite pas à se défendre elle-même et à se faire entendre. La relation qu'elle entretient avec Hector est d'ailleurs très belle et particulièrement intéressante.
Cependant, l'abondance de personnages a pu entrainer quelques confusions de ma part. J'avoue qu'à certains moments, j'avais du mal à situer certaines personnes et à me souvenir de qui était roi de quoi.
Comme je l'ai déjà dit, un des aspects que j'ai beaucoup apprécié est la manière dont Gemmell s'est approprié le mythe, le faisant transparaitre pas clins d'oeil. Par exemple, si Hélène épouse bien Pâris, c'est grâce à leur amour commun pour l'étude. Hélène est une petite femme assez banale mais dont une action a prouvé la grande force de caractère, ce qui crée sa légende. D'ailleurs le couple qu'ils forment est tout à fait secondaire par rapport à l'histoire. de la même manière, le cheval de Troie ici n'est autre que… la cavalerie troyenne, bien qu'elle ait bien sur son rôle à jouer à la fin du siège, mais je n'en dit pas plus ! Enfin, j'ai adoré les références à l'Odyssée que l'auteur à fait à travers les récits d'Ulysse.
Ceci dit, ces nombreux rappels à la légende m'ont rendu l'approche de la fin un peu difficile, connaissant l'issue de cette guerre et ses conséquences. Même si l'auteur l'a fait différer pour certains personnages.
Dans l'absolu, David Gemmell s'est éloigné d'une fantasy antique pour rejoindre un genre plus proche d'une fantasy historique assez probable. C'est une vision de Troie assez réaliste et très crédible. C'est aussi devenu un récit de voyage et de périple en mer, ce qui donne une dimension moins statique et plus proche de l'Odyssée notamment. Gemmell a réussi à merveille à lier la petite histoire – celle des protagonistes – à celle du monde et le résultat en est superbe.
Son style est fluide et permet de dévorer l'histoire page après page sans se lasser. C'est une écriture agréable et sans lourdeurs qui convient parfaitement à ce genre de littérature. Mon seul bémol va toutefois à certaines scènes de bataille qui prenaient quelques longueurs, à en devenir lassantes. Ceci dit, leur absence m'aurait étonnée dans un roman de David Gemmell.
Je ne peux qu'encourager tout lecteur amateur de fantasy, friand de voyage et d'émotions, à découvrir cette magnifique trilogie qui revisite admirablement le mythe de la guerre de Troie.

Lien : http://ambremc13.tumblr.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Mafta
19 octobre 2013
  • 3/ 5
Ce volume 2 était globalement intéressant et palpitant. J'ai adoré la partie avec Calliadès, Banoclès le bon vivant et la jeune Piria/Calliope. C'est même la partie qui m'a le plus plu. Ensuite, les choses se corsent pour Andromaque, mais j'ai beaucoup aimé sa rencontre avec le fameux Hector. Andromaque est l'un des personnages forts de cette trilogie, au girl power bien affirmé. C'est un personnage très attachant.
La dernière partie de l'ouvrage m'a paru plus longue car moins intéressante. le bond en avant m'a un peu gêné et se retrouver au beau milieu des combats aussi. J'ai parfois un peu de mal à resituer tous les personnages. Qui est le roi de quoi, lequel est le soldat de qui...aaaaah ! Y a de quoi s'emmêler les pinceaux par moment. Peut-être que l'auteur aurait pu aller un peu plus droit à l'essentiel ou alors, en plus d'une carte, faire un petit lexique des personnages.
Par contre, la dernière partie avec Halysia a de nouveau éveillé mon intérêt !
Un ouvrage qui m'a donc plu malgré certains passages un peu moins intéressants voir confus.
J'espère une confrontation entre tous ces héros dans le dernier tome qu'il me tarde tout de même de découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Ichirin-No-Hana
04 mai 2015
  • 5/ 5
Un second tome toujours aussi bon. L'auteur nous livre encore une fois un roman au rythme effréné où se côtoient combats sanglants et complots politiques.
Ça a été pour moi un énorme plaisir de retrouver certains des personnages du premier tome et d'en découvrir de nouveaux. Andromaque est un personnage que j'apprécie de plus en plus : c'est une femme au fort caractère, toujours honnête et courageuse dans ces démarches et réflexions. Pira, Calliadès, et Banoclès sont les trois nouveaux personnages principaux de ce second tome. Ce sont encore une fois des personnages à forte personnalité et très attachants, ils apportent un souffle de renouveau à l'intrigue.
La dernière partie du roman est forte en émotion et en action, ce qui laisse présager un dernier tome vraiment spectaculaire. L'envie de connaître la fin est difficile à contenir !
Commenter  J’apprécie          50

