Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Isabelle Troin (Traducteur)

ISBN : 2811200924
Éditeur : Milady (2009)


Note moyenne : 3.63/5 (sur 528 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Mon nom est Blake, Anita Blake. Les vampires, eux, m'appellent "l'Exécutrice" et par égard pour les oreilles les plus chastes, je ne vous dirai pas comment, moi, je les appelle. Ma spécialité, au départ, c'était plutôt les zombies. Je relève les morts à la nuit tombée p... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (140)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 2.00/5
    Par pititecali, le 25 novembre 2013

    pititecali
    Une déception dans tous les sens du terme, 2 points pour l'effort auquel je n'ai pourtant pas du tout été sensible (mais un peu d'objectivité quand même ! Zéro ce serait de l'acharnement pour un livre qui ne m'a juste pas plu, mais qui n'est pas non plus une bouse finie.)
    Le mot qui résume mon avis : Cliché !

    Le moins que l'on puisse dire concernant l'alchimie entre ce roman et moi, c'est qu'elle n'a pas pris du tout.
    Pour ainsi dire, je n'ai rien aimé dans cette lecture, et elle fut pour moi longue et totalement dénuée d'intérêt. 8 jours pour lire 380 pages, ça me paraît un excellent indicateur de la peine que j'ai eue à rentrer dans cette histoire lire phrase après phrase.

    Evidemment, on ne peut pas tout aimer. Cela étant, j'ai toujours su qu'entre la Bit-Lit et moi, ce ne serait jamais une histoire d'amour. Pourquoi avoir lu Anita Blake dans ce cas, me direz-vous ? (et vous n'aurez pas tort !)
    Tout d'abord, histoire de vous montrer que je ne suis pas totalement maso, et que je n'avais pas non plus juste envie d'une lecture à incendier sur mon blog, ce livre m'a été offert. Je ne l'ai pas acheté, il n'était pas non plus dans mes envies « pour plus tard »… C'est ma partenaire Elo Marly qui a eu envie de me le faire découvrir. (Pour sa défense, elle ne l'a pas lu non plus, et s'est donc certainement fiée aux avis des blogueurs qui l'ont encensé… Pourquoi, mais pourkwaaaaa ???!!) Mais enfin, cela n'excuse pas, j'aurais tout aussi bien pu le laisser dans ma bibliothèque et ne pas y toucher. Oui mais non, le petit Crouton en a décidé autrement lors du challenge des 20 livres imposés. « Cali, tu liras ce livre pourri, je te l'ordonne ! » (bon "pourri", j'y vais un peu fort, il ne m'a pas plu c'est certain mais je comprends qu'il ait pu plaire à d'autres.)
    Du coup, pas le choix (tout ça pour très certainement foirer mon challenge tout de même hein, vous remarquerez quand même à quel point je suis consciencieuse…)

    Bon, alors ? Quid ?
    Ce livre est donc vraiment si mauvais ? Non, ce serait vraiment abusé de ma part de dire ça. Il est écrit dans un français clair et compréhensible. Il n'y a pas spécialement de fautes, de phrases tarabiscotées, d'incohérences… Pour ça, je lui ai mis 1 point.
    Le 2ème point vient du fait que je découvre cette saga fortement sur le tard. J'ai essayé tout au long de ma lecture de ne pas oublier qu'il s'agissait là d'un des précurseurs de la Bit-lit, celui qui a essuyé les plâtres, et que ce qui m'a paru fortement « convenu » était peut-être (sûrement même) à l'époque über original. (on parle quand même d'un roman écrit en 1993 et édité en France en 2009). Ça nous fait donc 2/5.

