Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070360806
Éditeur : Gallimard (1972)


Note moyenne : 3.57/5 (sur 106 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
- Jacques, Jacques emmenez-moi ! Bernis est pâle et la prend dans ses bras et la berce. Geneviève ferme les yeux : - Vous allez m'emporter... Le temps fuit sur cette épaule sans faire de mal. C'est presque une joie de renoncer à tout : on s'abandonne, on est emportée pa... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (6)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par mariech, le 31 juillet 2012

    mariech
    Beaucoup moins bien que ' Vol de nuit ' , je crois que ce roman a tout simplement mal vieilli .

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par olivberne, le 03 juin 2012

    olivberne
    C'est un roman assez court, mais long à lire, dans la veine des romans de cette époque. Tout est sombre, ténébreux, on suit le voyage de l'un de ces fous de l'aviation qui à l'époque ont fait l'aéropostale. On entre dans le cerveau de cet homme, avec le suspens de savoir s'il ira au bout de son périple. Cela reste assez long à mon goût car il ne se passe pas grand chose en définitive...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 1.00/5
    Par Sly, le 06 juillet 2010

    Sly
    Je suis passé complètement à côté. L'histoire est inintéressante et difficilement compréhensible. J'ai envie de dire tout ça pour ça... Quel ennui !!!

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par sylvie2, le 18 janvier 2014

    sylvie2
    L'auteur survole notre terre et rêve... Il rêve de Geneviève, Il rêve au courrier qui rapproche les gens.
    Ce livre est superbement écrit et très poétique. Mais je l'ai trouvé un peu trop mélancolique à mon goût.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

  • Par pointcom2001, le 06 janvier 2014

    pointcom2001
    Courrier sud, évidemment..;! incontournable;..!! pur plaisir...!!!

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (20)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par VACHARDTUAPIED, le 10 avril 2013

    Aujourd’hui, Jacques Bernis, tu franchiras l’Espagne avec
    une tranquillité de propriétaire. Des visions connues, une à une,
    s’établiront. Tu joueras des coudes, avec aisance, entre les orages. Barcelone, Valence, Gibraltar, apportées à toi, emportées.
    C’est bien. Tu dévideras ta carte roulée, le travail fini s’entasse
    en arrière. Mais je me souviens de tes premiers pas, de mes derniers conseils, la veille de ton premier courrier. Tu devais, à
    l’aube, prendre dans tes bras les méditations d’un peuple. Dans
    tes faibles bras. Les porter à travers mille embûches comme un
    trésor sous le manteau. Courrier précieux, t’avait-on dit, courrier plus précieux que la vie. Et si fragile. Et qu’une faute disperse en flammes, et mêle au vent. Je me souviens de cette veillée d’armes :
    – Et alors ?
    – Alors tu tâcherais d’atteindre la plage de Peniscola. Mé-
    fie-toi des barques de pêche.
    – Ensuite ?
    – Ensuite jusqu’à Valence tu trouveras toujours des terrains de secours : je les souligne au crayon rouge. Faute de
    mieux, pose-toi dans les rios secs.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par VACHARDTUAPIED, le 10 avril 2013

    Par radio. 6 h. 10. De Toulouse pour escales. Courrier
    France-Amérique du Sud quitte Toulouse 5 h. 45 stop.
    * * * * *
    Un ciel pur comme de l’eau baignait les étoiles et les révé-
    lait. Puis c’était la nuit. Le Sahara se dépliait dune par dune
    sous la lune.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par VACHARDTUAPIED, le 10 avril 2013

    ‘O prisonniers comprenez-moi ! Je vous délivre de votre
    science, de vos formules, de vos lois, de cet esclavage de l’esprit,
    de ce déterminisme plus dur que la fatalité. Je suis le défaut
    dans l’armure. Je suis la lucarne dans la prison. Je suis l’erreur
    dans le calcul : je suis la vie.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par VACHARDTUAPIED, le 10 avril 2013

    Toulouse 5 h. 30.
    La voiture de l’aéroport stoppe net à l’entrée du hangar,
    ouvert sur la nuit mêlée de pluie. Des ampoules de cinq cents
    bougies livrent des objets durs, nus, précis comme ceux d’un
    stand. Sous cette voûte chaque mot prononcé résonne, demeure, charge le silence.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par VACHARDTUAPIED, le 10 avril 2013

    Nous vivions les uns sur les autres en face de notre propre
    image, la plus bornée. C’est pourquoi nous ne savions pas être
    isolés dans le désert : il nous eût fallu rentrer chez nous pour
    imaginer notre éloignement, et le découvrir dans sa perspective.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
1,20 € (neuf)
0,37 € (occasion)

   

Faire découvrir Courrier sud par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (288)

  • Ils veulent l'échanger (1)

> voir plus

Quiz