Les critiques presse (1)
Elbakin.net28 mai 2014
Gemmell continue de surprendre, ce dont nous n’avions pas vraiment l’habitude avec lui et ses romans-formules aux contours et contenus bien établis. Ainsi, l’auteur met la pédale douce sur l’action, du moins dans la première moitié du roman, étonnamment calme et pleine d’humour, même si celui-ci est souvent amer.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations & extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
OlivOliv05 décembre 2016
Les gens parlaient souvent des dieux qui marchaient au milieu des hommes, mais Agamemnon n'avait jamais été témoin d'un tel miracle. Il croyait aux dieux, bien entendu, mais il pensait qu'ils étaient très loin des affaires des hommes ou, du moins, indifférents à celles-ci.
Ses armées avaient conquis des cités qu'on disait protégées par des dieux, et aucun de ses hommes n'avait jamais été frappé par la foudre d'Arès ou par le marteau d'Héphaïstos. Ses prêtres étaient pour la plupart de fieffés hypocrites. Si son armée subissait un revers, c'était la volonté des dieux. Une victoire, et c'était aussi la volonté des dieux. Agamemnon avait bien l'impression que les dieux favorisaient les hommes qui avaient les meilleures épées et l'avantage du nombre. Malgré tout, il sacrifiait aux dieux avant chaque bataille. Il s'était même mis aux sacrifices humains, comme le faisaient autrefois les Hittites, avant des engagements particulièrement importants. Peu lui importait que cette méthode l'aide surnaturellement ou pas. Ce qui comptait était qu'un tel mépris de la vie humaine faisait naître la peur et la panique chez ses ennemis — tout comme massacrer tous les habitants des cités qui résistaient à ses ambitions. D'autres cités se rendaient alors sans qu'un siège prolongé soit nécessaire, et leurs chefs juraient avec enthousiasme allégeance à Mycènes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
TatooaTatooa22 avril 2016
- Arelos envisage de le capturer, dit Lochos. Ils sont seulement une trentaine à bord.
Sekundos soupira.
- Tu as remarqué les yeux rouges peints à la proue ?
- Oui. Et alors ?
- C'est le Pénélope, d'Ithaque. Tu te souviens l'homme trapu qui portait une large ceinture dorée et une barbe rousse ? Le premier qui a débarqué hier ? C'était Ulysse. On l'appelle "l'Homme sans ennemis". Parmi les marins les plus jeunes, beaucoup pensent qu'on dit ça parce que c'est un excellent conteur. Mais ce n'est pas vrai. Quand il était jeune guerrier, Ulysse a tué tous ses ennemis. C'était à l'époque où on l'appelait le Pillard des Cités. Regarde le robuste homme noir qui est assis et qui affûte des couteaux. C'est Bias. Il peut lancer un javelot avec tant de force qu'il transpercerait aisément un homme aussi osseux que toi, Lochos. Et tu vois le géant blond, à côté du feu ? Il s'appelle Leukon. L'été dernier, il a participé aux jeux de Pylos. C'est un sacré combattant : d'un coup de poing, il te défoncerait le crâne. Il n'y a personne dans l'équipage d'Ulysse qui ne soit pas fiable quand ça tourne mal. S'emparer du Pénélope ? Nous y perdrions plus de la moitié de nos hommes, et les survivants seraient en piteux état.
- C'est toi qui le dis ! ricana Lochos. Moi, tout ce que j'ai vu hier, c'est un vieil homme gras portant une ceinture dorée... Et presque tous ses marins ont l'air vieux et fatigués - comme toi. Je pourrais le battre !
- ça m'amuserait de te voir essayer, dit Sekundos en s'étirant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
laulauttelaulautte15 juin 2016
- Alors, laissez tomber. Un homme qui vous méprisait est mort. Un homme qui vous aime est vivant. Vos dieux comprendraient sûrement que vous renonciez à votre serment.
- Ils ne sont pas connus pour leur compréhension des dilemmes humains.
- Exact, dit Gershom. Ils préfèrent se déguiser en cygnes ou en taureaux et coucher avec des mortelles et des mortels, ou se disputer comme des gamins. Je n'ai jamais entendu parler d'immortels aussi irresponsables !
Hélicon éclata de rire.
- Il est évident que tu n'as pas peur d'eux !
- A côté de ce que Seth a fait à son frère, vos dieux semblent à peine plus inquiétants que des chiots turbulents.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
TatooaTatooa27 avril 2016
- Comment quelqu'un que je n'ai jamais vraiment rencontré pourrait-il me déplaire ?
Antiphonès eut l'air étonné.
- Pourtant, Hector est à Troie depuis le début de l'hiver !
- Oui, et pour une raison ou une autre, il est rarement au même endroit que moi. Etrange comportement pour une homme qui sera bientôt mon époux. (Elle sentit la colère monter en elle et se maîtrisa.) Mais après tout, les filles de roi ne sont que des génisses reproductrices vendues à celui qui offre le meilleur prix. Pourquoi un homme voudrait-il parler avec une vulgaire vache ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
CoeurdecheneCoeurdechene12 janvier 2009
Le monde entier vieillit, pensa Ulysse tristement. Il tapota d'une main absente la tête du cochon, puis il souleva le manteau qui le recouvrait. Ganny poussa un petit grognement et ouvrit les yeux. Il leva la tête et frotta son groin contre la main d'Ulysse.
- Tu dois pouvoir tirer une histoire de tout ça, dit Mérionès avec un petit rire.
- Je ne suis pas d'humeur à concocter des histoires, grogna Ulysse.
- Alors laisse-moi la raconter pour toi, insista Mérionès. Ulysse est revenu à l'île de la Reine Sorcière. Comme tu t'en souviens certainement, c'est là que, plusieurs années auparavant, tout son équipage a été transformé en cochons. Du moins, c'est ce qu'il prétend.