    2 petits points donnés de façon totalement objective et absolument pas en rapport avec les sentiments que m'aura inspirés ce roman. Et ce sera tout, mon bon monsieur.
    Oui alors parce que quand on va vers le plus subjectif (qui constitue pour de bon mon avis, donc), je n'ai absolument RIEN aimé. Ni l'histoire, ni le style, ni les personnages. J'ai eu un mal fou à avancer et à terminer ce roman, qui n'est pourtant pas spécialement bien long. Et encore normalement, je suis quand même globalement bon public en littérature, je trouve toujours du bien à dire pour nuancer les choses un peu moins sympas.
    Mais là, et je suis désolée pour tous ceux qui l'ont adoré, non quoi ! Il n'y a rien à retenir dans ce livre, pour moi ! C'est d'un cliché, mais d'un cliché ! Et non, je ne trouve pas ça cliché parce que je le lis tard après bien d'autres lectures du même genre, alors qu'il a été écrit avant. J'ai lu peu de Bit-lit, justement parce que rien que la catégorie est un cliché en elle-même en général (y a quand même quelques bonnes exceptions dans le genre, je pense à Sophie Jomain et à sa Félicity Atcock, à Mercy Thompson, qui étaient loin de m'avoir déplu,) je ne fais donc pas vraiment de comparaisons avec d'autres du genre. Il s'avère surtout que ce roman contient absolument tout ce que je pouvais m'attendre qu'il contienne. Tu penses Bit-lit, tu visualises certaines choses, et tu retrouves absolument tout ce qui t'est venu en tête dans Anita Blake.

    Moi qui aime me faire « surprendre » par mes lectures (au sens figuré hein, je n'aimerais pas du tout qu'un de mes livres me saute dessus dans le noir avec une tronçonneuse, même si cela me surprendrait clairement.) pour le coup, c'est complètement foiré. Il n'y aura eu aucun élément inattendu, et j'aurais déjà eu cette sensation si je l'avais lu à sa parution, puisque dès l'émergence du genre, tout ce qui sortait me paraissait cliché et attendu. La bit-lit n'est pas faite pour moi, à part quelques bonnes surprises, mais vraiment trop peu nombreuses pour que je finisse par "aimer ce genre".


    Dans le détail, allons-y gaiement.
    - La couverture : Franchement bof. Pas moche, mais pas spécialement attrayante. Et alors, le rapport avec le contenu ? Je passe, je n'en ai aucune idée. le titre m'avait horrifiée tant il semblait souligner la vulgarité et le cliché (encore une fois) que toute bit-lit doit apporter sa touche d'érotisme bien vulgaire. Il s'avère que sur ce point-là, même si je n'avais pas tort sur l'idée que je me faisais du contenu, le titre fait référence à quelque chose de bien particulier dans le livre, donc bon, soit.

    - le style : Ce n'est pas qu'il soit mauvais. C'est qu'il ne m'a pas parlé DU TOUT. Une par une, les phrases sont correctes, ni trop longues, ni trop courtes, ni trop complexes ni trop simplettes, mais je ne sais pas par quel miracle, l'ensemble m'est apparu comme vraiment indigeste, pas naturel. Anita Blake fait des petites remarques censées être humoristiques et elle me sont tombées complètement à plat, je n'ai pas adhéré à la plume, à l'humour, aux dialogues de l'auteure qui m'ont vraiment paru totalement dépourvus d'intérêt. Bref, ça partait plutôt mal. Mais c'est là mon avis très personnel, il se peut que ça ne vous fasse pas du tout le même effet !

