Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2020087170
Éditeur : Editions du Seuil


Note moyenne : 4.07/5 (sur 29 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
" Avec ses plans qui se pénètrent, dans sa dialectique du " rouge " et du " jaune ", de la haine et de l'amour, ou plutôt dans leur furieux embrassement, ce beau livre fait entendre le plus étonnant des contrepoints : un poème charnel ingénu, provocant, triomphant ; et ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (2)

> Ajouter une critique

  • Par InColdBlog, le 08 septembre 2010

    InColdBlog
    Si vous avez déjà entendu parler de L'Agneau carnivore, d'Augustin Gomez-Arcos, vous n'êtes pas sans savoir que ce roman paru en 1975, puis en poche chez Points en 1985, est malheureusement épuisé depuis des années. C'était déjà le cas lorsque ce roman m'avait été conseillé. Mais à cette époque, on pouvait encore en dégoter quelques exemplaires chez les bouquinistes ou sur le net, souvent à des prix indécents d'ailleurs.
    Le bouche à oreille aidant, la réputation de ce roman n'a cessé de grandir, pour devenir culte. Tant et si bien que depuis plusieurs années, il est devenu totalement impossible de le trouver.
    Les éditions Stock viennent enfin de réparer cette injustice en re-publiant L'Agneau carnivore, avec sa couverture d'origine.
    Si jusqu'à maintenant vous ignoriez l'existence de ce roman et de son auteur, voici de quoi il retourne. Quand l'enfant ouvre les yeux pour la première fois, après être resté les seize premiers jours de son existence sans émettre un seul cri, ni esquisser un seul geste, sa mère, déçue de ne pas avoir enfanté un monstre, s'en désintéresse illico et le fait transférer dans la chambre de son fils ainé.
    De cet enfant, qui est "je", le narrateur, on ne connaîtra le prénom qu'à la dernière phrase du roman. Dans cette famille bourgeoise, entre une mère névrosée et un père absent, l'enfant grandit dans l'amour de ce frère qui le protège et lui fait découvrir le monde. Un amour qui n'aura d'égal que la haine viscérale qu'il vouera à sa génitrice.
    Le temps passe. le narrateur est devenu un jeune homme. le père s'est laissé dépérir. La mère est morte, non sans avoir livré quelques secrets de famille dans une déchirante confession. Puis, le frère tant aimé part pour l'Amérique. Peu de temps après, le narrateur lui-même va être contraint à l'exil suite à la banqueroute familiale. Il ne rentrera au pays que le jour où son frère lui télégramme son retour. Dès lors, il va passer son temps à attendre son frère tout en préparant la demeure familiale pour l'accueillir.
    Au-delà du portrait sans concession de cette famille bourgeoise traumatisée, retranchée dans l'univers clos et étouffant de sa maison, Augustin Gomez-Arcos épingle l'Espagne franquiste et bigote. Seule la bonne, l'insoumise Clara, la résistante "rouge", trouve grâce à ses yeux. C'est grâce à elle que le narrateur va se frotter au monde extérieur et découvrir les origines du traumatisme familial.
    Victime lui-même de la censure du régime de Franco, Gomez-Arcos a du fuir l'Espagne pour se réfugier d'abord en Angleterre, puis en France où sera publié son premier roman (écrit en français), ''L'Agneau carnivore'', prix Hermès 1975. Il est décédé à Paris en 1998 des suites d'un cancer.
    C'est fort, violent, superbement écrit et bien entendu, politiquement incorrect, donc indispensable. Un de ces romans choc qui marque une vie de lecteur. Maintenant, vous savez ce qu'il vous reste à faire si vous ne voulez pas avoir à patienter vingt nouvelles années pour être en mesure de vous le procurer et pouvoir le découvrir.

    Lien : http://www.incoldblog.fr/?index/oeuvres/L%27agneau%20carnivore
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 15         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par ouialalecture, le 19 octobre 2013

    ouialalecture
    Pour moi, ce livre est un chef d œuvre; une fois les premiers chapitres passés (le temps de s'adapter au style de l'auteur), on est happé par cette histoire, jusqu'à considérer comme normal ce qui se passe entre ces deux frères.
    A lire et relire, ce qui est mon cas
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (6)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par InColdBlog, le 08 septembre 2010

    Je t'aime. Les yeux fermés, j'ouvre la bouche pour dire ces mots neufs - des mots qui sont comme des chiffons usés dans la bouche des autres, mais qui s'inventent dans la mienne ; je les articule soigneusement pour ne pas risquer de perdre une syllabe dans le vide, pour ne pas risquer un cataclysme. Je découvre que, pendant ces sept ans de mon manque de toi, je suis parvenu à la sérénité. La maison est prête, je suis prêt. Le printemps est né. Je n'ai plus besoin d'ouvrir les yeux tant que je n'entendrai pas tes pas résonner sur le gravier du jardin, ta clé tourner dans la serrure, tes mains pousser la porte. Les yeux fermés... en ce début de printemps qui s'annonce comme un miracle... Je t'attends... mon frère... mon frère amour.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la citation

  • Par cathcor, le 11 mars 2012

    Don Pepe était naturellement doué pour l'enseignement tel qu'on le conçoit en Espagne; tout gosse est une brute tant que l'on ne démontre pas le contraire. Et le contraire n'a jamais été démontré...si l'on se reporte à la férocité avec laquelle les enseignants tiennent à leur concept de la discipline. Un gosse, ça se polit à petit feu, sans pitié, sans relâche, jusqu'à ce que la bête qui l'habite laisse sa place à l'homme qu'il doit devenir. Evidemment, la bête n'est pas toujours disposée à foutre le camp et faciliter ainsi le boulot- ça, c'est un principe absolu- et la nécessité de la guerre est alors évidente.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par InColdBlog, le 08 septembre 2010

    C'est à partir du moment où elle, maman, m'a dit : "Je ne t'ai pas voulu" que j'ai entrepris de remonter dans mon passé larvaire et commencé d'y voir clair. La rancune était née du jour où mon fœtus avait trop gonflé, l'empêchant de se pencher élégamment sur son damné rosier.

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par Zora-la-Rousse, le 21 janvier 2012

    Je t'aime parce que je te sens capable d'aimer quelqu'un d'autre, et pourtant, tu n'aimes que moi.

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par Seiren, le 15 juin 2014

    Je t'aime parce que tu es à moi. Je t'aime parce que je te possède. Je t'aime parce que tu as besoin d'amour. Je t'aime parce que tu es le désordre et que je n'aime pas l'ordre.
    Je t'aime parce que, lorsque tu me regardes, et cela depuis longtemps, je me sens un héros. Et je t ' aime surtout parce que j'ai enfin compris que je ne peux parler de mon amour à personne d'autre que toi ; et que le véritable amour, c'est ça. Deux êtres qui forment une seule solitude, un seul silence.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :

14,95 € (occasion)

   

Faire découvrir L'Agneau carnivore par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (62)

> voir plus

Quiz