Ulysse sourit malgré lui.
- Ah ! Ça c'est une bonne histoire ! Et tu as raison, Mérionès. Tu te souviens de mon marin Porthéos ? (Il tapota le flanc du cochon.) Il n'a pas pu résister à la beauté de la Reine Sorcière. Tout allait bien, jusqu'à ce qu'elle le surprenne en train de lorgner ses nichons. Je te le dis, mon ami, ce n'est pas une bonne idée de reluquer les tétons d'une sorcière ! Et voilà le résultat. Nous l'avons gardé dans l'équipage par loyauté, bien qu'il nous soit aussi utile qu'un pet pendant un festin.
- Comment s'appelait-elle, déjà, cette Reine Sorcière ? Demanda Mérionès.
- Circé. La plus belle femme que tu aies jamais vue.

Mérionès éclata de rire, puis désigna l'enclos de broussaille où les autres cochons dormaient.
- Et ces malheureux, là ? Ils ont tous regardé les nénés de la Reine ?
- J'en ai bien peur, dit Ulysse. Ce sont tous des rois d'îles lointaines au-delà de Charybde et de Scylla. Chacun d'entre eux est venu sur l'île pour lui faire la cour. Pourtant leurs espoirs étaient vains, car la reine avait déjà donné son coeur à un séduisant marin, un homme doté de beaucoup de charmes, d'esprit et d'intelligence.
- Ah ! Toi, je suppose ?

Ulysse gloussa.
- Tu n'as pas reconnu la description ? Bien entendu, c'est moi !

Nes
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de David Gemmell (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Gemmell
David Gemmell free ebooks
autres livres classés : troieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Êtes-vous incollable sur The Book of Ivy ?

Commençons facile. Quel est le nom du garçon qu'Ivy doit épouser (et tuer) ?

Bishop
Luke
Alexander
Samuel

9 questions
167 lecteurs ont répondu
Thème : The book of Ivy de Amy EngelCréer un quiz sur ce livre