    - L'histoire : Dans le cas où vous ne vous retrouvez pas trop dans le style d'écriture d'un auteur, c'est déjà bien mal parti pour apprécier le roman, mais avec un peu d'espoir (et une bonne dose de miracle) on peut encore trouver tellement d'intérêt à ce qui est raconté que ça peut encore se finir pas trop mal.
    Encore une fois, plutôt raté ici, puisque cette histoire m'a vraiment ennuyée. Je n'y ai rien découvert d'intéressant, pas la plus petite pointe d'intérêt pour un élément en particulier, et pour l'ensemble, encore moins. J'ai survolé cette histoire sans jamais parvenir à y entrer (comme si je n'avais pas trouvé la porte et erré des jours durant en longeant la muraille à la recherche de cette p... de porte !!)
    Déjà, on apprend qu'Anita est une « releveuse de morts », elle peut ramener les décédés à la vie, enfin à la non-vie plus exactement puisqu'elle en fait des zombies. Premier mauvais point, la vision des zombies donnée dans ce roman ne correspond à aucun des codes établis. Alors oui, faire une création personnelle avec un mythe, d'habitude j'adore ça et j'ai l'esprit très ouvert, on peut parfaitement s'éloigner des sentiers battus et exposer des théories (plus ou moins fumeuses) sur telle ou telle partie de la légende. Mais pas tout quand même ! Des zombies qui parlent, se souviennent, aident, voire survivent au milieu des humains, tranquillous, relevés d'entre les morts par des techniques vaudous/indiennes/wicca on ne sait pas trop, qui se laissent martyriser en jappant comme des chiots à qui ont met une fessée euhhhh… non, là c'est trop d'originalité. A ce moment-là, pour partir sur ce genre de délire, il aurait fallu les appeler carrément autrement. Ces zombies n'ont rien de zombies ! Je m'insurge. (merde je suis quand même super méga fan des zombies, fallait pas merder sur ce point-là !). On ne sait même pas dans quel but Anita fait son métier. On ne comprend pas pourquoi les familles des morts viennent la trouver, elle et son agence « réanimator inc. » (WTF ?) pour ramener quelqu'un à la vie. Ce quelqu'un n'étant plus du tout le même, et voué à ne pas « survivre » bien longtemps, pourquoi voudrait-on s'infliger ça ? A part régler peut-être une question ou un problème qui n'a pas pu l'être à temps avant le décès… Mais enfin, ça ne justifie pas des agences de réanimateurs, etc. Enfin bref, pour moi, j'ai déjà commencé ce roman en me demandant ce que je foutais là. Puis quand on mélange vampires, goules, zombies, et que comme par hasard, Anita a de quoi faire face à tout ce petit monde, c'est trop pas crédible.

    - Les personnages : Je dis « les » mais il est bien évident qu'un livre superficiel comme celui-ci, s'attache surtout à UN personnage, le principal. Anita Blake donc. Elle m'a soulée. Elle ne m'a pas convaincue, elle ne m'a pas plu. Pourtant, les personnages au sale caractère, qui disent des gros mots, et ne se laissent pas faire, normalement, c'est ma came. Mais Anita, elle arrive juste à être vulgaire. On dirait qu'il n'y a qu'un hémisphère dans son cerveau et que c'est celui qui tourne autour du cul. Pourtant pas une seule scène olé olé dans ce livre, non, tout se passe dans sa tête. Elle est persuadée que tout le monde essaie de l'aguicher, ou qu'elle doit aguicher tout le monde pour avancer dans la vie, que tout ce que font les autres n'a qu'un but : obtenir le sacre suprême : une bonne partie de jambes en l'air avec l'irrésistible Anita Blake.
    Bref, un perso sans saveur, qui évolue (n'évolue pas, en fait) tout au long de l'histoire avec une humour insipide et la forme la plus « cliché » (encore !) d'un caractère rebelle. Totalement inintéressante en ce qui me concerne.
    Les autres personnages sont principalement des mâles, bien bâtis et qui devraient faire envie, mais nada pour ma part. Y a peut-être éventuellement le Jean-Claude, mais on le voit trop peu dans ce tome 1 pour se faire vraiment une idée, peut-être prend-il de l'ampleur dans les tomes suivants, mais je ne le saurai jamais.
    Philippe m'a un tout petit peu plus plu, mais vu ce qui lui arrive à la fin, ça calme, je pense que notre histoire naissante ne peut que s'arrêter-là.
    De toute façon, il y a beaucoup trop de personnages dans ce livre, et pas du tout assez approfondis pour que je m'attache à l'un d'eux.

    - Edition : Là ça fait partie du premier bon point : l'effort. Je n'ai rien à reprocher au livre en lui-même. C'est écrit correctement, même si le style m'a laissée totalement insensible. C'est corrigé correctement aussi, à part une ou deux coquilles (mais tous les livres en contiennent. Il paraît qu'on considère qu'un livre est bien corrigé s'il contient moins de 7 fautes. On est dans les clous donc.) Une couverture qui ne m'a pas parlé non plus, mais dont on ne peut pas dire qu'elle soit ratée, c'est juste ma sensibilité qui ne me permet pas de l'apprécier outre mesure.

    En bref, vous l'aurez compris, voilà un roman que je ne vous conseille absolument pas. Encore une fois, il faut vraiment faire la différence entre un bon roman fantastique (qui peut traiter des vampires sans problème) : La saga des vampires d'Anne Rice, Les larmes rouges de Georgia Caldera, Salem de Stephen King, Dracula de Bram Stocker évidemment, Rose Morte, mon chouchou, de Céline Landressie ou Even dead things feel your love de Mathieu Guibé pour ne citer qu'eux, sont d'excellents romans sur base de vampirisme, à ne surtout pas mettre dans le même panier que la bit-lit, genre dans lequel ils sont souvent catégorisés. Grossière erreur, ça reviendrait vraiment à dire que Jane Austen et un roman Harlequin font partie de la même catégorie quoi… Il y a juste TOUT UN MONDE entre ces publications, qui pourtant partent du même sujet au départ. Mais la façon d'aborder le sujet, le but de l'histoire, et le travail sur la plume font toute la différence, et font un bon roman fantastique à découvrir, ou un pauvre bit-lit de plus sans charme et sans saveur. (ne me faites pas les gros yeux, j'ai le droit de ne pas aimer ça :p je rappelle tout de même à ceux que je vois monter sur leurs grands chevaux que certains romans bit-lit ont à mes yeux relevé un peu le niveau, je ne suis donc pas butée sur la catégorie, je constate juste que pour la grande majorité, je les referme avec le sentiment d'avoir perdu mon temps. Mais pas tous !)
    Maintenant, si des lecteurs y trouvent leur bonheur, ma foi, très bien, c'est leur droit le plus total, j'ai aimé des romans que bien des gens ont jugés pourris ou dénués d'intérêt, en young-adult notamment, dont on pourrait bien penser la même chose, et chacun a le droit d'avoir son avis sur la question.
    Pour ma part, Anita Blake (le livre, pas le perso) est aussi vulgaire que Rose Morte (pour ne citer que lui) est délicat et raffiné. Et je ne parle pas de gros mots, j'aime beaucoup les héroïnes imparfaites qui disent des gros mots, j'en dis moi-même énormément, non je parle d'une ambiance vulgaire, d'un perso vulgaire dans son comportement, dans sa façon de penser, dans ses états d'âmes… La même « vulgarité » que peut avoir une salade de museau par rapport à un foie gras de qualité, si vous voyez où je veux en venir… Ou un sac Tati par rapport à un Louis Vuitton, ou un chanel… (non je m'en fous des sacs de luxe, c'est pas la question !)
    Enfin voilà quoi, Anita Blake ne m'a vraiment pas fait passer un bon moment, je m'y suis ennuyée et j'ai eu bien du mal à l'avaler, je ne lirai certainement pas la suite (surtout qu'il paraît que la saga perd de son intérêt au fur et à mesure des tomes, eh ben qu'est-ce que ça doit être au tome 22 !!) et je suis certaine que, même au rayon bit-lit, je peux trouver des choses plus sympathiques que ça. Je pense notamment à mon prochain (toujours offert, et toujours imposé par le challenge des 20 livres imposés, on m'en veut ! lol) Succubus Blues, qui apparemment, devrait mieux s'en sortir à mes yeux vilains de méchante lectrice. :p (si on m'a menti je vais faire un scandale !)

    J'espère n'avoir vexé personne, je répète que chacun lit et aime ce qu'il veut, et trouve son plaisir dans des genres bien différents, c'est bien normal. (y en a bien qui me regardent comme une attardée parce que je me complais dans la jeunesse et l'imaginaire, lol)
    A très bientôt !

    Cali

    Lien : http://calidoscope.canalblog.com/archives/2013/11/22/28488217.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par kllouche, le 14 septembre 2011

    kllouche
    J'avais entendu le plus grand bien de cette saga et je m'étais décidée à attendre d'avoir du temps devant moi pour pouvoir savourer ma lecture du premier tome. Verdict : Anita Blake est une très très grosse déception.
    Premièrement parce que je m'attendais à un roman beaucoup plus sulfureux. Je n'ai trouvé aucun passage qui pourrait qui pourrait vraiment être destiné aux adultes si vous voyez ce que je veux dire. On reste dans la même veine que les romans pour adolescents du moment. A la limite, il y a un peu plus de sang et un peu moins de métaphore pour ne pas choquer. Mais ce n'est pas suffisant. Je vouais une histoire à la true blood, j'ai eu un roman à la Twilight. Est-ce que dans ces conditions, quelqu'un peut m'expliquer pourquoi il y a une femme à poil en couverture de tous les tomes ? Cette couverture pourrait expliquer éventuellement le titre mais dans ce cas pourquoi ce titre ? le club « Plaisirs coupables » n'occupe pas une place prépondérante dans l'histoire j'ai trouvé.
    Ensuite, je n'ai accroché à aucun des personnages. Il n'y a pas assez de descriptions physiques des personnages si bien que je n'arrive même pas vraiment à me les représenter. Et surtout, il manque des descriptions des sentiments des protagonistes. Aux morts de Phillip, on ne sait pas vraiment clairement ce que ressentait Anita pour lui. Leur relation n'est pas claire, idem avec Jean-Claude et Edward. C'est un ressenti très personnel. Peut-être que parce que depuis le début je n'ai pas accroché, je ne me suis pas imprégné de ma lecture et j'ai donc loupé des choses…
    Enfin, je déteste les rats garous. D'où est ce que LK Hamilton sort des créatures pareilles ? J'ai bien essayé de m'imaginer un rat géant debout sur ses pattes avec la queue entre les jambes mais rien n'y fait. de un, je n'arrive pas à me représenter la chose, de deux l'idée me répugne. Je ne saisis même pas pourquoi moi-même.
    Voilà pour l'histoire. La structure du livre m'a parue déséquilibrée. Il y a de temps en temps des chapitres de seulement une ou deux pages et on ne comprend pas bien pourquoi ils sont ainsi détachés du reste de l'histoire surtout que d'autres chapitres font 15/20 pages. le découpage est mal fait.
    En point positif, je dirai simplement que le style d'écriture est passable et que la couverture est vraiment jolie. J'ai déjà acheté les trois tomes suivants donc je les lirai mais sans aucune attente.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par Kenehan, le 24 juin 2013

    Kenehan
    Deux ans !!! Voilà deux ans que j'ai commencé ce livre !!! J'ai eu le plus grand mal à rentrer dans l'univers d'Anita Blake. Mais finalement, et à ma grande surprise, il ne m'a fallu que quelques heures pour lire les 42 chapitres restants (sur 48) et ainsi retirer un livre de plus de ma trop longue liste "en cours".
    Mais pourquoi ai-je eu autant de mal ?
    *Premièrement parce que je n'ai pas accroché au personnage d'Anita. Je la trouve plutôt antipathique et doté d'un humour à deux balles ! C'est pas de chance pour elle, mais c'est comme ça !
    *Deuxièmement, parce que c'est assez mal écrit ! le rythme est mal géré, les chapitres sont tellement cours qu'ils se contentent d'aller à l'essentiel et par moment on se demande même quelle peut être leur utilité.
    *Troisièmement, parce que la couverture, très belle soit dit en passant (d'où ma seconde étoile !), et le titre, plutôt aguicheur faut le dire, sont trompeurs et annoncent un produit qui n'est pas. En somme, exit la sensualité, le sexe, l'érotisme (ce que je pensais trouver comme c'est le cas dans la plupart des romans bit-lit adulte). Que nenni ! Anita est plutôt du genre prude !
    Quatrièmement, parce que l'intrigue tient pas vraiment la route...
    Allons-y ! Plongeons-nous dans le monde d'Anita !!
    Cette chère Anita est réanimatrice ! Non, non, rien de médical là-dedans. Elle se contente de ranimer les morts. C'est son don et par la même occasion son job. Mais comme si cela ne suffisait pas à combler la vie trépidante d'Anita, cette dernière a aussi un loisir : chasser les vampires !
    Mais il y a un hic ! (Of course !) Nikolaos (un des noms les plus moches du roman avec Jean-Claude !), le maître des vampires de Saint Louis, engage (par la force et maintes menaces) la belle Anita pour trouver et stopper un tueur en série qui tue...des vampires !!!
    En fin de compte, ce qui est censé être l'activité principale d'Anita (la réanimation de cadavres) se transforme en activité annexe durant l'histoire et ce qui est "une passion" finit par être son job ! Quel est l'intérêt de nous offrir un personnage qui sort du commun grâce à son don si c'est pour au final n'en faire qu'une énième chasseuse de vampires ? C'est n'importe quoi !
    Mais l'histoire se veut ironique. En effet, comme présenté un peu plus tôt, notre héroïne doit enquêter pour mettre la main sur un tueur en série de vampires.
    Et quelle enquête !!! Anita se contente d'appeler tout ses contacts pour les mettre sur le coup, de farfouiller dans deux clubs et un bar et se permet de lancer des accusations à l'aveuglette, sans aucunes preuves. le comble de l'histoire, c'est qu'à deux reprises elle aille jusqu'à demander à des suspects s'ils sont le coupable ! Genre la personne va répondre "Oui, oui, c'est bien moi le tueur, vous n'avez aucune preuve, vous vous plantez à mort, mais j'avoue sans problème même si c'est pas moi !"
    Et bien entendu, on atteint le fond lorsque Anita tombe enfin sur le véritable assassin ! Elle ne devine que c'est lui qu'au dernier moment, quand il essaye de la tuer en personne. Quelle perspicacité Anita !! Tu es vraiment la plus douée des détectives !!!! Whaou....j'en perds mes mots tellement je suis subjugué par ta prouesse !
    Dois-je préciser que le final est encore plus désespérant ?! Non, hein ?! Et puis autant ne pas spoiler une histoire que je ne vous conseille pas de lire !
    Pour conclure, je dirais que c'est mal écrit, mal structuré, que l'intrigue perd de son sens au fur et à mesure que l'on avance, mais aussi de sa crédibilité et de son potentiel réaliste. La réanimation n'est que peu exploitée alors qu'il aurait été beaucoup plus judicieux de la mettre en avant et au cœur de l'intrigue, plutôt que de tomber dans une banale histoire de vampire mal fagotée et dont j'aurais aimé me passer. Dommage ! Mais heureusement, bien que ce soit mauvais, ça se lit vraiment très vite ! (Est-ce une bonne chose ou pas du coup ?).
    Bref, à la place, je vous conseille fortement de vous tourner vers Rebecca Kean !!! Il y a certes moins de romans pour l'instant, mais c'est de bien meilleure qualité !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par nekomusume, le 26 juillet 2012

    nekomusume
    Un livre bien sympathique avec des vampires tels qu'on les imagine toujours : parfaits, manipulateurs, retors et bien sur sanguinaires…. Et au milieu (comme toujours) une humaine qui n'a pas demandé à se trouver là. Enfin quoique. Celle-ci n'est pas sans ressources face à ces monstres assoiffées de sang, Réanimatrice (comprenez qu'elle relève les morts) de son état, elle est aussi surnommé l'Exécutrice par les suceurs de sang. Autant dire qu'elle n'est pas très appréciée par le peuple de la nuit… Il faut dire que les antécédents ne parlent en faveur d'aucun des camps.
    Alors forcément, quand un vampire vient lui demander d'enquêter sur les meurtres de vampires… notre héroïne n'est pas franchement emballée, ce qui va obliger les « méchants » à prendre des mesures drastiques pour s'assurer de sa collaboration.
    Anita Blake se retrouve alors au beau milieu d'une lutte de pouvoir entre maitre-vampire, mort-vivants et exécuteurs… Une vie mouvementée quoi.
    J'avoue ne pas avoir tout saisi des raisons des revirements de la reine des vampires mais après tout peut être qu'ils sont comme ça simplement imprévisibles. Sinon ça se lit sans difficultés, une vraie lecture pour mettre son cerveau en pause.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par sidhounette, le 17 septembre 2012

    sidhounette
    J'ai du relire ce tome pour la Nième fois afin de pouvoir faire sa critique tant je m'embrouille dans toute l'aventure Anita Blake à force de relecture !
    Ceci n'est pas à prendre comme un mauvais point, bien au contraire ! L'évolution des personnages est seulement trop captivante pour que je ne projette pas systématiquement dans ce qui se passe plus loin lorsque je parle d'un tome en particulier. Et, à tous ceux qui pourraient dire que cette série attire ses lecteurs grâce à son aspect érotique, je dirais que oui, ça y contribue... Mais, personnellement, j'aime tout autant les premiers tomes que les derniers alors que l'état d'esprit d'Anita sur la question est presque diamétralement opposé ! (Pour ceux que cette phrase intrigue, je dirais pour résumer qu'il n'y a pas de sexe avant le tome 6, que c'est plus ou moins tranquille jusqu'au tome 9 et qu'après ça part totalement en orgie... ou presque).
    Pour en revenir à « Plaisirs coupables », l'entrée en matière me semble totalement réussie. Hamilton ne nous laisse pas le temps de nous poser des questions et nous embarque directement dans la vie de tous les jours de son héroïne. On apprend très vite (au cas ou on aurait pas lu le résumé) que dans ce monde les Vampires existent et sont « intégrés » à la société, de même que les réanimateurs (nécromanciens) qui relèvent des zombies pour éclaircir des problèmes judiciaires ou des soucis de généalogie... C'est même là la raison d'être d'Anita ! Tuer les Vampires qui outrepassent les limites, donner un coup de main à la police du surnaturel et jongler avec les zombies... On en vient presque à oublier qu'elle ne dit rien sur les Métamorphes en tout genre avant de se retrouver nez à museau avec des rats-garous ! Et pourtant, qui dit Vampires dit généralement Garous...
    Ce premier tome nous donne un aperçu de la complexe hiérarchie qui régit les groupes de vampires autant que ceux de Métamorphes. le sujet ne fera que se complexifier et devenir de plus en plus intéressant au fur et à mesure des livres. On sent l'importance que vont prendre certains personnages (surveillez notamment Jean-Claude, Dolf et Ronnie)... dont un de mes chouchous dans cette série qui n'est autre que « La Mort » !!!
    Ensuite, on comprend assez vite le « principe » des livres. On retrouve généralement une enquête de police, en parallèle ou mêlée à des problèmes surnaturels ou de hiérarchie ou de visiteurs imprévus, qu'Anita et ses comparses résolvent avec plus ou moins de difficultés et d'os brisés. L'intérêt de la série réside avant tout, pour moi, dans les évolutions de chaque personnage et dans les compromis que chacun d'eux doivent faire pour s'en sortir... Et, bien sur, dans le sale caractère d'Anita, l'héroïne modèle réduit et shootée à la caféine !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

> voir toutes (28)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par shelbylee, le 23 janvier 2010

    Sur notre gauche, je vis quelques boutiques, une résidence, un jardin public, puis un cimetière et une maison de retraite. Je me suis toujours demandé si les promoteurs ont fait exprès de la construire à proximité. Pour des raisons pratiques peut-être?
    Le cimetière est là depuis beaucoup plus longtemps que la maison de retraite. Certaines pierres tombales datent du début du XIXe siècle. Il faut vraiment être sadique pour forcer des petits vieux à contempler ce qui les attend par la fenêtre de leur chambre.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 25         Page de la citation

  • Par FleurCannibale, le 06 août 2010

    Les lèvres de Jean-Claude hésitaient à se poser sur ma bouche.Les battements de son coeur résonnaient dans ma tête et je haletais, emportée par son ardeur.
    Ses lèvres étaient douces comme de la soie. Mais sa langue humide se darda. Tentant de m'écarter, je m'aperçus que sa main était plaquée contre ma nuque, pressant ma bouche sur la sienne.
    Le faisceau du projecteur passa sur nous sans s'attarder. Je me laissai aller contre Jean-Claude, acceptant son baiser.
    Quand ma langue caressa ses crocs lisses, je reculai. Il me plaqua le visage sur son torse, me serrant très fort contre lui. Il tremblait et ce n'était pas à cause des gouttes de pluies.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la citation

  • Par Acerola13, le 22 septembre 2009

    Deux ans s’étaient écoulés depuis l’affaire. Le procès avait accouché d’une définition révisée de ce qu’était la vie…et de ce que la mort n’était pas. Dans nos bons vieux Etats-Unis d’Amérique, le vampirisme était désormais légal.
    Dans les tribunaux, on débattait d’une multitude de questions. Les héritiers étaient-ils tenus de rendre les biens qu’ils avaient récupérés ? Si une femme mariée bénéficiait du statut de mort vivante, fallait-il considérer que son mari était veuf ? Tuer des vampires était-il un meurtre ?
    Un mouvement populaire prétendait même leur donner le droit de vote. Comme l’a si bien dit Bob Dylan, « les temps changent ! »
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la citation

  • Par Urzy, le 09 septembre 2010

    Chacun ses faiblesses. Il y a des gens qui fument. Moi, je collectionne les pingouins en peluche. Si on ne me dénonce pas, je ne dénoncerai personne non plus.

    Commenter     J’apprécie          0 41         Page de la citation

  • Par Miaka, le 17 avril 2010

    La femme me sourit, mais ses yeux étaient rivés sur mes cicatrices. Elle passa la langue sur ses lèvres. Je vis sa poitrine se soulever d’émotion.
    - « Viens dans ma chambre, propose l’araignée à la mouche. »
    - Qu’est-ce que tu as dit? demanda Philip.
    Je secouai la tête. Il ne devait sans doute pas connaître ce poème. Je ne me souvenais plus de la fin. La mouche s’en sortait-elle? Mon estomac était noué.
    La femme éclata d’un rire légèrement aviné. En montant les marches du perron, je chuchotai la réponse de la mouche.
    - « C’est en vain que tu me supplies, car je sais que ceux qui s’aventurent dans ta tanière jamais n’en ressortent. »
    Jamais n’en ressortent…Ça commençait mal. 
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

> voir toutes (8)

Videos de Laurell K. Hamilton

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Laurell K. Hamilton

Payot - Marque Page - Laurell K. Hamilton - Péchés céruléens








Sur Amazon
à partir de :
4,00 € (neuf)
1,49 € (occasion)

   

Faire découvrir Anita Blake, tome 1 : Plaisirs coupables par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec ce livre (3) > voir plus

> voir plus

Lecteurs (1128)

> voir plus

Quiz